Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Retour sur Mathieu Gallet révoqué de Radio France : le CSA renonce à défier Macron

13 février 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | not_global | Retour sur Mathieu Gallet révoqué de Radio France : le CSA renonce à défier Macron

Retour sur Mathieu Gallet révoqué de Radio France : le CSA renonce à défier Macron

Il n’y aura finalement pas eu d’épreuve de force entre un CSA dont le patron Olivier Schrameck fait lui aussi face dès sa nomination à une crise de légitimité, aggravée par l’affaire de la chaîne Numéro 23, et Macron. Mathieu Gallet se voit révoqué de son mandat de président de Radio France à partir du 1er mars 2018. Il était sur la sellette après avoir été condamné pour favoritisme. Son mandat devait s’achever en mai 2019. Est-ce la fin de la carrière fulgurante de celui que Le Point appelle le « Bel Ami de Villeneuve-sur-Lot », dans le secteur public tout du moins ?

Macron voue-t-il une rancune personnelle à Mathieu Gallet ?

Le Canard Enchaîné (24/01/2018) lais­sait enten­dre qu’O­livi­er Schrameck, patron du CSA, fai­sait tout pour éviter la révo­ca­tion de Math­ieu Gal­let, ce qui don­nait de la fièvre à Macron : « à l’Elysée, la fièvre monte. Des con­seillers de Macron sont per­suadés que Schrameck joue dou­ble jeu et roule tou­jours pour son ex-chou­chou Gal­let. Ils craig­nent une entour­loupe du patron du CSA, à qui la majorité du col­lège (sept mem­bres) est réputée acquise ». Plus loin, le Canard enfonce le clou : « l’Élysée appré­cie chaque jour un peu moins les numéros de grand résis­tant des prési­dents du CSA et de Radio France, l’un au nom de l’indépen­dance, l’autre de l’in­no­cence ». Au point que les qua­tre représen­tants de l’État ont boy­cotté le con­seil d’ad­min­is­tra­tion de Radio France le 16 jan­vi­er.

Du reste, la source de l’inim­i­tié entre l’exé­cu­tif et Gal­let viendrait de Macron lui même, selon Le Canard : «  Macron voue une ran­cune tenace à Gal­let depuis la cam­pagne prési­den­tielle. Il lui reproche de ne pas avoir réa­gi à la rumeur venue des bas-fonds de l’In­ter­net leur prê­tant une intrigue galante […] il avait passé un coup de fil à Gal­let afin qu’il fasse le néces­saire dans le Tout-Paris. Mais le pédégé n’avait pas levé le petit doigt ».

Macron refuse de rompre avec les deux maux qui empoisonnent l’audiovisuel public

Les affaires liées aux gou­ver­nances de l’au­dio­vi­suel pub­lic — dont la dérive finan­cière dure depuis des années – sont liées pour une grande par­tie à un con­trôle interne défail­lant et à une trop grande impli­ca­tion poli­tique dans la nom­i­na­tion des gou­ver­nants. Le poi­son qui tue à petit feu l’au­dio­vi­suel pub­lic sem­ble tou­jours act­if avec Macron, pas de rup­ture de ce côté.

Du reste, l’autre poi­son – l’en­tre-soi d’une caste dirigeante médi­ati­co-poli­tique qui cou­vre les coupables et offre des pro­mo­tions dans les min­istères à ceux qui, comme Agnès Saal, à l’I­NA tou­jours, se sont faits pren­dre la main dans le sac (41.000 € de cours­es de taxi dont 7600€ pour son fils, aux frais du con­tribuable), con­tin­ue lui aus­si. Ces jours-ci, la CGC Médias sig­nale le départ de la direc­trice de cab­i­net d’O­livi­er Schrameck, Leïla Der­ouich, au min­istère de la Cul­ture. Au nom de l’indépen­dance très prob­a­ble­ment. Ou pour ren­dre Schrameck plus atten­tif à la volon­té d’Em­manuel Macron de vir­er Gal­let ?

Des dépenses de com’ et de rénovation à l’INA, pas mieux chez Radio France

En effet, le 15 jan­vi­er, Gal­let avait été con­damné par le tri­bunal de Créteil à un an de prison avec sur­sis et 20.000 € d’a­mende pour avoir favorisé entre 2010 et 2014 deux sociétés de con­seil entre 2010 et 2014, lorsqu’il était prési­dent de l’I­NA. Les deux sociétés de con­seil avait reçu pour plus de 400.000 € de presta­tions, aux frais du con­tribuable (l’entreprise de con­seil Roland Berg­er Strat­e­gy, a eu 289 000 euros ; la société de con­seil Balis­es (Denis Pin­gaud) a perçu 130 000 euros).

D’après Le Canard Enchaîné il avait aus­si dépen­sé 125.000 € pour rénover ses bureaux et près d’un mil­lion d’eu­ros en frais de con­seil. Le Canard révèle (24/01/2018) trois autres con­trats oubliés par la jus­tice mais qui ont attiré l’at­ten­tion de la Cour des Comptes, dans un rap­port qui n’a pas été ren­du pub­lic. Il a seule­ment été com­mu­niqué au min­istère de la Cul­ture et à la direc­tion de l’I­NA… ain­si que de façon offi­cieuse à l’heb­do­madaire satirique.

Entre 2012 et 2014, « hors procé­dure de mise en con­cur­rence », l’I­NA verse 144.170 € à la société Chrysalis Con­seil – une par­tie des presta­tions est liée à un pro­jet déjà con­fié à un autre prestataire, Roland Berg­er. Or, il se trou­ve que les deux fon­da­tri­ces, Emmanuelle Jéhan­no et Valen­tine Burzyn­s­ki, « se sont trou­vées sur les bancs de Roland Berg­er » où elles ont tra­vail­lé pen­dant plusieurs années d’après la page de présen­ta­tion de l’en­tre­prise.

Le 28 octo­bre 2011, un con­trat de 119.000 € est signé avec l’en­tre­prise BS Con­seil, sans « pub­lic­ité ni envoi d’un cahi­er des charges », ni devis. Enfin, Pub­li­cis a palpé 693.863 € en trois ans, pour « con­seil per­son­nal­isé au prési­dent » ou « con­seil au quo­ti­di­en de la direc­trice de com­mu­ni­ca­tion » : certes, il y a eu appel d’of­fre, mais le con­trat fait dou­blon avec celui de Denis Pin­gaud. Surtout, l’I­NA est inca­pable de jus­ti­fi­er « 193.900 € de presta­tions com­plé­men­taires ».

Le motif de détourne­ment de fonds pub­lic n’avait pas été retenu faute d’en­richisse­ment per­son­nel. Le juge­ment n’en était pas moins sévère, puisque selon les juges, « tous les témoignages con­ver­gent vers une volon­té con­stante de Math­ieu Gal­let de se détach­er des oblig­a­tions en matière de marchés publics ».

Dans la foulée de sa con­damna­tion, Françoise Nyssen, min­istre de la Cul­ture, avait estimé le 16 jan­vi­er « inac­cept­able » son main­tien à la tête de Radio France : « les dirigeants d’entreprises publiques ont un devoir d’exemplarité. Il appar­tient à l’intéressé d’en tir­er les con­séquences, ain­si qu’au Con­seil supérieur de l’audiovisuel, légale­ment com­pé­tent ». Lui de son côté, avait fait appel du juge­ment – ce qui fait qu’il ne peut être con­sid­éré comme con­damné avant d’avoir été rejugé et une fois le délai d’ap­pel de la con­damna­tion de la plus haute instance échu – et fer­me­ment refusé de démis­sion­ner.

Au sein de Radio France, l’heb­do­madaire satirique a révélé en mars 2015 qu’il a dépen­sé 100.000 € pour rénover son bureau, 90.000 € par an pour s’at­tach­er le com­mu­ni­cant Denis Pin­gaud à son ser­vice exclusif — alors que Radio France pos­sède déjà son pro­pre ser­vice com’ et en s’af­fran­chissant des règles clas­siques des marchés publics. Il a recon­nu avoir dépen­sé 104.000 € pour rénover son bureau mais a été lavé de tout soupçon par l’In­spec­tion Générale des Finances.

Réactions contrastées des syndicats et prétexte pour stopper la réforme de l’audiovisuel public ?

La révo­ca­tion de Math­ieu Gal­let a fait réa­gir les syn­di­cats. Chez SUD, Jean-Paul Que­nes­son, le délégué du syn­di­cat, demande à être reçu « urgem­ment » par le gou­verne­ment : « l’af­faib­lisse­ment de son PDG ou la vacance même de la prési­dence opéra­tionnelle de l’en­tre­prise, c’est un grand sujet de préoc­cu­pa­tion pour nous tous, car les per­spec­tives sont assez som­bres ». Pour le SNJ, la vacance du dirigeant est un pré­texte à « l’in­ter­rup­tion des dis­cus­sions sur l’avenir de l’au­dio­vi­suel pub­lic » car « aujourd’hui sans cap­i­taine, le navire Radio France, qui pour­tant affiche des résul­tats d’audience excep­tion­nels, n’a plus ni gou­ver­nail, ni bous­sole ».

La CGC-Médias en revanche, qui dénonce sans relâche les dérives des gou­ver­nances d’O­livi­er Schrameck (CSA), Del­phine Ernotte (France Télévi­sions) et Math­ieu Gal­let (Radio France), se félicite de sa révo­ca­tion, tout comme Char­line Van­hoe­nack­er qui a lour­de­ment iro­nisé sur le sujet le matin du 31 jan­vi­er sur France Inter. L’ap­pui du jour­nal­iste média du Figaro, Enguérand Renault, n’au­ra pas suf­fi à sauver le sol­dat Gal­let ; il faut dire, remar­que Le Canard Enchaîné dans un entre­filet (31/01/2018) qu’il est « aux pre­miers éloges » puisque aus­si chroniqueur chez France Info, donc dans la mai­son Radio France.

Crédit pho­to : T Fran­co via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.