Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Bertrand Delais nommé à LCP-AN : Macron place ses hommes à la tête des médias publics

17 mars 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | not_global | Bertrand Delais nommé à LCP-AN : Macron place ses hommes à la tête des médias publics

Bertrand Delais nommé à LCP-AN : Macron place ses hommes à la tête des médias publics

Après Marie-Ève Malouines, biographe de Hollande, Bertrand Delais, biographe de Macron, est nommé à la tête de la Chaîne Parlementaire-AN. Comme le nouveau monde ressemble parfois au vieux ! Le documentariste, soutien d’Emmanuel Macron et auteur de deux documentaires sur sa campagne, était favori de la course, un peu décidée à l’avance. Néanmoins sa nomination fait des remous au sein de l’opposition et donne des sueurs froides à Delphine Ernotte nommée sous François Hollande qui sent de plus en plus le sol se dérober sous ses pieds.

Bien qu’at­ten­due par la majeure par­tie des obser­va­teurs, la nom­i­na­tion de Betrand Delais a fait des remous au sein de l’op­po­si­tion. Cepen­dant, il a été élu par 12 voix pour, 7 con­tre, mais François de Rugy s’est abstenu. Le député Alex­is Cor­bière (FI) s’est ému sur Twit­ter, qual­i­fi­ant le choix de Bertrand Delais d’« erreur. Un hagiographe du PR, engagé de façon mil­i­tante dans sa cam­pagne, ne garan­ti­ra pas l’indépen­dance du Par­lement par rap­port à l’Elysée. C’est une main mise du par­ti prési­den­tiel sur un média ». A‑t-il peur que le nou­veau nom­iné ne rap­pelle urbi et orbi ce qu’a révélé L’Obs, c’est à dire ses pas­sages à la TV payés pen­dant la cam­pagne de Mélen­chon 2050 € par mois, divisé en dix « journées » de 205 € ?

Pour Clé­men­tine Autain, député LFI aus­si, la nom­i­na­tion de Bertrand Delais a, « 50 ans après 1968, un par­fum d’ORTF ». Elle a aus­si réa­gi sur Twit­ter : « Bertrand Delais nom­mé à la tête de @LCP, sur propo­si­tion @FdeRugy, con­tre avis de toutes les oppo­si­tions. Delais est auteur de 2 doc­u­men­taires sur #Macron et de moult Tweets engagés LREM. Mis­ère démoc­ra­tique ».

Le social­iste Olivi­er Fau­re a lui aus­si fait état de son oppo­si­tion : « la nom­i­na­tion d’un hagiographe d’E Macron à la tête de #LCP en dit long sur ce pou­voir qui méthodique­ment cherche à neu­tralis­er tous les con­tre-pou­voirs : la presse, le Par­lement, les syn­di­cats, les élus locaux… Ce n’est plus la Republique en marche, c’est une marche con­sulaire ». Pour sa part, il feint d’ou­bli­er que François Hol­lande n’a pas hésité à plac­er ses proches à la tête des médias d’E­tat – à com­mencer par Marie-Ève Mal­ouines – comme ses prédécesseurs avant lui.

Bertrand Delais : « tout au long de la procé­dure, j’ai fait la course en tête »

À Téléra­ma, Bertrand Delais a assuré : « j’ai gag­né à la régulière ». Il pré­cise : « Tout au long de la procé­dure de nom­i­na­tion, j’ai fait la course en tête. Quand les dossiers des can­di­dats au poste étaient anonymes, j’ai reçu la meilleure note onze fois, sur treize votants. A ma con­nais­sance, aucun des huit can­di­dats recalés n’a protesté con­tre le proces­sus qui a été observé… Ces bonnes notes ont été con­fir­mées lors des oraux, dont je suis sor­ti large­ment en tête : j’ai reçu la meilleure note dix fois, sur qua­torze votes [sept, selon le com­mu­niqué de l’Assem­blée Nationale] Même des gens qu’on ne peut pas soupçon­ner d’être macro­nistes m’ont don­né des bonnes notes ».

Tel­era­ma lui pose une ques­tion sur l’hos­til­ité pré­sumée de François de Rugy, autre proche de Macron, qui lui s’est abstenu, Bertrand Delais préfère bot­ter en touche : « On m’a dit ça aus­si, mais je n’en ai aucune preuve. J’ai tou­jours été très bien reçu par lui. Je pense qu’il avait plutôt à coeur de met­tre en évi­dence le proces­sus d’élection qu’il a lui-même mis en place ».

Il ajoute aus­si que « con­naître la total­ité de la fil­ière a sans doute con­sti­tué un atout pour moi » et annonce que Guilaine Chenu devrait diriger les pro­grammes : « à Envoyé Spé­cial, elle a tra­vail­lé avec des pro­duc­teurs privés et sa légitim­ité pro­fes­sion­nelle est évi­dente. Out­re la grande con­fi­ance que j’ai en elle et notre com­plic­ité pro­fes­sion­nelle anci­enne, je suis heureux qu’une fig­ure fémi­nine d’un tel pro­fes­sion­nal­isme, qui jouit d’une image pos­i­tive de ser­vice pub­lic et de qual­ité, incar­ne cette chaîne ».

La fusion avec Pub­lic Sénat – dont l’actuel prési­dent, Emmanuel Kessler, opposé à la fusion, voit son man­dat arriv­er à son terme le 31 mai – étant dans les tuyaux, Bertrand Delais affirme qu’une « mutu­al­i­sa­tion des deux gross­es tranch­es d’information du matin soit à envis­ager, c’est une évi­dence » et plaide pour un « guichet unique » pour financer les doc­u­men­taires. Les deux chaînes par­lemen­taires, au fonc­tion­nement dis­pendieux, aux nom­breux dou­blons et à l’au­di­ence mys­térieuse, sont en effet une des facettes coû­teuses de la chère excep­tion française, peut-être de moins en moins jus­ti­fiée alors que la pres­sion fis­cale aug­mente sur les con­tribuables.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.