Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Coronavirus : France Inter aussi broie du noir

30 mars 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Coronavirus : France Inter aussi broie du noir

Coronavirus : France Inter aussi broie du noir

L’OJIM en rend maintenant compte régulièrement : un léger frémissement semble toucher les médias français. Le ton des sujets changerait-il ?

La ques­tion se pose, et nous en avons déjà don­né deux exem­ples :

Nous sommes par­tis à la recherche du « média 0 », celui peut-être serait à l’origine de ce (léger) mou­ve­ment de (légère) prise de con­science des prob­lèmes de fond qui pèsent sur la société française, prob­lèmes que le coro­n­avirus fait mal­heureuse­ment éclater au grand jour. Serait-ce sur France Inter, le 20 mars 2020 ?

Gardons le titre pour la fin, il vaut son pesant d’or…

L’accroche : « En l’espace d’une semaine, les policiers ont mul­ti­plié les descentes dans des phar­ma­cies, para­phar­ma­cies et même des épiceries. Un com­merçant d’o­rig­ine chi­noise à Belleville à Paris était tou­jours en garde à vue hier soir. »

Que France Inter se laisse qua­si aller au « péril jaune », mode de pen­sée définit comme raciste la semaine d’avant sur tous les plateaux de télévi­sion quand Trump avait par­lé d’un « virus chi­nois », mar­que un évi­dent change­ment de ton.

France Inter veut mon­tr­er que des phar­ma­ciens ou des com­merçants en para­phar­ma­cie prof­i­tent de la sit­u­a­tion pour gag­n­er de l’argent en ven­dant des masques, plutôt que de les remet­tre aux soignants qui en ont besoin pour ne pas mourir. Le para­graphe le plus intéres­sant est celui-là :

« À Mar­seille, à deux pas d’un com­mis­sari­at, la phar­ma­ci­enne de Noailles fai­sait comme les vendeurs de cig­a­rettes à la sauvette du quarti­er : elle vendait des masques de pro­tec­tion sous le man­teau ; en l’occurrence, sous le comp­toir. C’est le jour­nal La Provence qui l’a révélé mer­cre­di : l’officine abri­tait une dou­ble caisse et la phar­ma­ci­enne, âgée de 50 ans, allait chercher des masques dans l’arrière-boutique. Ces masques ne fai­saient pas par­tie du stock prévu au départ pour les per­son­nels de san­té, qui en man­quent cru­elle­ment. »

En apparence, France Inter sem­ble vouloir mon­tr­er, comme à son habi­tude, que la délin­quance mas­sive ne relèverait pas en France de cer­taines eth­nies iden­ti­fi­ables mais aus­si de per­son­nes sup­posées inté­grées, comme cette phar­ma­ci­enne. Cepen­dant, le média n’y arrive pas, ne pou­vant retenir un « comme les vendeurs de cig­a­rettes à la sauvette du quarti­er » qui, eux, sont sub­sa­hariens et impor­ta­teurs d’un mode de vie exogène sur le con­ti­nent européen.

Le « 9 cube » au premier rang

France Inter ne parvient pas encore à qual­i­fi­er qui sont les prin­ci­paux délin­quants, con­traire­ment au secré­taire d’État à l’intérieur Lau­rent Nuñez qui, lui, sait qu’il n’est pas pos­si­ble de con­fin­er cer­taines pop­u­la­tions, la preuve par le 93 dont les cen­tres hos­pi­tal­iers ont été presque immé­di­ate­ment sat­urés, le con­fine­ment ayant été inex­is­tant d’emblée dans les cités du départe­ment :

« Selon le préfet de police de Paris, Didi­er Lalle­ment, des enquêtes se mul­ti­plient. Mais l’une de ces enquêtes, comme l’avait racon­té le jour­nal Le Parisien, avait com­mencé dès la semaine dernière après la décou­verte à Maisons-Alfort de 40 000 masques FFP2, de haute pro­tec­tion certes, mais périmés. Trois escrocs inex­péri­men­tés se sont fait pin­cer après qu’une voi­sine les a aperçus en train de décharg­er leur marchan­dise mal dis­simulée. »

Il n’est cepen­dant pas dif­fi­cile de saisir qui peu­vent être des « escrocs inex­péri­men­tés » à Mai­son-Alfort. Par ailleurs, « les braquages se sont mul­ti­pliés en milieu hos­pi­tal­ier depuis le début de la crise san­i­taire ».

France Inter ne par­le pas directe­ment de ce que cha­cun a pu voir à la télévi­sion, y com­pris sur TF1 ou France 2, ou enten­dre, y com­pris sur Fran­ce­in­fo, ou lire dans beau­coup de jour­naux : l’origine africaine des per­son­nes refu­sant le con­fine­ment, arrêtées pour traf­ic ou por­tant des masques, notam­ment dans les quartiers devenus qua­si africains du Nord de Paris.

Cepen­dant, et c’est la cerise finale sur le gâteau, le jour­nal­iste Emmanuel Leclère ou la rédac­tion de France Inter, n’ont pu, incon­sciem­ment, échap­per au réel : Le nou­veau marché très noir des masques de pro­tec­tion con­tre le coro­n­avirus. « Très noir »… Avec une telle expres­sion, France Inter ne pour­ra pas être nom­inée aux prochains Bobards d’or mais pour­rait bien obtenir le titre de « média 0 », comme le pre­mier con­t­a­m­iné était le « por­teur 0 ».

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision