Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Fabrice Arfi contre le Grand (méchant) Journal

3 octobre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Fabrice Arfi contre le Grand (méchant) Journal

Fabrice Arfi contre le Grand (méchant) Journal

Fabrice Arfi, journaliste militant à Mediapart, a‑t-il été déprogrammé du « Grand Journal » de Canal+, l’émission phare d’une chaîne cryptée aujourd’hui au centre de tous les débats ?

C’est en tous cas ce qu’af­firme le jour­nal­iste. Dans un entre­tien accordé à Téléra­ma, celui-ci assure avoir été con­tac­té par l’émis­sion présen­tée par Maïte­na Biraben à l’oc­ca­sion de la sor­tie du livre Informer n’est pas un délit (Cal­mann-Lévy), qu’il codirige. « La pro­duc­tion parais­sait alors si embal­lée par le con­cept de l’ouvrage et la liste des jour­nal­istes qui y ont par­ticipé (Élise Lucet, Denis Robert, Gérard Dav­et, Fab­rice Lhomme, Benoît Col­lom­bat, Lau­rent Richard…) qu’elle me pro­pose même de venir par­ticiper à une “émis­sion pilote” », racon­te-t-il sur son blog. Une émis­sion pour de faux donc, mais avec en ligne de mire une sec­onde invi­ta­tion, en direct cette fois-ci et en exclu­siv­ité.

Prob­lème, entre l’in­vi­ta­tion informelle et la date fixée pour l’émis­sion, les équipes du « Grand Jour­nal » ont lu l’ou­vrage en ques­tion, con­statant la présence d’un chapitre con­sacré à leur patron, Vin­cent Bol­loré. « Le 9 sep­tem­bre, la pro­duc­tion, si allante la semaine d’avant, appelle, gênée aux entour­nures, la mai­son d’édition pour lui annon­cer que, finale­ment, euh…, com­ment dire ? en fait, eh bien, Le Grand Jour­nal ne fera rien de rien sur le livre », explique Arfi qui, après avoir envoyé un tex­to pour évo­quer ce qu’il con­sid­ère comme une « cen­sure » liée à Bol­loré, affirme qu’une source interne lui a don­né rai­son.

« Je ne sais pas s’il s’agit d’une cen­sure ou d’une auto-cen­sure, mais cela ne change rien au fond », ajoute-t-il, s’é­ton­nant que le « Grand Jour­nal », qui, explique-t-il, « a tou­jours été très cor­rect avec Medi­a­part sous Denisot et De Caunes, en dépit des sail­lies “apha­ti­ennes” », le dépro­gramme de la sorte.

Invitée de France Inter jeu­di 1er octo­bre, Maïte­na Biraben s’est défendue de ces accu­sa­tions, dev­enues mon­naie courante depuis le début de la sai­son à l’é­gard d’une émis­sion que le monde jour­nal­is­tique aime détester depuis le change­ment de direc­tion. « Vin­cent Bol­loré n’est pas dans mon oreil­lette et j’ai un cerveau. Il ne m’a jamais appelée pour me deman­der quoi que ce soit sur l’émission. Il n’intervient pas dans l’éditorial, il n’appelle pas. C’est nous qui déci­dons », a t‑elle tranché avant d’af­firmer qu’il était « faux » de dire que l’émis­sion avait dépro­gram­mé Fab­rice Arfi. « Il sera invité dans l’émission », a pré­cisé celle qui est déjà plongée dans une polémique après sa sor­tie sur le FN, un par­ti « au dis­cours de vérité ».

Depuis la reprise en main de Canal + par Vin­cent Bol­loré (qui a procédé à de nom­breuses mis­es à l’é­cart, a repro­gram­mé les Guig­nols en cryp­té et fait pass­er à la trappe des doc­u­men­taires gênants), les jour­nal­istes font front com­mun con­tre le « Grand Jour­nal », une émis­sion autre­fois chérie et aujour­d’hui d’au­tant plus haïe… Leur mon­stre serait-il en train de leur échap­per ?

Voir notre portrait de Maïtena Biraben

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

Claude Chollet et l’Observatoire du journalisme (OJIM) ont été mis en examen par le procureur de la République à la demande de Monsieur Ramzi Khiroun, ancien chauffeur et garde du corps de DSK et maintenant porte-parole du groupe Lagardère. La mise en examen porte sur le délit d’injures publiques, susceptible d’une amende de 12.000 € et de dommages et intérêts supplémentaires. La première audience a lieu le 7 octobre. Pour nous aider à nous défendre et à nous développer, rejoignez nos donateurs.

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.