Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Emmanuel Macron et les médias : l’amour parfait

23 juillet 2017

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Dossiers | Emmanuel Macron et les médias : l’amour parfait

Emmanuel Macron et les médias : l’amour parfait

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 03/03/2017]

Emmanuel Macron se présente devant les Français comme un candidat anti-système (« je ne suis pas contre cette terminologie »). Pourtant, l’ancien banquier de Rothschild & Cie bénéficie du soutien implicite ou explicite de la plupart des propriétaires de presse : Vincent Bolloré (Canal+, i>Télé, C8), dont le fils Yannick Bolloré était présent à l’un de ses rassemblements en juin 2016 et Martin Bouygues (Groupe TF1) dont le directeur général adjoint de Bouygues Telecom, Didier Casas, a rejoint le mouvement En Marche ! en janvier 2017. Chacun d’entre eux essaie de placer ses hommes dans l’entourage d’Emmanuel Macron en espérant avoir un retour sur investissement en cas de victoire lors des présidentielles.

À ce petit jeu d’influence, Patrick Drahi, nou­v­el homme fort de la presse (BFM, RMC, Libéra­tion, L’Express, etc), a pris une longueur d’avance sur ses con­cur­rents car la garde rap­prochée d’Emmanuel Macron (Jacques Attali, Gré­goire Cher­tok ou Bernard Mourad) ont tous des liens directs avec le mil­liar­daire fran­co-israélien.

Le soutien de Patrick Drahi, un simple renvoi d’ascenseur ?

Le sou­tien des médias de Patrick Drahi à Emmanuel Macron s’apparente à un ren­voi d’ascenseur pour l’aide apportée par le can­di­dat d’En Marche ! au mil­liar­daire fran­co-israélien lors de son rachat de SFR en 2014. À cette époque, Emmanuel Macron était secré­taire général adjoint de l’Élysée et Arnaud Mon­te­bourg, min­istre du Redresse­ment pro­duc­tif. Si ce dernier s’est davan­tage impliqué dans le dossier en affichant une préférence pour l’offre de Mar­tin Bouygues, Macron va réus­sir à impos­er une ligne de « neu­tralité vig­i­lante » à l’Élysée (. La suite est con­nue, Patrick Drahi va réus­sir s’imposer face à ses con­cur­rents. Ce qui l’est moins, c’est que l’un des pro­tag­o­nistes de cet achat his­torique, le ban­quier Bernard Mourad (« SFR : les deux semaines folles qui ont cham­bardé le paysage des télé­coms », lesechos.fr, 16/03/14), clé du sys­tème financier de Patrick Drahi est un ami d’Emmanuel Macron. C’est d’ailleurs l’ex-banquier de Roth­schild & Cie, devenu min­istre de l’Économie, qui don­nera l’assentiment du gou­verne­ment au rachat d’une entre­prise française de télé­com­mu­ni­ca­tion par une entre­prise étrangère comme Altice, un groupe lux­em­bour­geois lui-même pro­priété d’une hold­ing imma­triculée à Guer­ne­sey.

Les hommes

Jacques Attali

L’économiste et con­seiller des prési­dents (François Mit­ter­rand, Nico­las Sarkozy ou François Hol­lande) est devenu au fil des années l’une des per­son­nal­ités les plus impor­tantes de l’arrière bou­tique de la vie poli­tique française, un qua­si-prési­dent de la République bis, « non élu, sans réelles prérog­a­tives, mais avec un pro­gramme de réformes, né sous la droite et appliqué large­ment sous la gauche. » Jacques Attali est l’un de ceux qui font les car­rières des uns s’ils vont dans le sens de sa vision politi­co-économique (libéral-lib­er­taire) et défont les car­rières des autres s’ils ont le mal­heur d’être sou­verain­iste ou pro­tec­tion­niste. Le con­seiller des prési­dents a immé­di­ate­ment remar­qué le poten­tiel d’Emmanuel Macron, ce jeune inspecteur des finances tout juste sor­ti de l’Ecole Nationale d’Administration (2004), le prenant rapi­de­ment sous son aile en le nom­mant, en 2008, rap­por­teur adjoint de la Com­mis­sion pour la libéra­tion de la crois­sance française (« com­mis­sion Attali »). « Elle va lui servir à la fois de trem­plin pro­fes­sion­nel et de cor­pus de pensée. Macron s’y con­stitue un épais car­net d’adress­es qu’il fera fruc­ti­fi­er en tant que ban­quier. » Jacques Attali tombe sous le charme de cet ex-inspecteur des Finances devenu ban­quier d’af­faires chez Roth­schild & Cie (il l’avait recom­mandé à François Hen­rot, le bras droit de David de Roth­schild) en 2008 et le présente à François Hol­lande en 2010. Le courant passe immé­di­ate­ment et une fois à l’Élysée, le chef de l’État le nomme secré­taire-général adjoint en charge des dossiers économiques, puis min­istre de l’Économie. La loi Macron, qui a été pro­mul­guée en août 2015, s’inspire très large­ment des 316 mesures pro­posées par la Com­mis­sion Attali. Leur rela­tion ne s’arrête pas en si bon chemin, Jacques Attali a con­fié au mag­a­zine GQ « être extrêmement proche (de Macron), on se par­le tout le temps. »

En effet, Jacques Attali a com­pris qu’avec Emmanuel Macron il pou­vait plac­er ses pio­ns et ceux de ses amis, notam­ment du mil­liar­daire fran­co-israélien Patrick Drahi. Car le con­seiller des princes n’est que la face émergée d’un ice­berg d’oligarques con­tents d’avoir trou­vé en lui un homme capa­ble de susurrer à l’oreille des prési­dents de la République les bonnes ori­en­ta­tions économiques pour faire avancer leurs affaires.

Et dans le cas de Jacques Attali, c’est sa famille qui pour­rait béné­fici­er de plus larges retombées finan­cières, son frère jumeau, Bernard Attali, siégeant au con­seil d’administration du groupe SFR, pro­priété de Patrick Drahi. Un mélange des gen­res déton­nant et passé pour l’instant totale­ment inaperçu….

Grégoire Chertok

Emmanuel Macron, ancien ban­quier de Roth­schild & Cie, « est très soutenu dans son anci­enne banque. Grégoire Cher­tok, asso­cié gérant de Roth­schild, con­seiller région­al et très proche de Jean-François Copé, a déjà orga­n­isé plusieurs ren­con­tres avec des investis­seurs intéressés par Emmanuel Macron. » (« Emmanuel Macron intéresse les investis­seurs », Le Figaro, 26/01/2017) Gré­goire Cher­tok est lui aus­si lié au mag­nat de la presse Patrick Drahi puisque le ban­quier star de chez Roth­schild est l’un de ses « relais » dans le monde des affaires. Cher­tok est aus­si influ­ent à l’hebdomadaire Mar­i­anne où il tient… la rubrique ciné­ma.

Bernard Mourad

Le fran­co-libanais Bernard Mourad, ex-ban­quier star de Mor­gan Stan­ley, est l’homme-clé dans les rela­tions entre Emmanuel Macron et Patrick Drahi.

Depuis leur pre­mière ren­con­tre en 2004, Bernard Mourad est devenu un intime du mil­liar­daire fran­co-israélien, Patrick Drahi. L’ex-banquier résume ain­si leur rela­tion : « J’étais tout jeune. Il [Patrick Drahi] n’était pas encore con­nu. Je le trou­vais bril­lant. On a un peu gran­di côte à côte et nous avons tra­vaillé ensem­ble à la plu­part de ses opérations. Il com­bine deux tal­ents rares : une vision indus­trielle de long terme, très claire, d’une fibre optique irrem­plaçable, alliée à une excel­lente antic­i­pa­tion des cycles courts financiers.» (« Patrick Drahi, la fibre her­mé­tique », Libération, 05/04/2014) Homme de con­fi­ance du nou­v­el homme fort de la presse, il a par­ticipé à pra­tique­ment toutes les trans­ac­tions finan­cières d’Altice : fusion de Numéri­ca­ble et Noos, entrée en bourse d’Altice, rachat de SFR pour 17 mil­liards d’euros par Numéri­ca­ble et celui de Por­tu­gal Tele­com par Altice pour 7,4 mil­liards d’euros.

« Fidèle par­mi les fidèles du patron dAltice », Bernard Mourad quitte la banque améri­caine Mor­gan Stan­ley en févri­er 2015 pour rejoin­dre Patrick Drahi et pren­dre la prési­dence d’Altice Media Group. Con­sid­éré comme le bras droit de Patrick Drahi dans les médias, il devient, dès lors, directeur général adjoint de SFR Media en charge du développe­ment, regroupant SFR Presse, SFR RadioTV et SFR Sport, sous la direc­tion d’Alain Weill. Out­re sa place de cogérant de Libéra­tion, Bernard Mourad assur­ait la vice-prési­dence (Mourad) et avec Alain Weill la prési­dence (Weill) de SFR Presse (anci­en­nement Altice Media Group) et les fonc­tions de respon­s­able du développe­ment d’Altice Media Inter­na­tion­al. En octo­bre 2016, Bernard Mourad démis­sionne de toutes ses fonc­tions pour rejoin­dre le mou­ve­ment poli­tique En Marche ! lancé par son ami, Emmanuel Macron. Dans un com­mu­niqué, Altice indique que l’ancien prési­dent d’Altice Media Groupe souhaite se « con­sacr­er pleine­ment à un engage­ment citoyen. » Pour Patrick Drahi et Michel Combes : « Bernard, en tant que con­seil, puis au sein du groupe Altice nous a accom­pa­gnés avec tal­ent et fidélité pen­dant plus de 10 ans. Nous le remer­cions très chaleureuse­ment pour sa con­tri­bu­tion au développe­ment du groupe. » Out­re son envie de s’engager poli­tique­ment, une autre rai­son a sem­ble-t-il poussé Bernard Mourad à démis­sion­ner : les polémiques qu’auraient sus­cité sa dou­ble cas­quette de dirigeant de groupe de presse et de mil­i­tant poli­tique alors que le mag­a­zine LExpress (pro­priété de SFR Média) s’engage déjà pour Emmanuel Macron.

