Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Présidence de Public Sénat : Emmanuel Kessler vs Jean-François Achilli ou l’indépendance contre la fusion
Publié le 

15 avril 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Présidence de Public Sénat : Emmanuel Kessler vs Jean-François Achilli ou l’indépendance contre la fusion

Présidence de Public Sénat : Emmanuel Kessler vs Jean-François Achilli ou l’indépendance contre la fusion

En finale pour la présidence de Public Sénat – la décision ne sera prise que le 19 avril – on trouve sans grande surprise le président actuel (Emmanuel Kessler) contre le journaliste politique Jean-François Achilli. Le premier incarne la continuité – et l’indépendance de Public Sénat qui est l’une des coûteuses facettes de l’exception culturelle française. L’autre, la proximité avec Emmanuel Macron – qui a déjà réussi à imposer ses candidats à l’AFP et à LCP-AN – et la possibilité d’une fusion avec LCP-AN justement.

Kessler défend son bilan

En atten­dant le choix du Sénat, Emmanuel Kessler ne se prive pas d’in­ter­ven­tions médi­a­tiques pour soign­er son bilan. Ain­si, sur France Info : « On est dans l’ac­tion, dans l’én­ergie. Il y avait plus de 60 per­son­nes mobil­isées toute la journée pour une antenne en con­tinu de 11h30 à 23h30, avec beau­coup de moyens tech­niques, un plateau excep­tion­nel dans la salon des con­férences du Sénat », a‑t-il expliqué, enfonçant le clou : « On rend ça pas­sion­nant en étant proches de citoyens, en leur per­me­t­tant de s’ex­primer. Et puis on a essayé de mon­tr­er à quoi sert le Sénat ».

Pas assez Macron compatible ? Obstacle ou avantage ?

Cepen­dant une autre par­tie de ce même inter­view, si elle peut être appré­ciée au Sénat, ne le sera guère en haut lieu : « Il y a eu quand même une leçon poli­tique assez forte lors de ces élec­tions. L’ef­fet Macron a été stop­pé au Sénat. Certes, ça pou­vait être anticipé parce que ce sont les con­seillers munic­i­paux élus en 2014 qui ont voté et La République en marche n’ex­is­tait pas. On s’at­tendait quand même à une poussée, hors ça a été plutôt une régres­sion de la part de LREM ». Mes­sage sub­lim­i­nal : le Sénat n’est pas sous le con­trôle d’En Marche, or comme celui-ci a un droit de regard direct sur la prési­dence de Pub­lic Sénat, la chaîne ne doit pas non plus être con­trôlée par l’Élysée.

Au Figaro, il a été plus clair encore : « trois ans, c’est court pour men­er à bien sa mis­sion: j’espère pou­voir la pro­longer. Je suis can­di­dat à un deux­ième man­dat, qui me per­me­t­tra d’aller au bout de mon engage­ment ». Cla­mant qu’il avait 24.2 mil­lions de téléspec­ta­teurs en décem­bre 2017 – qui le croira ? Il s’op­pose tou­jours à la fusion et défie l’Élysée : « je n’y suis pas favor­able. En revanche, je pense qu’il faut encore inten­si­fi­er l’harmonisation de nos grilles de pro­grammes et la mutu­al­i­sa­tion de nos moyens ». Et au Monde, en jan­vi­er 2018, il croit bon de pré­cis­er : « pour l’instant, ni le Sénat, ni l’Assemblée nationale ne souhait­ent cette fusion. Les deux chaînes reflè­tent le sys­tème de bicamérisme français. Et si fusion il y a, elle ne se décidera pas à l’Elysée ou à Matignon mais au Sénat et à l’Assemblée ».

Achilli en embuscade

De son côté, Jean-François Achilli, qui a con­nu par le passé une rival­ité avec Jean-Jacques Bour­din sur RMC, reste éton­nam­ment dis­cret dans les médias. Tout juste sait-on de lui ces derniers temps qu’il a échangé avec des lycéens à Bas­tia lors de la semaine de la Presse fin mars 2017 après avoir « ren­con­tré une cinquan­taine d’enseignants dans le cadre d’une for­ma­tion à l’Éducation aux Médias et à l’Information » ou qu’une poli­to­logue caen­naise de 37 ans qui a eu une « brève liai­son » sur deux week-ends en 2014 avec lui a été con­damnée pour har­cèle­ment. Rien ne fil­tre de lui, à part, selon le JDD, qu’il « fait fig­ure de grand favori » car il est favor­able à la fusion LCP-AN – Pub­lic Sénat.

Qui, des con­ser­va­teurs du Sénat ou de Macron, aura rai­son ? Réponse le 19 avril.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

Nicolas Truong

PORTRAIT — Né en 1967, Nico­las Truong dirige les pages « Idées-Débats » du Monde. Il ne fait guère preuve d’honnêteté idéologique, ni ne fait mys­tère de ses pen­chants intel­lectuels pous­sant très loin à gauche le bou­chon de ses idées.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision