Rétablissons le pluralisme des opinions dans l'audiovisuel public !
Nous, soussignés, contributeurs de la redevance obligatoire et copropriétaires du secteur public de l’audiovisuel, France Télévisions et Radio France... Voir/Signer la pétition
Charline Vanhoenacker

Charline Vanhoenacker,
fer de lance de l’humour autorisé

Née le 31 décembre 1977 à la Louvière (Hainaut, Belgique), de parents enseignants – le père était professeur de morale laïque et a tenu à lui donner un « baptême séculier » quand elle était enfant, pour marquer son athéisme militant, cette journaliste belge, également animatrice et productrice est devenue le fer de lance de l’humour autorisé sur France Inter, un humour hard discount, avec force gags facile contre les concurrents des chaînes privées et les opposants désignés par la bien-pensance.

Sacrée « femme la plus drôle de France » par France Inter – elle est surtout une mascotte assumée de la direction qui manie l’humour au service de la propagande du système. Il est loin le temps où cette correspondante permanente de la RTBF en France allumait crûment et avec brio les journalistes français qui participaient au Hollande Tour en 2012 et se voyaient déjà à l’Élysée !

Elle fait partie du « bataillon de Belges » qui a pris ses quartiers chez France Inter, le moule français du politiquement correct ne réussissant visiblement plus à faire face au mécontentement général. Outre Charline, la Libre Belgique comptait, en 2013, Alex Vizorek, Caroline Gillet ou encore Stéphane de Groodt.

Formation

Un voyage, à l’âge de 14 ans, sur un voilier de la fondation de Nicolas Hulot est à l’origine de sa vocation journalistique.

Elle fait ses études à l’Université libre de Bruxelles puis à l’École supérieure de journalisme de Paris (ESJ), « non reconnue par la profession, mais on s’en fout, comme ça, je ne suis pas formatée comme les autres ! », affirmait-t-elle au Monde (20/1/2015).

Parcours professionnel

  • Elle travaille pour le journal belge Le soir à partir de 2002
  • Elle entre à la RTBF en 2002 (Radio télévision belge de la communauté française), équivalent de France Télévisions en Wallonie, et devient correspondante permanente à Paris à partir de 2010
  • Elle suit pour la RTBF la campagne de François Hollande en 2012
  • son blog @ Pèèèris est repéré par Daniel Schneidermann qui l’invite durant la campagne présidentielle à chroniquer dans son émission Arrêt sur images
  • Elle arrive en septembre 2012 sur France Inter où elle livre une chronique hebdomadaire, « Charline vous regarde », dans l’émission « Comme on nous parle » de Pascale Clark
  • À l’été 2013, elle anime quotidiennement, avec son collègue belge l’humoriste Alex Vizorek, l’émission le « Septante-cinq minutes », émission qui sera reconduite l’été suivant
  • Pendant la saison 2013-2014, elle anime quotidiennement le « 5/7 » avec Éric Delvaux en terminant par un billet d’humour à 6 h 55.
  • A partir de septembre 2014 elle assure une chronique matinale humoristique, à 7 h 57 dans le « 7/9 » de Patrick Cohen
  • A la rentrée 2015 elle devait présenter une émission sur Canal + avec Antoine de Caunes, mais après une chronique corrosive sur Bolloré le 8/9/2015, et un clash avec Maïtena Biraben au sujet de la politesse avec les politiques, la collaboration avec la chaîne cryptée a tourné court.
  • elle produit et anime « Si tu écoutes, j’annule tout » entre 17 h et 18 h, en compagnie d’Alex Vizorek7 mais aussi des chroniqueurs André Manoukian, Clara Dupont-Monod, Guillaume Meurice, Samir Bouadi, Thomas VDB, Nicole Ferroni, Marius Colucci ou Frédéric Fromet
  • Elle fait partie depuis la rentrée 2016 de « l’Emission politique de France 2 », présentée par Léa Salamé et David Pujadas

Parcours militant

Elle n’est pas encartée, mais s’affirme à gauche. Elle vote en Belgique, pour les « antiréacs, aux progressistes. Mon curseur est large à gauche. Je pourrais voter pour un équivalent de Podemos, un socialiste pas trop corrompu, ou un vert pragmatique. En France, même un Borloo m’intéresse » (Libération, 8/3/2016) Pour l’Obs en septembre 2016 elle affirme « je me sens plus proche de la gauche alternative. Je suis en train de virer anarchiste ». Tout aussi logiquement, elle s’affirme athée et « bouffeuse de curés, imams et rabbins » (ibid.).

