Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Monde versus Revue des Deux Mondes : OK Corral chez les milliardaires

28 mars 2017

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Le Monde versus Revue des Deux Mondes : OK Corral chez les milliardaires

Le Monde versus Revue des Deux Mondes : OK Corral chez les milliardaires

Dégât collatéral de l’affaire Fillon : une querelle de ménage journalistique en plein Paris. Le Monde et La Revue des Deux Mondes ou le bal des milliardaires.

Au cœur de la bagarre, François Fil­lon et le « Pénélope­gate ». À « gauche », Le Monde et ses habi­tudes de chas­se aux sor­cières ini­tiées depuis le pas­sage de Plenel, directeur de la rédac­tion de 1995 à 2004. Les pra­tiques alors en usage de l’actuel directeur de Médi­a­part ont été décrites dans l’enquête de Pierre Péan et Philippe Cohen, La Face cachée du Monde. À « droite », La Revue des Deux Mon­des actuelle­ment cha­peautée par Franz-Olivi­er Gies­bert. Le quo­ti­di­en est majori­taire­ment détenu par Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse. La revue appar­tient au prési­dent de Fimalac, Marc Ladre­it de Lachar­rière, depuis 1991. La querelle se déroule au bal des mil­liar­daires sur fond de pré­ten­tions à « l’indépendance ».

Prémisses de la bataille d’oreillers

Le Monde n’aime pas La Revue des Deux Mon­des. Évo­quant le change­ment de direc­tion de la revue en 2015, le quo­ti­di­en par­lait d’un « drôle de tour­nant ». Selon l’auteur de l’article, Édouard Launet, jour­nal­iste et écrivain offi­ciant aus­si à Libéra­tion, la revue serait alors dev­enue « réac­tion­naire ». Des preuves ? Les noms de Zem­mour, Debray, Onfray ou Houelle­becq. Un « tour­nant » impul­sé par Franz-Olivi­er Gies­bert et sa com­pagne Valérie Toran­ian, aupar­a­vant direc­trice de la rédac­tion de Elle. Le cou­ple suc­cé­dait à Michel Crépu pour impulser une nou­velle ligne édi­to­ri­ale, résumée ain­si par Franz-Olivi­er Gies­bert, selon des témoins : « Il faut arrêter d’enculer les mouch­es ». Ou de par­ler de Proust.

Un partout, Fillon et Pénélope au centre, le fric partout

Dans le feuil­leton de « l’affaire Fil­lon », la rela­tion entre le can­di­dat de la droite et Marc Ladre­it de Lachar­rière est un élé­ment impor­tant. Ils sont amis. Le Canard Enchaîné révèle que Péné­lope Fil­lon aurait perçu 100 000 euros entre 2012 et 2013, pour un emploi pré­sumé fic­tif au sein de La Revue des Deux Mon­des. Le mil­liar­daire affirme qu’elle a tra­vail­lé. Michel Crépu infirme. La cour de récréa­tion s’installe à la Une de tous les médias français. « Pénélope­gate ». Le ver­sant financier est entre les mains de la jus­tice. Les infor­ma­tions et doc­u­ments cen­sé­ment secrets cir­cu­lent. La bataille s’engage aus­si « intel­lectuelle­ment » entre Le Monde et La Revue des Deux mon­des en févri­er 2017, celle-ci sor­tant oppor­tuné­ment ou mal­adroite­ment, les avis diver­gent, un numéro cen­tré sur François Fil­lon. L’ami du pro­prié­taire de l’un est peu aimé des action­naires de l’autre. Et récipro­que­ment. La passe d’armes a lieu par pages inter­posées.

Offensives et obus de stylos

Tir groupé dans les pages du Monde, début févri­er. Nico­las Truong con­sacre deux arti­cles au numéro de La Revue des Deux Mon­des de février/mars 2017. Le pre­mier s’inquiète d’un « embar­ras­sant pané­gyrique de François Fil­lon ». Objec­tif ? Démon­tr­er que Fil­lon est un « thatch­érien de la Sarthe ». À l’échelle du jour­nal­isme parisien, la for­mule sen­tant son ultra­l­ibéral­isme et sa province est dou­ble­ment méprisante. Truong passe en revue les 3 arti­cles con­sacrés à Fil­lon, pré­parant selon lui l’éloge final de Franz-Olivi­er Gies­bert. De fait, Gies­bert ne cache pas son admi­ra­tion pour un can­di­dat présen­té comme « catholique et icon­o­claste. Libéral et gaulliste ». Il l’écrit : Fil­lon a « fini par devenir la droite », une « syn­thèse » de ses divers­es ten­dances. Truong pub­lie un autre arti­cle où il évoque Vichy « qui fut une véri­ta­ble débâ­cle, puisque la revue devint col­lab­o­ra­tionniste et pub­lia, le 15 août 1940, une réflex­ion sur l’éducation nationale, signée par le maréchal Pétain lui-même. Mise sous séquestre à la Libéra­tion, elle ne réap­pa­raî­tra qu’en 1948 ». Une façon d’alléguer au sujet de pos­si­bles idées poli­tiques de Fil­lon, dont le défaut majeur sem­ble se résumer à deux mots : catholique et provin­cial. Plus bas, une tri­bune de Michel Crépu inti­t­ulée : « À la Revue des Deux Mon­des, le temps des bousilleurs ». Crépu dirige la NRF, revue qui juste­ment ne man­qua guère de Col­lab­o­ra­tion durant Vichy. Accroche : « Ancien directeur du men­su­el, Michel Crépu déplore la vacuité et la vul­gar­ité de sa ligne édi­to­ri­ale actuelle, où Onfray et Zem­mour ont rem­placé Chateaubriand et Baude­laire ». Il reproche à la nou­velle direc­tion de céder à l’air du temps et par­le de « déroute française de la respon­s­abil­ité, assas­s­inée par ceux-là même qui en ont la charge ». On regret­tera l’oubli du pluriel au mot « ver­tige », sept lignes avant la fin de cette tri­bune. De ces oub­lis qui sans doute con­tribuent de fait à « l’assassinat » dont par­le le texte. Qu’un jour­nal de « référence » tel que Le Monde soit quo­ti­di­en­nement émail­lé de fautes et de coquilles est extra­or­di­naire. La « respon­s­abil­ité » com­mence peut-être ici.

OK Corral : La Revue des Deux Mondes riposte

Dans son numéro d’avril 2017, La Revue des Deux Mon­des pub­lie : « Notre réponse aux calom­nies du Monde », dossier com­posé de trois textes. Les sig­nataires : Valérie Toran­ian, F.O.G et Olivi­er Cariguel. Ce dernier mon­tre que « la revue n’a pas été col­lab­o­ra­tionniste ». Les sit­u­a­tions de l’époque furent com­plex­es et la NRF ren­con­tra alors plus de soucis. Aupar­a­vant, Toran­ian défend l’idée d’une « revue libre et indépen­dante », bien que pro­priété de Marc Ladre­it de Lachar­rière, et s’interroge sur le fait que Le Monde mette autant en avant Emmanuel Macron quand l’un de ses prin­ci­paux action­naires, Pierre Bergé, en est un sou­tien offi­ciel. Pour Valérie Toran­ian, Le Monde reprocherait surtout à La Revue des deux Mon­des d’exister sans souscrire à l’idéologie libérale lib­er­taire du quo­ti­di­en soupçon­né de soutenir Macron. Franz-Olivi­er Gies­bert prend « Le par­ti d’en rire », écrivant : « Je lis par­fois Le Monde, mais jamais ses pages “Débats”. Je n’aime pas la haine : elle ne mène à rien et, en plus, elle fatigue, ce qui n’est pas bon à un âge comme le mien, où il faut se ménag­er ». Le ton de F.O.G n’est pas seule­ment ironique, il évoque aus­si les « pisse-froid » du Monde où règne, selon lui, « un cli­mat de secte apoc­a­lyp­tique ». À ses yeux, les deux pages con­sacrées à sa revue sont un « mod­èle du jour­nal­isme-flic ». Il pointe aus­si les défi­ciences de Truong, qui fait de F.O.G un actuel « directeur de la rédac­tion du Point ». Le Monde pèche sou­vent par défaut d’exactitude et de rec­ti­tude. N’en deman­dant pas tant, Franz-Olivi­er Gies­bert peut s’autoriser une com­para­i­son entre les pages « Débats » du Monde et le jour­nal Présent en ter­mes de « haut-le-cœur ». Il pro­pose enfin une « poli­tique fic­tion » peu con­va­in­cante autour de Truong. F.O.G n’est guère romanci­er.

2017, les jour­nal­istes parisiens se jet­tent de l’eau de Vichy à la fig­ure. Que restera-t-il de cette bataille de chif­fon­niers entre amis de mil­liar­daires aux intérêts élec­toraux diver­gents ? Rien. Comme il restera sans doute peu de ce qui se pub­lie dans La Revue des Deux Mon­des, la NRF ou Le Monde actuelle­ment tant ces pub­li­ca­tions sont intel­lectuelle­ment de faible ampleur. Sou­vent, les médias papiers s’interrogent sur les raisons du désamour du pub­lic à leur égard. Qu’ils ne s’interrogent plus. Une querelle de cette sorte vaut réponse claire.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.