Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Buzzfeed a une tronche de fake news

30 janvier 2018

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | not_global | Buzzfeed a une tronche de fake news

Buzzfeed a une tronche de fake news

Officiellement, les médias officiels, ceux qui appartiennent à une poignée de milliardaires ou promeuvent l’idéologie dominante, ne produisent pas de fake news. Au contraire, ils les combattraient. Du coup, le buzz avorté provoqué dans ces médias par une « information » publiée par Buzzfeed le 16 janvier 2017 pourrait prêter à rire si cela ne ridiculisait pas toute la profession.

Sauf Libéra­tion, étrange­ment. Les faits : le 16 jan­vi­er 2016, un jour­nal­iste de Buz­zfeed pub­lie un arti­cle inti­t­ulé « Le staff de Marine Le Pen a fab­riqué une fake news de A à Z : le Ernot­te­gate ». Un ton affir­matif, plein de cer­ti­tudes. Le cha­peau de l’article pour­suit : « Au cœur de la prési­den­tielle, des proches de Marine Le Pen ont dif­fusé le témoignage anonyme d’un homme cen­sé être jour­nal­iste à France télévi­sions dans le but de désta­bilis­er Macron. Ce jour­nal­iste n’est autre que Christophe Bouch­er, un prestataire du Front nation­al, fam­i­li­er de Marine Le Pen ». Diantre, le jour­nal­iste de Buz­zfeed, Jules Dar­manin, sem­ble avoir soulevé un énième lièvre au sujet de ce par­ti poli­tique.

De l’art du scoop foireux

Débu­tant par la vidéo postée le 16 mars 2017 par David Rach­line sur son compte Twit­ter, l’article pour­suit : « Dans cette vidéo, on voit un témoin anonyme, cen­sé avoir fait par­tie de l’équipe de Del­phine Ernotte, prési­dente de France télévi­sion, par­ler avec une voix masquée. Ce faux employé de France télévi­sion affirme dans la vidéo que Del­phine Ernotte a été nom­mée à ce poste pour faire gag­n­er François Hol­lande à la prési­den­tielle puis, après le retrait de ce dernier, Emmanuel Macron. Il a fal­lu soutenir coûte que coûte Macron avec l’ob­jec­tif clair de faire bat­tre Marine Le Pen, dit avec une voix masquée celui qui est cen­sé être un ex-col­lab­o­ra­teur de Del­phine Ernotte. Cette vidéo sert de réplique à un sujet d’Envoyé Spé­cial, dif­fusé sur France 2 et con­sacré aux hommes de l’om­bre du Front nation­al (FN). Cette enquête avait irrité l’équipe de Marine Le Pen. Nico­las Bay, vice-prési­dent du FN, avait dénon­cé des méth­odes de voy­ou ».

Il est vrai que l’émission en ques­tion, pro­longeant un essai fraîche­ment paru de jour­nal­istes de Médi­a­part et de Libéra­tion était une émis­sion à charge tombant à pic dans la cam­pagne prési­den­tielle. Un plan com’ mil­i­tant au nom de la « démoc­ra­tie », reprenant un sem­piter­nel ser­pent de mer au sujet de deux « proches » de Marine Le Pen. Une his­toire qui sous une forme ou une autre ressort à chaque échéance élec­torale. Ce moment devenu habituel des élec­tions où 99% du milieu médi­a­tique se mobilise con­tre le « retour de la bête immonde ». Où est le scoop ? Buz­zfeed le dit : « Notre enquête mon­tre que le staff de Marine Le Pen n’a pas seule­ment dif­fusé cette fake news mais qu’il l’a aus­si fab­riqué de toutes pièces ». Un coup digne de Pou­tine en somme. Buz­zfeed sem­ble tenir son water­gate.

Suit une enquête aux pré­ten­tions de sérieux, avec sources, pho­tos, cap­tures d’écran, en par­ti­c­uli­er pour mon­tr­er les liens entre le « jour­nal­iste » de la vidéo dif­fusée par Rach­line et la prési­dente du FN. L’article se ter­mine ain­si : « Enfin, si c’é­tait une par­o­die, pourquoi le FN et Christophe Bouch­er refusent-ils de répon­dre à Buz­zFeed sur ce point depuis des semaines ? »

Et Libération vint tirer la chasse d’eau

Durant 48 heures, nom­bre de médias repren­nent cette « infor­ma­tion ». À com­mencer par les médias de ser­vice pub­lic, financés par les con­tribuables. Fran­ce­in­fo dégaine même en pre­mier. Suiv­ent la majeure par­tie des médias offi­ciels, dont Europe 1 ou L’Obs. Le genre de choses qui allait envahir l’espace médi­a­tique de longues journées durant. Sauf que dans ce cas pré­cis, tout s’arrête net après 48 heures. C’est Libéra­tion qui tire la Buz­zfeed chas­se d’eau en pub­liant un arti­cle signé Cédric Math­iot inti­t­ulé Buz­zfeed et la par­o­die du FN : il existe aus­si des fauss­es fake news.

Bien sûr, le titre est un peu alam­biqué, il était aus­si sim­ple d’appeler un chat un chat et de dire que des médias ni russ­es ni alter­nat­ifs pro­duisent des fake news, Buz­zfeed devenant en cette affaire un bel exem­ple. Mais enfin, ren­dons à Libéra­tion ce qui est à Libéra­tion : le quo­ti­di­en a épinglé son con­frère, expli­quant longue­ment com­ment ce dernier s’est four­voyé en con­fon­dant par­o­die (ce qu’était de toute évi­dence la vidéo de Rach­line, et ce qui ne peut plus être con­testé) une vidéo sérieuse. Évidem­ment, la sur­prenante préoc­cu­pa­tion de Libéra­tion n’est pas anodine, ain­si que le mon­tre la con­clu­sion de l’article : « Qui veut tuer son adver­saire l’accuse de fake news, protes­tent par avance l’extrême droite et ses relais numériques. Autant dire que cette affaire tombe assez mal. Elle déverse des litres d’eau pour ali­menter un moulin qui tur­bine déjà comme une cen­trale nucléaire. Et au pas­sage, on sert sur un plateau les médias dits de réin­for­ma­tion (sic), qui se plairont à met­tre en avant qu’ils avaient pointé dix mois avant la dimen­sion par­o­dique de la vidéo que les médias dom­i­nants (re-sic) s’échinent à ne plus voir dix mois après pour mieux taper le FN ».

Voilà donc les médias dom­i­nants, si, si, oblig­és de se sur­veiller entre eux, et de se deman­der mutuelle­ment de manip­uler avec un tan­ti­net plus de dis­cré­tion. Il faut dire qu’ils le savent bien, eux, ce qu’est une fake news. Cha­cun sachant aus­si qu’une omis­sion n’étant pas une fake news, il n’y aura donc aucune « fausse nou­velle » dans le fait qu’aucun des médias qui s’était pré­cip­ité à la suite de Buz­zfeed n’a indiqué à ses lecteurs ou audi­teurs que l’information n’en était pas une… de ce point de vue, les voici dif­fuseurs de ladite fake news ? Qu’en diraient des juges ? Et le pub­lic s’il en était infor­mé ?

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.