Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Aquarius en recherche d’un port d’accueil : une pression médiatique bien orchestrée

27 août 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | L’Aquarius en recherche d’un port d’accueil : une pression médiatique bien orchestrée

L’Aquarius en recherche d’un port d’accueil : une pression médiatique bien orchestrée

L’opinion publique, ça se travaille. Depuis que le gouvernement italien refuse d’accueillir des bateaux d’ONG dans ses ports, nombre de ceux-ci sont après le recueil de migrants en recherche d’un lieu de débarquement. Une pression sur l’opinion publique pour accueillir les clandestins se met alors en marche dans les médias. Ceux-ci offrent des tribunes qui vont quasi exclusivement dans le même sens : accueillons-les ! Quand l’information cède la place à l’opinion. Illustrations.

Côté pile : le bateau de la providence

À par­tir du 10 août, l’Aquarius, le bateau de l’ONG SOS Méditer­ranée, est une nou­velle fois à la recherche d’un port. À son bord : 141 clan­des­tins. De nom­breux médias font le décompte des jours en mer avant qu’un pays n’accepte le débar­que­ment des pas­sagers. Les pre­mières per­son­nal­ités à qui l’on donne la parole font part de leur indig­na­tion.

Sur France Info le 13 août, une députée en Marche, Sonia Kri­mi, affirme « Les étrangers ne sont pas un pail­las­son sur lequel les poli­tiques français peu­vent s’es­suy­er les pieds. Le droit mar­itime dit que le bateau doit accoster au port le plus sûr et le plus proche». Le Parisien inter­viewe le 14 août Bernard Kouch­n­er : « Le France doit être plus généreuse avec les migrants ».

Sur France Inter, le jour­nal­iste Antho­ny Bel­langer estime dans une chronique le 16 août qu’« en Europe, il n’y a guère que le nord qui sache accueil­lir et inté­gr­er ces migra­tions et ce, depuis longtemps. C’est donc à nous de pren­dre le relais : « Nous y arriverons », comme dirait Angela Merkel ».  Le 17 août, la radio publique donne le la parole à 2 uni­ver­si­taires dans « le grand entre­tien ». Le mes­sage est tout en nuance : « il faut chang­er le par­a­digme, en faveur d’une poli­tique d’immigration. Les gens veu­lent avoir l’impression qu’on maîtrise les flux. Or les poli­tiques en vien­nent au zéro immi­gra­tion ». L’une des chercheuses s’explique sur son cour­ri­er envoyé au Prési­dent de la République : « je suis chercheuse, c’est nor­mal qu’on écoute ce que j’écris ; je suis cen­sée être utile ». Le mil­i­tan­tisme s’exprime tant par le choix des invités que par le con­tenu et les titres des reportages et chroniques.

Sur Arte, l’été est prop­ice à l’entre-soi. Le 10 juil­let, Renaud Dely, ancien directeur de l’information de Mar­i­anne, s’interroge : «  L’Aquar­ius : Macron a‑t-il aban­don­né les plus dému­nis ? ». Pour répon­dre à sa ques­tion, un seul invité, un « marin sauveteur » de l’Aquarius.

France Cul­ture n’évoque le 13 août que la posi­tion de 2 per­son­nal­ités favor­ables à l’accueil par la France du bateau : Jean-Claude Gayssot, qui pro­pose le port de com­merce de Sète (il en est le prési­dent) et la députée En Marche Sonia Kri­mi. Dans la revue de presse de la radio publique du 16 août, le con­stat est que « la sit­u­a­tion indigne et pose ques­tion ».

RTL nous apprend le 20 août que pour les clan­des­tins débar­qués de l’Aquarius à Valence, « l’heure est main­tenant à l’in­té­gra­tion ».

La boucle est bouclée : on passe d’une sit­u­a­tion d’urgence à des débuts réus­sis d’insertion. Seuls des esprits cha­grin — 54% des français — refusent encore l’accueil de migrants en France, selon un récent sondage d’Atlanti­co. Et pour­tant…

Côté face : des aspects passés sous silence

Quelques médias élar­gis­sent le cadre de la réflex­ion sur les arrivées inces­santes de clan­des­tins sur le con­ti­nent européen. Des arrivées légales et illé­gales qui en dépit d’une baisse de celles pas­sant par la méditer­ranée sont en pro­gres­sion con­stante en France.

Une urgence humanitaire organisée…pour aller en Europe

Valeurs actuelles pub­lie le 21 juin un reportage sur les « liaisons dan­gereuses » entre human­i­taires et passeurs. L’enquête con­clut à des échanges d’informations entre passeurs et ONG quelques heures précé­dant le sauve­tage. « D’autres asso­ci­a­tions ont car­ré­ment recon­nu être inter­v­enues dans les eaux libyennes, ce qui leur a valu d’être surnom­mées les « taxis de migrants ». Alors qu’un pays africain accepte d’accueillir des migrants blo­qués dans le bateau d’une ONG, le site TunisWeb­do nous apprend le 29 juil­let que selon le chef du gou­verne­ment tunisien, « les 40 per­son­nes se trou­vant à bord du bateau refusent de rester en Tunisie. Les migrants veu­lent rejoin­dre les côtes européennes ». L’asile ou le niveau de vie européen ? Le choix est fait.

