Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Antoine de Caunes

16 mai 2020

Temps de lecture : 9 minutes
Accueil | Portraits | Antoine de Caunes

Antoine de Caunes

L’éternel jeune homme du PAF

« J’ai com­mis la ter­ri­ble erreur de croire qu’il y avait des choses plus impor­tantes dans la vie que la télé. »

Sur Canal+, pour la rentrée 2013, pas de surprise mais du recyclage. Après de nombreuses supputations, c’est en effet Antoine de Caunes, l’enfant chéri de la chaîne cryptée, qui a succédé à Michel Denisot à la tête du « Grand journal » pour deux ans. Il est évincé en 2015 au profit de Maïtena Biraben mais gardera son rond de serviette à Canal+ et à France Inter. Un parcours peu étonnant compte tenu de la carrière aux multiples facettes du fringant sexagénaire (né en 1953 à Boulogne-Billancourt) sur qui les années ne semblent pas avoir de prise. Peut-être parce qu’il manque d’aspérités ?

Formation universitaire

Fac­ulté de let­tres de Paris.

Parcours professionnel

Bien qu’il soit issu de la haute bour­geoisie (fils du jour­nal­iste Georges de Caunes et de la pro­duc­trice et ani­ma­trice Jacque­line Jou­bert), Antoine de Caunes a tra­vail­lé durant ses études en tant que cour­si­er pour un car­di­o­logue. De ses par­ents, il loue l’esprit d’indépendance et l’anticonformisme : « Mais la façon dont mes par­ents exerçaient leur méti­er reste exem­plaire à mes yeux. Mon père a tou­jours gardé sa lib­erté de com­men­taire, même s’il s’est fait vir­er deux ou trois fois du 20 Heures. Ma mère avait, elle, pris une part active dans les man­i­fes­ta­tions de Mai 68, ce qui lui a valu d’être «black­listée» pen­dant deux ans. Ils sont tou­jours restés droits et intè­gres, ça m’a tou­jours impres­sion­né. » Puis il entre comme assis­tant à la société Syg­ma et donne ses pre­miers papiers à la revue musi­cale Rock&Folk. Il entame sa car­rière télévi­suelle à la fin des années 70, sur Antenne 2, en créant et co-ani­mant, avec Jacky (Jacques Jakubow­icz), « Cho­rus », l’une des toutes pre­mières émis­sions à défendre le rock à la télévi­sion et à dif­fuser des con­certs en direct. Aspect moins con­nu, à la même époque il écrit et com­pose, sous pseu­do­nyme, divers génériques de dessins ani­més restés fameux tel que Cobra ou X‑OR.

À l’écran, son physique de jeune pre­mier, son phrasé énergique et rapi­de, fonc­tion­nent immé­di­ate­ment et lui ouvrent de nom­breuses portes du monde des médias.

Il pour­suit donc sa car­rière en pro­duisant et ani­mant l’émis­sion « Hou­ba-Hou­ba » puis « Les Enfants du rock » et « Rapi­do ». Par­al­lèle­ment, il fait égale­ment ses débuts à la radio, avec l’émis­sion « Marl­boro Music », qui traite elle-aus­si de l’u­nivers du rock.

Le suc­cès est crois­sant et son style nova­teur s’ex­porte même à l’é­tranger où il présente des ver­sions anglo­phones de ses émis­sions.

Mais c’est surtout son arrivée sur Canal qui va faire explos­er la notoriété d’An­toine de Caunes et le trans­former en l’une des plus grandes stars du Paf. En effet de 1987 à 1995, avec l’aide des auteurs Albert Algo­ud et Lau­rent Chalumeau, et en com­pag­nie de José Gar­cia, il va inter­préter le rôle d’hu­moriste trublion qui va assur­er le suc­cès de l’émis­sion vit­rine de la chaîne, « Nulle part ailleurs », présen­tée par Philippe Gildas. Au même titre que « Les Nuls » ou « les Guig­nols de l’in­fo », il fonde et incar­ne ce que l’on va rapi­de­ment appel­er « l’e­sprit Canal », mélange d’hu­mour potache et d’im­per­ti­nence mesurée, ne sor­tant jamais des lim­ites du « poli­tique­ment cor­rect » et adhérant par­faite­ment à l’e­sprit du temps. Ses per­son­nages de scout attardé (Ouin-Ouin dit Pine d’huître), de Français déla­teur (Gérard Languede­pute) ou de beauf à la Cabu (Raoul Bitem­bois) ravis­sent la « bour­geoisie bohème », cœur de cible de la chaîne à péage.

