Accueil | Actualités | Médias | Soros étend son influence en Pologne
Pub­lié le 7 mars 2019 | Éti­quettes : , , ,

Soros étend son influence en Pologne

Comme nous le signalions le 2 février 2019, George Soros était en lice, de manière indirecte, pour le rachat des stations de radio du groupe polonais Eurozet : Radio Zet, Chillizet, Antyradio, Meloradio et Radio Plus ainsi qu’un studio de production de radio et de télévision. Ce groupe avait été racheté par le tchèque Daniel Kretinsky via Czech Media Invest au Français Lagardère au printemps 2018 pour être mis en vente par le nouveau propriétaire seulement quelques mois après.

Compétition autour d’Eurozet

Plusieurs acheteurs potentiels s’étaient présentés, mais c’est finalement le groupe Agora qui va acquérir 100% d’Eurozet. Le fonds d’investissement sorosien Media Development Investment Fund (MDIF) est propriétaire depuis 2016 de 11% des parts d’Agora dont les principaux médias sont aujourd’hui le journal quotidien Gazeta Wyborcza et la radio Tok FM, deux médias activement engagés contre le PiS depuis une quinzaine d’années notamment en raison de leur profil idéologique clairement libéral-libertaire. Agora est aussi déjà propriétaire, entre autres actifs, de plusieurs radios locales et d’un réseau de salles de cinémas.

Soros/MDIF investissent

On apprenait le 20 février 2019 qu’un contrat avait été signé en vertu duquel Czech Media Invest s’engageait à vendre 40 % des parts du groupe Eurozet à la société Agora et 60 % des parts à la société tchèque SFS Ventures dont l’actionnaire minoritaire (avec 24 % des parts) est la société américaine Salvatorska Ventures LCC appartenant aussi au fonds sorosien MDIF. Le contrat prévoit qu’Agora pourra racheter dans un délai d’un à trois ans les 60 % de SFS Ventures, devenant ainsi actionnaire unique. Le coût de la première tranche d’actions (40 %) est de 130 millions de zlotys (environ 30 millions d’euros), dont 75 millions sont financés par un crédit bancaire.

Avec 11 % des parts du groupe Agora, le fonds MDIF n’a que 8 % des voix, mais cette nouvelle opération impliquant une autre société où MDIF est présente montre que, en plus de financer une nébuleuse d’ONG, George Soros soutient, par l’intermédiaire de ses fonds d’investissement, le développement en Europe centrale de médias à même de promouvoir ses idées. Le groupe Agora a annoncé l’année dernière son intention d’accroître son chiffres d’affaires annuel d’un demi-milliard de zlotys d’ici à 2022 pour atteindre 1,6 milliard (370 millions d’euros).

Tour de passe passe avec Gazeta Wyborcza

À l’origine, la société Agora avait été créée en 1989 dans l’appartement du célèbre cinéaste Andrzej Wajda pour permettre à Adam Michnik de prendre le contrôle du journal de Solidarność Gazeta Wyborcza (dont Adam Michnik est encore aujourd’hui le rédacteur en chef). Ce journal avait lui-même été créé après l’accord de la Table ronde avec les communistes en prévision des élections semi-libres de 1989. « Ce qui a joué un rôle essentiel, c’est quand Adam Michnik s’est vu confier le premier journal légal de l’opposition, Gazeta Wyborcza, et le tour qu’il a joué en faisant de ce journal la propriété d’une société privée. Du coup, Gazeta Wyborcza est devenue indépendante de la direction de Solidarité et du Comité civique. Tout le monde pensait que ce serait le journal du syndicat ou du Comité civique, ou des deux à la fois. Il n’est venu à l’esprit de personne, ce qui s’est révélé extrêmement naïf, que ce serait la société privée de quelques personnes liées aux milieux de l’ancienne opposition interne du système [communiste] qui y défendraient uniquement leurs propres idées. », expliquait Jarosław Kaczyński, l’actuel chef du PiS, dans le livre-interview « Czas na zmiany » publié en 1993.

En investissant dans le groupe Agora et en soutenant son développement avec le rachat du groupe Eurozet, George Soros n’en est pas à ses premiers pas en Pologne. Dès 1988, il créait, avec l’accord d’un régime communiste en train de préparer sa sortie, la Fondation Batory qu’il continue de financer par l’intermédiaire de l’Open Society Foundations (OSF) et qui est très engagée aujourd’hui, comme les médias du groupe Agora, contre le PiS et en faveur de l’idéologie libérale-libertaire, notamment des revendications du lobby LGBT ainsi que de l’accueil des « migrants ».

Sur George Soros on peut consulter l’ouvrage de Pierre-Antoine Plaquevent, Soros et la société ouverte, Le Retour aux sources, 2018, 365p, 25 €.

Voir aussi

George Soros et la société ouverte. Première partie

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux