Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Michel Denisot
Mis à jour le

10 septembre 2015

Temps de lecture : 6 minutes

Michel Denisot

Football, Canal+ et Sarkozy

Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est journaliste, producteur et animateur de télévision, il a également été président de deux clubs de football français.

Formation

À 15 ans, Michel Denisot suit deux années d’études au cen­tre d’apprentissage CARTIF (écoles de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle ouvrant aux emplois d’ou­vri­ers ou d’employés qual­i­fiés). Il a redou­blé trois fois sa pre­mière et deux fois sa ter­mi­nale, repas­sant l’épreuve du Bac­calau­réat à trois repris­es, sans suc­cès. Michel Denisot n’est déten­teur d’aucun diplôme.

Parcours professionnel

Michel Denisot fait ses débuts dans le jour­nal­isme en tant que pigiste dans la presse locale de Château­roux dans les années 1960.

1968

Il est pigiste pour les sta­tions régionales de l’ORTF de Limo­ges, Poitiers, Bor­deaux et Reims.

1969

Michel Denisot se fait engager dans l ‘équipe du jeu télévisé à suc­cès « Le Schmil­blic ».

1972

Michel Denisot décroche un poste comme homme à tout faire pour la chaine de l’ORTF (future TF1). Son tra­vail con­siste prin­ci­pale­ment à porter les bois­sons.

1975

Il co-présente le jour­nal télévisé de 13 heures en com­pag­nie d’Yves Mourousi et de Claude Pier­rard.

1977

Michel Denisot rejoint le ser­vice des sports de la chaine TF1 en tant que com­men­ta­teur de foot­ball.

1980

Michel Denisot présente le jeu esti­val « La bonne con­duite », une émis­sion con­sacrée à la sécu­rité routière.

1981

Il est ani­ma­teur pour l’émission « Télé­foot ».

1984

Michel Denisot quitte la chaine TF1 et rejoint Canal. Sur la nou­velle chaine cryp­tée il pro­duira et présen­tera plusieurs émis­sions : le « 7/9 » (1984–1985), « Zénith » (1985–1987), « Mon Zénith à moi » (1987–1992), « Le Jour­nal du ciné­ma » (1992), « Demain » (1988–1990), « La grande Famille » (1990–1991), « Télés Dimanche » (1992), « À part ça » (1996–1998).

1987

Michel Denisot signe son retour sur TF1 en tant que présen­ta­teur de l’émission « Ciné-Stars ».

1989

Michel Denisot devient le prési­dent du club de foot­ball « La Berri­chonne » de Château­roux. Un poste qu’il occu­pera jusqu’en 1991. Durant cette péri­ode, il parvien­dra à faire mon­ter le club en deux­ième divi­sion.

1991

Fort de son suc­cès à la tête du club de foot­ball « La Berri­chonne » de Château­roux, Michel Denisot devient le prési­dent délégué du Paris Saint-Ger­main jusqu’en 1998. Durant sa prési­dence, le club gag­n­era un cham­pi­onnat de France, six coupes nationales et une coupe européenne.

1993

Michel Denisot est nom­mé directeur artis­tique des céré­monies du Fes­ti­val de Cannes.

1994

Il devient directeur artis­tique des céré­monies des César du ciné­ma.

1998

Michel Denisot est pro­mu directeur des sports de Canal ain­si que prési­dent d’Eurosport France (poste qu’il occu­pera jusqu’en 2001). Le prési­dent de la République Jacques Chirac le décore de la Légion d’honneur en récom­pense de son tra­vail à la tête du club de foot­ball du Paris Saint-Ger­main.

2001

Grim­pant les éch­e­lons de la chaine Canal, Michel Denisot est nom­mé directeur délégué de la chaîne.

2002

Michel Denisot rede­vient le prési­dent du club de foot­ball « La Berri­chonne » de Château­roux, poste qu’il occu­pera jusqu’en 2008.

2003

Avec la mul­ti­pli­ca­tion des chaines télévisées et celles du groupe Canal+, Michel Denisot prend la direc­tion de la chaine Sport+ et la chaine d’information en con­tin­ue i>Télé.

2004

Michel Denisot devient le directeur général adjoint du groupe Canal+ de Bertrand Méheut. Cette année là il revient à la télévi­sion en ani­mant l’émission Le « Grand Jour­nal » tous les soirs sur Canal+ de 19h à 20h.

2009

Le Paris Saint-Ger­main pro­pose à Michel Denisot de revenir à la direc­tion du club, un poste qu’il refusera.

