Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Sciences Po, LVMH et le conseil de surveillance des Échos : l’alliance qui dérange

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

28 juin 2023

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Sciences Po, LVMH et le conseil de surveillance des Échos : l’alliance qui dérange

Sciences Po, LVMH et le conseil de surveillance des Échos : l’alliance qui dérange

Temps de lecture : 3 minutes

Elle a été nommée au début du mois de juin troisième membre indépendant du conseil de surveillance des Échos : Alice Antheaume, directrice exécutive de l’école de journalisme de Science Po Paris, devrait prendre place aux côtés du banquier André Lévy-Lang et du professeur de droit Nicolas Molfessis.

Un membre du comité relatif à l’honnêteté… relative ?

Être mem­bre du « comité relatif à l’honnêteté, à l’indépendance et au plu­ral­isme de l’information et des pro­grammes de Radio France » ne fait pas néces­saire­ment de vous une per­son­nal­ité vertueuse. La preuve : Alice Antheaume, mem­bre de cette instance du ser­vice pub­lic depuis févri­er 2022, n’aurait pas fait tout à fait preuve de droi­ture, à en croire un récent arti­cle de Jamal Hen­ni pour l’Infor­mé. Récem­ment accep­tée à un poste au con­seil de Sur­veil­lance des Échos par l’actionnaire et la SDJ, celle qui occupe actuelle­ment le poste de Direc­trice exéc­u­tive de l’École de jour­nal­isme de Sci­ences Po n’aurait pas respec­té l’un des engage­ments adop­tés par LVMH à l’occasion du rachat du titre en 2007. Ain­si, les per­son­nes mem­bres de ce con­seil ne doivent en aucun entretenir des rela­tions avec LVMH sus­cep­ti­bles d’affecter leur juge­ment. La place est impor­tante, puisqu’elle per­met notam­ment aux admin­is­tra­teurs de régler les con­flits entre la rédac­tion et la direction…

Si les liens de cette per­son­nal­ité avec le groupe de luxe ne sont pas répréhen­si­bles, ils sont au moins récur­rents : elle fut d’abord chargée de mis­sions de réflex­ion à deux repris­es pour les Échos, pro­priété de LVMH. Par ailleurs, en qual­ité de direc­trice exéc­u­tive de l’école du jour­nal­isme de Sci­ences Po, elle a dû entretenir des liens avec l’ancien directeur des Échos, Nico­las Bar­ré, mem­bre du comité stratégique de ladite école de journalisme.

Enfin, si l’on en croit Jamal Hen­ni, c’est encore ce groupe LVMH qui finance, par l’intermédiaire de dons, Sci­ences Po : entre 2016 et 2020, il aurait procédé à des dons de plus de 50 000 euros par an, et de plus de 100 000 euros en 2017 et 2019.

Voir aus­si : LVMH, info­gra­phie

Qui est Alice Antheaume ?

Com­mençant sa car­rière comme jour­nal­iste de Téléra­ma (2007–2003), Alice Antheaume a gravi les éch­e­lons au sein de l’École de jour­nal­isme de Sci­ences Po : alors qu’elle est rédac­trice-en-chef adjointe à 20minutes.fr, elle devient enseignante puis direc­trice adjointe respon­s­able de la prospec­tive avant de devenir direc­trice exéc­u­tive de l’École de jour­nal­isme de Sci­ences Po Paris. Fon­da­trice du blog Work in progress, elle fut aus­si chroniqueur à l’émission de France 5 Médias le Mag et du Nou­veau Ren­dez-vous de France Inter.

Elle occupe désor­mais des fonc­tions dans dif­férentes insti­tu­tions, à l’image de News­guard, dont elle est mem­bre du con­seil con­sul­tatif (voir notre arti­cle, infra), ou du Oxford Insti­tute for the Study of Jour­nal­ism, dont elle est la cor­re­spon­dante pour la France. Depuis févri­er 2022, elle est aus­si mem­bre, comme nous l’avons dit plus haut, du « comité relatif à l’honnêteté à l’indépendance et au plu­ral­isme de l’information et de pro­grammes de Radio France ». Tout un pro­gramme, dont les mem­bres dudit comité feraient bien de s’inspirer !

Voir aus­si : News­guard, instru­ment du soft pow­er américain ?