Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Télévisions : Delphine Ernotte Grand remplacée ?

17 décembre 2017

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | not_global | France Télévisions : Delphine Ernotte Grand remplacée ?

France Télévisions : Delphine Ernotte Grand remplacée ?

Le mardi 12 décembre 2017, les diverses Sociétés des Journalistes de France Télévisions diffusent cette information concernant la présidente du groupe : une motion de défiance à son encontre a été votée par 84 % des participants. Un résultat qui pose question : comment France Télévisions peut-elle fonctionner correctement dans un climat aussi délétère ?

Ont pris part au vote les jour­nal­istes de la rédac­tion nationale de France 3, ceux de France 2, de fran­ce­in­fo tv, de franceinfo.fr et de plusieurs émis­sions télévisées. Ils devaient répon­dre à cette ques­tion : « Faites-vous con­fi­ance à Del­phine Ernotte-Cun­ci pour préserv­er la qual­ité et les moyens de l’information à France Télévi­sions ? ». Le moins que l’on puisse dire est que la con­fi­ance vis-à-vis de Del­phine Ernotte n’est pas au ren­dez-vous : 9 % seule­ment de « oui », sur les 69 % de par­tic­i­pants. Dans la soirée de ce même 12 décem­bre, fran­ce­in­fo met l’accent sur l’importance et le côté inédit de ce vote : « Ce scrutin, organ­isé pour la pre­mière fois par qua­tre SDJ de France Télévi­sions, visait à dénon­cer « une attaque inédite con­tre l’in­for­ma­tion du ser­vice pub­lic », selon les organ­isa­teurs. La prési­dente de France Télévi­sions avait assuré pren­dre ce vote « au sérieux », dans un mes­sage adressé lun­di aux salariés ».

Le contexte est lourd, aux yeux des rédactions

Le gou­verne­ment veut que l’audiovisuel pub­lic fasse des économies. Volon­té qui passe néces­saire­ment et tou­jours mal au sein des rédac­tions de médias de ser­vice pub­lic. L’objectif assigné à Del­phine Ernotte est de réduire de 50 mil­lions d’euros les dépens­es de France Télévi­sions, dès l’an prochain. Del­phine Ernotte envis­ageait la sup­pres­sion de postes, peut-être aus­si le regroupe­ment des rédac­tions de France 2 et de France 3. On par­le par ailleurs, au sein de Radio France, d’un éventuel regroupe­ment de France Inter et France Cul­ture. Out­re les con­tes­ta­tions face à la volon­té gou­verne­men­tale, lesquelles pour­raient être lev­ées par la dis­cus­sion, les jour­nal­istes se mon­trant con­scients des dif­fi­cultés actuelles du ser­vice pub­lic, c’est bel et bien la per­son­nal­ité de Madame Ernotte qui pose ques­tion : si les jour­nal­istes ne lui font pas con­fi­ance, c’est qu’elle est con­sid­érée comme n’ayant pas de vision stratégique. Autrement dit, les SDJ craig­nent que les coupes budgé­taires soient faites sans réflex­ion ni véri­ta­ble vision d’ensemble. Leurs craintes sont-elles légitimes ? C’est pos­si­ble. Après tout, le prési­dent Macron s’est vu reprocher des pro­pos qu’il aurait tenus devant des députés de sa majorité. Cela a été rap­porté par Téléra­ma. Le prési­dent aurait qual­i­fié le ser­vice de l’audiovisuel pub­lic de « honte pour nos conci­toyens ». Que cet audio­vi­suel pub­lic soit une honte, pas de doute à ce pro­pos. Mais pour des raisons idéologiques : la majorité des médias d’État pro­posent une pen­sée unique sou­vent dénon­cée par des médias indépen­dants tels que l’Obser­va­toire du jour­nal­isme ou Causeur. Ce n’est sans doute pas ce poli­tique­ment cor­rect-là que visait le prési­dent Macron, plutôt la ges­tion des finances publiques – si les pro­pos rap­portés par Téléra­ma ont effec­tive­ment été tenus, ce qui ne paraît pas cer­tain. Autre aspect de la lour­deur du cli­mat : dans ce con­texte d’annonce de réduc­tion des dépens­es, la rumeur a un temps fil­tré que les mag­a­zines Envoyés spé­cial et Com­plé­ment d’enquête, ain­si que la per­son­nal­ité d’Élise Lucet, seraient dans le col­li­ma­teur de la direc­trice de France Télévi­sions, et ain­si sup­posé­ment du pou­voir poli­tique. Ce qui a été démen­ti. Les coupes prévues à l’origine dans les bud­gets de ces mag­a­zines ont été en grande par­tie sup­primées, devant le tol­lé général. Ces émis­sions d’investigation étant con­sid­érées comme des émis­sions poil à grat­ter du monde poli­tique. Des revire­ments qui ajoutent une couche à l’impression de nav­i­ga­tion à vue sous la prési­dence Ernotte.