Durant la con­férence de Copen­h­ague sur l’écologie et l’avenir de la planète, le prési­dent Nico­las Sarkozy choisit de s’expliquer sur les pro­jets engagés par la France sur ce sujet devant Michel Denisot. Dans cette inter­view le prési­dent de la république enchaîn­era les erreurs et bour­des sur le sujet écologique sans que jamais l’animateur ne le reprenne. Une atti­tude qui ne man­quera pas de mar­quer les médias et les poli­tiques sur la pas­siv­ité du jour­nal­iste.

2011

Michel Denisot et le « Grand Jour­nal » s’envolent pour la Côte d’Ivoire, ou le présen­ta­teur a réus­si à obtenir une inter­view extra­or­di­naire du prési­dent Lau­rent Gbag­bo, bat­tu aux élec­tions et refu­sant de céder le pou­voir. Une inter­view qui a beau­coup fait par­ler d’elle puisque Lau­rent Gbag­bo à la suite de sa défaite n’a pas été recon­nu par la com­mis­sion élec­torale inter­na­tionale (sous l’égide de l’ONU) et la plu­part des pays d’Afrique et d’Eu­rope, France com­prise. L’Élysée lais­sera échap­per son mécon­tente­ment sur cette ini­tia­tive de Michel Denisot, « On prési­den­tialise soudaine­ment un homme dont la vic­toire est pour­tant con­testée de toute part. On donne le sen­ti­ment de crédi­bilis­er sa démarche ».

2012

Michel Denisot devient directeur de la rédac­tion du mag­a­zine Van­i­ty Fair dans sa ver­sion française.

2013

Il laisse sa place de présen­ta­teur du « Grand Jour­nal » sur Canal+ à Antoine de Caunes.

Cette même année, alors qu’il présente un des derniers numéros du « Grand Jour­nal » depuis la Croisette à Cannes, des balles à blanc sont tirées par un indi­vidu, provo­quant la panique dans le pub­lic et sur le plateau. Cet épisode a pro­fondé­ment mar­qué Michel Denisot, cer­tains avanceront même que cette séquence l’a poussé à quit­ter le « Grand Jour­nal ».

Publications

  • Brèves de vies, Fayard, 2014.
  • Nico­las Sarkozy, Au bout de la pas­sion, l’équilibre…, 1995 (entre­tiens avec Michel Denisot).
  • Le Berry : du foot et des hommes, (avec Lau­rent For­t­at et Sébastien Péaron), La Bouinotte édi­tions, 2003.

Filmographie

  • Incog­ni­to, 2009.
  • Bref – je crois que j’ai croisé Michel Denisot, teas­er de la série « Bref », 2011.
  • L’amour dure trois ans, 2012.

Ce qu’il gagne

En 2012, sur le plateau du « Grand Jour­nal» le can­di­dat à la prési­dence de la république Nico­las Dupont-Aig­nan est invité par Michel Denisot et Jean-Michel Aphatie. Le can­di­dat sou­verain­iste y par­le alors chô­mage et pau­vreté, et finit par s’emporter sur les deux ani­ma­teurs leur deman­dant de com­mu­ni­quer leur salaire : « Don­nez-nous votre salaire, com­bi­en vous gag­nez ? Com­bi­en vous gag­nez ? Dites-le aux Français ! Vous n’oserez pas le dire ». Mais Michel Denisot refuse « de polémi­quer », répon­dant que « ça ne le regar­dait pas » avant de con­clure que son salaire à lui (à Dupont-Aig­nan) était « payé avec ses impôts ». Plus tard Nico­las Dupont-Aig­nan s’expliquera sur cette alter­ca­tion : « Ce n’é­tait pas du tout prévu. Mais ce qui m’avait choqué, c’est que quand je par­lais du chô­mage et de la mis­ère des gens, les téléspec­ta­teurs ne voy­aient pas mais Denisot et Aphatie se foutaient de ma gueule. Ils rigo­laient ensem­ble (…) C’é­tait un mépris qui m’é­tait insup­port­able et j’ai mal réa­gi — peut-être — encore que je suis assez con­tent de leur avoir demandé des expli­ca­tions ».

Parcours militant

En 1995 Michel Denisot pub­lie un livre d’entretiens avec Nico­las Sarkozy. Cer­tains de ses con­frères jour­nal­istes cri­tiquent alors ce choix. À la suite de cet ouvrage, Michel Denisot déclar­era être « resté un ami très proche de Nico­las Sarkozy depuis cette époque ».
En 2002, il déclar­era avoir voté pour la can­di­date Arlette Laguiller, avant de pré­cis­er : « Je n’ai pas de for­ma­tion, je ne suis mem­bre de rien, à part de la con­frérie du fro­mage de tête, aujour­d’hui dis­soute, je suis sans éti­quette » dans les colonnes du jour­nal Libéra­tion.

Peu avant les élec­tions prési­den­tielles de 2012, le site Pre­mière pro­pose un sondage en ligne sur les inten­tions de vote de cer­tains grands jour­nal­istes. On y retrou­ve Michel Denisot qui selon les inter­nautes pencherait d’avantage du côté de Nico­las Sarkozy avec 40%, et 37% pour François Hol­lande.

Collaborations

Non ren­seigné.

Récompenses

Michel Denisot a reçu l’Ordre du Mérite Agri­cole, remis par le social­iste Jean Gla­vany. Jacques Chirac le décor­era de la Légion d’Honneur en 1998.

Il a dit

« Pour me remerci­er, il m’a invité à dîn­er et le per­son­nage m’in­téres­sait. Il assumait com­plète­ment l’am­bi­tion suprême. Dire que j’appartiens à son cer­cle rap­proché est une bêtise », à pro­pos des rumeurs cir­cu­lant sur sa prox­im­ité avec Nico­las Sarkozy, QG, 2010.

« J’ai eu envie d’ar­rêter à Cannes, quand le fou a tiré 2 coups de feu sur la Croisette… J’ai vu ça comme un signe, ça m’a mar­qué, je me suis dit que ça voulait peut-être dire quelque chose », Le Parisien, 2013.

« Entre ceux qui par­tent et ne le dis­ent pas — soit la majorité des acteurs et sportifs français — et lui qui le dit, mon choix est fait. Et il n’a pas “lâché” la France : les employés des com­merces qu’il tient ici sont très con­tents de leur sort », dans TVmag à pro­pos du départ de l’acteur Gérard Depar­dieu de France, 2014.

« (Manuel Valls) quelqu’un qui a une grande pop­u­lar­ité et qui ne crée pas d’empathie arti­fi­cielle », Michel Denisot, Le Figaro, 2015.

Ils ont dit

« Et tou­jours ses inter­views min­i­mal­istes, très policées comme lui. Impas­si­ble. Un qual­i­fi­catif qui l’a­gace », Libéra­tion, 2002.

« Le 1er mars 1995, le jour­nal­iste de Canal + Michel Denisot pub­lie un livre d’entretiens avec Nico­las Sarkozy, “Au bout de la pas­sion, l’équilibre”. Tout au long du livre, Michel Denisot ne fait que servir la soupe à Nico­las Sarkozy. L’objectif est de mon­tr­er aux lecteurs que le jeune Sarkozy est en réal­ité un homme poli­tique raisonnable, calme et équili­bré », Bel­la Ciao, 2008.

« Il a tou­jours besoin d’adrénaline. Dès qu’il peut, il saute sur l’occasion (…) Il aime bien les inter­views un peu improb­a­bles. Il avait adoré ren­con­tr­er le Dalai Lama au Bouthan, David Bowie à New York. Il dit tou­jours que c’est l’école Mourousi », un mem­bre de la chaine Canal+, 20 min­utes, 2011.

« Par­fois cri­tiqué pour son côté lisse et con­sen­suel, l’an­i­ma­teur, au car­net d’adress­es à faire rou­gir Michel Druck­er, a con­stru­it sa car­rière comme il l’a tou­jours enten­du », Le Figaro, 2015.

« Michel Deni­sot est un très bon profes­sion­nel, malheu­reu­se­ment peu géné­reux, a‑t-il écrit. Ses invi­tés doivent surtout le met­tre en valeur. Il n’aide pas. Il reçoit dis­tant, à peine bien­veillant. Il se sert des autres mais se garde bien de les aider. Il est à l’af­fût du piège qu’il pour­rait ten­dre », Jean-Pierre Coffe dans son livre auto­bi­ographique « Une vie de Coffe », 2015.

Sa nébuleuse

Jean-Pierre Elk­a­b­bach, André Rous­se­let, ancien député social­iste, ancien préfet et min­istre de l’in­térieur, qui fut égale­ment chef de cab­i­net adjoint de François Mit­ter­rand et fon­da­teur de Canal+. Pierre Les­cure, Marc-Olivi­er Fogiel, Charles Biétry, ancien directeur délégué de la chaîne télévisée beIN Sport. Ari­ane Massenet, Christophe Decha­vanne, Yves Mourousi, Xavier Cou­ture, Dominique Far­ru­gia, Jean-Michel Aphatie, Claude Pier­rard.

Crédit pho­to : Oli­tax via Wikimé­dia (cc)

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision