Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Géants endormis… ou insomniaques de la censure ?
Publié le 

10 janvier 2020

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Géants endormis… ou insomniaques de la censure ?

Géants endormis… ou insomniaques de la censure ?

Nous reproduisons un article de l’excellent site suisse Antipresse, sous la signature d’Arnaud Dotézac sur les “géants endormis” dont nous vous avons déjà parlé ici.

Les « Sleep­ing Giants » sont la nou­velle mil­ice privée de con­trôle de la pen­sée sur l’internet, qui assume pleine­ment son car­ac­tère répres­sif. Purs idéal­istes ? Les pro­fils des meneurs indiquent plutôt qu’il s’agit d’un mer­ce­nar­i­at tech­no qui bar­bote décidé­ment dans un petit monde. Le marécage du Deep State est pro­fond, mais pas si éten­du que ça…

Vue de Suisse, l’évolution poli­tique de la France macroni­enne a de quoi inquiéter. On y con­state l’instauration de fac­to d’un régime à par­ti unique anni­hi­lant tout débat démoc­ra­tique ; une judi­cia­ri­sa­tion galopante des opin­ions dis­cor­dantes ; un usage d’une rare vio­lence de la force publique con­tre les reven­di­ca­tions du peu­ple ; un niveau d’approbation car­i­cat­ur­al du pou­voir macronien par la presse de grand chemin, allant jusqu’au pro­jet abra­cadabran­tesque d’instituer un « Con­seil de l’Ordre des jour­nal­istes » !

Les jour­nal­istes auraient-ils à se présen­ter en robe de clercs, dans l’esprit de Cédric O, secré­taire d’État au numérique, qui émit cette bril­lante idée en juin dernier ? Certes, elle provo­qua un tel tol­lé qu’il dût se ravis­er mais tout de même, il fal­lait oser.

Vers l’éradication de toute opposition

Et voici que, devant les séna­teurs, en séance publique du 17 décem­bre 2019, il en remit une couche. Il y soute­nait la loi dite Avia, qui s’inscrit dans cette ligne otani­enne de muse­lage des dis­si­dences sur inter­net. Une loi qui pro­longe aus­si, de manière beau­coup moins com­men­tée, le fameux pacte de Mar­rakech, élar­gis­sant le con­cept de racisme et autres dis­crim­i­na­tions, aux mêmes dis­si­dences. Durant cette séance donc, Cédric O se félici­ta d’un amende­ment n° 47 relatif à l’article 6 bis AA de cette loi, visant à respon­s­abilis­er pénale­ment les annon­ceurs en les oblig­eant à con­stater et pub­li­er la des­ti­na­tion de leurs pub­lic­ités, en par­ti­c­uli­er celles qui se retrou­veraient, juste­ment, sur de tels sites dis­si­dents. L’objectif non écrit mais fig­u­rant aux débats (qui sont une source d’interprétation offi­cielle des textes en droit français), est de tarir la source de finance­ment pub­lic­i­taire cor­re­spon­dante pour ces sites, « [d’assécher] une par­tie du finance­ment des sites extrêmes ou que nous souhaitons ici voir dis­paraître » selon les pro­pres ter­mes de Cédric O, lors de cette séance.

La France vient donc d’institutionnaliser la cen­sure par inci­ta­tion au blo­cus pub­lic­i­taire, c’est-à-dire par sanc­tion économique privée. Restera à définir ce qu’est un « site extrême ». Une notion absente du Code pénal français mais qui se présente à l’évidence comme une ouver­ture arbi­traire à la répres­sion poli­tique. La men­tion qui suit dans la même phrase d’un « souhait de voir dis­paraître » de tels sites ne dit rien d’autre. On com­mence par l’appel à l’éradication poli­tique et puis quoi, demain ?

Mais ce n’est pas tout. Grâce à un nou­veau lap­sus d’O, on sait que le gou­verne­ment Macron s’est égale­ment amar­ré, par cette loi, à ce très étrange mou­ve­ment améri­cain du nom de « Sleep­ing Giants ». O explique en effet, benoîte­ment, que ce fameux amende­ment oblig­era les annon­ceurs à s’intéresser au con­tenu poli­tique des sites inter­net, faute de quoi, dit-il : « je suis cer­tain que cer­taines (sic) organ­i­sa­tions se pencheront sur le sujet et les alert­eront ». Or, c’est pré­cisé­ment l’objet social de cette nou­velle forme de prévôté en ligne, que sont les « Géants endormis ». On entend ain­si un mem­bre du gou­verne­ment français offi­cialis­er un groupe anonyme d’apparence privée dans un rôle de com­mis­saire poli­tique au boy­cott. Qu’est-ce donc que ce mou­ve­ment des Géants endormis pour qu’un État, mem­bre per­ma­nent du Con­seil de sécu­rité de l’ONU, lui fasse tant d’honneur ?

