Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Affaire Bolloré Vivendi Havas, à qui profite le crime ?

2 mai 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | not_global | Affaire Bolloré Vivendi Havas, à qui profite le crime ?

Affaire Bolloré Vivendi Havas, à qui profite le crime ?

Nous avons rendu compte le 24 avril 2018 de la mise en garde à vue de Vincent Bolloré, propriétaire d’Havas et de nombreux intérêts en Afrique, soupçonné d’avoir utilisé son agence pour favoriser ses affaires dans des concessions portuaires au Togo et en Guinée. Bolloré qui est aussi un homme de médias à travers Vivendi qui contrôle Canal+, et CNews.

Après 60 heures de garde à vue l’homme d’affaires a été mis en exa­m­en le 25 avril pour cor­rup­tion d’agent pub­lic étranger, com­plic­ité d’abus de con­fi­ance, faux et usage de faux. Il a été lais­sé en lib­erté sans con­trôle judi­ci­aire.

Les concurrents chinois

La présence de Bol­loré en Afrique est mas­sive et requiert de lourds investisse­ments : ports amé­nagés pour recevoir des maxi con­teneurs sous régime de la con­ces­sion. Sur le plan fer­rovi­aire Bol­loré rénove et con­stru­it la voie fer­rée Abid­jan-Oua­gadougou-Coto­nou, 1200 kms de voies à con­stru­ire, 1800 kms à rénover. Un pro­jet estimé autour de 3 mil­liards d’euros et blo­qué depuis 2016 par le Bénin. En mars 2018 Patrice Talon, Prési­dent du Bénin, a claire­ment indiqué sa préférence pour un pro­jet porté par les chi­nois.

En par­al­lèle GVA (Group Viven­di Africa) veut con­stru­ire un vaste réseau de fibre optique suiv­ant la voie fer­rée, appor­tant le haut débit à l’intérieur du con­ti­nent africain. Là aus­si les groupes chi­nois sont à l’affût. Dans le cadre du pro­jet de la route de la soie, la Chine veut arrimer le con­ti­nent à la route de la soie mar­itime par le biais des côtes soma­li­ennes mais aus­si par le canal de Suez. Et la poli­tique de non-ingérence dans les affaires intérieures ne déplaît pas aux africains.

Les Américains en embuscade

Barack Oba­ma avait annon­cé le 21 sep­tem­bre 2016 un nou­veau plan d’investissement de 9 mil­liards de dol­lars pour l’Afrique. Cette annonce avait été faite lors du Forum d’affaires Afrique États-Unis, à New York, en marge de l’assemblée générale de l’ONU. Il avait pré­cisé que les investisse­ments privés améri­cains en Afrique se mon­taient à 15 mil­liards de dol­lars pour les deux années précé­dant le Forum. Oba­ma s’était bien gardé de citer les mon­tants de l’USAID où la NSA et la CIA sont comme des pois­sons dans l’eau : 10 mil­liards de dol­lars par an sans oubli­er le plan Pow­er Africa d’électrification de l’Afrique sub­sa­hari­enne. Sans oubli­er non plus que les États-Unis dis­posent dans le con­ti­nent d’une soix­an­taine de bases, camps et autres instal­la­tions de défense.

Si la diplo­matie de Trump sem­ble plus dirigée vers l’Asie, l’Amérique latine ou le Moyen-Ori­ent, ce serait une erreur de croire que l’Afrique est délais­sée. Le 20 sep­tem­bre 2017 Trump rece­vait plusieurs chefs d’État africains à la Trump Tow­er. Par­mi ces derniers, le Prési­dent guinéen Alpha Condé. Celui là même que les juges soupçon­nent d’avoir été acheté par Havas pour favoris­er les affaires de Bol­loré dans son pays. Début mars 2018, le secré­taire d’État améri­cain de l’époque Rex Tiller­son, entre­pre­nait un voy­age d’une semaine vis­i­tant le Nigéria, le Tchad, le Kenya et l’Ethiopie.

Si Bol­loré chute en Afrique, les rem­plaçants sont tout trou­vés, Améri­cains et Chi­nois doivent se frot­ter les mains. Nous revien­drons sur l’impact médi­a­tique de cette arresta­tion et sur les con­séquences pos­si­bles pour les médias de Viven­di dont l’action a chuté de 6% en un jour avant de récupér­er ses pertes ensuite.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.