Une politique de peuplement

Le site d’information Bre­it­bart rap­porte les pro­pos du Min­istre espag­nol des affaires étrangères, Josep Bor­rell : « l’Eu­rope risque de se trans­former en un « con­ti­nent de vieil­lards » si les migrants ne lui appor­tent pas du «sang neuf ». Des pré­con­i­sa­tions dans le sens de celles du Fond Moné­taire Inter­na­tion­al — citées par le quo­ti­di­en espag­nol El Mun­do — qui estime néces­saire l’arrivée de 5 mil­lions de migrants en Espagne pour financer les retraites. Ceci en dépit d’un taux de chô­mage de 34% des jeunes Espag­nols nous rap­pelle Bre­it­bart dans un autre arti­cle… …Comme l’indique Causeur, ces pré­con­i­sa­tions valent égale­ment pour l’ensemble des pays européens tancés d’ouvrir les bras à l’immigration.

Une main d’œuvre que le patronat réclame

En France, les réti­cences de la pop­u­la­tion sem­blent de peu d’importance face aux exi­gences de main d’œuvre du patronat. Ain­si France Info donne le 6 août la parole à un député En marche : « nous avons besoin de per­son­nel que nous n’avons pas en France ». Une posi­tion qui est égale­ment celle de fédéra­tions pro­fes­sion­nelles du secteur de l’hôtel­lerie-restau­ra­tion, qui sera très large­ment relayée dans les médias, notam­ment par La Croix, Le Parisien, Le Monde, BFMTV, etc…

Se con­fi­ant aux Échos, un directeur de Pôle Emploi tem­père néan­moins ces com­plaintes au sujet des emplois saison­niers : « Par­ler de pénurie est exces­sif. Dans 95 % des cas, les offres d’emplois créés sont pourvues. L’employeur met plus de temps et fera peut-être plus de con­ces­sions sur les con­di­tions de tra­vail ». Ça va mieux en le dis­ant…

Hasard du cal­en­dri­er, dans la même péri­ode, Le Monde nous apprend le 15 août au sujet des migrants de l’Aquarius accueil­lis par la Maire de Lille que « des restau­ra­teurs lil­lois ont déjà pro­posé des emplois à ces réfugiés », ceci bien qu’ils ne par­lent pas encore français, alors que la ville de Lille compte 6 quartiers par­mi les plus pau­vres de France selon La Gazette des com­munes et 23 830 deman­deurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi selon Ville Data.

Comme en écho, Le Figaro nous apprend le 16 août qu’en Grande Bre­tagne, « les entre­pris­es (sont) for­cées d’aug­menter les salaires face à la pénurie de main-d’œu­vre ». « L’af­flux de tra­vailleurs venus de l’U­nion européenne s’est forte­ment tari depuis le vote du Brex­it en 2016, entraî­nant une forte baisse du nom­bre de can­di­da­tures pour les postes à pour­voir ».

Curieuse­ment, aucun rap­proche­ment entre ces infor­ma­tions n’est fait dans les médias : de nom­breux pays européens souf­frent d’un un chô­mage de masse, cer­tains employeurs récla­ment con­stam­ment de la main d’œuvre nou­velle, les salaires sont tirés vers le haut quand la main d’œuvre se fait plus rare. Une des rares réac­tions néga­tives à la demande de fédéra­tions pro­fes­sion­nelles d’accueillir davan­tage de migrants vient d’un con­tribu­teur de Breizh Info : « Plutôt que de s’interroger sur les caus­es du turn-over, de cette pénurie de main d’œuvre, c’est la solu­tion des migrants qui est envis­agée par ces patrons sans ver­gogne ».

La soupape migratoire

RTL nous apprend que le con­ti­nent africain compte 1,2 mil­liard d’habi­tants en 2017 et devrait avoisin­er les 2,5 mil­liards en 2050. Selon The Con­ver­sa­tion, « 30 mil­lions de jeunes Africains arrivent chaque année sur le marché du tra­vail ». Le site d’information énumère les enjeux et men­tionne qu’un nom­bre impor­tant de nom­breux jeunes africains souhait­ent émi­gr­er en Europe.

Mais S. Kauf­mann le rap­pelle dans une chronique parue dans Le Monde du 7 mars 2018: « Il sem­ble de plus en plus clair que les opin­ions publiques européennes « ne le veu­lent pas », si l’on en juge par les résul­tats des élec­tions les plus récentes en Ital­ie, en Pologne, en Grande Bre­tagne, aux Pays-Bas, en France, en Alle­magne, en Autriche, en Hon­grie. « La crise migra­toire a retourné l’opinion publique européenne ». A lire les médias main­stream, la caste médi­a­tique ne veut tou­jours pas en tir­er les con­séquences et n’a pas renon­cé à nous édu­quer…

Voir aussi

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.