Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Portrait : Maïtena Biraben

8 août 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Portrait : Maïtena Biraben

Portrait : Maïtena Biraben

Maïtena Biraben,
journaliste polyvalente et icône féministe du PAF

« Sur le plateau, c’est moi le patron »

Maïte­na Biraben est une présen­ta­trice et pro­duc­trice de télévi­sion fran­co-suisse née à Épinay-sur-Seine en 2 juil­let 1967 d’un père pho­tograveur d’origine basque et d’une mère au foy­er. Elle a notam­ment été la présen­ta­trice des « Mater­nelles » sur France 5 et ani­me actuelle­ment « Le Sup­plé­ment » sur Canal. Issue d’une fratrie com­posée de qua­tre frères aînés, elle a été mar­iée trois fois et vit actuelle­ment avec son con­joint et ses deux fils en région parisi­enne. Elle est con­nue dans le milieu de la télévi­sion pour son ambi­tion, son style et son audace, mais aus­si pour ses posi­tions féministes.

Formation

Après être passée par un pen­sion­nat de sœurs domini­caines dans les Lan­des où elle est restée jusqu’à ses 18 ans, et une fois son bac­calau­réat en poche, elle part à Paris pour suiv­re un cur­sus d’Histoire à l’Université de Tol­bi­ac. À 21 ans, elle s’installe à Genève pour suiv­re son con­joint de l’époque. Elle y pour­suit ses études et obtient un diplôme de vente à l’Université de Lausanne.

Parcours Professionnel

  • 1989 à 1996 : Assis­tante de Pro­duc­tion puis ani­ma­trice et pro­duc­trice artis­tique à la Télévi­sion Suisse Romande (TSR)
  • 1997 : Ani­ma­trice sur M6 de l’émission en prime time, « Télé Casting »
  • 1997 : Ani­ma­trice de l’émission « Vue sur la mer » sur France 2
  • 1998–2000 : Ani­ma­trice de l’émission « Emmenez-moi », un pro­gramme du Guide du Routard
  • 1999–2001 : Chroniqueuse ciné­ma dans « Télé­matin » sur France 2 (présen­tée par William Leymergie)
  • 2001 : Rédac­trice en chef du mag­a­zine cul­turel « Plumes z’et pail­lettes » puis de « Paris, cap­i­tale de la mode » sur France 3
  • 2001–2004 : Présen­ta­trice de l’émission « Les Mater­nelles » sur la Cinquième (puis France 5). L’émission sera récom­pen­sée du « 7 d’or de la meilleure émis­sion éducative »
  • 2003 : Présen­ta­trice de l’émission « Psy­cholo­gies : un moment pour soi » (France 5), adap­ta­tion télévi­suelle heb­do­madaire de la pub­li­ca­tion de Jean-Louis Ser­van-Schreiber, Psy­cholo­gie Mag­a­zine et pro­duite par lui.
  • 2004 à 2006 : Présen­ta­trice de l’émission « Nous ne sommes pas des anges » sur Canal
  • 2007 : Con­sul­tante pour RTL à l’occasion de la Coupe du monde de rug­by 2007 (elle pub­lie égale­ment des chroniques dans Rug­by Heb­do)
  • Décem­bre 2007 : Présente le jeu « Tête de Mioches » sur Canal Plus Décalé
  • Depuis 2007: Présen­ta­trice du pro­gramme « Les Nou­veaux Explo­rateurs », série doc­u­men­taire con­sacrée au voy­age dif­fusée sur Canal
  • 2008 : Ani­me le pro­gramme « Planète 2048 » (qui imag­ine la planète dans 40 ans) sur Canal+
  • Sep­tem­bre 2008 – Juin 2012 : Ani­ma­trice de « La Mati­nale » de Canal+ où elle suc­cède à Bruce Toussaint
  • Depuis la ren­trée 2012, elle ani­me « Le Sup­plé­ment » sur Canal+ le same­di et dimanche midi.
  • 2013 : Tout d’abord pressen­tie pour ani­mer « Le Grand Jour­nal » à la place de Michel Denisot, Maïte­na Biraben se con­tentera finale­ment de jouer le rôle de « jok­er » d’Antoine de Caunes en rem­plaçant ce dernier lors de ses congés.

Sa nébuleuse

Maïte­na Biraben est proche de l’animateur du « Grand Jour­nal » Yann Barthès. Son émis­sion « Le Sup­plé­ment » est par ailleurs pro­duite par Bangu­mi Pro­duc­tions, la mai­son de pro­duc­tion de Yann Barthès et de Lau­rent Bon qui pro­duit égale­ment « Le Petit Jour­nal ». Elle est égale­ment proche de ce dernier pour qui elle con­fesse une cer­taine admiration.

Elle a côtoyé par le passé Thier­ry Ardis­son qui l’avait repéré en 1997 et l’avait appelé après l’avoir vu sur TV5 Monde pour lui pro­pos­er une collaboration.
Maïte­na Biraben se serait récem­ment rap­proché du prési­dent de la République. En effet, selon un arti­cle de L’Ex­press du 21 avril 2015, elle aurait invité François Hol­lande à dîn­er chez elle à l’automne 2014 « au culot, sans l’avoir jamais ren­con­tré ». Tou­jours selon l’hebdomadaire, à la suite de ce dîn­er, François Hol­lande l’aurait con­viée en retour à un dîn­er à L’Élysée. C’est à cette occa­sion qu’elle lui aurait pro­posé une inter­view dans son émis­sion « Le Sup­plé­ment », laque­lle a eu lieu le dimanche 19 avril 2015. Ce genre d’invitation en direct est assez inédite, et c’est générale­ment le ser­vice de com­mu­ni­ca­tion de l’Élysée qui se charge de pro­pos­er des inter­views au chef de l’État. Mais pour ces dîn­ers « secrets », le con­seiller en com­mu­ni­ca­tion du prési­dent, Gas­pard Gantzer a assuré à L’Express ne pas avoir été infor­mé. Cela mon­tre chez Maïte­na Biraben une cer­taine audace ain­si qu’une forte dose d’entregent.

Lire la suite : ojim.fr/portraits/maitena-biraben/

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.