Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Claude Perdriel

23 mai 2018

Temps de lecture : 12 minutes
Accueil | Portraits | Claude Perdriel

Claude Perdriel

Roi du sanibroyeur et ex-empereur du Nouvel Obs

Claude Perdriel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’affaires convaincu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’influence grâce à l’argent des sanibroyeurs qu’il a inventé.

Formation

Né au Havre en 1926, Claude Per­driel grandit dans le 16ème arrondisse­ment parisien, élevé selon Wikipedia « par sa grand-mère mater­nelle et dans la famille juive de la mar­raine de sa mère ». Élève au lycée Jan­son-de-Sail­ly, il entre à Poly­tech­nique en 1947. Cette solide for­ma­tion, Claude Per­driel s’en servi­ra pour faire prospér­er ses affaires et il met­tra toute sa vie une bonne par­tie de l’ar­gent gag­né dans ses entre­pris­es au ser­vice de ses ambi­tions médi­a­tiques.

Parcours professionnel

Il faut dis­tinguer plusieurs étapes dans le par­cours pro­fes­sion­nel de Claude Per­driel. D’un côté des ini­tia­tives indus­trielles et de l’autre le monde de la presse, dans laque­lle il écrit très peu mais qu’il influ­ence beau­coup.

Côté industriel

L’homme des sani­broyeurs : Claude Per­driel com­mence sa car­rière pro­fes­sion­nelle en se lançant dans la con­struc­tion de sta­tions de traite­ment d’eaux usées, il fonde la Société Française d’As­sainisse­ment (SFA) en 1958. À 32, il est donc déjà PDG de son entre­prise. Il dépose ensuite le brevet du Sani­broyeur, dont il invente le con­cept et le nom. Présente dans 28 pays, l’en­tre­prise de Claude Per­driel a décliné son principe de base en créant des san­i­taires pour seniors, pour hand­i­capés, des WC à pom­pes sur les bateaux, des baig­noires, des sys­tèmes de mas­sage, etc. À la fin des années 1980 il rachète son prin­ci­pal con­cur­rent, la SETMA, qu’il intè­gre à son groupe.

Cette idée pour traiter les excré­ments a été couron­née de suc­cès, puisqu’elle lui per­met d’align­er quelques 180 mil­lions de chiffres d’af­faires annuels. C’est au sein de la même entre­prise que l’on retrou­ve une branche indus­trielle et une branche presse, la pre­mière ren­flouant régulière­ment la sec­onde : « elle sera la « pompe à phy­nance » de son groupe de presse » comme l’écrit Pierre de Gas­quet pour Les Échos. Mal­gré ses beaux béné­fices, Per­driel délo­calise mas­sive­ment ces dix dernières années en Tunisie, Turquie et Chine.

L’époque du mini­tel : L’in­ven­tion du mini­tel per­met à Claude Per­driel de s’en­richir con­sid­érable­ment. Il se lance en effet dans les lignes éro­tiques, « les mes­sageries ros­es », telles que «3615 Jane» et «3615 Aline» avec Hen­ri de Maublanc. Le sys­tème de paiement est révo­lu­tion­naire, il suf­fit de taper 3615 et votre fac­ture de télé­phone s’alour­dit d’un franc par minute, dont la moitié est rever­sée à l’édi­teur. Si cela nous sem­ble basique aujourd’hui, c’é­tait en 1984 le début d’un nou­veau mod­èle économique.

La presse, d’abord inquiète de ce con­cur­rent qui pour­rait lui enlever une part du marché pub­lic­i­taire, va vite être ras­surée : elle obtient le mono­pole du marché et se lance donc à corps per­du dans cette aven­ture. « À peu près tous les groupes de presse exploiteront le Mini­tel comme une vache à lait, tout en dénonçant les coûts exces­sifs dans leurs jour­naux. Pen­dant dix ans l’argent coule à flot. L’argent du Mini­tel ren­flouera les caiss­es du papi­er jusqu’à l’arrivée en France, en 1994, de l’Internet, du web, et de “cette for­mi­da­ble lib­erté gra­tu­ite” que tous van­teront dans leurs colonnes ! » écrit Michel Puech pour Médi­a­part.

Les autres entre­pris­es : Il fut un temps asso­cié à Edmond de Roth­schild dans une société d’im­mo­bili­er ; il a égale­ment ven­du du char­bon et des ascenseurs ; a détenu des parts dans une entre­prise qui fab­rique des voiles pour delta­planes et dans la chaîne de fleuristes Au Nom de la Rose.

Avi­a­tion san­i­taire et d’affaires : Il s’est même lancé un temps dans l’aviation, avec Skyfree à Malte pour les vols d’affaires clas­siques et Sky­first en France pour les vols san­i­taires : « Fon­du d’aviation, Claude Per­driel a piloté de petits monomo­teurs et a pos­sédé jusqu’à qua­tre avions privés, des Fal­con pour la plu­part », écrit ain­si Medi­a­part (31/05/2017) « En 2010, la com­pag­nie qui les exploite fait fail­lite. Claude Per­driel décide alors de lancer avec des asso­ciés sa pro­pre com­pag­nie aéri­enne, spé­cial­isée dans le trans­port san­i­taire : Air Alba­tros, rapi­de­ment rebap­tisée Sky­first et basée sur l’aéroport d’affaires du Bour­get, au nord de Paris. Elle exploite un seul de ses jets, un Fal­con 50, réamé­nagé en appareil médi­cal pour le rap­a­triement des blessés […] Mais Sky­first est un échec financier. En 2012, Claude Per­driel injecte 2,1 mil­lions d’euros pour éponger les pertes et met fin à l’activité aéri­enne de la com­pag­nie, qui ne fera plus que de l’assistance au sol ». Les trois pilotes con­tes­teront par la suite leur licen­ciement économique – ils esti­ment qu’ils auraient du être reclassés dans la société sœur à Malte où l’avion, un Fal­con 50, est trans­féré.

Côté presse

Les cahiers de sai­son : Avec ses pre­miers salaires d’ingénieurs, il finance déjà sa revue lit­téraire Les cahiers de sai­son, en lien avec Jacques Bren­ner. Cela lui per­met de dévelop­per un réseau dans le monde des décideurs.

Le sauvage : Men­su­el écologique paru de 1973 à 1991 et qui a resur­gi sur la toile depuis 4 ans. Selon Wikipé­dia, c’est un numéro du Nou­v­el Obser­va­teur con­sacré à l’é­colo­gie, et qui se serait par­ti­c­ulière­ment bien ven­du, qui aurait décidé Claude Per­driel à se relancer dans l’aven­ture.

La revue du Plan­ning famil­ial : Claude Per­driel la reprend un temps car il se dit attaché à la ques­tion de la con­tra­cep­tion et de l’a­vorte­ment.

Le Matin de Paris : Quo­ti­di­en social­iste créé en mars 1977 par Claude Per­driel. Forte­ment mit­ter­ran­di­en, il a cessé de paraître dix ans plus tard. On pou­vait y lire les papiers d’un pigiste aujour­d’hui bien con­nu… François Hol­lande ! Le Matin de Paris, au niveau rédac­tion­nel comme admin­is­tratif échangeait beau­coup avec Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Cepen­dant, « l’aventure tourne court après l’arrivée de la gauche au pou­voir. L’extase devient un cal­vaire. Le bébé lui coûte 100 mil­lions de dettes en 1985 », relève Libéra­tion (14/9/2016). Le jour­nal est notam­ment plom­bé par son ori­en­ta­tion très poli­tique et le coû­teux échec du Matin du Nord (1979–1982). Cette édi­tion locale lancée « pour des raisons de sou­tiens à Pierre Mau­roy » est attaquée par l’Humanité et le quo­ti­di­en com­mu­niste région­al Lib­erté – en effet, les fichiers de la ville et de syn­di­cats (comme la CFDT et le SNI) ont été trans­mis au jour­nal, affir­ment les con­cur­rents com­mu­nistes mal­gré les démen­tis de Pierre Mau­roy.

Après la vic­toire de François Miter­rand, le Matin de Paris perd un tiers de ses ventes ; sa dif­fu­sion payée se trou­vait à 110.000 exem­plaires avec des pointes à 180.000 ; elle ne revient plus à ce niveau. En 1984 Max Théret, créa­teur de la FNAC, investit dans le titre et Max Gal­lo, porte-parole du gou­verne­ment, prend la direc­tion de la rédac­tion, rejoint par son ancien directeur de cab­i­net François Hol­lande. L’actionnaire de référence devient l’italien Gian­car­lo Paret­ti, Paul Quilès, député social­iste, rejoint la direc­tion de la rédac­tion. Cousue de fil blanc, la prox­im­ité avec le PS nuit à la crédi­bil­ité du titre, donc à ses ventes. En 1987, la dif­fu­sion tombe à 50.000 exem­plaires. Le dépôt de bilan est pronon­cé le 6 mai. Après l’échec d’une vente à Fran­cis Bouygues pour 100 mil­lions de francs, la liq­ui­da­tion judi­ci­aire est pronon­cée à la fin de l’année.

Tri­ba : Men­su­el des­tiné aux familles recom­posées, lancé en octo­bre 2001 et sus­pendu au bout du troisième numéro.

Le Nou­veau Ciné­ma : mag­a­zine de ciné­ma pub­lié entre octo­bre 1999 et sep­tem­bre 2000, avant de fusion­ner au sein du sup­plé­ment TéléObs du Nou­v­el Obser­va­teur en octo­bre 2000.

Le Nou­v­el Obser­va­teur : Il a créé ce men­su­el, qu’il con­sid­ère comme l’œuvre de sa vie, en 1964 avec Jean Daniel Ben­saïd : « C’est un jour­nal mendé­siste, social-démoc­rate de gauche. C’est un jour­nal du cœur qui défend depuis cinquante ans la veuve et l’or­phe­lin, les pau­vres. » Le pre­mier s’oc­cupe du mod­èle économique tan­dis que le sec­ond se charge de la par­tie rédac­tion­nelle. Pour autant, Claude Per­driel assure égale­ment un con­trôle sur les rubriques et ceux qui les diri­gent, se révélant par­ti­c­ulière­ment atten­tif aux recrute­ments. Il est en effet plus facile de laiss­er une lib­erté cer­taine à des jour­nal­istes qui parta­gent les mêmes objec­tifs poli­tiques que soi. Out­re l’heb­do­madaire Le Nou­v­el Obser­va­teur (dif­fu­sion 498 495 exem­plaires en 2013), le groupe pos­sède égale­ment le bimen­su­el Chal­lenges (dif­fu­sion 224 465 exem­plaires en 2013) et le men­su­el Sci­ences et Avenir (dif­fu­sion 263 282 exem­plaires en 2013). Le Nou­v­el Obser­va­teur obtient un nom­bre de pages de pub­lic­ité élevé.

Début jan­vi­er 2014, Claude Per­driel a cédé Le Nou­v­el Obser­va­teur au trio Xavier Niel, Pierre Bergé et Matthieu Pigasse, déjà action­naires du Monde. Il avait pour­tant annon­cé en 1999 avoir procédé à une dona­tion partage au béné­fice de ses six enfants et de sa dernière épouse. Mais affir­mant aux Échos que « la seule idée d’un vrai entre­pre­neur, c’est de dévelop­per son entre­prise », Claude Per­driel a préféré à sa famille le trio dont un proche affirme que leur idée « est de pour­suiv­re dans la con­sti­tu­tion d’un grand groupe de média européen ». Une vente « idéologique » égale­ment car « ce qui m’in­téres­sait, c’est que l’ob­ser­va­teur reste franche­ment à gauche » a déclaré Per­driel, qui a aus­si cédé le titre à un prix net­te­ment inférieur à sa valeur – 4.1 mil­lions d’euros à peine. Cepen­dant il y con­serve un rôle surtout « moral », selon lui, et par­ticipe à l’éviction – poli­tique – d’Aude Lancelin, trop à gauche par rap­port à la ligne du Nou­v­el Obs.

