Accueil | Actualités | Médias | Nomination de Delphine Ernotte à la tête de France Télévisions : le Parquet classe sans suite une plainte des syndicats
Pub­lié le 27 juillet 2015 | Éti­quettes : , ,

Nomination de Delphine Ernotte à la tête de France Télévisions : le Parquet classe sans suite une plainte des syndicats

Une première plainte pour trafic d'influence et abus d'autorité, incriminant le président du CSA Olivier Schrameck dans l'affaire de la nomination de l'ex cadre d'Orange, Delphine Ernotte, à la tête de France Télévisions, a été classée sans suite par le parquet.

Cette plainte émanait de deux syndicats, la CGC des Médias et la CFDT Médias, qui ont annoncé illico continuer les procédures pour éclaircir les circonstances de cette nomination d'autant plus étonnante que Delphine Ernotte n'a aucune expérience télévisuelle, et a été nommée à la tête d'un groupe en grande difficulté structurelle et financière.

La CFDT s'est fendue d'un communiqué sur sa page Facebook pour s'étonner de la décision : « les motivations de ce classement peuvent laisser songeur. Concernant par exemple l’abus d’autorité, la motivation juridique du parquet à ne pas poursuivre est pour le moins labyrinthique "il n’apparaît pas qu’un texte de loi précis… soit visé dans la plainte, si ce n’est un principe selon lequel le CSA se doit de nommer de façon impartiale les présidents des chaînes publiques de télévision et radio, qui découlerait non d’une disposition légale spécifique mais d’une combinaison de plusieurs dispositions légales". Il vaut mieux lire cela qu’être sourd ! En clair, pour le parquet, plusieurs dispositions légales, précisant le devoir d’impartialité du CSA, ne constituent pas ensemble un cadre légal ! » Si le parquet voulait dissiper la rumeur que la nomination de Delphine Ernotte est une affaire d’État – donc gérée par le bon vouloir des politiques, même contre les lois ou les règlements en vigueur, c'est raté.

Le syndicat a annoncé saisir le doyen des juges d'instruction en se constituant partie civile, ce qui conduira à une ouverture d'information judiciaire. De son côté, la CGC Médias – qui est aussi associée à la CFDT dans des procédures liées au volet de l'affaire Bygmalion qui concerne le service public audiovisuel – a annoncé qu'elle se constituait partie civile dès le 21 juillet auprès du doyen des juges d'instruction de Paris. Par ailleurs, le même syndicat a intenté un recours au Conseil d’État, tandis qu'un candidat débouté, Didier Quillot, qui pense que son projet a largement inspiré Delphine Ernotte, a lui aussi déposé plainte contre le CSA pour abus d'autorité.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This