Collaborations

  • Charline Vanhoenacker anime également en duo avec Alex Vizorek l’émission de télévision « Revu et corrigé » chaque dimanche à 11 h 25 sur La Une de la RTBF jusqu’en décembre 2014 ;
  • En 2015, elle a présente deux émissions intitulées « Je vous demande de vous arrêter » sur France 4 ;
  • Elle a joué le personnage de l’ex-belle sœur dans le film Solange et les vivants, sorti en 2016 ;
  • Volontaire d’une ONG, Aviation Sans frontières, elle se rend chaque année au Burkina Faso ; elle y a dirigé pendant sept à huit ans un projet de coopération, et travaillait par petites périodes pour l’association à l’époque où elle était pigiste (Le Monde, 20/12/2015) ;

Publications

  • Bonjour la France, Paris, Robert Laffont, 2015, 252 p.

Ce qu’elle gagne

Elle refuse de donner son salaire, mais affirme qu’elle gagnerait trois fois plus sur Europe 1 (Libération, 08/03/2016).

Sa nébuleuse

Pascale Clark, qui l’a lancée ; Patrick Cohen ; Laurence Bloch.

Les autres « humoristes » ou chroniqueurs de France Inter, dont André Manoukian, Clara Dupont-Monod, Guillaume Meurice, Samir Bouadi, Thomas VDB, Nicole Ferroni, Marius Colucci ou Frédéric Fromet.

Elle l’a dit

« La disparition des longues ondes rend la “France Inter aux Français”, comme l’a titré récemment une feuille de chou d’ultra-droite. Sans les longues ondes, notre parole est stoppée à la frontière. Après tout, ce sont les Français qui payent la redevance ! Mais à l’intérieur du pays, nos émissions ne parviendront plus dans les campagnes où la FM est capricieuse. Certes, France Inter reste accessible au monde entier par internet, pour ceux qui se baladeraient avec leur ordinateur depuis le fond de leur jardin jusque dans la salle de bains. Pour les autres, vous pourrez toujours faire la vaisselle avec RTL et couper les sapins en écoutant Europe 1 », au sujet de l’arrêt de l’émission de France Inter en longues ondes, lettre ouverte, 19/12/2016.

« Le service public continue sa mission d’utilité sociale, mais uniquement pour la société connectée », ibid.

Le 22 novembre, elle se paie François Fillon sur France Inter, en racontant sa journée au lendemain du 1er tour des primaires. Extrait choisi : « Nouveau SMS, cette fois c’est Vladimir Poutine. Toi gagner. Moi savoir car toi avoir les mêmes sourcils que Brejnev. 13 heures, autour d’un sandwich rillettes-cornichons, son premier cercle le rejoint pour une réunion de travail sur le thème ”après avoir dégommé le nain, comment fumer le vieux ?” »

« Vous prônez une politique tatchérienne, mais vous dites aussi j’ai le bon sens d’un paysan sarthois. François Fillon, c’est une main de fer dans le pot de rillettes […] Vous avez été premier ministre de Nicolas Sarkozy, ça doit vous faire un tel paquet de points pénibilité que vous devriez déjà être à la retraite […] Votre constat de la France qu’est-ce que c’est déprimant, on va à votre meeting, on culpabilise et on se rappelle que vous avez été cinq ans premier ministre, donc c’est un peu de votre faute », dans l’Émission politique de France 2, 27/10/2016.

« Si je ne suis pas libre, je partirai. Ma condition sine qua non, c’est ma liberté de ton », TV Mag, 15/9/2016

« Il peut y avoir une notion de gratuité dans l’insolence: ça ne sert à rien. J’aime mieux l’irrévérence, car il y a la notion de ne pas faire de révérence. Mais je préfère le mot impertinence, parce que ça oblige d’abord à être pertinent. J’aime que les choses soient un minimum argumentées », ibid.

« Je ne tiens pas à les croiser, à leur parler, je refuse toute connivence [avec les politiques]. Je n’ai pas besoin de tomber dans ce jeu de dupes qui existe dans les couloirs des médias. Les politiques essayent de vous emballer, surtout les humoristes, les journalistes. Ces gens sont dans un rapport de séduction permanent et je n’ai pas envie d’y participer. Je m’empare de leur image médiatique, et pour ce qui de leur propositions et déclarations je me base sur les articles de journaux. Je m’arrange pour ne jamais les croiser et je m’en porte très bien ! », ibid.

« Pendant dix ans, j’ai été considérée comme une journaliste de seconde zone, parquée comme toute la presse étrangère loin du petit bus VIP qui accueillait les journalistes du “Monde” ou de France 2. Je suppliais en vain les services de com pour avoir deux minutes avec les candidats à la présidentielle en 2012. Maintenant, je suis à l’avant du petit bus. Ça va dépoter ! », TéléObs, 11/9/2016

« Cela m’amusait de voir quel degré de liberté d’expression Vincent Bolloré serait capable d’accepter. Quand il a “zigouillé” Les Guignols en les passant en crypté, moi qui déteste les religions, j’ai réagi comme une croyante pratiquante. Je suis venue en France, il y a quinze ans, pour la liberté de ton qui y régnait. On y portait atteinte et Maïtena Biraben acceptait de présenter “le Grand Journal” sans Les Guignols. Que le Premier ministre, Manuel Valls, fasse la première émission d’un programme qui entérinait la mort de la satire et la censure, cela m’a mise hors de moi », ibid.

« Le courage est une vertu cardinale, que je recherche chez les autres. Mais je ne sais pas si j’en ai. Même si je pense n’avoir jamais reculé. Après l’attentat de “Charlie”, j’ai fait à l’antenne une interview de Mahomet pour montrer qu’il faut continuer de blasphémer. Mais je suis dans un studio de radio, à l’abri… », ibid.

« Cher Jean-Luc Mélenchon, mon méluche. Je prends mon plus beau micro pour te dire ceci : je ne sais pas si France Inter te manque, mais toi tu nous manques follement, douloureusement. Avec ton côté sanguin tu nous en veux de vouloir te titiller. Je te vois encore, tes petits poings fermés, faire des moulinets avec tes bras, quand tu t’énerves comme ça tu as la détermination d’un Rocky Balboa, tu es un petit peu notre Sylvester Staline. Jean-Luc, tu dis, tu dis que tu vis mal les questions de Patrick, mais moi je sais pourquoi, je sais qu’elles te renvoient aux brimades de Madame Carpachou, ta maîtresse du CM2 », France Inter, 11/3/2016, cité par Acrimed.

« En Afrique, j’avais l’impression de revenir dans le ventre de ma mère, c’est le berceau de l’humanité », Libération, 08/03/2016.

« C’est un véri­table saltim­banque comme on n’en fait plus : il faut être un sacré contor­sion­niste pour arri­ver à mettre des nouilles dans le slip de ses chro­niqueurs tout en cirant les pompes de son patron », au sujet de Cyril Hanouna, France Inter, 01/07/2016.

« Je n’ai rien contre Maïtena Biraben personnellement. Je m’en suis prise à son image médiatique. Elle est le porte-drapeau de l’ère Bolloré à Canal avec tout ce qu’on connaît, c’est-à-dire la main mise, une forme d’Anschluss sur Canal. Elle a accepté de l’endosser et de reprendre “Le Grand Journal” sans “Les Guignols” », au sujet de Maïtena Biraben, janvier 2016.

« Je ne veux pas céder un millimètre carré de liberté dans tout ce que je fais. Je ne serais pas arrivée là si je ne m’étais pas nourrie, depuis que je suis gamine, de la satire politique française. Je m’y suis intéressée avec les “Guignols de l’info” et en achetant, de temps en temps, Charlie Hebdo et Le Canard enchaîné. Tout cela m’a beaucoup façonnée et fait qu’aujourd’hui, j’ai un regard un peu ancré dans la lutte des classes. C’est indécrottable chez moi. Mon tropisme c’est : contre les patrons, la finance, la politique-spectacle et pour la liberté d’expression », Le Monde, 20/12/2015.

« J’ai mis deux à trois ans à me rendre compte à quel point ce pays que je voyais comme pays des Lumières, avec beaucoup d’esprit et de fantaisie, était en fait dans le formol. Avant, les Français prenaient les Belges pour des cons, maintenant c’est le contraire ! Quand je suis arrivée, en 2002, Le Pen venait d’accéder au second tour de la présidentielle. Cela a été mon premier choc. Je me demandais où j’avais mis les pieds. J’ai trouvé la France conservatrice, et c’est de pire en pire. “La Manif pour tous” en est le stade ultime », ibid.

« Il y a beaucoup de non-dits parce que tout le monde se connaît. Je pense que cela pose des soucis et participe aussi à la révérence vis-à-vis du pouvoir. Aujourd’hui, Il y a un fossé entre les journalistes parisiens et le public qui les lit ou qui les écoute. Il y a une défiance envers le journaliste qui n’est pas étonnante. Quand j’ai suivi Hollande pendant sa campagne, des choses m’avaient frappée. Par exemple, lorsqu’il venait d’être élu, il a reçu dans son QG de campagne les journalistes qui l’avaient suivi pour leur offrir le champagne et fêter sa victoire : je suis désolée, cela ne se fait pas. Et quand on voit que Sciences Po Paris a eu l’idée d’ouvrir une école de journalisme… Si ça, ce n’est pas la meilleure idée du monde pour qu’ils se maquent ensemble, et que tout fonctionne en cercle fermé, c’est fabuleux ! », ibid.

« Maïtena Biraben a déclaré qu’elle voulait faire “une émission polie”. Et avec le sourire. C’est parfait. Après tout, on ne demande rien de plus aux domestiques », au sujet de Maïtena Biraben le 8/9/2015 après qu’elle ait annoncé vouloir faire des interviews politiques « polie avec le sourire ».

« J’ai retrouvé l’esprit Canal : il est entré à la Bourse de Paris […] En deux mois, Vincent Bolloré a décapité plus de monde que Daech », France Inter, 08/09/2015.

« Vous suivez un candidat 16 heures sur 24 pendant quatre mois. Ca crée des liens : il connaît votre prénom, son entourage vous a à la bonne et votre rond de serviette est réservé en cas de victoire […] Dès lors, comment ne pas tenter de le vendre dans vos articles et vos reportages ? (…) Bref, l’ivresse du pouvoir a déjà envahi une frange de mes confrères », sur son blog @Pèèèris le 9/3/2012, Ces journalistes qui se voient déjà à l’Elysée, au sujet de l’esprit très favorable à Hollande des journalistes qui couvrent sa campagne. Ce post, cité par Arrêts sur Images, n’est plus disponible depuis.

« Ce sont toujours les mêmes qui sont VIP, TF1, France 2, Radio France, i>Télé, BFM et Le Monde. Et cela coupe donc toujours les mêmes de certaines informations. J’ai vite compris que pour tirer quelque chose d’un suivi de candidat, il faut désobéir aux consignes du service de presse. Je passe la porte, le type de la sécurité est distrait, et je me retrouve nez-à-nez avec François Hollande », ibid.

On l’a dit à son sujet

« Son nom, si belge, est, à lui seul, un casse-tête pour l’auditeur lambda de France Inter. Mais que dire de son style, savant mélange d’info et de dérision ? Bien que ceux qui la croisent n’ont jamais ignoré son potentiel comique, sa véritable montée en puissance caustique remonte à la dernière campagne présidentielle française. Un marathon durant lequel la pétillante trentenaire ne se gêna guère pour pointer du micro, ou du bout de son blog, les travers de ses confrères journalistes français lancés en pleine identification pro-Hollande », La Libre Belgique, 24/08/2013.

« J’ai grandi face au mépris et aux donneurs de leçons. Je voulais venir ici, avec vous, à France Inter, parce que vous bossez bien mais aussi parce que c’est ici qu’il y a eu la plus grande expression du mépris. Quand Charline Vanhoenacker a parlé de ‘domestique’, c’est la plus grande expression de mépris. Je parle pour tous les salariés de Canal et de iTELE : que faut-il faire pour ne pas essuyer votre mépris ? Il faut démissionner ? Nous ne le ferons pas ! », Maïtena Biraben répond à Charline Vanhoenacker sur les ondes de France Inter, 01/10/2015

« Observatrice pointue et enjouée, c’est sans doute au Burkina Faso, sa deuxième terre d’exploration favorite, qu’elle a soigné son sens de la réplique qui claque et de la description haute en couleur », Libération, 08/03/2016.

« L’ex-pigiste débrouillarde est devenue l’une des têtes de gondole de la radio publique : soit un visage féminin”, incarnant une génération nouvelle”. C’était un pari, et Charline Vanhoenacker n’a pas déçu. En deux ans, elle a ressuscité le billet d’humeur de 7 h 57, créneau le plus exposé de la Matinale, et a hissé son émission de l’après-midi, Si tu écoutes, j’annule tout, au-dessus du million d’auditeurs, tout en rajeunissant sa cible », Libération, 08/03/2016.

« Un côté “mascotte de la direction”, oui et alors ? Pour une fois qu’on a une mascotte qui ne nous fout pas la honte ! », Vanessa Descouraux à son sujet, ibid.

« Je lui reprocherais peut-être ce côté mutin un peu monolithique. La légèreté, ça dédramatise tout, et on aimerait bien qu’elle aille dans la pure méchanceté, la dénonciation agressive », Didier Porte à son sujet, ibid.

« Son but n’est pas d’être impertinente, mais pertinente. Ce n’est pas un sniper. Pas un Bisounours non plus. Elle égratigne du monde », Laurence Bloch à son sujet, ibid.

« Charline n’a pas de réseau, juste sa bande à Inter. Elle n’a aucun sens de la stratégie. C’en est presque alarmant, mais du coup, elle est 100 % bio », Daphné Roulier à son sujet, ibid.

« «Sous prétexte d’audaces transgressives, on s’aligne en réalité sur ce populisme sympa qui donne le ton un peu partout dans l’audiovisuel », Jean-Claude Guillebaud, essayiste, à son sujet.

« Athée revendiquée, elle n’en plaide pas moins pour une laïcité accommodante, notamment sur le voile. Son père, prof de morale laïque, a tenu à lui donner un parrainage séculier enfant. “Une forme de baptême anticatho. Ça plairait peut-être à Caroline Fourest mais j’ai trouvé ça totalement con”», Libération, 08/03/2016.

« L’humour de Charline Vanhoenacker, journaliste, mais qui fait des blagues est suffisamment consensuel pour qu’elle ne connaisse pas le sort de deux de ses prédécesseurs humoristes sur France Inter, Didier Porte et Stéphane Guillon. Aussi corrosif soit-il, son humour n’est en effet pas du genre à mettre en question les intérêts de la fraction du microcosme social auquel appartient la chefferie de France Inter, ce qui lui permet de se voir décerner des brevets de rebellitude par ses pairs », Acrimed, 22/04/2016.

« Je refuse d’être diffusée dans l’émission de cette connasse, vous pouvez lui dire. De cette CONNASSE ! », Élisabeth Lévy, patronne de Causeur, à Guillaume Meurice qui s’est invité aux 50 ans de Valeurs Actuelles le 05/10/2016. Son montage devait être diffusé dans l’émission où intervient Charline Vanhoenacker, gratifiée ainsi d’un mot doux.

« J’ai beaucoup de respect pour Charline, je la trouve très drôle. Je ne suis pas totalement convaincu que ce soit particulièrement approprié de conclure une émission politique de cette manière », François Fillon lors de l’Émission politique de France 2, 27/10/2016, au sujet du billet d’humour au vitriol de Charline Vanhoenacker.

« Je dis bravo à Fillon [qui a critiqué le billet d’humour de Charline Vanhoenacker à son sujet le 27/10/16]. Lors d’une précédente émission, j’avais vu Sarkozy face à Charline Vanhoenacker. Même s’il n’est pas de mon bord, et bien que je n’aie pas une grande sympathie pour lui, j’avais envie de lui souffler de répondre à Charline d’aller amuser les gosses. Cette fille n’est pas méchante, mais simplement, poussée par des animateurs télé en mal d’audience, elle se croit autorisée à donner des leçons de bonne conduite à tout le monde. Même face à Philippot, ça m’énerverait ! Fillon a probablement dit ce que le public pensait », François Rollin, Causeur, 24/11/2016.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.