Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
41 000 euros de taxi : le détail des dépenses d’Agnès Saal

1 mai 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | 41 000 euros de taxi : le détail des dépenses d’Agnès Saal

41 000 euros de taxi : le détail des dépenses d’Agnès Saal

Poussée à la démission par la ministre de la Culture, Agnès Saal, ex-présidente de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) n’en a sans doute pas fini avec les ennuis.

On con­nais­sait le mon­tant de ses frais de taxis, on en con­naît désor­mais le détail grâce à Challenges.fr, qui a eu accès au rap­port. Ain­si pen­dant 10 mois la prési­dente de l’I­NA aura-t-elle rémunéré des taxis jusqu’à attein­dre une fac­ture de 41 000 euros.

Dans le dossier de 68 pages, on peut relever 226 cours­es les week-ends et jours fériés (lorsque son chauf­feur attitré n’é­tait pas disponible), mais surtout 204 tra­jets au nom de son fils pour un mon­tant de 7 600 euros. Aus­si, selon Chal­lenges, le rap­port dévoile des tra­jets, 22 en tout, « dont les dates et les horaires se déroulent au même moment alors que la per­son­ne trans­portée est la même et alors même que les lieux de prise en charge et de des­ti­na­tion sont dif­férents voire géo­graphique­ment opposés ».

Pire, cer­taines fac­tures men­tion­nent des temps d’at­tente abusifs, le tout aux frais du con­tribuable. Exem­ple : le 3 juil­let, une course est fac­turée 253 euros entre 17h30 et 21h24… dont 1h40 de temps d’at­tente. Agnès Saal util­i­sait ici son taxi comme un chauf­feur privé, chargé de l’at­ten­dre en lais­sant le comp­teur tourn­er.

« Au-delà de ces anom­alies, il reste éton­nant de voir des cours­es dans les jours ouvrables de la semaine avec comme pas­sager Mme Saal alors même qu’elle dis­pose d’un véhicule de l’en­tre­prise », pointe égale­ment le rap­port. Si Mme Saal a d’ores et déjà démis­sion­né, des suites juridiques devraient être don­nées à cette affaire.

Crédit pho­to : xman­gel et cberthel via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.