Journalistes : de moins en moins nombreux

Infographie : Patrick #Drahi, à la fortune du câble ! [MàJ] https://t.co/pqrCbF4afu #médias

Journalistes : de moins en moins nombreux

Journalistes : de moins en moins nombreux

Télécharger en PDF

Des journalistes de moins en moins nombreux, de plus en plus objets de licenciements et sans doute moins bien payés.

C’est le constat que fait Jean-Marie Charon, sociologue des médias, dans une étude détaillée aux 6èmes Assises du Journalisme à Poitiers où l’Ojim était présente.

Il y avait en 2011 moins de journalistes disposant d’une carte de presse qu’en 2005. L’arrêt de France-Soir, La Tribune pour sa partie papier, ont entraîné la perte de plus de 250 emplois. Ce ne sont pourtant que les mesures les plus spectaculaires. Les Échos, L’Équipe ont perdu 10% de leurs effectifs. RFI a subi un deuxième plan social avec 126 départs. On peut citer aussi Témoignage Chrétien, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, L’Est Républicain, la Comareg, Le Parisien où les effectifs diminuent ou disparaissent (la Comareg dans les gratuits).

Enfin les nuages s’amoncellent au Groupe Hersant (voir la brève sur notre site), à Sud-Ouest, France TV sans parler de Presstalis qui n’emploie pas de journalistes mais qui fait une grève par semaine et dont on ne sait pas quand le plan social sera réglé, avec 1250 emplois à la clé.

Manque à cette étude un volet financier. Les journalistes licenciés sont souvent les plus expérimentés donc les plus chers. Ils sont remplacés par des pigistes facilement corvéables voire par des auto-entrepreneurs (effet d’aubaine) dont on peut se débarrasser du jour au lendemain et… sans charges sociales.

Crédit photo : Christophe Cariou

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook