Accueil | Actualités | Médias | Fusion AT&T et Time Warner, big bang et mauvaise nouvelle pour Trump
Pub­lié le 17 juin 2018 | Éti­quettes : , , , ,

Fusion AT&T et Time Warner, big bang et mauvaise nouvelle pour Trump

En quelques années, de nouveaux venus ont bousculé la hiérarchie américaine et mondiale du monde des médias et du divertissement. Netflix, Amazon, Apple, Facebook se sont emparés d’une bonne partie du marché. Début juin 2018 la valorisation boursière du nouveau Netflix (tout juste 20 ans) a dépassé celle du patriarche Disney. Les séries à succès de Netflix sont pour beaucoup anglo-saxonnes mais la série espagnole Casa de papel rencontre un public mondial.

Fusionner ou mourir ?

À ma gauche (c’est une façon de parler) AT&T qui officie dans la téléphonie, internet, et le câble, bref des tuyaux. À ma droite Time Warner qui possède HBO (diffuseur entre autres du fameux Game of thrones), CNN et la Warner Brothers, bref des contenus. Ils se marient, ou plutôt AT&T rachète Time Warner pour la modique somme de 85 milliards de dollars.

Les tuyaux d’AT&T, les contenus de Time Warner. Ce que voulait faire Jean-Marie Messier en son temps et qui a échoué. Ce qu’a essayé de faire Patrick Drahi via SFR et qui est peut-être en train d’échouer aussi puisque son groupe va assez mal pour que Bouyges s’intéresse à SFR. Pour le président d’AT&T la question ne se posait pas, il fallait réunir les deux métiers. Elle ne se pose pas non plus d’ailleurs pour Comcast (la chaine NBC et les studios Universal) qui veut racheter 21st Century Fox (propriété de Murdoch) tout comme le veut son concurrent Disney (les chaines ABC et Disney, les studios Pixar et Disney). La course à l’armement continue.

Défaite pour les consommateurs et pour Trump

Les discussions entre les deux sociétés ont démarré il y a deux ans, du temps de l’ère Obama. Curieusement l’ancienne administration démocrate comme la nouvelle républicaine étaient d’accord : cette concentration était une mauvaise nouvelle pour le consommateur américain. La nouvelle société pourrait augmenter ses différents tarifs en profitant d’une position dominante. Le ministère de la justice de Trump s’y est d’ailleurs opposé en déposant un recours.

Mais un juge fédéral a débouté de sa plainte la division antitrust du ministère de la justice, ouvrant la voie au rachat. Le candidat Donald Trump s’était déclaré contre, voyant là un possible renforcement de CNN, une chaine qui lui a déclaré une guerre ouverte, comme nous vous le disions début 2017 ici. Les tentatives européennes de créer un fournisseur de séries de la taille de Netflix sont jusqu’ici incertaines. C’était l’ambition du groupe Bolloré, mais ses récents déboires risquent de ralentir son développement dans ce secteur. Si TF1, M6 et France Télévisions ont annoncé leur intention de lancer une chaine commune à péage, le projet est encore dans les limbes.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This