Bernard Mourad, l’ex-banquier star de Mor­gan Stan­ley, a ren­con­tré Emmanuel Macron il y a plus de quinze ans. Selon un proche du fran­co-libanais, il y a « un coup de foudre ami­cal » (« Bernard Mourad, le con­seiller transfuge de chez Patrick Drahi », Le Monde, 6/10/2016) Leurs par­cours est qua­si-sim­i­laire, ils ont étudié dans des insti­tu­tions pres­tigieuses (HEC pour Mourad ENA pour Macron) avant de s’ori­en­ter vers des ban­ques d’af­faires (Mor­gan Stan­ley et Roth­schild) et se pas­sion­nent tout les deux pour l’écriture (la revue libérale Esprit pour Macron et l’écriture romanesque pour Mourad). Ils se sont par la suite plusieurs fois croisés dans leur vie pro­fes­sion­nelle notam­ment lors du rachat par Patrick Drahi de SFR. A l’époque, Macron était secré­taire général adjoint de l’Élysée et Bernard Mourad con­seil­lait Patrick Drahi.

Les principaux médias

L’Express

En mars 2016, un an après son rachat par Altice, pro­priété de Patrick Drahi, le directeur du jour­nal Christophe Bar­bi­er, annonce que son quo­ti­di­en va retrou­ver son « esprit mil­i­tant » avec une nou­velle for­mule dont Emmanuel Macron fait la pre­mière cou­ver­ture. Fondé en 1953 en sou­tien à l’an­cien président du con­seil Pierre Mendès‑France, L’Express s’engage aujourd’hui pour un libéral­isme économique et socié­tal : le droit de vote à 16 ans, le fédéralisme européen. Christophe Bar­bi­er souhaite remet­tre au goût du jour une « laïcité offen­sive » qui aide les reli­gions à organ­is­er leurs cultes et la ges­ta­tion pour autrui (GPA), si celle-ci n’est pas « com­mer­ciale » car il faut avoir « foi dans l’homme, la sci­ence et le progrès. »

Or, « lhériti­er con­tem­po­rain le plus proche de lesprit de « PMF » [Pierre Mendès France] est Emmanuel Macron, selon M. Bar­bi­er. » Il n’est donc pas éton­nant de voir L’Express soutenir ouverte­ment l’ancien min­istre de l’Economie car «  cest lui qui incar­ne le plus lesprit de réforme en France aujourdhui, avec moder­nité », assume Christophe Bar­bi­er.

Les dif­férentes fig­ures de proue revendiqués par la nou­velle for­mule de L’Express sont : Jacques Attali (men­tor d’Emmanuel Macron, son frère Bernard Attali siège au con­seil d’administration de SFR), l’écrivain fon­da­teur d’un « mou­ve­ment citoyen » Alexan­dre Jardin, l’écologiste Nico­las Hulot, Nathalie Kosciusko-Morizet (présente lors du lance­ment de la chaîne i24News créée par Patrick Drahi à Paris en mars 2014) ou Daniel Cohn-Ben­dit.

Pour l’anecdote, Bernard Mourad, alors président d’Altice Media Group se défendait de la moin­dre ingérence dans la ligne édi­to­ri­ale des médias en leur pos­ses­sion : « ni moi, ni Patrick Drahi, ni Marc Laufer, le directeur général, n’in­flu­ons sur les con­tenus des jour­naux du groupe. » Dif­fi­cile quand même de le croire quand quelques mois après cette déc­la­ra­tion, il quit­tera Altice pour rejoin­dre son ami… Emmanuel Macron pour l’aider à struc­tur­er son mou­ve­ment poli­tique En marche !

BFMTV

La pre­mière chaîne d’informations française, pro­priété de Patrick Drahi et d’Alain Weill, a été épinglée en févri­er 2017 par le mag­a­zine Mar­i­anne pour avoir « dif­fusé autant de réunions publiques d’Em­manuel Macron… que de l’ensem­ble de ses qua­tre con­cur­rents prin­ci­paux réunis ! » Car « depuis sa décla­ra­tion de can­di­da­ture à l’élec­tion présiden­tielle, tous les grands meet­ings d’Em­manuel Macron sont en effet dif­fusés en intégralité et en grande pompe sur la pre­mière chaîne d’in­fo en con­tinu. Ce qui est bien loin d’être le cas pour ses con­cur­rents… »

SFR

Avec un tel matraquage pro-Macron de la part de BFMTV, il n’est donc pas éton­nant de voir arriv­er sur la chaîne un autre par­ti­san de l’ancien min­istre de l’économie, Christophe Bar­bi­er…

Crédit pho­to : Gou­verne­ment français via Wiki­me­dia (cc)

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.