Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Fabrice Arfi contre le Grand (méchant) Journal
Publié le 

3 octobre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Fabrice Arfi contre le Grand (méchant) Journal

Fabrice Arfi contre le Grand (méchant) Journal

Fabrice Arfi, journaliste militant à Mediapart, a‑t-il été déprogrammé du « Grand Journal » de Canal+, l’émission phare d’une chaîne cryptée aujourd’hui au centre de tous les débats ?

C’est en tous cas ce qu’af­firme le jour­nal­iste. Dans un entre­tien accordé à Téléra­ma, celui-ci assure avoir été con­tac­té par l’émis­sion présen­tée par Maïte­na Biraben à l’oc­ca­sion de la sor­tie du livre Informer n’est pas un délit (Cal­mann-Lévy), qu’il codirige. « La pro­duc­tion parais­sait alors si embal­lée par le con­cept de l’ouvrage et la liste des jour­nal­istes qui y ont par­ticipé (Élise Lucet, Denis Robert, Gérard Dav­et, Fab­rice Lhomme, Benoît Col­lom­bat, Lau­rent Richard…) qu’elle me pro­pose même de venir par­ticiper à une “émis­sion pilote” », racon­te-t-il sur son blog. Une émis­sion pour de faux donc, mais avec en ligne de mire une sec­onde invi­ta­tion, en direct cette fois-ci et en exclu­siv­ité.

Prob­lème, entre l’in­vi­ta­tion informelle et la date fixée pour l’émis­sion, les équipes du « Grand Jour­nal » ont lu l’ou­vrage en ques­tion, con­statant la présence d’un chapitre con­sacré à leur patron, Vin­cent Bol­loré. « Le 9 sep­tem­bre, la pro­duc­tion, si allante la semaine d’avant, appelle, gênée aux entour­nures, la mai­son d’édition pour lui annon­cer que, finale­ment, euh…, com­ment dire ? en fait, eh bien, Le Grand Jour­nal ne fera rien de rien sur le livre », explique Arfi qui, après avoir envoyé un tex­to pour évo­quer ce qu’il con­sid­ère comme une « cen­sure » liée à Bol­loré, affirme qu’une source interne lui a don­né rai­son.

« Je ne sais pas s’il s’agit d’une cen­sure ou d’une auto-cen­sure, mais cela ne change rien au fond », ajoute-t-il, s’é­ton­nant que le « Grand Jour­nal », qui, explique-t-il, « a tou­jours été très cor­rect avec Medi­a­part sous Denisot et De Caunes, en dépit des sail­lies “apha­ti­ennes” », le dépro­gramme de la sorte.

Invitée de France Inter jeu­di 1er octo­bre, Maïte­na Biraben s’est défendue de ces accu­sa­tions, dev­enues mon­naie courante depuis le début de la sai­son à l’é­gard d’une émis­sion que le monde jour­nal­is­tique aime détester depuis le change­ment de direc­tion. « Vin­cent Bol­loré n’est pas dans mon oreil­lette et j’ai un cerveau. Il ne m’a jamais appelée pour me deman­der quoi que ce soit sur l’émission. Il n’intervient pas dans l’éditorial, il n’appelle pas. C’est nous qui déci­dons », a t‑elle tranché avant d’af­firmer qu’il était « faux » de dire que l’émis­sion avait dépro­gram­mé Fab­rice Arfi. « Il sera invité dans l’émission », a pré­cisé celle qui est déjà plongée dans une polémique après sa sor­tie sur le FN, un par­ti « au dis­cours de vérité ».

Depuis la reprise en main de Canal + par Vin­cent Bol­loré (qui a procédé à de nom­breuses mis­es à l’é­cart, a repro­gram­mé les Guig­nols en cryp­té et fait pass­er à la trappe des doc­u­men­taires gênants), les jour­nal­istes font front com­mun con­tre le « Grand Jour­nal », une émis­sion autre­fois chérie et aujour­d’hui d’au­tant plus haïe… Leur mon­stre serait-il en train de leur échap­per ?

Voir notre portrait de Maïtena Biraben

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision