Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Discours de vérité du FN »: Maïtena Biraben au bûcher médiatique !

25 septembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | « Discours de vérité du FN »: Maïtena Biraben au bûcher médiatique !

« Discours de vérité du FN »: Maïtena Biraben au bûcher médiatique !

Jeudi 24 septembre, Maïtena Biraben recevait dans le « Grand Journal » l’avocat Éric Dupond-Moretti.

Au détour des ques­tions posées autour du « poli­tique­ment cor­rect », la présen­ta­trice a osé déclar­er que « les Français se reconnaiss(aient) dans le dis­cours de vérité » tenu par le Front Nation­al. « Vous savez que les pro­pos de la vérité sont sou­vent tenus et incar­nés par le Front nation­al aujourd’hui, rarement par le Par­ti social­iste, très rarement par les par­tis clas­siques », a‑t-elle martelé.

Face aux ten­ta­tives de l’av­o­cat de min­imiser ces affir­ma­tions, Maïte­na Biraben a même rap­pelé que le FN était « le pre­mier par­ti de France ». Faute grave, aux yeux de ses con­frères jour­nal­istes !

Sur Twit­ter, des per­son­nal­ités comme Edwy Plenel (Medi­a­part) ou encore Didi­er Porte ont relevé la sor­tie « bor­der­line » de la jour­nal­iste. Une heure plus tard sur BFMTV, Philippe Gildas, ancien ani­ma­teur de « Nulle Part Ailleurs », ancêtre du « Grand Jour­nal », est égale­ment revenu sur l’af­faire. « Une con­ner­ie comme ça, je ne l’ai jamais faite (…) Elle peut appren­dre (…) Avant elle fai­sait les ‘Mater­nelles’, là ça la change… », a‑t-il fait remar­quer.

De son côté, le jour­nal Le Monde s’est car­ré­ment lancé dans une « con­tre-enquête » rapi­de pour con­tester les affir­ma­tions de la présen­ta­trice. Pour Le Monde, chiffres à l’ap­pui, le FN n’est pas le pre­mier par­ti de France. Si le quo­ti­di­en du soir ne peut nier qu’aux dernières élec­tions, le par­ti de Marine Le Pen a cap­i­tal­isé le plus d’électeurs, il préfère juger un par­ti en fonc­tion de ses élus, ce qui place le FN en sep­tième place…

Heurté par cette sor­tie, le quo­ti­di­en du soir est allé jusqu’à con­tac­ter la direc­tion de Canal + pour deman­der des expli­ca­tions. Voilà Maïte­na Biraben prév­enue : il y a, dans le micro­cosme médi­a­tique, une ligne rouge à ne pas franchir…

Voir notre portrait de Maïtena Biraben

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.

Derniers portraits ajoutés

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.