À par­tir de 1993, il ani­me aus­si, en com­pag­nie du cou­turi­er Jean-Paul Gaulti­er, une émis­sion bur­lesque sur la chaîne Bri­tan­nique Chan­nel 4, Euro­trash (« Europoubelle »), qui con­naît un cer­tain suc­cès de l’autre côté de la manche.

En 1995, il quitte « Nulle part ailleurs » pour se lancer dans une car­rière ciné­matographique, des deux côtés de la caméra. Une expéri­ence qui, mal­gré quelques petits suc­cès d’es­time, ne décollera jamais vrai­ment. Ce qui ne l’empêche pas de devenir le « maître de céré­monie » de la céré­monie des Césars, qu’il ani­mera 9 fois d’af­filée, record absolu pour ce genre d’ex­er­ci­ce.

Pour com­pléter ses revenus, Antoine de Caunes appa­raît égale­ment dans divers­es pub­lic­ités comme celles pour le groupe Vin­ci Autoroutes ou l’op­ti­cien Krys.

Après avoir présen­té, en 2006, sur France 4, quelques émis­sions con­sacrées aux divers fes­ti­vals du sep­tième art (« Par­fum de Ciné­ma »), il revient aujour­d’hui à ses pre­miers amours en suc­cé­dant à Michel Denisot à la tête du « Grand Jour­nal » de Canal. La direc­tion espère ain­si relancer un pro­gramme « trop assa­gi », en y insuf­flant plus de légèreté et de « cul­ture pop ». Il tente de piéger (même si la séquence est ambiguë et qu’il est pos­si­ble que cette allu­sion soit involon­taire) Julie Gayet, alors que sa liai­son avec François Hol­lande n’est pas offi­cielle, en lui posant une ques­tion non dénuée de sous-enten­dus : « Et vous Julie, vous avez soutenu la can­di­da­ture de François Hol­lande au moment de l’élec­tion prési­den­tielle, je voulais savoir où vous en êtes aujour­d’hui ? ». Très cri­tiqué pour ses pre­mières presta­tions, l’émis­sion sem­ble pour­tant recueil­lir de meilleurs taux d’au­di­ence que ceux de l’an­née précé­dente. L’animateur apprend qu’il n’est pas recon­duit à l’issue de la sec­onde sai­son en 2015, alors que Vin­cent Bol­loré vient de pren­dre le con­trôle de la chaîne cryp­tée. Ce serait lui qui aurait sug­géré de rem­plac­er le mâle blanc sex­agé­naire par Maïte­na Biraben, qui ne ren­con­tr­era pas plus de suc­cès que son prédécesseur. Mais l’animateur n’en tien­dra pas rigueur au mil­liar­daire bre­ton : « j’ai très vite eu un ren­dez-vous avec Vin­cent Bol­loré et on est tombé d’ac­cord sur l’idée qu’on avait envie de tra­vailler ensem­ble après Le Grand Jour­nal. » (GQ).

Même s’il con­serve son éter­nel rond de servi­ette à Canal+ (La Gaule d’Antoine, L’Émission d’Antoine), il ani­me par­al­lèle­ment « Popopop », une émis­sion cul­turelle con­sacré à la « cul­ture pop », à 16h du lun­di au ven­dre­di depuis la ren­trée 2017 sur les ondes de France Inter.

En 2017, sa fille révèle dans le New York­er qu’elle aurait subi une agres­sion sex­uelle de la part d’Harvey Wein­stein en 2010 dans sa cham­bre d’hôtel can­noise. Son père qual­i­fie par la suite l’ancienne poule aux œufs d’or d’Hollywood de « gros porc puant » et de « fils de pute », en ajoutant qu’il « espère qu’il va manger sa race ».

Parcours militant

« Il vote à gauche en 1981 et 1988 et s’ab­stient en 1995, veuf pas trop éploré d’un «espoir démesuré» » (Libéra­tion).

Depuis 1993, Antoine de Caunes est le prési­dent d’hon­neur de l’as­so­ci­a­tion Sol­i­dar­ité Sida (qui béné­fi­cie de près de 2,5 mil­lions d’eu­ros de sub­ven­tions et de parte­nar­i­ats publics et privés ; les dons et coti­sa­tions ne représen­tant que 6% des ressources).

Il prof­ite de sa notoriété et de sa présence à l’écran pour dif­fuser de nom­breux mes­sages de préven­tion et par­ticipe à l’or­gan­i­sa­tion d’événe­ments cul­turels de sou­tien à l’as­so­ci­a­tion (tel le fes­ti­val « Sol­i­days » ou la « Nuit du Zap­ping » et la « Nuit de l’Hu­mour »). Antoine de Caunes définit son engage­ment comme une « lutte fes­tive con­tre le sida ».

Il s’im­plique égale­ment dans la vie locale de Trou­ville-sur-Mer, où il pos­sède une rési­dence sec­ondaire, en défen­dant les derniers pêcheurs du cru ou en con­tribuant à la réno­va­tion de mon­u­ments his­toriques dégradés.

Publications

  • Mag­ma, Albin Michel, Col­lec­tion Rock&Folk, 1978.
  • C’est bon, mais c’est chaud, Fleuve Noir, 1990.
  • C’est beau mais c’est triste, Fleuve Noir, 1998.
  • Dic­tio­n­naire Amoureux du Rock, Plon, 2010.

Recueils de ses allo­cu­tions de Nulle part ailleurs ; textes écrits avec Albert Algo­ud

  • Vous per­me­t­tez que je vous appelle Ray­mond ?, Seuil, 1990.
  • Pas mal pour un lun­di, Seuil, 1990.
  • J’aime beau­coup ce que vous faites, Albin Michel, 1991
  • Une ambu­lance peut en cacher une autre, Canal, 1992.
  • Bien enten­du, je plaisante, Canal+, 1993.
  • Le Petit Gildas illus­tré, Canal+, 1993.

Filmographie

Comme acteur

  • 1989 : Pen­ti­men­to de Tonie Mar­shall
  • 1996 : Les Deux papas et la Maman de Jean-Marc Long­val et Smaïn
  • 1997 : C’est pour la bonne cause de Jacques Fansten
  • 1997 : La Divine Pour­suite de Michel Dev­ille
  • 1998 : L’homme est une femme comme les autres de Jean-Jacques Zil­ber­mann
  • 1999 : Au cœur du men­songe de Claude Chabrol
  • 1999 : Chili con carne de Thomas Gilou
  • 2000 : Là-bas… mon pays de Alexan­dre Arcady
  • 2001 : Le Vélo de Ghis­lain Lam­bert de Philippe Harel
  • 2002 : Blanche de Bernie Bon­voisin
  • 2002 : Les Clefs de bag­nole de Lau­rent Baffie
  • 2006 : Un ami par­fait de Fran­cis Girod
  • 2007 : Les Vacances de Mr. Bean
  • 2008 : Tu peux garder un secret ? d’Alexandre Arcady
  • 2008 : 48 Heures par jour de Cather­ine Cas­tel
  • 2009 : La Folle his­toire d’amour de Simon Eske­nazy de Jean-Jacques Zil­ber­mann
  • 2010 : Mumu de Joël Seria

Comme acteur à la télévi­sion

  • 1998 : Bob le mag­nifique (télé­film) de Marc Ange­lo
  • 2002 : Les Amants du bagne (télé­film) de Thier­ry Bin­isti
  • 2006–2008 : Kaamelott (série télévisée)
  • 2007 : Off Prime (série télévisée, sai­son 1, épisode 2)
  • 2010 : Du hard ou du cochon ! (série télévisée, épisode 3)
  • 2012 : Bref (série télévisée, épisode 53) de Kyan Kho­jan­di et Bruno Mus­chio
  • 2013 : L’homme à la tête de kraft (court-métrage) de Thier­ry Dupety et San­dra Joubeaud
  • 2013 : Dan­gereuses retrou­vailles (télé­film) de Jérôme Debuss­chère
  • 2013 : Hitch­cock by Mocky, épisode “Le don d’Iris”

Comme réal­isa­teur

  • 1997 : T’en as ?
  • 2001 : Les Mor­sures de l’aube
  • 2002 : Mon­sieur N.
  • 2006 : Désac­cord par­fait
  • 2008 : Coluche, l’his­toire d’un mec
  • 2011 : Yann Piat, chronique d’un assas­si­nat

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné

Sa nébuleuse

Albert Algo­ud, José Gar­cia, Lau­rent Chalumeau, Luc Bar­ruet, Emma de Caunes (sa fille), Daph­né Rouli­er (qu’il a épousé en 2007). Char­line Roux (co-ani­ma­trice de Popopop sur Inter).

Il l’a dit

« Il est navrant de songer qu’après avoir survécu aux inva­sions bar­bares, à l’Inquisition, à la peste noire… l’humanité fini­ra par suc­comber, pour avoir pul­vérisé à l’aide de bombes aérosols, ces chlo­ro­flu­o­ro­car­bu­res fatals à la couche d’ozone. » (Almanach, 1991)

« Le pétard est la seule arme que le non vio­lent que je suis tolère. » (Almanach, 2011)

« J’ai com­mis la ter­ri­ble erreur de croire qu’il y avait des choses plus impor­tantes dans la vie que la télé. » (Le Grand Jour­nal, sep­tem­bre 2013)

« L’idée de ce rassem­ble­ment, c’est de crier qu’il est intolérable que l’on touche à des gens qui dessi­nent, qui car­i­ca­turent, dont la lib­erté d’ex­pres­sion est la rai­son d’être. Il est insup­port­able aus­si qu’on s’en prenne à des juifs dans la France d’au­jour­d’hui. Comme il est inac­cept­able de tuer des policiers, en exer­ci­ce ou non.
De la même manière, je trou­ve inviv­able qu’on stig­ma­tise les musul­mans comme s’il était juste de les ren­dre respon­s­ables du com­porte­ment psy­chopathe de cer­tains.
Alors, oui, cette man­i­fes­ta­tion est un élan pour dire “on est avec vous”. C’est un pare-feu gigan­tesque dans un monde où les crispa­tions iden­ti­taires s’en­tremê­lent à la crise économique. Tous les fac­teurs sont réu­nis pour que ça pète. Et bien, non, ça ne pètera pas, au con­traire, la France entière se réveille, dans un sur­saut répub­li­cain, pour démusel­er la parole.
» Le Hufft­ing­ton Post, 10 jan­vi­er 2015.

« Je ne vais pas être très orig­i­nal en vous dis­ant que j’ai depuis plusieurs années remar­qué une désil­lu­sion vis-à-vis du poli­tique et de la poli­tique, que le fos­sé s’est creusé entre ceux qui pos­sè­dent et les autres. Ajouté au sen­ti­ment de ne pas être écoutés ni enten­dus, ça donne les «gilets jaunes». Avec ce vrai para­doxe: les gens sont fatigués de la poli­tique, mais si on met à la tête du pays des per­son­nes qui vien­nent d’un autre monde, avec très peu d’expérience, ça met le feu d’un seul coup et ça devient impos­si­ble. Le péché macronien, c’est de s’être fait élire sur un pro­jet par­tic­i­patif qui allait chang­er la donne, qu’il a immé­di­ate­ment con­tre­bal­ancé par un exer­ci­ce très Louis XIV du pou­voir. La con­tra­dic­tion entre les deux fait que ça ne marche pas du tout. », Le Temps, 16 févri­er 2019.

« Si vous pou­viez chang­er une chose à l’histoire du rock ?
Je dévierais la balle de Chap­man pour éviter la mort de John Lennon. Et elle irait rebondir sur Trump, qui con­stru­i­sait ses tours à l’époque. Ce serait une uchronie sym­pa­thique. », Ibid.

« France Inter est-elle dev­enue le Canal+ de la radio ?

Je ne sais pas. Ce que je peux dire, c’est que je retrou­ve ici à Inter une forme de l’é­tat d’e­sprit qu’il y a eu à Canal dans les années 1980, où on avait l’im­pres­sion d’évoluer dans un labo où l’on pou­vait venir essay­er des choses en toute lib­erté, sans avoir en per­ma­nence la pres­sion de l’au­di­ence, du mar­ket­ing ou de l’im­age. Ca me rap­pelle cela, oui. En même temps, l’époque est dif­férente et on ne fab­rique pas la même chose. Mais pour ce qui est de la lib­erté dans le tra­vail, oui, cer­taine­ment, il y a des croise­ments. »
, PureMé­dias, 19 sep­tem­bre 2019.

Ils l’ont dit

« Ses maîtres étaient jésuites, ses copains trot­skistes, il en ressort «épi­der­mique­ment hos­tile aux dogmes, préférant les doutes aux cer­ti­tudes, et s’in­ter­dis­ant de militer active­ment de tel ou tel bord». Occupé à met­tre du poil à grat­ter sous les bras d’un morne pays majori­taire­ment con­ser­va­teur, cet «insoumis à l’au­torité» se décou­vre mem­bre dis­tan­cié de la généra­tion Mit­ter­rand. […] Sans s’appe­san­tir sur la tristesse d’une époque où le marché tri­om­phe («Je le con­state, je le déplore, je m’en alarme, mais qu’y puis-je?») et où se recon­stituent les ligues de ver­tu, de Caunes con­cède juste qu’il ne croit «qu’au mélange, qu’au métis­sage». » Luc Le Vail­lant, Libéra­tion, 24 avril 1996.

« Depuis Nulle part ailleurs, où il était sub­lime, il a réal­isé trois films ratés et n’a pas ren­con­tré le suc­cès en tant qu’ac­teur. Il doit con­cevoir une grande frus­tra­tion à désor­mais pass­er les plats dans une céré­monie couron­nant ceux qui ont réus­si au ciné­ma. Il ne recevra jamais de César pour ce rôle », Daniela Lum­broso, à pro­pos du rôle de « maître de céré­monie » des Césars dévolu à Antoine de Caunes lors des 9 dernières édi­tions. (TV Mag, mars 2011)

« La décep­tion face au Grand Jour­nal ver­sion De Caunes est pro­por­tion­nelle aux attentes sus­citées par le retour au bercail du Pine d’huître prodigue. (…) On allait voir ce qu’on allait voir : de la fan­taisie, de la bien­veil­lance, du late-show à l’améri­caine, plus de temps lais­sé à l’in­vité, moins de saucis­son­nage, moins de bruit, un plateau à taille humaine. Et lun­di, caram­ba : déjà raté », Libéra­tion, sep­tem­bre 2013.

« Antoine est un peu per­du dans un for­mat qui ne lui laisse pas la lib­erté dont il a absol­u­ment besoin. Il y a trois grandes séquences dans l’émis­sion, avec le zap­ping, les guig­nols, la météo, et cela laisse peu de place à quelqu’un d’aus­si inven­tif qu’An­toine, que je plains cer­tains jours de se retrou­ver dans cette sit­u­a­tion-là » Philippe Gildas, octo­bre 2014.

Crédit pho­to : Georges Biard via Wiki­me­dia (cc)

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).