Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Fake news : L’Obs en fait une couverture !

23 janvier 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | not_global | Fake news : L’Obs en fait une couverture !

Fake news : L’Obs en fait une couverture !

L’Obs vient de surprendre et parfois choquer la planète médiatique. L’information n’est pas mince tant l’hebdomadaire libéral libertaire nous avait habitués à ne surtout faire aucune vague. L’Obs, on t’a fait bobo à la tête ?

Que se passe-t-il à L’Obs ? Dans son édi­tion numéro 2775 datée du 11 jan­vi­er 2018 l’hebdomadaire a pro­posé à ses lecteurs une cou­ver­ture telle qu’il n’en pro­dui­sait plus depuis longtemps. Gen­til­let, soft et sym­pa, le mag­a­zine lib lib se con­tentait de cou­ver­tures con­sen­suelles. Celle du 11 jan­vi­er fait polémique. Elle présente la France comme un camp retranché anti migrants. Le dossier porte sur la poli­tique migra­toire annon­cée par le gou­verne­ment. Bien sûr, avec la suiv­ante, celle de la semaine du 18 jan­vi­er 2018, L’Obs est ren­tré dans le rang en faisant sa Une sur un entre­tien inédit avec Elsa Fer­rante, l’écrivain à suc­cès dont per­son­ne ne sait qui elle est véri­ta­ble­ment, et qui nor­male­ment ne par­le pas.

Barbelés concentrationnaires et Macron à la Une !

C’est évidem­ment plus con­sen­suel et moins poli­tique que de pub­li­er une pho­to de Macron entouré de bar­belés en Une. La charge est forte. La mise en scène de cette Une ne peut que don­ner à penser ceci : le prési­dent Macron, à la répu­ta­tion pour­tant jus­ti­fiée d’humanisme, peu soupçonnable de xéno­pho­bie ou de racisme, trans­formerait la France en une sorte de sys­tème con­cen­tra­tionnaire, un camp au-dessus duquel ne serait pas inscrit Arbeit Macht Frei mais « Migrants ». Ce dernier mot étant étrange­ment présen­té comme s’il s’agissait d’un pan­neau routi­er ou de celui placé à l’entrée d’une com­mune. Sur Twit­ter, de nom­breux mes­sages postés en com­men­taires de cette Une font remar­quer, sans doute à juste titre, que cette cou­ver­ture peut être perçue comme dou­teuse, le prési­dent Macron ayant un physique très européen ; d’autres n’hésitent pas à dire qu’il ne manque à cette cou­ver­ture qu’une cas­quette et une mous­tache. Dif­fi­cile en effet de croire à une erreur de la part d’un mag­a­zine aus­si expéri­men­té que L’Obs. À l’évidence, l’hebdomadaire d’habitude si sage et soucieux de ne pas trop brusquer son pub­lic, a décidé de référ­er à l’Allemagne nazie en pub­liant cette Une, lais­sant ain­si enten­dre que la poli­tique annon­cée par Emmanuel Macron et son min­istre de l’intérieur, Gérard Col­lomb, en matière d’immigration serait com­pa­ra­ble à la poli­tique anti­sémite menée par les nazis con­tre les juifs, les tzi­ganes, les homo­sex­uels, les chré­tiens catholiques, les francs-maçons, nom­bre de leurs opposants, dont cer­tains révo­lu­tion­naires con­ser­va­teurs. Cette manière, pour un Obs jusque-là plutôt ouverte­ment pro-Macron, de plonger la tête entière dans les miasmes du point God­win a ain­si pu sur­pren­dre. La cou­ver­ture étant de plus accen­tuée par les noms de sig­nataires de textes, Le Clézio, perçu comme une « con­science morale » de la gauche uni­ver­sal­iste à Paris, ou Boucheron, l’historien tête de gon­do­le du com­bat con­tre le réel d’une his­toire de France aux racines chré­ti­ennes, européennes, blanch­es, etc – Boucheron est per­suadé que l’histoire de France vient d’ailleurs, un peu comme la « vérité » dans X‑Files, et penche plutôt pour les théories du « racisme d’État » de la République française que pour celle d’une France à l’avant-garde de l’ouverture sur le monde. L’Obs a donc choisi de don­ner de la sur­face à ce genre de per­son­nage, déjà fort médi­atisé, et de dif­fuser une fake news tout à fait extra­or­di­naire : le prési­dent Macron serait un homme poli­tique com­pa­ra­ble aux nazis. La volon­té (dis­cutable) de Mon­sieur Macron de lut­ter con­tre les fake news prof­it­era-t-elle de cette occa­sion pour entr­er en action ? Sanc­tion­ner L’Obs serait ain­si un point de départ intéres­sant et amu­sant. On imag­ine ce qui se passerait si une image pareille avait été mise en ligne par RT France par exem­ple. Reste que ce qui est induit par cette cou­ver­ture est en tout cas à l’origine d’une nou­velle polémique au sein du milieu politi­co-médi­a­tique parisien.

