Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | BuzzFeed et les « experts » : l’arroseur arrosé
BuzzFeed et les « experts » : l’arroseur arrosé

28 mars 2016

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | BuzzFeed et les « experts » : l’arroseur arrosé

BuzzFeed et les « experts » : l’arroseur arrosé

BuzzFeed et les « experts » : l’arroseur arrosé

Comme après chaque attentat, les plateaux télé ont été submergés « d’experts » en terrorisme, appelés en renfort pour remplir les cases vides de toutes les éditions spéciales des chaînes d’info.

Se moquant de ce phénomène désor­mais tra­di­tion­nel, le site Buz­zFeed s’est amusé à définir le pro­fil-type d’un « expert antiter­ror­iste ». Pre­mière­ment, il inonde ses pro­fils Face­book et Twit­ter d’an­nonces pour que vous ne man­quiez aucune de ses inter­ven­tions télé. Il ne manque pas une occa­sion de dire qu’il avait tout prévu avant tout le monde, s’au­to-con­grat­ule pour ses prévi­sions cat­a­stro­phes, même s’il se con­tred­it par­fois lui-même.

Autres signes dis­tinc­tifs : il « bal­ance des chiffres dont lui seul con­naît les sources », il a « un avis très tranché » sur les sujets qu’il abor­de, il retweete les gens qui le com­pli­mentent, voire ses « potes experts ». En résumé, il est un can­di­dat par­fait pour les chaînes d’in­for­ma­tion en continu.

Mais com­ment fait-on, chez Buz­zFeed, lorsqu’on a besoin d’a­gré­menter ses arti­cles (dont la médi­ocrité est à la hau­teur de la viral­ité qu’ils enten­dent provo­quer) d’une petite touche de « sérieux » ? Et bien, on a recours à un « expert », comme tout le monde ! Mais atten­tion, pas le même genre d’ex­perts réac’ comme ceux présen­tés dans cet arti­cle moqueur, tel Thibault de Mont­br­i­al. Chez Buz­zFeed, ligne édi­to­ri­ale oblige, on va sou­vent chercher la crème de l’an­tiracisme bienpensant.

Ça tombe bien : la cam­pagne gou­verne­men­tale sur le racisme ayant totale­ment occulté le racisme anti-blanc, ce qui a été forte­ment décrié sur les réseaux soci­aux, il fal­lait absol­u­ment met­tre les points sur les « i » : en somme, con­tre le sur­saut d’indig­na­tion de la « fachos­phère ». Afin de prou­ver à tout le monde que le racisme anti-blanc n’ex­is­tait pas, ou si peu, on a donc fait appel à une « chercheuse », autrement dit… à une experte.

Dans son arti­cle con­sacré à ce sujet, Buz­zFeed donne ain­si la parole à Chris­telle Hamel (pho­to), chercheuse à l’Ined dans des domaines aus­si var­iés (et pas du tout ori­en­tés) que le racisme, le genre, la sex­u­al­ité, le VIH et même les descen­dants des migrants du Maghreb. Pour Buz­zFeed, elle explique très sérieuse­ment que le racisme anti-blanc n’est pas aus­si impor­tant que les autres formes de racisme mais surtout, qu’il est bien moins grave. Pour celle-ci : « Les pau­vres qui détes­tent les rich­es, ce n’est pas la même chose que les rich­es qui détes­tent les pauvres. »

Autrement dit : le racisme anti-blanc n’est, au final, qu’un racisme de ressen­ti­ment après des siè­cles d’esclavage, de dom­i­na­tion et de coloni­sa­tion. Dans cer­tains cas, il peut n’être qu’un relent de haine de classe, sans réelle portée eth­nique. Dans tous les cas, un racisme bien mérité. Cette cul­pa­bil­ité, Mme Hamel la con­naît bien. En 2012, elle con­sacrait une thèse, sans doute pas­sion­nante, à « la sex­u­al­ité des jeunes adultes issus de l’im­mi­gra­tion maghrébine en France ». Dans un entre­tien à la revue Genre, Sex­u­al­ité & Société, elle con­fi­ait avoir « décou­vert qu’elle était blanche » après s’être ren­due compte du « cal­vaire » vécu par les pop­u­la­tions d’o­rig­ine maghrébine en ter­mes de dis­crim­i­na­tion. Dans le même temps, elle con­statait que « le racisme d’au­jour­d’hui recon­duit le racisme colo­nial ». La boucle est bouclée.

Buz­zFeed peut bien moquer les pra­tiques des chaînes d’in­for­ma­tion en con­tinu, qui ont tou­jours besoin de quelqu’un qui aurait quelque chose à dire pour meubler l’an­tenne, mais le site repro­duit lui-aus­si les mêmes réflex­es, qui plus est de façon encore plus préméditée et ori­en­tée idéologiquement.

D’ailleurs, pour en revenir à l’ar­ti­cle orig­inel, n’a-t-il pas été rédigé par David Per­rotin, expert es extrême-droâte ? Comme le démon­trait notre por­trait du per­son­nage, ses ori­en­ta­tions idéologiques (sur Buz­zFeed comme sur Rue89) et ses moti­va­tions ne font pas l’om­bre d’un doute : « En 90 arti­cles env­i­ron recen­sés sur les sites Rue89 et Buz­zFeed France, 17 con­cer­nent le Front nation­al, 10 l’extrême droite, 3 le racisme en France et seule­ment 3 la gauche… » Et ceci sans par­ler de ses mes­sages pub­liés sur Twit­ter, faisant de lui une véri­ta­ble vigie antifas­ciste du web, adepte du par­ti-pris tranché et juvénile, et désor­mais don­neuse de leçons.

Avant de voir la paille qui est dans l’œil de ton frère…

Crédit pho­to : DR

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Cyril Hanouna

PORTRAIT — Incar­na­tion de la « télé-poubelle », Cyril Hanouna truste les suc­cès et les places dans le Paysage Audio­vi­suel Français (PAF) en tant que pro­duc­teur, ani­ma­teur sur D8 avec « Touche pas à mon poste » et de radio à Europe 1 ou acteur de cinéma.

Christian Terras

PORTRAIT — C’est un homme qui appa­rait régulière­ment dans les médias quand il s’agit de faire le procès de l’Église catholique. Présen­té comme « théolo­gien », ou comme un « grand spé­cial­iste du catholi­cisme », il est con­sid­éré comme un inter­locu­teur val­able et objectif.

Mélissa Theuriau

PORTRAIT. Incar­na­tion vivante de la mix­ité heureuse et bour­geoise, cette grande prêtresse de la tolérance offi­cie depuis l’île-Saint-Louis, loin des car­cass­es de voitures brûlées et des vapeurs de haschich.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).

Luc Bronner

Né le 14 mai 1974 à Gap, fils de médecins général­istes, il gagne une pre­mière recon­nais­sance en dres­sant  un por­trait infor­mé et sans con­ces­sions des ban­lieues français­es, à une époque où peu de jour­nal­istes s’y risquaient.