En revanche, Claude Per­driel garde Chal­lenges. Ce mag­a­zine économique lui per­met de con­tin­uer à influer, douce­ment mais sûre­ment, sur les thé­ma­tiques qui lui sont chères. Out­re les choix rédac­tion­nels, lui qui n’écrit qua­si­ment jamais s’au­torise cepen­dant par­fois des pub­li­ca­tions telle cette tri­bune en faveur de l’ex­plo­ration du gaz de schiste en France parue en juil­let 2012.

Le Monde : Claude Per­driel est pro­prié­taire de 2,5% du cap­i­tal du Monde et siège à son con­seil de sur­veil­lance.

Rue89 : En jan­vi­er 2012, Per­driel rachète Rue 89 pour 7,5 mil­lions d’eu­ros. Il en prof­ite pour déclar­er qu’avec « inter­net, je retrou­ve l’e­sprit de Mai 68 », qu’il agit ain­si car « si d’autres sites qui parta­gent les mêmes valeurs que nous, ont besoin d’aide, et bien, je suis prêt à les aider », le tout assor­ti de belles promess­es d’indépen­dance rédac­tion­nelle… Las ! Un an pile poil plus tard, il con­traint Rue89 à démis­sion­ner du Spi­il (Syn­di­cat de la presse indépen­dante d’in­for­ma­tion en ligne). La rédac­tion de Médi­a­part écrira à cette occa­sion : « En con­tra­dic­tion fla­grante avec les valeurs de lib­erté et de plu­ral­isme que Le Nou­v­el Obser­va­teur affirme défendre, la déci­sion imposée par son pro­prié­taire Claude Per­driel à Rue89, un an à peine après l’avoir racheté, con­firme que la ques­tion de l’indépen­dance de l’in­for­ma­tion, celle des équipes qui la pro­duisent comme celle des entre­pris­es qui en vivent, est aujour­d’hui une bataille essen­tielle. »

Sophia Pub­li­ca­tions : en 2014, il prend 50% des parts de Sophia Pub­li­ca­tions (l’Histoire, la Recherche, le Mag­a­zine lit­téraire, His­to­ria) et la total­ité le 11 juil­let 2016. Il recon­stitue ain­si un groupe de presse et espère rééquili­br­er les déficits de Chal­lenges.

Fin 2017 il lance avec Thier­ry Ver­ret (les heb­dos le Phare de Ré, Lit­toral à Marennes, Haute-Sain­tonge à Jon­zac, mais aus­si Wel­com­ing You, Sor­tir 17, Ici Lon­dres), Xavier Niel et Bruno Ledoux une nou­velle for­mule du Mag­a­zine lit­téraire, pour un mil­lion d’euros d’investissement et un objec­tif de 35.000 ventes men­su­elles.

Renault et Chal­lenges : au print­emps 2018 le con­struc­teur Renault acquiert 40% du groupe Chal­lenges, défici­taire de 2 à 3.5 mil­lions d’€ par an depuis 2014. Le groupe Chal­lenges y récupère 5 mil­lions d’euros d’investissement et l’espoir d’être redressé, quant au con­struc­teur, il veut créer… des con­tenus pour occu­per les futurs acheteurs de ses voitures autonomes.

Sa nébuleuse

Mem­bre du Siè­cle, bien qu’il affirme ne jamais y avoir mis les pieds, Claude Per­driel est proche, très proche de ceux qui ont le pou­voir. « Claude, faites atten­tion quand vous allez ven­dre, ne faites pas n’im­porte quoi » lui demande son ancien pigiste François Hol­lande, en ce début d’an­née 2014. Et Per­driel de répon­dre : « Ne vous inquiétez pas, ce sera quelqu’un qui aura nos opin­ions poli­tiques. »

Pierre Bergé « Je l’estime pour la pas­sion qu’il a eue pour François Mit­ter­rand, pour son mécé­nat, son sou­tien à un cer­tain nom­bre de gens de gauche. On allait aux meet­ings de Mit­ter­rand ensem­ble, j’ai de bons sou­venirs avec lui », déclare Claude Per­driel aux Échos.

Selon ce même jour­nal, « il cul­tive un réseau d’ami­tiés éclec­tiques. Depuis le patron de Vuit­ton, Yves Car­celle, un autre « voileux » poly­tech­ni­cien ama­teur de régates, jusqu’au cou­ple Kouchner/Ockrent, en pas­sant par le prési­dent de Générali, Antoine Bern­heim. Ils sont nom­breux à par­ticiper, chaque année, à sa fête d’an­niver­saire au Petit Jour­nal Mont­par­nasse, le club de jazz qu’il a récem­ment racheté. Pro­prié­taire d’un yacht, d’une flotte de jets privés et d’un château près de Dis­ney­land Paris, il passe de longue date ses vacances en Toscane, à Por­to Ercole, sur le promon­toire de l’Ar­gen­tario. C’est Jean Daniel qui l’y a entraîné. Il y croise sou­vent le prince Car­lo Carac­ci­o­lo et Euge­nio Scal­fari, cofon­da­teurs du quo­ti­di­en ital­ien La Repub­bli­ca. Leur ami­tié remonte à l’époque où il dirigeait Le Matin de Paris ».

L’an­cien ban­quier de Lazard, directeur pen­dant 10 ans de la com­pag­nie d’assurance ital­i­enne Gen­er­ali, Antoine Bern­heim, était l’un de ses proches amis et l’un des prin­ci­paux arti­sans de l’évolution actuelle des médias, grâce aux fusions-acqui­si­tions.

Béné­dicte Per­driel, sa troisième épouse. Elle dirige la SFA, pré­side le con­seil de sur­veil­lance du Nou­v­el Obser­va­teur et est présente dans tous les actes qu’il signe.

Jean Daniel Ben­saïd, son com­pagnon de tou­jours, qui a épousé sa pre­mière femme. Il était très proche de Mit­ter­rand.

Ceux qu’il a essayé de sacr­er comme dauphins pour diriger son groupe, mais qui ne sont pas restés. Franz-Olivi­er Gies­bert qui dirige la rédac­tion du Nou­v­el Obser­va­teur de 1985 à 1988, Lau­rent Jof­frin, qui reste de 1988 à 1996 puis de 1999 à 2006 et Denis Olivennes ex-FNAC et du groupe Pin­ault-Print­emps-La Red­oute, au Nou­v­el Obser­va­teur de 2008 à fin 2010.

Parcours militant

Claude Per­driel a tou­jours dit être de gauche, se définis­sant comme « un mendé­siste du fond du cœur », avoir soutenu Pierre-Mendès France puis Mit­ter­rand, dont il a été le directeur de cam­pagne en 1974. « Scène d’anthologie, du QG de la tour Mont­par­nasse, Mit­ter­rand annonce con­fi­er la direc­tion finan­cière de la cam­pagne à André Rous­se­let, la pub­lic­ité et la com­mu­ni­ca­tion à Claude Per­driel. Deux hommes pour le même poste », révèle Libéra­tion (14/09/2016).

Le quo­ti­di­en Le matin de Paris qu’il a créé soute­nait claire­ment la poli­tique de gauche d’alors.

En 2010 il se déclare en faveur de Dominique Strauss-Khan.

En 2011 il qual­i­fie de « ridicule » le pro­jet de François Hol­lande de faire une taxe sur les hauts revenus.

En octo­bre 2016, il se déclare pour Emmanuel Macron.

Ce qu’il gagne

SFA génère un résul­tat net d’une dizaine de mil­lions par an et le pat­ri­moine per­son­nel de Claude Per­driel était estimé à 110 mil­lions d’eu­ros en 2013 selon Chal­lenges, il se classe ain­si 370éme for­tune française. Il déclare se con­tenter de vivre avec un mil­lion d’eu­ros annuel

Il l’a dit

« C’est vrai que diriger “Le Nou­v­el Obs” donne une image de luxe et de con­fort. Cela n’a pas tou­jours été le cas. J’ai tiré le dia­ble par la queue pen­dant trente ans. Cela énerve les gens à droite que l’on puisse à la fois être de gauche, aimer vivre et être heureux », Les Échos.

« Mon tem­péra­ment est de me révolter. J’ai décou­vert la con­science poli­tique par la lutte con­tre l’antisémitisme. Je suis de gauche pour de mau­vais­es raisons, comme les enfants peu­vent l’être. Je suis de la gauche du cœur, pas de la gauche par­ti­sane. Le mono­pole du cœur est ce qui fait la dif­férence entre les courants poli­tiques : à gauche, on regarde les gens avant de regarder les chiffres. Je suis pour la défense des pau­vres et con­tre l’injustice. J’ai tou­jours souhaité con­tribuer à amélior­er le sort des gens », Le Nou­v­el Écon­o­miste (03/06/2010).

« Je pense que l’homme a inven­té Dieu mais en réal­ité, c’est l’homme lui-même qui est divin », ibid.

En ce qui con­cerne la vente du Nou­v­el Obser­va­teur : « Ce qui m’in­téres­sait, c’est que l’Ob­ser­va­teur reste franche­ment à gauche ».

« Quand on respecte son lecteur, on ne lui impose pas une idée. Aude Lancelin donne la parole à Nuit debout! Cela la regarde mais ce n’est pas la ligne du jour­nal », Le Figaro , 01/06/2016.

Ils l’ont dit

« C’est un hyper­ac­t­if hédon­iste qui a une volon­té de fer », résume son ami le can­céro­logue David Khay­at (22/04/2008).

« Il n’aime pas les gens qui sont tou­jours d’ac­cord avec lui. Il sait pren­dre des risques. Il laisse une grande indépen­dance au jour le jour. Il fait des com­men­taires après coup. En revanche, il s’in­téresse de près à la struc­ture du jour­nal, aux rubriques, aux embauch­es…» estime Lau­rent Jof­frin (22/04/2008).

« L’entrepreneur parvient alors à trans­former la merde en or. Il réitéra son exploit dans les années 1980, au moment où, pari­ant sur le Mini­tel, il lance les pre­mières mes­sageries ros­es : après la merde, le sperme. Claude Per­driel est un homme de bonnes humeurs » écrit François Miclo.

« Claude Per­driel, c’est Don Cor­leone, l’esprit vengeur en moins. Trois mots le résu­ment : tribu, pas­sion, vision », Le Nou­v­el Écon­o­miste, 03/06/2010.

« Man­ag­er affec­tif à l’autorité cen­tral­isée, il dirige une famille en forme de poupées russ­es. Il con­naît cha­cun de ceux qui y tra­vail­lent, il les a repérés, sélec­tion­nés, coop­tés, pro­mus, jamais reniés, y com­pris ceux qui ont pu le trahir », ibid.

« Il s’est décou­vert une autre famille qui lui ressem­ble en tous points […] celle de la mar­raine de sa mère […] Celle qui l’a choisie et qu’il s’est choisi. S’il n’est pas juif, Claude Per­driel porte l’identité juive en ban­doulière. Et ceci est à l’origine de sa pre­mière con­science poli­tique », ibid.

« Claude Per­driel est avant tout un homme d’action et de déter­mi­na­tion […] Soucieux des obsta­cles humains, il accom­pa­gne tou­jours son opiniâtre et dis­crète ambi­tion d’une véri­ta­ble atten­tion aux autres », Jean Daniel à son sujet, ibid.

« Il est avant tout un affec­tif, guidé par l’impulsion et les attraits que peu­vent sus­citer de nou­velles ren­con­tres […] En ter­mes d’amitié, Claude Per­driel est plutôt défini­tif. Il aime à jamais ou pas du tout », ibid.

« Claude Per­driel cherche une com­bi­nai­son qui lui per­me­t­trait de trans­met­tre le cap­i­tal à sa sec­onde épouse, tout en main­tenant l’au­tonomie des titres et des rédac­tions. Esti­mant que les rédac­tions ne sont pas aptes à gér­er les jour­naux, il refuse de trans­met­tre une par­tie du cap­i­tal aux sociétés de rédac­teurs », Patrick Eveno dans L’his­toire du jour­nal Le Monde 1944–2004

À l’époque où Per­driel envis­ageait de racheter Le Monde : « Nous soutenons avec ent­hou­si­asme Claude Per­driel qui par­le en vrai homme de presse quand il explique : «Le dan­ger aujour­d’hui est que, n’ayant pas fait les réformes néces­saires et sans moyens financiers, la presse et ses lecteurs tombent entre les mains des pou­voirs de l’ar­gent, du poli­tique ou du CAC 40, dont les intérêts sont liés.» Oui, mille fois oui ! Mais alors : pourquoi pro­pose-t-il de repren­dre Le Monde en s’as­so­ciant avec Orange, l’un des prin­ci­paux groupes du CAC 40, aujour­d’hui dirigé par Stéphane Richard qui fut directeur de cab­i­net de Chris­tine Lagarde et demeure l’un des amis proches de Nico­las Sarkozy ? » écrit François Bon­net pour Médi­a­part (16/06/2010).

« Si «Per­dreau» a com­mu­niqué avec un tem­po réguli­er sur les nou­velles for­mules de son heb­do et sur son départ de la place de la Bourse, il par­le trop peu au goût des jour­nal­istes médias. On le dit secret. On le cite comme un des derniers diplodocus de la presse qui redore le bla­son d’une pro­fes­sion en crise struc­turelle et lui redonne de la fierté. On se réjouit de voir cet indépen­dant en embus­cade à chaque ces­sion de titre. Un patron de presse à l’ancienne aux yeux bleu aci­er, aimant les jour­naux et les jour­nal­istes, resté à l’écart des pré­da­teurs du cap­i­tal­isme indus­triel », Libéra­tion, 14/09/2016

« Il l’avait prév­enue dès leur pre­mier ren­dez-vous. Il ne con­serve rien, aucune archive per­son­nelle », ibid.

« Claude Per­driel a appris à ne plus s’attacher aux objets, dont il peut à tout instant être dépos­sédé». Dans sa nou­velle mai­son XVIIIe, rue de Bour­gogne, la biographe remar­que le bureau nu, mis à part un vol­ume de Charles Péguy, son maître à penser. Dans ses rési­dences suc­ces­sives, il n’entraîne avec lui que le baby-foot et des canapés Knoll beige », ibid.

« Quand un jour­nal va mal, il investit davan­tage et embauche, sa règle implaca­ble pour soutenir son heb­do », ibid.

« Quand Claude aime une femme, il lui trou­ve une mai­son. Quand il aime un homme, il lui fait un jour­nal », Marie-Dominique Lelièvre, dans sa biogra­phie de Claude Per­driel Sans oubli­er d’être heureux (2016).

« C’est un nom qu’on ne s’attendait pas à trou­ver dans les Mal­ta Files : Claude Per­driel, 90 ans, patron social, cofon­da­teur de L’Obs, « de gauche depuis tou­jours ». Il est surtout con­nu pour avoir mis sa for­tune au ser­vice de sa pas­sion pour la presse. Mais pour ses pas­sions privées, la voile et l’aviation, Claude Per­driel a pour­tant choisi deux par­adis fis­caux. Son yacht est détenu et mis en loca­tion par une société lux­em­bour­geoise. Tan­dis que sa com­pag­nie aéri­enne Sky­first, qui exploite ses jets privés, est imma­triculée à Malte », Medi­a­part, 31/05/2017.

Crédit pho­to : Le Figaro / le.buzz.media

Voir aussi

Related Posts

None found

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.