Accueil | Actualités | Médias | Journalistes : de moins en moins nombreux

Journalistes : de moins en moins nombreux

Des journalistes de moins en moins nombreux, de plus en plus objets de licenciements et sans doute moins bien payés.

C’est le constat que fait Jean-Marie Charon, sociologue des médias, dans une étude détaillée aux 6èmes Assises du Journalisme à Poitiers où l’Ojim était présente.

Il y avait en 2011 moins de journalistes disposant d’une carte de presse qu’en 2005. L’arrêt de France-Soir, La Tribune pour sa partie papier, ont entraîné la perte de plus de 250 emplois. Ce ne sont pourtant que les mesures les plus spectaculaires. Les Échos, L'Équipe ont perdu 10% de leurs effectifs. RFI a subi un deuxième plan social avec 126 départs. On peut citer aussi Témoignage Chrétien, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, L’Est Républicain, la Comareg, Le Parisien où les effectifs diminuent ou disparaissent (la Comareg dans les gratuits).

Enfin les nuages s’amoncellent au Groupe Hersant (voir la brève sur notre site), à Sud-Ouest, France TV sans parler de Presstalis qui n’emploie pas de journalistes mais qui fait une grève par semaine et dont on ne sait pas quand le plan social sera réglé, avec 1250 emplois à la clé.

Manque à cette étude un volet financier. Les journalistes licenciés sont souvent les plus expérimentés donc les plus chers. Ils sont remplacés par des pigistes facilement corvéables voire par des auto-entrepreneurs (effet d’aubaine) dont on peut se débarrasser du jour au lendemain et… sans charges sociales.

Crédit photo : Christophe Cariou

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This