La résurrection des titans

Les Sleep­ing Giants sont apparus dès le lende­main de l’élection de Don­ald Trump dans le but de ruin­er les sites d’information ayant con­cou­ru à cette élec­tion, tels que Bre­it­bart et autres. Ils y ont réus­si au-delà de leurs espérances, allant même jusqu’à ten­ter le boy­cott à la carte ban­caire, avec l’aide de George Soros. Tou­jours lui.

Plus récem­ment, ils se sont attaqués à la France, notam­ment à Valeurs Actuelles, à Boule­vard Voltaire, à CNEWS, etc. Même si leur suc­cès est moins spec­tac­u­laire qu’outre-Atlantique, ils ont tout de même réus­si à con­va­in­cre de nom­breuses mar­ques à en retir­er leurs pubs. Il se con­firme donc que cette loi Avia vient bien au sou­tien d’un regroupe­ment d’individus anonymes et pour la plu­part étrangers, pra­ti­quant le chan­tage économique à des fins d’éradication des opposants à la pen­sée unique. Il s’agit bien d’un tour­nant insti­tu­tion­nel majeur.

Les meneurs des Géants endormis ont tout de même fini par se faire démas­quer, dès juin 2018. Deux pro­fils ont émergé, dont un nous amène à d’étranges con­nex­ions qu’Antipresse est le pre­mier média à révéler ici.

Le pre­mier meneur se nomme Matt Rivitz. Son pro­fil d’activiste anti-Trump est banal, biberon­né au sein d’une famille démoc­rate, avec notam­ment un père dirigeant un insti­tut sub­ven­tion­né de réin­ser­tion à Bal­ti­more, etc. Pas de quoi s’étendre out­re mesure dans le cadre de cet arti­cle. En revanche, le deux­ième pro­fil est beau­coup plus énig­ma­tique.

La Mata Hari branchée

Il s’agit d’une jeune femme d’origine indi­enne, du nom de Nan­di­ni Jam­mi. Autant dire « Jacque­line Durand » dans la France des années soix­ante. Mais même après avoir recoupé de très enfouies et très rares infor­ma­tions sur son envi­ron­nement famil­ial (père haut fonc­tion­naire du FMI), on con­state que Nan­di­ni Jam­mi n’existe qua­si­ment pas sur Inter­net avant son dévoile­ment. Ce genre d’intraçabilité relève ordi­naire­ment soit d’un tra­vail d’effacement très pro­fes­sion­nel, soit d’un change­ment d’identité. Dans les deux cas, on a de fortes chances d’avoir affaire à une per­son­ne qui n’est pas entière­ment ce qu’elle pré­tend être, c’est-à-dire dont l’histoire et l’environnement réels doivent rester dans l’ombre. On ne trou­ve d’elle qu’un très faible sig­nal provenant d’Amérique latine, et qui mérite encore des véri­fi­ca­tions de notre part, même si son vis­age de là-bas, dont nous avons retrou­vé une image, avant relook­ing donc, est révéla­teur d’une méta­mor­phose assistée, très pro­fes­sion­nelle là encore.

Il est très sur­prenant égale­ment de con­stater avec quelle rapid­ité elle a su trans­former le dévoile­ment de son iden­tité en un for­mi­da­ble trem­plin médi­a­tique. C’est à tel point qu’on se l’arrache aujourd’hui pour les plus grandes con­férences geek, par exem­ple le Tur­ing Fest 2019 d’Édimbourg. Elle y expli­quait que les médias qu’elle attaque ont en com­mun d’être « financés par des supré­macistes blancs », pro­duisant des écrits signés « par des supré­macistes blancs » de sorte « qu’ils ne sont tout sim­ple­ment pas des médias » (1). Valeurs actuelles, CNEWS, Boule­vard Voltaire, RT, etc. ne sont pas des médias, et appar­ti­en­nent au Ku Klux Klan, c’est bien con­nu. En tout cas, c’est cette nou­velle inqui­si­tion qui plaît tant à Macron et ses ouailles.

