Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Été brûlant en Hollandie : entre feux et contre-feux

9 août 2013

Temps de lecture : 12 minutes
Accueil | Dossiers | Été brûlant en Hollandie : entre feux et contre-feux

Été brûlant en Hollandie : entre feux et contre-feux

Brétigny, Trappes, Brive : les canadairs médiatiques affrétés par le gouvernement pourront-ils circonscrire l’incendie ?

S’il est un para­doxe pour le moins frap­pant en cette ère de mon­di­al­i­sa­tion, c’est qu’alors que de nom­breuses fron­tières ont sauté entre les pays qui con­sti­tu­aient la vieille Europe, tan­dis que le glob­al eng­lish per­met de com­man­der les mêmes ham­burg­ers dans la plu­part des nations du monde, où il est pos­si­ble de couch­er dans les mêmes lits de chaînes d’hôtels stan­dard­is­és à Rio comme à Hong-Kong, et que toute dis­tance a été dras­tique­ment réduite par l’usage du kérosène, de nou­velles fron­tières se dressent pour­tant à l’intérieur même des plus antiques nations et des mieux unifiées, comme la nôtre. Ces « nou­velles fron­tières », pour ceux que dés­espér­erait cette uni­formi­sa­tion du monde, non seule­ment se trou­vent sou­vent à quelques sta­tions de RER de la cap­i­tale, mais en plus, si l’on ose les franchir, ces nou­velles fron­tières offrent même la pos­si­bil­ité d’un voy­age dans le temps. Tout le pit­toresque et la bar­barie des pilleurs d’épave, des assauts de Fort Apache et des antiques sol­i­dar­ités trib­ales renais­sent au cœur du « vivre-ensem­ble » et d’une république « nor­male ». Quoiqu’exotique et sin­gulière­ment mul­ti­cul­turelle, cette nou­velle réal­ité bat­tant en brèche l’idée d’une France moisie, réac­tion­naire et repliée sur elle-même, ne cor­re­spond pas au panora­ma édic­té par la nomen­cla­ture. Le pou­voir médi­a­tique qui, à quelques excep­tions près, est l’allié objec­tif du pou­voir poli­tique en place, joue donc le rôle de pom­pi­er illu­soire quand il s’agit d’éteindre les incendies véri­ta­bles, et de pyro­mane lorsqu’on exige de lui d’allumer au con­traire des con­tre-feux, lesquels accrédit­eraient une vision con­forme à l’idéologie tout en obéis­sant à une stratégie de diver­sion.

Brétigny : les pilleurs d’épave

Le 12 juil­let : déraille­ment du train Paris-Limo­ges à Brétigny-sur-Orges. Comme à chaque fois que l’on doit dépêch­er des sec­ours en cer­tains lieux à forte pop­u­la­tion immi­grée, et cela depuis des années, il faut égale­ment dépêch­er des sec­ours pour les sec­ours, c’est-à-dire per­me­t­tre aux pom­piers de tra­vailler der­rière des rangées de CRS. Cette réal­ité, pro­pre­ment scan­daleuse, sem­ble pour­tant désor­mais par­faite­ment inté­grée et ne pas sus­citer davan­tage d’indignation de la part d’ « indignés » pro­fes­sion­nels, sans doute soucieux de ne pas « stig­ma­tis­er » sym­bol­ique­ment des pop­u­la­tions habituées à stig­ma­tis­er à coups de pierre des hommes coupables de porter sec­ours. Tou­jours est-il que der­rière ce pre­mier scan­dale invis­i­ble s’en déroule un autre un peu plus cri­ant car ce coup-ci, on dépouille sec­ouristes, blessés et cadavres. Ce drame, qui fera six morts, sem­ble n’être perçu par la racaille que comme un fes­tin de charog­nards, une aubaine, une ani­ma­tion esti­vale impromptue. Comme lors de l’affaire Méric, les faits sont avérés, con­nus, rap­portés par des témoins directs ou, ici, des vic­times. Comme lors de l’affaire Méric, le gou­verne­ment pond pour­tant illi­co une ver­sion offi­cielle et les médias la relaient. « Inci­dents mineurs » pour BFMTV, quelques « badauds indis­ci­plinés » twitte Jérôme Guedj, le prési­dent PS du con­seil général de l’Essonne, des « actes isolés », min­imise le min­istre des trans­ports, Frédéric Cuvil­li­er, expres­sion reprise en titre par le 13h de France 2, le 13 juil­let. « Actes isolés » : il n’est pas néces­saire d’être cinquante pour vol­er l’ordinateur d’un homme saig­nant à terre, aus­si ces actes sont-ils for­cé­ment le fait d’individus. Mais ces indi­vidus ne sont pas des élé­ments exogènes infil­trés dans une foule pour prof­iter du nom­bre et per­pétr­er des exac­tions, ils appar­ti­en­nent à cette foule qui les cou­vre, qui ne se désol­i­darise aucune­ment, qui par­ticipe du même élan, aus­si la respon­s­abil­ité est-elle éminem­ment col­lec­tive. Si ce n’était le cas, pourquoi cer­tains « jeunes » n’auraient-ils pas dénon­cé les auteurs des dépré­da­tions ?

Des « badauds indisciplinés » aux bandes ethniques

Comme lors de l’affaire Méric, on assiste à un beau cafouil­lage médi­ati­co-poli­tique et dix jours plus tard, les nou­velles preuves col­lec­tées ne font que con­firmer l’univocité des pre­mières… Le quo­ti­di­en belge Express évoque la « con­fu­sion (qui) règne dans les médias français », alors que Libéra­tion a pure­ment et sim­ple­ment réfuté l’hypothèse du pil­lage des vic­times. Le 18 juil­let, Le Point, s’étant procuré un doc­u­ment offi­ciel de la direc­tion générale des CRS, peut affirmer : « A‑t-on voulu cacher une réal­ité trop dérangeante ? Con­traire­ment à la ver­sion offi­cielle véhiculée par les autorités poli­tiques, poli­cières et san­i­taires, il y a bel et bien eu des scènes de vol et de cail­las­sage après le déraille­ment du train Paris-Limo­ges à Brétigny-sur-Orge. » Le lende­main, Le Figaro récolte des témoignages provenant des syn­di­cats policiers de droite comme de gauche, con­fir­mant encore les faits, ain­si que de nou­velles preuves tan­gi­bles comme ce SMS retrou­vé sur le portable d’un sus­pect : « T’as trou­vé quoi dans les bagages ? ». Au sujet de ces vols réfutés par Libéra­tion, le pro­cureur de la République d’Évry affirme le 24 juil­let en avoir désor­mais la cer­ti­tude. Puis ce sont les caméras de sur­veil­lance qui con­fir­ment encore cette sin­istre réal­ité. On appren­dra en même temps sur RMC que les pom­piers, en plus de pier­res, ont dû subir des insultes par­mi lesquelles : « sale blanc ». Voilà qui fait beau­coup d’actes isolés, induit étrange­ment l’idée de lyn­chages racistes et donne l’impression d’avoir affaire, plutôt qu’à quelques « badauds indis­ci­plinés », à de véri­ta­bles ban­des cohérentes agis­sant en fonc­tion de critères eth­niques. Des ban­des qui, sans aucun doute, ne résu­ment pas la pop­u­la­tion immi­grée des ban­lieues français­es mais que celles-ci, quoi qu’il en soit, sécrè­tent.

Trappes : Fort Apache

Le 18 juil­let, un con­trôle de Niqab dégénère à Trappes. Les policiers affir­ment avoir été agressés physique­ment par le mari, emmené au poste. Le cou­ple, accom­pa­g­né de la mère de Cas­san­dra, la femme con­trôlée, pré­tend de son côté avoir subi insultes et bru­tal­ités. Quoi qu’il en soit, et avant que la sit­u­a­tion soit davan­tage éclair­cie, les rumeurs rameu­tent dès le lende­main entre 200 et 400 per­son­nes (selon Rue89) qui, après pres­sion des autorités religieuses locales, assiè­gent le com­mis­sari­at des Merisiers trans­for­mé en Fort Apache. Trois nuits d’émeutes embrasent la ville natale de Djamel Deb­bouze. Réac­tion du gou­verne­ment, par la voix de sa porte-parole, Najat Val­laud-Belka­cem : « Pas d’amalgame. » Réac­tion de la jus­tice : une seule peine de prison ferme réelle­ment exé­cutée, soit un « juge­ment d’apaisement » d’après l’un des avo­cats des jeunes gens ayant jeté des pier­res ou tiré au morti­er sur les policiers. Pour trois nuits d’émeutes. S’il ne faut pas faire d’amalgame, on ne com­prend pas ce qui a retenu le bras de la Jus­tice de s’abattre sévère­ment sur les émeu­tiers et autres chas­seurs de flics comme l’avait pour­tant promis Manuel Valls qui a si bien su cor­riger les mil­i­tants de la Manif pour tous. « Face à ce type de vio­lences, il est très impor­tant d’avoir une réponse forte et rapi­de. » marte­lait le min­istre dans un entre­tien accordé à Aujourd’hui en France, le 21 juil­let. S’il n’y a pas d’amalgame, il ne devrait n’y avoir ni « stig­ma­ti­sa­tion » de la com­mu­nauté musul­mane, ni crainte de la « stig­ma­tis­er » en punis­sant des actes aux­quels elle demeur­erait étrangère.

La version « locale »

Par­al­lèle­ment à la ver­sion des policiers, retenue par la jus­tice et non désavouée par le min­istre de l’intérieur, une télévi­sion locale va per­me­t­tre au mari de Cas­san­dra d’exposer sa ver­sion per­son­nelle. Le jeune con­ver­ti de 21 ans affirme n’avoir jamais ten­té d’étrangler un polici­er mais être seule­ment venu au sec­ours de sa femme et de sa belle-mère au cours d’un con­trôle par­ti­c­ulière­ment vir­il. Arguant que les nom­breux con­trôles aux­quels lui et sa femme ont été soumis se sont tou­jours déroulés sere­ine­ment et qu’ils ont tou­jours payé l’amende rel­a­tive à l’interdiction du voile inté­gral, celui-ci sem­ble con­va­in­cu de se présen­ter ain­si en citoyen irréprochable. L’idée qu’un bon citoyen n’enfreint pas sys­té­ma­tique­ment la loi de son pays en toute bonne con­science ne sem­ble même pas lui tra­vers­er l’esprit. Tout chez ce jeune homme évoque la pra­tique d’un islam « séces­sion­niste », ne serait-ce que son « mariage » exclu­sive­ment religieux : « Ce mariage réputé « hal­lal » (licite) n’a aucune valeur légale mais per­met aux jeunes de se fréquenter sans témoins (…) » lira-t-on dans Le Point du 25 juil­let. Per­son­ne, dans la presse, n’a sem­ble-t-il relevé cette autre infrac­tion man­i­feste aux lois de la République : « L’ar­ti­cle 433–21 du code pénal punit de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’a­mende tout min­istre d’un culte qui procède, de manière habituelle, aux céré­monies religieuses de mariage sans que lui ait été jus­ti­fié l’acte de mariage préal­able­ment reçu par les officiers de l’é­tat civ­il. » C’est l’interférence, en défini­tive, entre le régime français et le régime d’un Islam autonome au sein de la nation qui paraît scan­daleuse à Mick­aël comme à ses inter­vieweurs. Deux per­spec­tives inc­on­cil­i­ables s’affrontent, cha­cune de bonne foi. Celle des policiers man­datés pour faire appli­quer la loi de la République, même en ter­ri­toire islamisé, et celle de musul­mans récla­mant une coex­is­tence paci­fique avec une République mécréante dont ils ne recon­nais­sent ni la légitim­ité ni les lois (mais dont ils acceptent les sub­sides).

Solidarité islamique

« Pas d’amalgame », n’ont cessé de répéter les min­istres social­istes, pour­tant, l’amalgame va être immé­di­ate­ment réal­isé par un cer­tain nom­bre d’associations musul­manes, lesquelles vont s’inscrire dans un rap­port de sol­i­dar­ité instinc­tif avec le cou­ple con­trôlé et les émeu­tiers. La pres­sion de ces asso­ci­a­tions qui agis­sent comme des lob­bies religieux va don­ner lieu à une étrange rela­tion des faits par les médias. À parts égales, vont être présen­tées deux ver­sions qui s’affrontent : la pre­mière, celle de la police, soutenue par un gou­verne­ment rap­pelant l’importance de faire une dis­tinc­tion entre les événe­ments de Trappes et l’Islam en France. La sec­onde, celle du cou­ple, trans­mise par les asso­ci­a­tions musul­manes sol­idaires qui expliquent les émeutes comme une con­séquence de l’islamophobie… Ain­si, le 20 juil­let, on trou­vera par exem­ple la men­tion du site musul­man « Al-Kanz » sur Rue 89, une réfu­ta­tion de la ver­sion de la police soutenue par le CCIF (Col­lec­tif con­tre l’islamophobie en France) sur Medi­a­part et dans Le Monde s’ajoute encore le sou­tien du CRI (la Coor­di­na­tion con­tre le racisme et l’islamophobie), quand chez 20 min­utes, c’est Abdal­lah Zekri, prési­dent le l’Observatoire de l’islamophobie, qui vient au sec­ours du cou­ple. L’enchaînement des faits est donc assez éclairant : un cou­ple pra­ti­quant un islam séces­sion­niste se con­fronte à la police. Le « mari » arrêté, les autorités religieuses vien­nent à son sec­ours. Celles-ci rebutées, ce sont les émeu­tiers qui brû­lent et assiè­gent le com­mis­sari­at. L’affaire relayée dans les médias, ce sont ensuite les asso­ci­a­tions musul­manes qui font corps der­rière leurs core­li­gion­naires.

Le danger islamophobe

Devant une telle offen­sive con­tre la légitim­ité répub­li­caine mobil­isée spon­tané­ment en fonc­tion d’un référent religieux, jouant sur un chan­tage à la destruc­tion et un chan­tage moral à l’islamophobie (terme forgé en 1979 par les Mol­lah iraniens), on aurait pu s’attendre à une con­tre-offen­sive sérieuse du gou­verne­ment ne serait-ce qu’au nom de la défense de son autorité et de sa légitim­ité. Non seule­ment, une seule peine de prison a sanc­tion­né les émeutes, mais de sur­croît, la rhé­torique fal­lac­i­euse ser­vant la cause d’un islam séces­sion­niste, a été reprise et validée en par­tie par les médias de gauche : « Le con­texte islam­o­phobe joue-t-il un rôle ? » s’interroge Libé le 22 juil­let. Pire, c’est bien­tôt la loi musul­mane qui est défendue pri­or­i­taire­ment à celle de la République par cer­tains élus de la République. Ain­si : « La séna­trice EELV Esther Ben­bas­sa a tweeté same­di : «Trappes brûle. Quand notre min­istre Valls com­pren­dra-t-il les dérives aux­quelles donne lieu le con­trôle d’identité injuste et injus­ti­fié ?» peut-on lire dans le Figaro du 21 juil­let. Plus rad­i­cal encore, le soci­o­logue Hugues Lagrange exprime dans Le Monde du 24 juil­let des idées pour le moins orig­i­nales : « Ce qui s’est passé à Trappes révèle d’abord l’ab­sur­dité de con­trôles opérés en plein Ramadan (…) ». La loi ne s’appliquerait donc plus pen­dant le Ramadan ? Mieux, les coupables ne sont plus les délin­quants mais la pop­u­la­tion autochtone rétive à accepter une séces­sion islamique sur son pro­pre ter­ri­toire : « Dans les sociétés européennes, les réac­tions eth­no­cen­triques des pop­u­la­tions autochtones à l’é­gard des musul­mans se sont mul­ti­pliées ». Dans l’Human­ité du 22 juil­let, Bruno Vin­cens désigne le véri­ta­ble fau­teur de trou­bles : « Le FN s’est pré­cip­ité pour dévers­er sa haine sur, pêle-mêle, la reli­gion musul­mane et l’im­mi­gra­tion. Le con­trôle d’i­den­tité de Trappes, tel qu’il s’est déroulé, s’in­scrit-il dans le cli­mat islam­o­phobe actuel, comme le dénon­cent les asso­ci­a­tions musul­manes ? » Quand la gauche poli­tique se retrou­ve dans une posi­tion schiz­o­phrénique, la gauche médi­a­tique prend le par­ti de la séces­sion religieuse et accuse le peu­ple orig­inel. Mais cette ten­ta­tive de séces­sion vis­era-t-elle unique­ment la société française ? En effet, dans Vos­ges Matin, le 23 juil­let, on apprend qu’ « une autre ten­sion, latente, existe à Trappes. Depuis une quin­zaine d’an­nées, la com­mu­nauté maghrébine, prin­ci­pale­ment d’o­rig­ine maro­caine et algéri­enne, a vu arriv­er de nom­breux Con­go­lais. “Ils vendent de l’al­cool sous le nez de nos enfants”, con­teste Mostapha, 59 ans. »

Brive : la France tribale

15 juil­let, Brive-la-Gail­larde : dans la journée, des « jeunes » du « quarti­er pop­u­laire » des Chapélies, s’introduisent dans une rési­dence privée pour prof­iter de la piscine et sèment un cer­tain désor­dre. L’un des rési­dents, appar­tenant au 126ème rég­i­ment d’infanterie, s’imagine sans doute, alors qu’il vient d’expulser les islamistes du Mali, en mesure de repouss­er ces « jeunes » hors de sa pro­priété privée. Mal lui en prend, le voici passé à tabac. Sa femme, enceinte de trois mois, suite à ces événe­ments, fait une fausse couche. Le lende­main, ses frères d’armes l’accompagnent aux Chapélies pour régler leurs comptes. S’en suiv­ent des affron­te­ments entre plusieurs dizaines de per­son­nes dans la nuit de 16 au 17 juil­let, puis l’interpellation de sept prévenus. Les policiers et les pom­piers venus pour inter­rompre la rixe seront bien sûr vic­times d’agressions de la part des « jeunes » qu’ils sont venus défendre… L’un des sol­dats exprimera son désar­roi sur le site Con­tre­point : « À notre plus grande sur­prise – mau­vaise sur­prise –, les médias lais­sent enten­dre que les fau­teurs de trou­ble seraient les mil­i­taires ! (…) Pourquoi les médias nous salis­sent-ils comme ça ? » D’un autre côté, « on peut s’étonner que cette affaire soit peu relayée par la presse nationale », relève le même site. La rai­son en est pour­tant sim­ple : quand elle ne tente pas de nier les faits comme à Brétigny, ni d’en manip­uler la récep­tion comme à Trappes, la presse aux ordres se con­tente de les taire. Encore une fois, le souci n’est ni la jus­tice ni la vérité mais de « calmer les esprits des deux côtés » et de « ne pas stig­ma­tis­er » en « mon­tant une com­mu­nauté con­tre une autre ». Où l’on peut con­stater que la munic­i­pal­ité de Brive a entériné une divi­sion com­mu­nau­taire de la nation française.

Contre-feux / 1 : Vikernes

La dis­lo­ca­tion du ter­ri­toire selon des normes eth­ni­co-religieuses est donc sérieuse­ment avancée, et les nom­breuses explo­sions qu’un tel proces­sus entraîne se sont mul­ti­pliées en ce mois de juil­let. La plu­part des médias joue le jeu du gou­verne­ment dans sa volon­té de mas­quer ce véri­ta­ble désas­tre poli­tique, his­torique et nation­al. Tous les moyens sont bons pour par­venir à dis­simuler ou maquiller cette réal­ité aux yeux du peu­ple. Mais l’une des tech­niques les plus remar­quables que le sys­tème médi­ati­co-poli­tique emploie, est celle d’allumer égale­ment des con­tre-feux pour focalis­er l’attention sur de faux dan­gers et s’arroger une légitim­ité à bon compte en dépit de ses trahisons. Le levi­er a beau être grossier et rouil­lé jusqu’au bout du manche, il est action­né sans cesse dans une espèce de panique hagarde, en cri­ant au retour de la bête. Ain­si, après la com­para­i­son des Man­i­fs pour tous avec les ligues des années 30, après l’imposture fla­grante de l’affaire Méric pour faire croire à un défer­lement sanglant des chemis­es brunes sur le pays, l’antifascisme d’apparat et de diver­sion a‑t-il créé de toutes pièces, en moins d’un mois, un symp­tôme illu­soire et une men­ace fac­tice. Les vrais néo-nazis étant décidé­ment dif­fi­ciles à recruter pour les besoins de la pro­pa­gande, il a fal­lu se rabat­tre sur un musi­cien de black met­al norvégien reclus dans une ferme cor­rézi­enne. L’interpellation a eu lieu le 16 juil­let et a béné­fi­cié d’une très forte cou­ver­ture médi­a­tique juste après les pil­lages de Brétigny et en même temps que les rix­es entre mil­i­taires et « jeunes » à Brive étaient au con­traire occultées. Après avoir dû se jus­ti­fi­er au sujet de pho­tos mon­trant ses enfants occupés à jouer avec des épées en bois et des armes en plas­tique, Kris­t­ian Vikernes affirme avoir été bien traité par des policiers qui, selon lui, « avaient des ordres «d’en haut» et «ont juste ten­té de clar­i­fi­er les choses». En atten­dant, « chaque semaine, la DCRI inter­pelle puis relâche sans bruit des islamistes rad­i­caux : depuis jan­vi­er, plus de 40 inter­pel­la­tions ont eu lieu… mais moins d’une quin­zaine de per­son­nes ont été écrouées », pré­cise Le Monde. Les quinze vrais ter­ror­istes islamistes auront donc, depuis jan­vi­er, été inter­pel­lés, eux, dans un par­fait silence médi­a­tique. Bel exem­ple d’usage des fais­ceaux des médias en fonc­tion d’intérêts pure­ment idéologiques.

Contre-feux / 2 : Bourdouleix

À par­tir du 22 juil­let, et alors que Trappes sort tout juste de sa phase incen­di­aire, va être inten­si­fié le lyn­chage médi­a­tique et poli­tique du député-maire de Cho­let, Gilles Bour­douleix. Après l’installation illé­gale de 150 car­a­vanes de « gens du voy­age » sur sa com­mune et une con­fronta­tion pour le moins ten­due avec les Roms le trai­tant de nazi, le maire mar­monne un « Hitler n’en a peut-être pas tué assez » illi­co retran­scrit et dénon­cé par Le Cour­ri­er de l’Ouest. La con­sid­éra­tion est, bien enten­du, par­faite­ment immonde. Néan­moins, nul besoin d’être un émi­nent psy­cho­logue pour com­pren­dre qu’elle trahit moins le fond de la pen­sée de l’élu que son exas­péra­tion. Si l’on respecte un min­i­mum le sens des mots, il est impos­si­ble de con­sid­ér­er des mots mar­mon­nés qui échap­pent à leur auteur dans un con­texte de ten­sion comme une « apolo­gie ». Néan­moins, cette accu­sa­tion grotesque va être portée par Jean-Marc Ayrault, le pre­mier min­istre français se devant, en effet, de s’attaquer frontale­ment aux prob­lèmes qui minent le pays. « Il doit être sanc­tion­né très lour­de­ment par la jus­tice », ful­mine Manuel Valls sur i>Télé. Con­traire­ment aux émeu­tiers de Trappes, insin­ue sans doute le min­istre de l’intérieur… Et voilà com­ment la mal­heureuse phrase va obséder les médias, polaris­er l’indignation sélec­tive, nour­rir le fan­tasme obses­sion­nel du retour de la Bête immonde, et recou­vrir d’un invraisem­blable vacarme les graves ques­tions soulevées par un com­mis­sari­at assiégé ou des cadavres dépouil­lés par des ban­des eth­niques.

Conclusion

Le mois de juil­let 2013 s’achève donc sur la con­damna­tion unanime du maire de Cho­let, sa mise en accu­sa­tion par le préfet du Maine-et-Loire pour « apolo­gie de crime con­tre l’humanité » qui pour­rait lui val­oir cinq ans de prison ferme et 45 000 euros d’amende, ain­si que sur la traque des policiers ayant pu com­met­tre des « bavures ver­bales », comme l’énonce joli­ment Le Cour­ri­er Picard du 24 juil­let, suite aux émeutes de Trappes (Après les vio­lences urbaines qui ont frap­pé la ville de Trappes, suite au con­trôle d’une femme inté­grale­ment voilée, des com­men­taires « au con­tenu vio­lent et par­fois raciste » ont été postés sur une page Face­book inti­t­ulée « Forum police-info.com ») Tout ce qui peut faire office de bouc émis­saire est donc sur­ex­ploité dans sa fonc­tion de diver­sion. Tan­dis que les émeutes qui ont embrasé la ville de Creil entre le 25 et le 27 juil­let ont fini par s’éteindre, il y a cepen­dant fort à pari­er qu’il fau­dra encore dénich­er de nom­breux pré­ten­dus fas­cistes, sec­ta­teurs de la Bête et autres dérapeurs impéni­tents, pour con­tin­uer de détourn­er le regard d’un peu­ple dont la nation presque bimil­lé­naire se décom­pose chaque mois davan­tage, d’une flam­bée à l’autre, dans l’indifférence de ses pro­pres gou­ver­nants.

M.D.

Crédit pho­to : zigazou76 via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision