Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand L’Express règle son compte à Sylvain Tesson

4 août 2020

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Quand L’Express règle son compte à Sylvain Tesson

Quand L’Express règle son compte à Sylvain Tesson

[Pre­mière dif­fu­sion le 3 mars 2020]

Sous le titre « Qui est vraiment Sylvain Tesson », l’hebdomadaire L’Express consacre sa couverture du 26 février 2020 au célèbre écrivain voyageur. Tesson ? Un danger politique ? C’est ce que pensent les auteurs de « l’enquête » Jérôme Dupuis et Camille Vigogne Le Coat.

Depuis Le Monde de l’époque Plenel et l’invention des « néo-réacs », la traque à un cer­tain type d’écrivains jugés « de droite », et donc par nature proche du mal, est un mar­ronnier de la presse con­v­enue. Une jeune jour­nal­iste, dont l’OJIM pro­pose un intéres­sant por­trait, Camille Vigogne Le Coat, accom­pa­g­née de Jérôme Dupuis, auquel nous avons con­sacré aus­si un por­trait, sem­ble rechercher une spé­cial­i­sa­tion de ce côté.

Accusé Tesson levez-vous !

« Tes­son na pas craint dani­mer le Libre Jour­nal de laven­ture, à la fin des années 1990, sur Radio Cour­toisie, auto­proclamée « radio de toutes les droites », surtout les plus extrêmes. Ni de pré­fac­er, en 2015, un recueil de romans de Jean Ras­pail, avec lequel il aimait boire quelques whiskies en lui jouant de la corne­muse. Syl­vain Tes­son préfère voir dans lauteur du Camp des saints, roman pré­moni­toire et raciste sur les migrants, laven­turi­er qui par­tait en canoë à la ren­con­tre de tribus indi­ennes de Terre de Feu. Il na pas hésité non plus à accorder trois ans plus tard une inter­view qui fera la Une de la revue Eléments, en invi­tant pour locca­sion à son domi­cile Alain de Benoist, théoricien de la Nou­velle Droite, courant eth­no-dif­féren­tial­iste rad­i­cal né en 1969. »

Cet extrait en est tout point remar­quable, sans doute un con­den­sé de ce qui s’enseigne actuelle­ment dans les écoles de jour­nal­isme ou à Sci­ence po, lieux où aujourd’hui l’on inter­dit la venue de per­son­nal­ités pen­sant autrement. Un flo­rilège remar­quable pour plusieurs raisons :

  • les faits (bases du jour­nal­isme) sont noyés dans des for­mules idéologiques non factuelles : « n’a pas craint », « auto­proclamée », « surtout les plus extrêmes », « il n’a pas hésité », « en invi­tant à son domi­cile »…. Cela tient plus du rap­port d’un offici­er des ren­seigne­ments en charge de la sur­veil­lance d’un indi­vidu que du jour­nal­isme. Qui sait, d’ailleurs ? Les ser­vices sont par nature dis­crets.
  • Camille Vigogne Le Coat et Dupuis n’ont pas lu Le Camp des saints, sans quoi ils n’accuseraient pas ce roman d’être « raciste sur les migrants » mais sauraient qu’il décrit pré­cisé­ment ce qui se pro­duit cette pre­mière semaine de mars 2020 en Grèce : l’entrée mas­sive de migrants, avec une Europe à la lim­ite de per­dre le con­trôle. De même, était pré­moni­toire ce roman au sujet de la crise de 2015. C’est un roman dans lequel Ras­pail, qui sem­ble être à leurs yeux une sorte d’icône de l’extrême droite quand il est un de nos derniers grands écrivains.
  • Les jour­nal­istes se penchent aus­si sur la « Nou­velle droite », bouc émis­saire et mar­ronnier ancien pour qui veut trou­ver des très méchants en France. A com­mencer par Alain de Benoist, qui fut même accusé par Libéra­tion en 2016 d’être respon­s­able de l’élection de Trump aux Etats-Unis, c’est dire… La Nou­velle droite dont par­lent Vigogne Le Coat et Dupuis n’existe tout sim­ple­ment plus en tant que groupe, et depuis belle lurette. Ils n’en parais­sent pas infor­més. C’est d’ailleurs une obses­sion de Jérôme Dupuis, lequel appelait à lancer l’assaut con­tre la Nou­velle Libraire à Paris, dans L’express, ain­si que l’OJIM l’expose ici.

Tout cela n’a rien à voir avec du jour­nal­isme, beau­coup avec le mil­i­tan­tisme poli­tique inter­sec­tion­nel, celui même qui gan­grène les médias offi­ciels français et leur a depuis longtemps main­tenant enlevé beau­coup de leur crédi­bil­ité auprès de la majorité des Français.

Qu’en est-il du reste de l’enquête ?

  • le terme « icône réac », en titre du papi­er, s’il cor­re­spond à une réal­ité, mérite démon­stra­tion.
  • l’accroche : « Ses livres sont des best-sell­ers et sa cri­tique de l’époque séduit les Français. Et si, der­rière cette image con­sen­suelle, l’écrivain voyageur incar­nait un nou­veau vis­age de la droite anti­mod­erne ? ». Houelle­becq vieil­lit et se fait dis­cret, Zem­mour fait trop de bruit, L’express cherche un « pro­duit » neuf. Évidem­ment, rien de com­plo­tiste, le com­plo­tisme c’est pour les autres. Les pau­vres Français, trop bêtes, se lais­sent séduire par une réal­ité qu’ils ne saisir­aient pas et qui, de ce fait, n’en serait que plus dan­gereuse.
  • Tes­son est un beau sujet, le papi­er le recon­naît : avec 500 000 exem­plaires de sa Pan­thère des neiges, prix Renau­dot, il vend autant que le Goncourt. Alors, à L’Express, on a dû se dire que si 10 % des lecteurs de Tes­son achetait le mag­a­zine…
  • à peine revenu des mon­tagnes où il pra­tique l’alpinisme, que se passe-t-il ? Ceci :

« Change­ment de décor deux jours plus tard. Son sac n’est pas encore vidé que Syl­vain Tes­son se précip­ite déjà dans une étrange librairie, face au jardin du Lux­em­bourg, à Paris. Ce 3 févri­er, peu avant 19 heures, le baroudeur est venu écouter Julien Hervi­er, le grand biographe d’Ernst Jünger, cet écrivain alle­mand con­ser­va­teur qu’il admire tant. Par­mi la trentaine d’ini­tiés présents, ce nation­al­iste de l’en­tre-deux-guer­res con­tro­ver­sé ne fait pas débat. “Quels sont les liens entre Carl Schmitt et Ernst Jünger ?” demande, au pre­mier rang, Anne-Lau­re Blanc, fille de l’an­cien Waf­fen-SS Robert Blanc. Petite pré­ci­sion : la Nou­velle Librairie est une officine d’ex­trême droite, ouverte en 2018. Peu de gens recon­nais­sent Syl­vain Tes­son, blou­son de cuir et cas­quette de tweed, qui tend son oreille gauche — la seule valide après sa ter­ri­ble chute depuis la façade d’un chalet de Cha­monix en août 2014 — pour saisir les paroles de l’o­ra­teur du soir. »

À peine croy­able. Ces « jour­nal­istes » sem­blent devenus des flics du quo­ti­di­en et Tes­son n’aurait plus le droit de décider qui et où il va écouter par­ler d’un sujet qui l’intéresse ? Pourquoi évo­quer le père de Madame ou Made­moi­selle Blanc, sinon pour écrire avec extase « Waf­fen-SS »… Dans cette « presse »-là le sous-enten­du rem­place les faits. Car enfin : Syl­vain Tes­son a‑t-il un lien quel­conque avec… la Waf­fen-SS ? Et que vient faire ici Made­moi­selle ou Madame Blanc, si ce n’est le fait que per­son­ne ne choisit son père ? Et dans une librairie régulière­ment attaquée, les vit­res cassées, par des mil­i­tants ayant idées en par­tie com­munes avec les deux « jour­nal­istes » de L’Express, ce qui pour­rait expli­quer pourquoi ils ne dénon­cent pas cette vio­lence mais plutôt le fait que Tes­son s’intéresse à un écrivain qui le pas­sionne.

Plus loin :

« Je suis telle­ment réac­tion­naire que je préfère le début de mes phras­es à leur fin”, écrit-il dans Une très légère oscil­la­tion (Équa­teurs). “Il n’y a plus que la Mati­nale de France Inter pour ne pas s’être ren­du compte que Syl­vain était de droite”, plaisante Maxime Dalle, qui lui a récem­ment con­sacré un numéro de sa revue lit­téraire droitière Raskar Kapac. » 

Et ?

Être « de droite » serait une tare, où est l’argument ?

Plus loin encore, le délit d’opinion absolu :

« Et puis, évidem­ment, il y a la ques­tion de l’is­lam. Un épisode trau­ma­ti­sant a changé à jamais sa vision de cette reli­gion. Une scène d’une vio­lence inouïe, sur laque­lle il refuse de s’épanch­er. Était-ce lors de son périple dans l’Afghanistan du mol­lah Omar, en 2001 ? “Vous savez, quand vous sil­lon­nez cer­taines régions à vélo, vous mesurez le sort hor­ri­ble qui est réservé aux femmes dans nom­bre de pays, con­sent-il seule­ment à dire. Moi qui crois au pou­voir des mots, je ne peux m’empêcher d’établir un lien avec ce qui est écrit dans le Coran.” Et d’a­jouter, un brin provo­ca­teur : “Si vous voulez faire peur à vos enfants, ne leur lisez pas les Con­tes de Grimm, mais cer­taines sourates du Prophète !”
Quinze ans avant que le mot “fémini­cide” fasse la une, il forgeait dans son Petit traité sur l’im­men­sité du monde (Equa­teurs) un beau néol­o­gisme, le “gyné­cide”, pour désign­er les vio­lences sys­témiques faites aux femmes dans cer­taines régions du monde. Une trace de l’héritage mater­nel, sans doute : sa m
ère, Marie-Claude, fémin­iste dis­parue en 2014, a créé Equi­li­bres & Pop­u­la­tions, une ONG qui prône l’ac­cès à l’in­struc­tion et à la con­tra­cep­tion pour les filles dans les pays pau­vres.
En privé, plusieurs de ses amis s’é­ton­nent : “Avec ce qu’il écrit sur l’is­lam, c’est un mir­a­cle que Syl­vain ne se soit pas encore retrou­vé au coeur d’une polémique !” La foudre est pour­tant tombée tout pr
ès. C’était le 13 jan­vi­er 2015. Alors que les rafales des frères Kouachi dans les locaux de Char­lie heb­do réson­nent encore dans tous les esprits, son père Philippe déclare sur Europe 1 : “D’où vient le problème de l’at­teinte à la laïcité sinon des musul­mans ? C’est pas les musul­mans qui amènent la merde en France aujour­d’hui ?” Répro­ba­tion générale, procès d’as­so­ci­a­tions antiracistes, les deux sœurs de Syl­vain reçoivent même des coups de fil menaçants venus d’Al­gérie ou du Yémen. »

Reprise de l’argument « fils ou fille de son père », Syl­vain Tes­son sem­ble pour­tant s’être fait un prénom sans papa et il n’est pas cer­tain qu’il partage ses opinions…Pas une once de déon­tolo­gie jour­nal­is­tique dans un « arti­cle », repris tel quel le même jour dans la revue de presse de la mati­nale de France Inter, sans autre véri­fi­ca­tion des « faits » sinon celle de la con­fi­ance de l’entre-soi.

Toute honte bue, L’Express accueil­lait Syl­vain Tes­son sans aucun souci… un mois aupar­a­vant.

Bien­tôt, écrivent les jour­nal­istes, La pan­thère des neiges sor­ti­ra au ciné­ma, et peut-être sera présen­tée à Cannes. Le por­trait à charge dont L’Express grat­i­fie Tes­son, ressem­ble à s’y mépren­dre au début d’une mise en scène : celle du nou­veau réac dont ont régulière­ment besoin les médias de grand chemin. À suiv­re ?

Sur la nou­velle for­mule de L’Express copié de l’anglais The Econ­o­mist, notre arti­cle ci-dessous

Le nou­v­el Express, un copi­er-coller de The Econ­o­mist

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.

Derniers portraits ajoutés

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.