Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Fabrice Arfi contre le Grand (méchant) Journal

3 octobre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Fabrice Arfi contre le Grand (méchant) Journal

Fabrice Arfi contre le Grand (méchant) Journal

Fabrice Arfi, journaliste militant à Mediapart, a‑t-il été déprogrammé du « Grand Journal » de Canal+, l’émission phare d’une chaîne cryptée aujourd’hui au centre de tous les débats ?

C’est en tous cas ce qu’af­firme le jour­nal­iste. Dans un entre­tien accordé à Téléra­ma, celui-ci assure avoir été con­tac­té par l’émis­sion présen­tée par Maïte­na Biraben à l’oc­ca­sion de la sor­tie du livre Informer n’est pas un délit (Cal­mann-Lévy), qu’il codirige. « La pro­duc­tion parais­sait alors si embal­lée par le con­cept de l’ouvrage et la liste des jour­nal­istes qui y ont par­ticipé (Élise Lucet, Denis Robert, Gérard Dav­et, Fab­rice Lhomme, Benoît Col­lom­bat, Lau­rent Richard…) qu’elle me pro­pose même de venir par­ticiper à une “émis­sion pilote” », racon­te-t-il sur son blog. Une émis­sion pour de faux donc, mais avec en ligne de mire une sec­onde invi­ta­tion, en direct cette fois-ci et en exclu­siv­ité.

Prob­lème, entre l’in­vi­ta­tion informelle et la date fixée pour l’émis­sion, les équipes du « Grand Jour­nal » ont lu l’ou­vrage en ques­tion, con­statant la présence d’un chapitre con­sacré à leur patron, Vin­cent Bol­loré. « Le 9 sep­tem­bre, la pro­duc­tion, si allante la semaine d’avant, appelle, gênée aux entour­nures, la mai­son d’édition pour lui annon­cer que, finale­ment, euh…, com­ment dire ? en fait, eh bien, Le Grand Jour­nal ne fera rien de rien sur le livre », explique Arfi qui, après avoir envoyé un tex­to pour évo­quer ce qu’il con­sid­ère comme une « cen­sure » liée à Bol­loré, affirme qu’une source interne lui a don­né rai­son.

« Je ne sais pas s’il s’agit d’une cen­sure ou d’une auto-cen­sure, mais cela ne change rien au fond », ajoute-t-il, s’é­ton­nant que le « Grand Jour­nal », qui, explique-t-il, « a tou­jours été très cor­rect avec Medi­a­part sous Denisot et De Caunes, en dépit des sail­lies “apha­ti­ennes” », le dépro­gramme de la sorte.

Invitée de France Inter jeu­di 1er octo­bre, Maïte­na Biraben s’est défendue de ces accu­sa­tions, dev­enues mon­naie courante depuis le début de la sai­son à l’é­gard d’une émis­sion que le monde jour­nal­is­tique aime détester depuis le change­ment de direc­tion. « Vin­cent Bol­loré n’est pas dans mon oreil­lette et j’ai un cerveau. Il ne m’a jamais appelée pour me deman­der quoi que ce soit sur l’émission. Il n’intervient pas dans l’éditorial, il n’appelle pas. C’est nous qui déci­dons », a t‑elle tranché avant d’af­firmer qu’il était « faux » de dire que l’émis­sion avait dépro­gram­mé Fab­rice Arfi. « Il sera invité dans l’émission », a pré­cisé celle qui est déjà plongée dans une polémique après sa sor­tie sur le FN, un par­ti « au dis­cours de vérité ».

Depuis la reprise en main de Canal + par Vin­cent Bol­loré (qui a procédé à de nom­breuses mis­es à l’é­cart, a repro­gram­mé les Guig­nols en cryp­té et fait pass­er à la trappe des doc­u­men­taires gênants), les jour­nal­istes font front com­mun con­tre le « Grand Jour­nal », une émis­sion autre­fois chérie et aujour­d’hui d’au­tant plus haïe… Leur mon­stre serait-il en train de leur échap­per ?

Voir notre portrait de Maïtena Biraben

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.