Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand L’Express règle son compte à Sylvain Tesson

7 mars 2020

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Quand L’Express règle son compte à Sylvain Tesson

Quand L’Express règle son compte à Sylvain Tesson

Sous le titre « Qui est vraiment Sylvain Tesson », l’hebdomadaire L’Express consacre sa couverture du 26 février 2020 au célèbre écrivain voyageur. Tesson ? Un danger politique ? C’est ce que pensent les auteurs de « l’enquête » Jérôme Dupuis et Camille Vigogne Le Coat.

Depuis Le Monde de l’époque Plenel et l’invention des « néo-réacs », la traque à un cer­tain type d’écrivains jugés « de droite », et donc par nature proche du mal, est un mar­ronnier de la presse con­v­enue. Une jeune jour­nal­iste, dont l’OJIM pro­pose un intéres­sant por­trait, Camille Vigogne Le Coat, accom­pa­g­née de Jérôme Dupuis, auquel nous avons con­sacré aus­si un por­trait, sem­ble rechercher une spé­cial­i­sa­tion de ce côté.

Accusé Tesson levez-vous !

« Tes­son na pas craint dani­mer le Libre Jour­nal de laven­ture, à la fin des années 1990, sur Radio Cour­toisie, auto­proclamée « radio de toutes les droites », surtout les plus extrêmes. Ni de pré­fac­er, en 2015, un recueil de romans de Jean Ras­pail, avec lequel il aimait boire quelques whiskies en lui jouant de la corne­muse. Syl­vain Tes­son préfère voir dans lauteur du Camp des saints, roman pré­moni­toire et raciste sur les migrants, laven­turi­er qui par­tait en canoë à la ren­con­tre de tribus indi­ennes de Terre de Feu. Il na pas hésité non plus à accorder trois ans plus tard une inter­view qui fera la Une de la revue Eléments, en invi­tant pour locca­sion à son domi­cile Alain de Benoist, théoricien de la Nou­velle Droite, courant eth­no-dif­féren­tial­iste rad­i­cal né en 1969. »

Cet extrait en est tout point remar­quable, sans doute un con­den­sé de ce qui s’enseigne actuelle­ment dans les écoles de jour­nal­isme ou à Sci­ence po, lieux où aujourd’hui l’on inter­dit la venue de per­son­nal­ités pen­sant autrement. Un flo­rilège remar­quable pour plusieurs raisons :

  • les faits (bases du jour­nal­isme) sont noyés dans des for­mules idéologiques non factuelles : « n’a pas craint », « auto­proclamée », « surtout les plus extrêmes », « il n’a pas hésité », « en invi­tant à son domi­cile »…. Cela tient plus du rap­port d’un offici­er des ren­seigne­ments en charge de la sur­veil­lance d’un indi­vidu que du jour­nal­isme. Qui sait, d’ailleurs ? Les ser­vices sont par nature dis­crets.
  • Camille Vigogne Le Coat et Dupuis n’ont pas lu Le Camp des saints, sans quoi ils n’accuseraient pas ce roman d’être « raciste sur les migrants » mais sauraient qu’il décrit pré­cisé­ment ce qui se pro­duit cette pre­mière semaine de mars 2020 en Grèce : l’entrée mas­sive de migrants, avec une Europe à la lim­ite de per­dre le con­trôle. De même, était pré­moni­toire ce roman au sujet de la crise de 2015. C’est un roman dans lequel Ras­pail, qui sem­ble être à leurs yeux une sorte d’icône de l’extrême droite quand il est un de nos derniers grands écrivains.
  • Les jour­nal­istes se penchent aus­si sur la « Nou­velle droite », bouc émis­saire et mar­ronnier ancien pour qui veut trou­ver des très méchants en France. A com­mencer par Alain de Benoist, qui fut même accusé par Libéra­tion en 2016 d’être respon­s­able de l’élection de Trump aux Etats-Unis, c’est dire… La Nou­velle droite dont par­lent Vigogne Le Coat et Dupuis n’existe tout sim­ple­ment plus en tant que groupe, et depuis belle lurette. Ils n’en parais­sent pas infor­més. C’est d’ailleurs une obses­sion de Jérôme Dupuis, lequel appelait à lancer l’assaut con­tre la Nou­velle Libraire à Paris, dans L’express, ain­si que l’OJIM l’expose ici.

