Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Clément Delpirou nommé co-gérant de Libération par le groupe SFR

11 janvier 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | not_global | Clément Delpirou nommé co-gérant de Libération par le groupe SFR

Clément Delpirou nommé co-gérant de Libération par le groupe SFR

Alors qu’Altice, maison-mère de SFR, est plongée dans la tourmente boursière depuis cet automne après avoir été prise au piège de l’endettement, les têtes continuent à tomber et les chaises de valser. C’est maintenant Libération qui change de patron avec la nomination de Clément Delpirou comme directeur général des activités presse de SFR et co-gérant de Libération.

C’est le six­ième directeur général en deux ans pour le jour­nal dont la dif­fu­sion con­tin­ue de s’éroder – encore ‑1,66% sur la péri­ode 2016–2017 pour la dif­fu­sion France payée, à 75 824 exem­plaires de moyenne, dont 20 361 numéros ven­dus à l’u­nité. Pour rap­pel, elle était de 101 616 exem­plaires en moyenne en 2013 – un quart de la dif­fu­sion s’est donc effacé en qua­tre ans.

Jusqu’alors Clé­ment Delpirou dirigeait le groupe de presse pro­fes­sion­nelle Info­pro Dig­i­tal, présent dans onze pays (360 mil­lions d’€ de chiffre d’af­faires en 2017, 67 mil­lions d’eu­ros de béné­fice net, 1800 salariés dont 1300 à Antony) et con­nu en France pour l’U­sine nou­velle, LSA, La Gazette des com­munes ou encore Le moni­teur des travaux publics. Cepen­dant, du point de vue social – un aspect impor­tant pour Libéra­tionla redis­tri­b­u­tion des béné­fices n’a guère prof­ité aux salariés, qui ont même fait grève en juin dernier, à l’in­sti­ga­tion de la CGT, pour espér­er touch­er un peu plus de primes d’in­téresse­ment et de par­tic­i­pa­tion.

Diplômé d’HEC, Clé­ment Delpirou a com­mencé sa car­rière chez Rotschild en 1997 et tra­vail­lé presque toute sa vie pro­fes­sion­nelle dans le dig­i­tal – d’abord en lançant sur le web la Fnac ou encore l’Oréal, puis d’autres sites de e‑commerce. En 1999 il entre chez Nurun France, une agence dig­i­tale où il est suc­ces­sive­ment directeur con­seil, respon­s­able du développe­ment et directeur grands comptes et dont il devient le directeur général France en 2004. Il passe chez Info­pro en 2007 et lance l’U­sine dig­i­tale en 2013 – un site lié au titre l’U­sine nou­velle. Nom­mé Chief Dig­i­tal Offi­cer en 2015 il a pour mis­sion de cha­peauter les activ­ités dig­i­tales du groupe et d’en accom­pa­g­n­er la crois­sance.

« Il nous a été présen­té par Lau­rent Jof­frin comme celui qui a su faire pass­er L’U­sine Nou­velle du print au numérique. Le débat por­tait aus­si sur la ques­tion de ne pas avoir un sim­ple ges­tion­naire », a pré­cisé un salarié de Libéra­tion à Chal­lenges. En même temps, pour faire pass­er la pilule aux salariés, 6 CDD ont été tit­u­lar­isés en CDI et qua­tre autres postes en CDI créés – des largess­es qui calmeront peut-être le cli­mat interne ten­du mais qui ne sont guère com­pat­i­bles avec la sit­u­a­tion économique peu reluisante du jour­nal et sa dif­fu­sion en baisse.

Cepen­dant la tâche va être rude pour Clé­ment Delpirou, qui change com­plète­ment de monde en pas­sant de la presse pro­fes­sion­nelle à un jour­nal de gauche caviarpar­mi les plus sub­ven­tion­nés de France – qui se croit encore en Mai 68 et dont les équipes refusent mordi­cus d’évoluer. Il aura pour mis­sion de recruter des abon­nés numériques alors que les revenus – qui s’é­ti­o­lent – dépen­dent tou­jours du papi­er et se retrou­vera face à des blocages syn­di­caux et humains autrement plus forts qu’au sein du groupe Info­Pro.

Altice reprend des couleurs en Bourse

Pen­dant ce temps Altice tente de remon­ter la pente en Bourse. Le min­i­mum a été atteint le 8 décem­bre à 7,32 € par action. Le cours est main­tenant à 9,62 (5 jan­vi­er) avec un pic à 9,69 € le 3 jan­vi­er. Un accord de dif­fu­sion a été annon­cé au tout début de l’an­née 2018 ; il a été passé avec M6 qui devrait en retir­er près de 23,5 mil­lions d’eu­ros sur l’an­née, sur la base de 0,60 euro par abon­né et par mois, avec une marge un peu moin­dre car elle pro­duira à ses frais des con­tenus exclusifs. Au pas­sage, Altice a annulé 417 mil­lions d’ac­tions auto-détenues, mis fin au plan fibre de SFR et fait traîn­er un peu plus encore la fin de son plan social – de quoi se créer des tra­cas judi­ci­aires mais aus­si en bas­culer le coût sur 2018.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo EBG Paris. DR.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).