Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Radio France : Mathieu Gallet était déjà dépensier à l’INA

2 avril 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Radio France : Mathieu Gallet était déjà dépensier à l’INA

Radio France : Mathieu Gallet était déjà dépensier à l’INA

Temps de lecture : 2 minutes

Le Canard enchaîné vient de sortir de nouvelles révélations sur le très dépensier Mathieu Gallet.

Déjà au cœur d’une polémique sur les frais de réno­va­tion de son bureau, le prix de son con­seiller en com­mu­ni­ca­tion ou encore ses sièges auto, le prési­dent de Radio France est de nou­veau sous le feu des cri­tiques après les révéla­tions de l’heb­do­madaire satirique sur ses dépens­es lorsqu’il était prési­dent de l’I­NA.

Selon le Canard Enchaîné, ce dernier aurait dépen­sé plus d’un mil­lion d’eu­ros en frais de con­seil et 125 000 euros pour rénover ses bureaux (déjà) à l’I­NA. M. Gal­let aurait ain­si engagé six cab­i­nets dif­férents de con­sul­tants de 2010 à 2014, dont la plu­part sans mise en con­cur­rence préalable.

Mar­di 31 mars, le prési­dent de Radio France a fait part de son inten­tion de porter plainte con­tre ces « allé­ga­tions diffam­a­toires ». Ce dernier s’est dit « déter­miné à pour­suiv­re sa mis­sion de trans­for­ma­tion de Radio France » mal­gré une « cam­pagne de désta­bil­i­sa­tion par­ti­c­ulière­ment vio­lente » con­tre lui. Il « con­teste les infor­ma­tions men­songères pub­liées par le Canard enchaîné daté du 1er avril 2015 ».

« Par­mi elles, l’ac­cu­sa­tion selon laque­lle des con­trats auraient été con­clus […] sans mise en con­cur­rence est par­ti­c­ulière­ment grave », ajoute-t-il. Et d’af­firmer que les con­trats ont « fait l’ob­jet de procé­dures de mise en con­cur­rence, con­for­mé­ment à la lég­is­la­tion applic­a­ble et aux règles internes de l’In­sti­tut ». Pour con­clure, il invite « l’I­NA, qui dis­pose de tous les élé­ments à ce sujet » à « bien vouloir apporter le démen­ti le plus ferme à ces allégations ».

Voir notre infographie de Radio France

Crédit pho­to : ninagov­pl via Flickr (cc)