Tout cela n’a rien à voir avec du jour­nal­isme, beau­coup avec le mil­i­tan­tisme poli­tique inter­sec­tion­nel, celui même qui gan­grène les médias offi­ciels français et leur a depuis longtemps main­tenant enlevé beau­coup de leur crédi­bil­ité auprès de la majorité des Français.

Qu’en est-il du reste de l’enquête ?

  • le terme « icône réac », en titre du papi­er, s’il cor­re­spond à une réal­ité, mérite démon­stra­tion.
  • l’accroche : « Ses livres sont des best-sell­ers et sa cri­tique de l’époque séduit les Français. Et si, der­rière cette image con­sen­suelle, l’écrivain voyageur incar­nait un nou­veau vis­age de la droite anti­mod­erne ? ». Houelle­becq vieil­lit et se fait dis­cret, Zem­mour fait trop de bruit, L’express cherche un « pro­duit » neuf. Évidem­ment, rien de com­plo­tiste, le com­plo­tisme c’est pour les autres. Les pau­vres Français, trop bêtes, se lais­sent séduire par une réal­ité qu’ils ne saisir­aient pas et qui, de ce fait, n’en serait que plus dan­gereuse.
  • Tes­son est un beau sujet, le papi­er le recon­naît : avec 500 000 exem­plaires de sa Pan­thère des neiges, prix Renau­dot, il vend autant que le Goncourt. Alors, à L’Express, on a dû se dire que si 10 % des lecteurs de Tes­son achetait le mag­a­zine…
  • à peine revenu des mon­tagnes où il pra­tique l’alpinisme, que se passe-t-il ? Ceci :

« Change­ment de décor deux jours plus tard. Son sac n’est pas encore vidé que Syl­vain Tes­son se précip­ite déjà dans une étrange librairie, face au jardin du Lux­em­bourg, à Paris. Ce 3 févri­er, peu avant 19 heures, le baroudeur est venu écouter Julien Hervi­er, le grand biographe d’Ernst Jünger, cet écrivain alle­mand con­ser­va­teur qu’il admire tant. Par­mi la trentaine d’ini­tiés présents, ce nation­al­iste de l’en­tre-deux-guer­res con­tro­ver­sé ne fait pas débat. “Quels sont les liens entre Carl Schmitt et Ernst Jünger ?” demande, au pre­mier rang, Anne-Lau­re Blanc, fille de l’an­cien Waf­fen-SS Robert Blanc. Petite pré­ci­sion : la Nou­velle Librairie est une officine d’ex­trême droite, ouverte en 2018. Peu de gens recon­nais­sent Syl­vain Tes­son, blou­son de cuir et cas­quette de tweed, qui tend son oreille gauche — la seule valide après sa ter­ri­ble chute depuis la façade d’un chalet de Cha­monix en août 2014 — pour saisir les paroles de l’o­ra­teur du soir. »

À peine croy­able. Ces « jour­nal­istes » sem­blent devenus des flics du quo­ti­di­en et Tes­son n’aurait plus le droit de décider qui et où il va écouter par­ler d’un sujet qui l’intéresse ? Pourquoi évo­quer le père de Madame ou Made­moi­selle Blanc, sinon pour écrire avec extase « Waf­fen-SS »… Dans cette « presse »-là le sous-enten­du rem­place les faits. Car enfin : Syl­vain Tes­son a‑t-il un lien quel­conque avec… la Waf­fen-SS ? Et que vient faire ici Made­moi­selle ou Madame Blanc, si ce n’est le fait que per­son­ne ne choisit son père ? Et dans une librairie régulière­ment attaquée, les vit­res cassées, par des mil­i­tants ayant idées en par­tie com­munes avec les deux « jour­nal­istes » de L’Express, ce qui pour­rait expli­quer pourquoi ils ne dénon­cent pas cette vio­lence mais plutôt le fait que Tes­son s’intéresse à un écrivain qui le pas­sionne.

Plus loin :

« Je suis telle­ment réac­tion­naire que je préfère le début de mes phras­es à leur fin”, écrit-il dans Une très légère oscil­la­tion (Équa­teurs). “Il n’y a plus que la Mati­nale de France Inter pour ne pas s’être ren­du compte que Syl­vain était de droite”, plaisante Maxime Dalle, qui lui a récem­ment con­sacré un numéro de sa revue lit­téraire droitière Raskar Kapac. » 

Et ?

Être « de droite » serait une tare, où est l’argument ?

Plus loin encore, le délit d’opinion absolu :

« Et puis, évidem­ment, il y a la ques­tion de l’is­lam. Un épisode trau­ma­ti­sant a changé à jamais sa vision de cette reli­gion. Une scène d’une vio­lence inouïe, sur laque­lle il refuse de s’épanch­er. Était-ce lors de son périple dans l’Afghanistan du mol­lah Omar, en 2001 ? “Vous savez, quand vous sil­lon­nez cer­taines régions à vélo, vous mesurez le sort hor­ri­ble qui est réservé aux femmes dans nom­bre de pays, con­sent-il seule­ment à dire. Moi qui crois au pou­voir des mots, je ne peux m’empêcher d’établir un lien avec ce qui est écrit dans le Coran.” Et d’a­jouter, un brin provo­ca­teur : “Si vous voulez faire peur à vos enfants, ne leur lisez pas les Con­tes de Grimm, mais cer­taines sourates du Prophète !”
Quinze ans avant que le mot “fémini­cide” fasse la une, il forgeait dans son Petit traité sur l’im­men­sité du monde (Equa­teurs) un beau néol­o­gisme, le “gyné­cide”, pour désign­er les vio­lences sys­témiques faites aux femmes dans cer­taines régions du monde. Une trace de l’héritage mater­nel, sans doute : sa m
ère, Marie-Claude, fémin­iste dis­parue en 2014, a créé Equi­li­bres & Pop­u­la­tions, une ONG qui prône l’ac­cès à l’in­struc­tion et à la con­tra­cep­tion pour les filles dans les pays pau­vres.
En privé, plusieurs de ses amis s’é­ton­nent : “Avec ce qu’il écrit sur l’is­lam, c’est un mir­a­cle que Syl­vain ne se soit pas encore retrou­vé au coeur d’une polémique !” La foudre est pour­tant tombée tout pr
ès. C’était le 13 jan­vi­er 2015. Alors que les rafales des frères Kouachi dans les locaux de Char­lie heb­do réson­nent encore dans tous les esprits, son père Philippe déclare sur Europe 1 : “D’où vient le problème de l’at­teinte à la laïcité sinon des musul­mans ? C’est pas les musul­mans qui amènent la merde en France aujour­d’hui ?” Répro­ba­tion générale, procès d’as­so­ci­a­tions antiracistes, les deux sœurs de Syl­vain reçoivent même des coups de fil menaçants venus d’Al­gérie ou du Yémen. »

Reprise de l’argument « fils ou fille de son père », Syl­vain Tes­son sem­ble pour­tant s’être fait un prénom sans papa et il n’est pas cer­tain qu’il partage ses opinions…Pas une once de déon­tolo­gie jour­nal­is­tique dans un « arti­cle », repris tel quel le même jour dans la revue de presse de la mati­nale de France Inter, sans autre véri­fi­ca­tion des « faits » sinon celle de la con­fi­ance de l’entre-soi.

Toute honte bue, L’Express accueil­lait Syl­vain Tes­son sans aucun souci… un mois aupar­a­vant.

Bien­tôt, écrivent les jour­nal­istes, La pan­thère des neiges sor­ti­ra au ciné­ma, et peut-être sera présen­tée à Cannes. Le por­trait à charge dont L’Express grat­i­fie Tes­son, ressem­ble à s’y mépren­dre au début d’une mise en scène : celle du nou­veau réac dont ont régulière­ment besoin les médias de grand chemin. À suiv­re ?

Sur la nou­velle for­mule de L’Express copié de l’anglais The Econ­o­mist, notre arti­cle ci-dessous

Le nou­v­el Express, un copi­er-coller de The Econ­o­mist

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision