Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nicolas Domenach
Mis à jour le

1 septembre 2018

Temps de lecture : 10 minutes

Nicolas Domenach

Républicain toujours

Nicolas Domenach est né en 1950, il est le fils du journaliste Jean-Marie Domenach, résistant de la première heure, ancien directeur de la revue Esprit, militant de la gauche anti-communiste qui se rapprocha de positions nettement conservatrices à la fin de sa vie. Il est le frère du célèbre sinologue français Jean-Luc Domenach. Divorcé de la journaliste éditorialiste au magazine Elle, Michèle Fitoussi.

Formation

Il n’est pas passé par une école de jour­nal­isme.

Parcours professionnel

Nico­las Dom­e­n­ach débute au Quo­ti­di­en de Paris en 1974, il passe ensuite au Matin de Paris de par­ticiper avec Jean-François Kahn à la créa­tion de l’heb­do­madaire L’Événe­ment du jeu­di en 1984 puis de Mar­i­anne dont il est le directeur-adjoint.

De 2004 à 2008, il par­ticipe à l’émission de débat con­tra­dic­toire « N’ayons pas peur des mots, l’émis­sion quo­ti­di­enne » présen­tée par Samuel Éti­enne sur i>Télé.

De 2006 à 2008, il signe un édi­to­r­i­al quo­ti­di­en dans i>Matin, la mati­nale d’i>Télé présen­tée par Nathalie Ian­net­ta et Lau­rent Bazin.

Depuis 2006, il par­ticipe à l’émission de débat avec Éric Zem­mour « Ça se dis­pute » sur i>Télé.

De 2007 à 2011, il est chroniqueur sur Canal dans l’émis­sion quo­ti­di­enne L’Édi­tion spé­ciale.

Depuis 2011, il fait par­tie de l’équipe de La Nou­velle Édi­tion, émis­sion ani­mée par Ali Bad­dou sur Canal.

En 2014 il quitte Mar­i­anne à cause de désac­cords avec la nou­velle direc­tion qui lui demande d’abandonner Canal.

Le 1er sep­tem­bre 2014 il devient chroniqueur poli­tique pour l’hebdomadaire Chal­lenges.

En août 2016, il obtient un débat heb­do­madaire, tous les ven­dredis, avec Eric Zem­mour sur RTL, inti­t­ulé On n’est pas for­cé­ment d’accord. Mal­gré de bonnes audi­ences, ce débat n’est pas recon­duit à la ren­trée 2018 – il lui reste néan­moins une présence heb­do­madaire dans la tranche de Marc-Olivi­er Fogiel et bi-heb­do­madaire au débat du ven­dre­di matin 8h30.

En jan­vi­er 2018 il devient édi­to­ri­al­iste poli­tique sur l’émission domini­cale Et en même temps sur BFMTV.

Le 24 août 2018 il rem­place Raphaël Glucks­mann, qui se dit débar­qué par Claude Per­driel, action­naire prin­ci­pal, pour anti-macro­nisme – mais en réal­ité prob­a­ble­ment pour cause d’échec com­mer­cial patent – à la tête du Nou­veau Mag­a­zine lit­téraire.

Son fils Hugo Dom­e­n­ach, ancien de SoFoot, Rue89, Le Monde, Arte (ce sont des courts stages en 2011), a été embauché en 2013 par Lepoint.fr où il tra­vaille tou­jours au ser­vice poli­tique.

Parcours politique

Il occupe son lycée en mai 68 à Antony. Nico­las Dom­e­n­ach intè­gre par la suite la troupe de théâtre de la rési­dence uni­ver­si­taire d’Antony. « Dès lors, ma vie s’y est reportée. Mon rôle ? Faire de l’agitation dans tous les sens, faire cir­culer la vie et la poésie. Je croy­ais qu’avec des mots on pou­vait faire chang­er le monde ! Cette péri­ode a été celle d’une for­mi­da­ble pul­sion de vie. Il s’est créé quelque chose dans ces quartiers désossés qui s’est pro­longé ensuite ». Le Nou­veau panora­ma, n° 65, mai 2008.

En 2013 et par la suite il a soutenu le mariage homo­sex­uel.

En juil­let 2014, dans une let­tre où il explique son départ de Mar­i­anne, il explique ce qui a fait la « com­mu­nauté d’esprit » du jour­nal : « la défense acharnée de l’idéal européen, la dénon­ci­a­tion du nation­al­isme et de l’ex­trême droite ».

En 2015, du 28 octo­bre au 1er novem­bre, il est invité tous frais payés pen­dant la tournée africaine (Togo, Côte d’Ivoire, Ghana) du pre­mier min­istre Manuel Valls – en faisant par­tie de la délé­ga­tion offi­cielle il n’a rien payé, con­traire­ment à ses con­frères de la délé­ga­tion presse qui paient une « quote-part », en l’occurrence 2200 € de bil­lets d’avions et se restau­rent eux-mêmes.

Il s’est jus­ti­fié dans l’émission Quo­ti­di­en sur TMC : « C’est une tech­nique du jour­nal­isme de com­bat rap­proché. C’est 40 ans d’ex­péri­ence, 40 ans de boulot. Vous pensez que si au bout de 40 ans de boulot, je réus­sis à être proche du Pre­mier min­istre à un moment essen­tiel de la vie poli­tique, vous pensez — c’est ce que vous sous-enten­dez — qu’il y a au fond une con­nivence voire une cor­rup­tion ».

Publications

  • Avec Mau­rice Szafran, Le Tes­ta­ment inachevé. Entre­tien entre les deux jour­nal­istes et le car­di­nal Albert Decour­tray, Flam­mar­i­on, 1994.
  • Avec Mau­rice Szafran, De si bons amis. Sur Jacques Chirac et Édouard Bal­ladur, leur ami­tié, puis leur rival­ité suite à leurs can­di­da­tures à l’élec­tion prési­den­tielle de 1995, Plon, 1994.
  • Avec Mau­rice Szafran, Le Roman d’un prési­dent. Biogra­phie de Jacques Chirac en 3 tomes, un pour chaque péri­ode, tous chez Plon.
  • L’hu­mil­i­a­tion, la résur­rec­tion, le reniement, vol. 1. Son par­cours pour accéder à la prési­dence de la République en 1995.
  • Le Mirac­ulé, vol. 2. Son man­dat de 1995 à 2002, et la cohab­i­ta­tion avec Lionel Jospin à par­tir de 1997.
  • Le Sacre, vol. 3. Sa cam­pagne pour l’élec­tion de 2002 et sa réélec­tion.
  • Sarkozy, au fond des yeux, édi­tions Jacob-Duver­net, 2004.
  • Ça va mal finir, Plon, 2006.
  • Avec Mau­rice Szafran, Off : Ce que Nico­las n’au­rait jamais dû nous dire, Plon, 2011.

Collaborations

Avril 2018 : pré­side le jury du chal­lenge RTL Numérique gag­né par deux étu­di­antes de Sci­ences Po (M1 mas­ter en jour­nal­isme) ; le prix est un con­trat d’apprentissage d’un an au sein de RTL.

Avril 2012 : Ani­me le débat entre la « moud­jahi­da » Zohra Drif-Bitat (respon­s­able de l’attentat du Milk Bar à Alger en 1954 : « J’ai posé une petite bombi­nette ») et le philosophe Bernard Hen­ry Lévy lors du col­loque Marianne/El Khabar à Mar­seille.

Décem­bre 2011 : Ani­me la con­férence « Les jour­nal­istes doivent-ils tout dire ? » lors du col­loque organ­isé par Gip­sy XIème sur le thème « Peut-on tout dire ? Trans­parence ou secret..».

Octo­bre 2011 : Par­tic­i­pant au 14ème « Ren­dez-vous de l’Histoire » sur le thème de l’Orient à Blois. Prési­dent du fes­ti­val : Pierre Nora. Avec notam­ment Elie Bar­navi, , Jean-Noël Jeanneney, Gilles Kepel, Mona Ouzouf, , Leila Shahid, Ben­jamin Sto­ra, Hubert Védrine et Michel Winock.

Mars 2011 : Par­ticipe à table ronde organ­isée par le « Club des juristes » sur le thème « Le référen­dum d’initiative pop­u­laire et par­lemen­taire » avec Claude Askolovitch, Sophie Bouchet-Petersen, Guy Car­cas­sonne, Luc Fer­ry, Yves Thréard.

Novem­bre 2010 : Invité du 11ème dîn­er organ­isé par « Inven­ter à gauche » sur le thème « Médias et poli­tique : le divorce ? ». Présen­ta­tion de ce mou­ve­ment : « Dia­loguer, inven­ter, pro­pos­er pour que la gauche de gou­verne­ment rede­vi­enne ce qu’elle doit être : une force de trans­for­ma­tion, d’abord au prof­it de celles et de ceux que ni la nais­sance ni la for­tune n’ont favorisés ; et, une source d’espérances mobil­isant et rassem­blant les peu­ples, au-delà des dif­férences, au-delà des fron­tières ». Michel DESTOT (Prési­dent) et Cather­ine TASCA (Vice-Prési­dente). Les dîn­ers sont liés à la Friedrich-Ebert-Stiftung, une fon­da­tion alle­mande à but non lucratif « qui mène des activ­ités en Alle­magne et à l’étranger. En tant qu’institution indépen­dante et recon­nue d’utilité publique, elle défend les idées et les valeurs fon­da­men­tales de la social-démoc­ra­tie ». Inven­ter à Gauche, 2ème ren­con­tre nationale à Stras­bourg, novem­bre 2010.

Octo­bre 2010 à Auril­lac : Con­férenci­er avec Edwy Plenel, sur le thème « Affaires, sécu­rité, immi­gra­tion, chô­mage… Savons nous la vérité ? »

Mai 2010 : par­ticipe aux ate­liers des 2e assis­es con­tre les préjugés organ­isées par l’UEJF (Union des étu­di­ants juifs de France) et Sos Racisme

Mars 2008 : Ani­me une con­férence organ­isée par le Forum de Paris sur le thème « L’Etat de droit en Méditer­ranée » avec Mohamed Ark­oun, Pro­fesseur émérite à la Sor­bonne, Philosophe ; Ayse Gül­sün Bil­ge­han, Prési­dente de la Com­mis­sion sur l’égalité des chances pour les hommes et les femmes au Par­lement européen. Représen­tante de la Turquie au Par­lement européen ; Mohamed Hachemaoui, poli­to­logue ; Samir Hamou­da, Avo­cat à la Cour suprême d’Alger ; Abdel­wa­hab Med­deb, écrivain. Le thème général du Forum de Paris était « Une union pour la Méditer­ranée, pourquoi faire ? », avec Jacques Attali et l’intervention de Nico­las Sarkozy.

Décem­bre 2005 : Ani­me une table ronde avec pour fil directeur, « Laïc­ité, un principe, des réal­ités ». Le col­loque était organ­isé à l’initiative du Club Laïc­ité fondé par Georges Sarre.

Mai 2002 : Ani­me le 1er mai 2002 une réu­nion publique organ­isée par l’heb­do­madaire Mar­i­anne dans la salle de spec­ta­cles du Bat­a­clan inti­t­ulée “Le Pen pourquoi? Et main­tenant quelle République?”. Invités : Alain Finkielkraut, Bernard-Hen­ri Lévy, Max Gal­lo, François Bay­rou.

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Il l’a dit

« [Le départ de Nico­las Hulot] qui revient après le raté Benal­la à un ratage poli­tique dom­mage­able. Jusqu’ici, c’est le Prési­dent qui antic­i­pait, qui avait l’initiative, la magie. Là, le min­istre d’État, avec ses airs d’oiseau mazouté sur une plage bre­tonne après le naufrage de l’Amoco Cadiz, s’est envolé du nid à tire d’ailes », Chal­lenges, 28/08/2018.

« Mon­seigneur Bar­barin fig­ure en effet par­mi les prélats qui se sont le plus ardem­ment opposés au mariage pour tous et à l’adop­tion par les homo­sex­uels. Sa respon­s­abil­ité dans cette affaire de pédophilie entache son com­bat, que nous ne parta­geons pas, on le sait », Le Nou­veau mag­a­zine lit­téraire, 24/08/2018.

« Ce pont effon­dré à Gênes, ce n’est pas un sim­ple acci­dent, la con­séquence d’une impéri­tie et d’une cor­rup­tion endémique, mais la tragédie symp­to­ma­tique d’une époque où, plutôt que de con­stru­ire et de ren­forcer des ouvrages d’art qui per­me­t­tent la cir­cu­la­tion des hommes et des idées, on élève des murs pour cen­sé­ment se pro­téger des bar­bares, se pro­téger de l’autre, ressen­ti comme men­ace d’une prospérité frag­ile et d’une iden­tité inquiète. Sans voir que les bar­rières mis­es à l’autre, ces bar­belés d’hostilité, sont un enfer­me­ment de soi, un appau­vrisse­ment de son imag­i­naire, de sa cul­ture comme de son économie », Le nou­veau mag­a­zine lit­téraire, édi­to­r­i­al, 24/08/2018.

« Il fau­dra donc se bat­tre désor­mais pour con­stru­ire des ponts et abat­tre les murs qui partout gag­nent. Car les fron­tières refer­mées ont favorisé au con­traire l’explosion des mafias et des guer­res, éloigné la paix, appau­vri les pop­u­la­tions », ibid.

« Con­venons que nous avons per­du beau­coup de ter­rain dans cette bataille idéologique que, partout, se livrent les défenseurs d’un monde ouvert – dont nous sommes – et les par­ti­sans du repli nation­al. En France, l’élection d’Emmanuel Macron nous a per­mis d’éviter cette vague pop­uliste du « cha­cun-chez-soi-on-est-chez-nous ». Mais, chez nous aus­si, les ponts deman­dent à être ren­for­cés et mul­ti­pliés », ibid.

« Si donc ce mou­ve­ment [la Manif pour Tous] per­siste dans sa marche, c’est une marche en arrière », RTL, 17/10/2016.

« J’ai voy­agé avec tous les min­istres de tous les côtés, de tous les clans, de toutes les couleurs poli­tiques dans toute ma vie, je ne me suis jamais sen­ti inféodé à aucun. L’art du jour­nal­isme, c’est d’en­tr­er en con­tact, d’en­tr­er en réso­nance, d’en­tr­er en sym­pa­thie et de pren­dre des dis­tances ensuite, pour arriv­er à trou­ver une vérité. », Quo­ti­di­en, sur TMC, après avoir été invité tous frais payés par Valls lors de sa tournée africaine du 28/10 au 01/11/2015

« Ça fait plus de quar­ante ans que je fais ce méti­er dont je suis très fier parce que je le fais en toute indépen­dance, ce qui m’a valu d’ailleurs de me brouiller avec qua­si­ment tout le monde, puis de me re-brouiller. C’est le prix de l’indépen­dance. Quar­ante ans aus­si où j’ai fait des bouquins, j’ai créé des jour­naux, j’ai défendu la lib­erté de la presse comme un fou, insiste Dom­e­n­ach, agacé. Alors qu’on vienne me soupçon­ner d’être ven­du non pas au grand cap­i­tal mais à un homme poli­tique ou quoi que ce soit, j’ai eu l’im­pres­sion que j’é­tais chez les fous et que les fous avaient pris le con­trôle de l’asile », le 02/11/2015 dans la Nou­velle Édi­tion (C8) suite à la même affaire

« Voilà une insti­tu­tion et une indus­trie qui prospèrent, you­plaboum ! en dépit de toutes les prophéties apoc­a­lyp­tiques […] Avec le mariage pour tous la civil­i­sa­tion allait s’écrouler […], la bar­barie devait défer­ler dans nos rues, des per­vers en peau de bête allaient cop­uler dans les jardins publics”. Le jour­nal­iste note que “les cou­ples homo­sex­uels se mari­ent, élèvent des enfants et divor­cent même comme les autres », RTL, 28/09/2015.

« Comme vous le savez, la direc­tion a voulu m’in­ter­dire de parole sur Canal+, écrit-il dans son mail. Au nom de nos valeurs fon­da­tri­ces, je n’avais donc plus d’autre choix que de repren­dre ma lib­erté. La rup­ture n’est pas de mon fait, mais la sit­u­a­tion était dev­enue insup­port­able », mail aux salariés de Mar­i­anne pour annon­cer son départ, 18/07/2014.

« [Mar­i­anne a] créé une com­mu­nauté d’e­sprit qui a comp­té dans l’his­toire médi­a­tique, intel­lectuelle, et poli­tique”. “Si cer­tains l’ou­blient, Nico­las Sarkozy, lui, s’en sou­vient encore. La lutte con­tre la pen­sée unique, la défense acharnée de l’idéal européen, la dénon­ci­a­tion du nation­al­isme et de l’ex­trême-droite, c’est tout cela, et bien d’autres choses encore, Mar­i­anne », op. cit.

« Quelle est la dif­férence entre DSK et François Hol­lande? La dif­férence, c’est que François Hol­lande prend ses douch­es avec son cos­tume! » La Nou­velle édi­tion, 15 mai 2012.

«… Oui, ce sont des sans-papiers qui ont, pen­dant des années, restau­ré, pour sa plus grande sat­is­fac­tion, le futur prési­dent de la République et tout le tip-top médi­ati­co-poli­tique de l’Ouest parisien…Comment résis­ter à la force évi­dente de ces images d’hommes sim­ples, par­lant français, désireux de s’intégrer, de devenir de bons citoyens et voulant tra­vailler plus pour gag­n­er plus… Des salariés dynamiques qui ne mégot­tent pas sur les heures sup et par­ticipent de la richesse nationale! Des sarkozystes, au fond, qui pren­nent Sarkozy au pied de la let­tre, puisque le prési­dent s’était engagé à régu­laris­er tous les immi­grés dont l’économie aurait besoin. » Sarkozy piégé par Blanche… Neige

« Moi, je trou­ve qu’on la voit beau­coup, Marine Le Pen!… On l’a beau­coup vue ce week-end, notam­ment parce qu’elle a fait une provo­ca­tion à la Jean-Marie Le Pen, en com­para­nt ceux qui pri­aient dans la rue, les musul­mans, parce qu’ils n’ont pas de mosquée, à des forces d’occupation… sans sol­dats armés… Mais enfin, elle a fait cette pré­ci­sion pour mieux soulign­er cette com­para­i­son qui était quand même assez énorme et même énormis­sime ! » Édi­tion Spé­ciale, 13 décem­bre 2010.