Pour en savoir plus, il n’y avait pas d’autre choix que d’approfondir notre enquête dans les liens pro­fes­sion­nels de Nan­di­ni. C’est là que nous avons décou­vert une rela­tion avec un coach, dont le change­ment d’identité n’a pas effacé toute pos­si­bil­ité d’identification.

L’Ukraine connection

« Myk Pono », tel qu’il se présente, Myko­la Pono­marenko de son vrai nom, est un expert en récla­ma­tions-clients en ligne, au moyen d’actions virales, du type de celles dévelop­pées juste­ment par les Sleep­ing Giants. Il a cosigné un arti­cle de 38 pages à ce sujet avec Nan­di­ni Jam­mi en août 2018 (après le démasquage donc). En d’autres ter­mes, c’est sur la base de cette exper­tise mar­ket­ing, com­mer­ciale en essence, que Nan­di­ni Jam­mi aura lancé l’opération des Géants endormis. Jusque-là, on pour­rait croire à une sim­ple extrap­o­la­tion pra­tique.

Mais en par­al­lèle, et à l’instar de toute ONG qui se respecte, les Géants endormis se sont dotés d’une belle ligne graphique, pro­pre et bien déclinée. Là encore, un tra­vail de pro­fes­sion­nels. Or, par une sur­prenante coïn­ci­dence, il se trou­ve que Myk Pono a recours à un graphiste, du nom de Niki­ta Sekatchev, qui se pré­vaut de la créa­tion du logo de la célèbre société ukraino-chypri­ote Buris­ma.

Oui, Buris­ma, celle-là même qui nom­ma Hunter Biden & Co. à son con­seil d’administration et dont nous avons retracé les liens avec l’État pro­fond améri­cain dans les numéros 205 et 206 d’Antipresse. Non seule­ment il n’est pas anodin que l’emblème de Buris­ma soit « made in USA », mais nous décou­vrons-là une trace du Deep state améri­cain, dans la prox­im­ité immé­di­ate de l’opération des Géants endormis. Comme il y a peu de hasard en ce domaine, le lap­sus par­lemen­taire de Cédric O se ver­rait alors éclairé d’une lumière beau­coup plus crue qu’on ne pour­rait le penser.

En effet, alors qu’une loi de sol­i­dar­ité avec une « ini­tia­tive citoyenne » privée et néan­moins sub­ver­sive, serait des plus incon­grues, rien de tel ne le serait, en revanche, d’une sol­i­dar­ité d’allégeance, envers le Deep state améri­cain. D’autant que les liens de l’équipe orig­inelle d’En Marche avec l’Ukraine sont con­nus. Rap­pelons qu’Ismaël Émelien (frère d’armes de Cédric O) a tra­vail­lé pour l’oligarque ukrainien Vik­tor Pinchuk, en par­ti­c­uli­er pour son Think Tank « YES » (pour Yal­ta Euro­pean Strat­e­gy con­fer­ence), comme le rap­pelle Marc Endeweld dans son déca­pant ouvrage Le grand manip­u­la­teur, les réseaux secrets de Macron (Stock, Paris, 2019). Or, nous avons nous-mêmes établi la fil­i­a­tion, au moins tem­po­raire, entre Pinchuk et Buris­ma, sans oubli­er le spon­sor­ing de YES par Buris­ma. Le monde est petit !

Certes, une trace de prox­im­ité rela­tion­nelle n’est jamais qu’un sim­ple indice. Cela ne vaut pas preuve de col­lu­sion et encore moins de ser­vice com­mandé. Nous nous con­tentons donc de le livr­er comme tel et rien de plus. En revanche, un fais­ceau d’indices com­mencerait à chang­er la donne. Or, il nous sem­ble à cet égard que les ori­en­ta­tions anti­dé­moc­ra­tiques de l’idéologie macroni­enne four­bis­sent déjà quelques-uns de ces fais­ceaux. Nous y revien­drons la semaine prochaine.

Arnaud Dotézac

Note

  1. Voir à cet égard les analy­ses péné­trantes de Matthieu Bock-Côté, notam­ment L’empire du poli­tique­ment cor­rect. Essai sur la respectabil­ité politi­co-médi­a­tique (Le Cerf, 2019), présen­té par le Can­ni­bale lecteur dans l’Antipresse 178.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision