Accueil | Actualités | Médias | Quand Nicolas Domenach et Maurice Szafran espèrent une « nouvelle page pour un mandat »

Quand Nicolas Domenach et Maurice Szafran espèrent une « nouvelle page pour un mandat »

Nous empruntons à l’excellent site Délits d’images l’annonce de la parution d’un livre qui ressemble à une habile défense d’Emmanuel Macron au moment où le président est en très mauvaise forme. Nicolas Domenach et Maurice Szafran sont tous les deux de vieux routiers du journalisme d’analyse politique dans l’orbite de Jean-François Kahn et de Marianne au travers des diverses époques de l’hebdomadaire. À l’occasion de la sortie de leur ouvrage « Le Tueur et le poète », ils sont interviewés par l’ineffable Simonin de TV5.

Patrick Simonin sur TV5

Patrick Simonin est une grande figure de la télévision et nous l’aimons beaucoup. Déjà en juin 2018 nous avions décortiqué une de ses émissions consacrée à Mamoudou Gassama, un héros de notre temps et en avions été ébahis. Il était assez bien aussi au mois de juillet de la même année sur le mouvement me-too. Sans doute faudrait il le regarder tous les jours. Il a invité nos deux amis sur son plateau le 14 janvier 2019 à l’occasion de la parution de leur livre, déjà bien médiatisé.

Nico et Momo sont dans un bateau

On ne présente plus Nicolas Domenach, ex sparring Partner de Zemmour sur i>Télé puis RTL et présentement rédacteur en chef du Nouveau magazine littéraire où il a remplacé Raphaël Glucksmann. Maurice Szafran, figure moins télévisuelle, est associé avec Claude Perdriel dans Sophia Publications qui édite entre autres Le Nouveau magazine littéraire, L’Histoire et Historia.

Les deux compères viennent de publier chez Albin Michel un ouvrage d’actualité (sans doute commencé avant les gilets jaunes et mis sur le marché rapidement pour profiter de l’actualité, c’est de bonne guerre) sur le Président Macron, tueur et poète. Ce qui pourrait rappeler Arthur Cravan (lire l’indispensable Arthur Cravan, précipité, de Bertrand Lacarelle. Grasset, 2010, 264 p., 17 €.), poète et boxeur.

Un livre qui tombe à pic

L’ouvrage paraît le même jour que l’adresse aux Français du Président. Un livre « très bien renseigné » dit l’ami Simonin qui a suivi de longs stages chez un cireur de chaussures. Et Nico (qui est très bien renseigné, voir supra) annonce vigoureusement que le président « va se battre… il sera au combat ». Une qualité du tueur sans doute même si le poète n’est jamais loin car « la bienveillance c’était lui » (même s’il ajoute qu’il représente dorénavant le mépris).

Momo constate que si la crise est inédite, sa sortie (espoir) peut aussi être inédite et Macron pourra alors remonter la pente. Le copain Patrick inquiet questionne avec une angoisse dans la voix « C’est lui ou le populisme ? ». Soyons rassurés par la réponse, en fin d’émission la fine équipe « ose espérer » une « nouvelle page pour ce mandat ». Dire que certains gilets jaunes se plaignent des médias, ils vont être comblés par cette émission. Ou le contraire.

L’article de Délits d’image et l’émission de TV5 ci-après : delitdimages.org
Le Tueur et le poète, janvier 2019, Albin Michel, 320 p., 19 €.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This