« Moi le social-dem un peu situ ». La Face cachée du Monde, Pierre Péan et Philippe Cohen, Mille et une nuits, 2003.

« On avait un fonc­tion­nement en miroir (avec Edwy Plenel). Moi j’é­tais avec Michèle Fitous­si, lui avec Nicole Lapierre, deux goys avec des femmes juives d’ex­péri­ence. On por­tait la Shoah sur notre dos. »Ibid, Pierre Péan et Philippe Cohen.

Sa nébuleuse

Le mag­a­zine Mar­i­anne et Mau­rice Szafran, jour­nal­iste et PDG de l’heb­do­madaire. Anna Cabana (le Point), qu’il a for­mée.

Ils ont dit

« Dans quelques jours, Nico­las Dom­e­n­ach pren­dra la tête du Nou­veau Mag­a­zine lit­téraire. À de nom­breuses repris­es, il a exprimé de justes, et par­fois sévères, cri­tiques sur la poli­tique économique, sociale et fis­cale du gou­verne­ment [Macron] », Claude Per­driel, Le Nou­veau mag­a­zine lit­téraire, édi­to­r­i­al, 24/08/2016.

« Pour écrire, elle [Anna Cabana] s’astreint à tou­jours faire un “pas de côté. Un pré­cieux con­seil, prodigué par celui qui a été son pre­mier men­tor, Nico­las Dom­e­n­ach. “DoM­Nack”, comme elle dit. Ses yeux se mouil­lent, et la voix s’éclaircit quand elle en par­le. À son arrivée à Mar­i­anne en 2002, elle n’était qu’un petit bout de femme de 23 ans, à la recherche de “papas et de mamans”. Intimidée mais ter­ri­ble­ment admi­ra­tive de ce sage du jour­nal­isme poli­tique, elle va très vite devenir la “pitchoune qui bosse avec Dom­e­n­ach” […] Leur goût com­mun pour les pas­sions humaines, l’amour, la haine, l’argent liera très vite les deux esprits romanesques. […] Très exigeant, Dom­e­n­ach lui jette plusieurs fois ses feuil­lets à la fig­ure le soir de bouclage, parce qu’il n’y avait pas de “pas de côté”. Une exi­gence dif­fi­cile à avaler pour Anna qui “allait pleur­er dans les toi­lettes”. Mais elle s’est acharnée. Avec lui, il fal­lait “tir­er les per­son­nages vers le haut” et trou­ver des raisons de leur don­ner de la den­sité, de l’épaisseur, du tal­ent », Les Inrocks, 13/04/2016.

« La nou­velle direc­tion de l’heb­do­madaire [Mar­i­anne] lui avait demandé de cess­er ses col­lab­o­ra­tions télévi­suelles (La Nou­velle Édi­tion sur Canal+ et Ça se dis­pute sur i>télé). Une façon de le pouss­er vers la sor­tie, tant ce jour­nal­iste de 60 ans était depuis des années la voix de Mar­i­anne dans les médias », Le Point 18/07/2014.

« Denis Jeam­bar, l’ancien patron édi­to­r­i­al du Point, puis du Seuil, relate dans l’hebdomadaire Mar­i­anne un déje­uner « privé » récent lors duquel Strauss-Kahn invi­ta Szafran et Dom­e­n­ach, les respon­s­ables de la rédac­tion, à soutenir son ambi­tion prési­den­tielle. C’était son droit de les embobin­er, et leur droit de suc­comber à ses avances. Sans les tribu­la­tions new-yorkaises de l’intéressé, le déje­uner fût resté secret, et les lecteurs de Mar­i­anne n’auraient rien su d’une con­nivence mondaine à vrai dire banale au sein du sérail médi­a­tique parisien, mais pas sans inci­dence sur la ligne poli­tique de ce jour­nal. » “Con­nivences”, valeursactuelles.com, 01/06/2011

Crédit pho­to : i>Télé

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision