Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Drahi/SFR : la presse devient un accessoire d’offre téléphonique
Drahi/SFR : la presse devient un accessoire d’offre téléphonique

27 juin 2016

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Drahi/SFR : la presse devient un accessoire d’offre téléphonique

Drahi/SFR : la presse devient un accessoire d’offre téléphonique

Drahi/SFR : la presse devient un accessoire d’offre téléphonique

Patrick Drahi passe la main et transmet la présidence d’Altice à l’américain Dexter Goel à la suite du rachat de l’opérateur Cablevision aux États-Unis. Dans le même temps SFR sous la houlette de Marc Laufer gonfle de manière artificielle les audiences des médias français du groupe Altice (Libération, L’Express, L’Etudiant, etc…).

L’astuce est sim­ple : les abon­nés à SFR reçoivent une option appelée SFR Presse pro­posée à 19.90 €, mais en réal­ité incluse par avance dans les for­faits du cablo-opéra­teur sous forme d’une remise au client. Cette manip­u­la­tion per­met d’augmenter arti­fi­cielle­ment les télécharge­ments de Libéra­tion de plusieurs mil­liers par jour et ceux de L’Ex­press de plusieurs dizaines de mil­liers. Les con­cur­rents s’en offusquent et esti­ment que ces télécharge­ments devraient être compt­abil­isés comme des « ventes aux tiers », ces fauss­es ventes (en réal­ité qua­si gra­tu­ites) aux com­pag­nies aéri­ennes, à la SNCF ou à cer­taines ban­ques. Ces ventes aux tiers représen­tent plus de 30% des « ventes » de Libéra­tion et sont inclus­es dans la dif­fu­sion sur laque­lle se basent les annonceurs.

L’ACPM (Alliance pour les chiffres de la presse et des médias), organ­isme cer­tifi­ca­teur de la dif­fu­sion estime que ces « ventes for­cées » ne doivent pas être comp­tées comme des ventes ordi­naires et que SFR pra­tique une dis­tor­sion de concurrence.

SFR se défend en insis­tant sur l’excellente oppor­tu­nité pour les médias que représente cette syn­ergie entre les « tuyaux » (les opéra­teurs) et les « con­tenus » (les médias). Son prési­dent Marc Laufer ajoute que le kiosque ne sera pas lim­ité aux pub­li­ca­tions du groupe mais sera rapi­de­ment ouvert à d’autres titres de la presse fémi­nine ou peo­ple. Les médias devi­en­nent ain­si de sim­ples pro­thès­es per­me­t­tant de ven­dre des abon­nements télé­phoniques. Un progrès ?

Voir aussi

Info­gra­phie : Patrick Drahi, à la for­tune du câble

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.