Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Quand L’Obs découvre que l’Islam peut être dangereux pour la santé
Quand L’Obs découvre que l’Islam peut être dangereux pour la santé

29 mars 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Quand L’Obs découvre que l’Islam peut être dangereux pour la santé

Quand L’Obs découvre que l’Islam peut être dangereux pour la santé

Quand L’Obs découvre que l’Islam peut être dangereux pour la santé

Ainsi que l’OJIM le montrait le 27 mars 2020 avec l’exemple du Point, les sujets et surtout la manière de les traiter changent un peu dans les médias convenus. Un nouvel exemple avec un article de L’Obs paru ce même 27 mars, qui s’appuie en grande partie sur une dépêche de l’AFP.

Le titre : « Au Pak­istan, forte afflu­ence dans les mosquées pour la prière du ven­dre­di mal­gré le coro­n­avirus ». Un titre et un cen­tre d’intérêt qui ne se seraient pas trou­vés dans l’hebdomadaire il y a peu.

Les mots de l’article

L’Obs recon­naît, sans accuser le monde dévelop­pé d’en être respon­s­able, une fois n’est pas cou­tume, qu’un pays tel que le Pak­istan, musul­man, doté de la bombe atom­ique, n’est pas en mesure de met­tre en place un sys­tème de san­té accept­able pour ses 200 mil­lions d’habitants. Pour­tant, l’Arabie saou­dite « a inter­rompu les pèleri­nages et fer­mé les mosquées » et « en Égypte, une fat­wa a per­mis l’interdiction des prières publiques ». Le Pak­istan ne suit donc pas le mou­ve­ment. Pourquoi ? L’Obs écrit un argu­ment, en forme d’interview, qu’il n’eut jamais men­tion­né il y a peu :

« Nous ne croyons pas au coro­n­avirus, nous croyons en Allah. Quoi qu’il arrive, cela vient d’Al­lah, a déclaré l’un d’eux Altaf Khan, alors que d’autres por­tant des masques afflu­aient pour la prière du ven­dre­di à Islamabad. »

En temps nor­mal, L’Obs écrirait con­tre tout autre mag­a­zine met­tant en avant des pro­pos de cette sorte.

 Pour­tant, à cette date, le Pak­istan recen­sait offi­cielle­ment près de 1300 per­son­nes infectées.

« “L’ig­no­rance de la classe religieuse réac­tion­naire” est respon­s­able de la prop­a­ga­tion du nou­veau coro­n­avirus, a tweeté jeu­di soir le min­istre des Sci­ences Fawad Chaudhry. »

Dans L’Obs, l’islam devient obscu­ran­tiste, au Pak­istan mais aus­si en Indonésie où « beau­coup de gens ont ignoré les appels à prier chez eux ». Quant à l’Afghanistan ?

« Les mosquées étaient bondées à Kaboul, a con­staté l’AFP. “Allah pro­tégera les musul­mans des désas­tres causés par le coro­n­avirus”, a déclaré un imam dans une mosquée comble du cen­tre de la cap­i­tale afghane. »

Évidem­ment, cette charge inhab­ituelle con­tre l’Islam demandait un peu d’équilibre, si bien que L’Obs en prof­ite pour accuser Bol­sonaro et Trump d’appeler à rem­plir les églis­es. C’est une façon d’atténuer cette information :

« Au Pak­istan, la majorité des pre­miers malades étaient des pèlerins revenant d’I­ran, où les autorités ont refusé pen­dant des semaines de fer­mer les lieux saints du chi­isme, favorisant la con­t­a­m­i­na­tion de dizaines de mil­liers de personnes.
Le Pak­istan a lui-même autorisé un rassem­ble­ment mas­sif de tab­lighis, un mou­ve­ment de mis­sion­naires musul­mans, début mars, finale­ment stop­pé après qua­tre jours. Là encore, des cas de covid-19 ont été recen­sé par­mi les 250.000 participants. »

Que l’Islam joue un rôle dan­gereux dans la prop­a­ga­tion du coro­n­avirus et que L’Obs, dans la foulée de l’AFP, en par­le sur un ton digne de médias moins con­venus il y a peu ne manque pas d’intérêt. Cama­rade encore un effort !

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».