Outre les économies, la personnalité de Delphine Ernotte pose donc question

Présen­tant son plan d’économies pour 2018, le mer­cre­di 12 décem­bre 2017, Del­phine Ernotte a don­né un entre­tien à Téléra­ma, l’hebdomadaire met­tant l’une de ses phras­es en accroche : « Je ne démis­sion­nerai pas ». Une quar­an­taine de mil­lions d’euros d’économies sont imputa­bles à la grille des pro­grammes, en par­ti­c­uli­er dans les domaines du sport et de l’information. Et env­i­ron 170 à 200 emplois ne seraient pas recon­duits. Face à ces annonces, le malaise était pal­pa­ble dès jeu­di 14 décem­bre dans les couloirs de France Télévi­sion, pour cette sim­ple rai­son que les jour­nal­istes ne com­pren­nent pas la stratégie ni les axes de la prési­dence. Pour­tant, Madame Ernotte a sou­vent fait preuve de con­vic­tions claires. Sa façon de licenci­er David Pujadas dit par exem­ple beau­coup du man­age­ment d’une Del­phine Ernotte à laque­lle il fut déjà reproché son peu d’empathie à l’époque où elle dirigeait en France Télécoms/Orange une entre­prise atteinte par une vague de sui­cides de ses employés. Del­phine Ernotte s’est déjà retrou­vée au cœur de polémiques liées à ses options poli­tiques out­ran­cière­ment libérales lib­er­taires, en par­ti­c­uli­er lorsqu’elle a déclaré en 2015 à l’antenne d’Europe 1 que les médias français seraient « occupés par des hommes blancs de plus de 50 ans ». Dans Le Figaro, Ivan Rioufol avait alors pointé une sorte de « racisme » inver­sé, qui n’a eu de cesse de se dévelop­per depuis dans toutes les couch­es de la société française, et que des mag­a­zines comme Causeur ou Valeurs Actuelles pointent régulière­ment du doigt. Del­phine Ernotte s’affirme régulière­ment, y com­pris dans ses attaques con­tre les mâles blancs, comme étant démoc­rate, et agis­sant par souci du respect des valeurs de la démoc­ra­tie. Sur ces bases, dès lors que le peu­ple des jour­nal­istes du ser­vice pub­lic sem­ble ne plus vouloir d’elle, ne devrait-elle pas assumer ses con­vic­tions et don­ner le plus beau des exem­ples démoc­ra­tiques : quit­ter le pou­voir ? Cela per­me­t­trait au gou­verne­ment actuel d’aller au bout de la lutte con­tre le racisme et le sex­isme, en nom­mant par exem­ple Danièle Obono à la tête de France Télévi­sions. Ne serait-ce pas un mar­queur fort de ce nou­veau monde poli­tique tant annon­cé et qui tarde un peu à venir ?
Crédit pho­to : Orange France via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.