Macron derrière les barbelés

La cap­i­tale est en émoi. En toute objec­tiv­ité, recon­nais­sons-le : la cou­ver­ture de L’Obs est men­songère : qui peut croire un instant qu’Emmanuel Macron, prési­dent de la société ouverte, peut être assim­ilé à ce genre de sous-enten­dus, néan­moins gros comme le nez de Cyra­no au milieu de la fig­ure. Le titre de cette cou­ver­ture peut de même cho­quer en ce qu’il sous-entend à son tour : ce « Bien­v­enue au pays des droits de l’Homme » lais­sant ain­si enten­dre que la France ne serait pas ce pays. Qu’elle le soit ou non, qu’elle le soit assez ou pas, tout cela peut bien sûr être débat­tu ; mais qu’elle le soit si peu, que la com­par­er à l’époque où des camps de con­cen­tra­tion exis­taient en Europe est sim­ple­ment une bêtise. La réac­tion enflait à par­tir du 19 jan­vi­er, nom­bre d’observateurs et de médias titrant sur un thème du type « Macron der­rière les bar­belés », la cou­ver­ture pour­rait « coûter sa place au directeur de L’Obs ». Sur­prenante façon de lire l’image de cette cou­ver­ture, laque­lle n’enferme pas le prési­dent der­rière des bar­belés mais l’accuse de faire de la France un camp retranché anti migrants, sur fond de références dou­teuses.

Selon Libéra­tion, le 19 jan­vi­er 2018 : « Les jours de Matthieu Crois­sandeau à la tête de l’heb­do­madaire détenu par le duo Xavier Niel et Matthieu Pigasse sem­blent comp­tés. La rumeur d’un départ immi­nent du directeur de la rédac­tion, qui ne s’est jamais remis de la motion de défi­ance votée con­tre lui en 2016, agite beau­coup en interne. Et d’au­tant plus depuis que, dans l’édi­tion de cette semaine, le cofon­da­teur du titre et gar­di­en du tem­ple, Jean Daniel, a pris la plume pour tancer le choix de cou­ver­ture de la semaine précé­dente mon­trant le vis­age d’Em­manuel Macron entouré de bar­belés ». Il n’est en effet pas banal de voir le fon­da­teur d’un heb­do­madaire s’en pren­dre à la Une de son pro­pre mag­a­zine, qui plus est sur le site de L’Obs, en ter­mes très clairs : « Je ne sup­porte pas de voir la tête de notre prési­dent entourée de bar­belés, avec le choix de les subir ou de les impos­er ». Il insiste, indi­quant ne pas sup­port­er que le prési­dent de la République soit ain­si présen­té tel un « tyran ». La charge, venue de Jean Daniel, n’est pas mince. Peu après, rap­porte 20 Min­utes, le délégué général de LREM, Christophe Castag­n­er, indi­quait que cette cou­ver­ture « ne cor­re­spond pas à la réal­ité ». Autrement dit, c’est une fake news. Et cette polémique traduit claire­ment la prob­lé­ma­tique actuelle, voy­ant des médias ample­ment pro­duc­teurs de fauss­es nou­velles être dans le même temps con­sid­érés comme devant être pro­tégés, et util­isés pour lut­ter con­tre ces mêmes fauss­es nou­velles. Matthieu Crois­sandeau a ten­té de jus­ti­fi­er la cou­ver­ture polémique, dans un com­mu­niqué pub­lié à côté de celui de Jean Daniel. Il dit avoir voulu une cou­ver­ture choc pour une sit­u­a­tion choc, celle faite aux migrants, laque­lle traduirait un reniement par la France de ses valeurs liées aux droits de l’Homme.

L’observateur impar­tial peine à croire que ce genre de point de vue, telle­ment éloigné de la réal­ité de ce qu’est la France actuelle, en par­ti­c­uli­er con­cer­nant sa poli­tique migra­toire, la crois­sance de l’accueil des migrants, leur prise en charge dans tous les domaines, de l’école à la nour­ri­t­ure en pas­sant par la médecine ou un revenu, puisse en effet con­duire un tel jour­nal­iste à être nom­mé à la tête d’un heb­do­madaire his­torique tel que L’Obs. Il doit être pos­si­ble ( ?) de trou­ver des jour­nal­istes moins imprégnés de pro­pa­gande de bas étage pour diriger une telle pub­li­ca­tion. Encore faudrait-il oser sor­tir du copinage parisien-parisien, et chercher des tal­ents qui soient en même temps des esprits libres, capa­bles de finesse intel­lectuelle. Cela n’existe plus guère dans le monde lib lib (libéral lib­er­taire), mais peut aisé­ment se trou­ver dans les médias dits alter­nat­ifs. La direc­tion de L’Obs osera-t-elle relancer son mag­a­zine en jouant la lib­erté ? Pas cer­tain. Le nom de Claude Askolovitch cir­cule, c’est dire com­bi­en on apprend peu de ses erreurs dans la France médi­a­tique con­tem­po­raine.

Crédit pho­to : L’Obs. DR. Mon­tage : Ojim

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision