Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Enquête La Croix Kantar : les Français boudent les médias officiels ? Pourquoi donc ?

17 janvier 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Enquête La Croix Kantar : les Français boudent les médias officiels ? Pourquoi donc ?

Enquête La Croix Kantar : les Français boudent les médias officiels ? Pourquoi donc ?

Le 33e baromètre de confiance dans les médias réalisé par Kantar pour La Croix le montre : le niveau d’intérêt des Français pour l’information est à son plus bas niveau historique. Faut-il vraiment s’en étonner ?

Le quo­ti­di­en La Croix répond en par­tie mais en par­tie seule­ment à cette ques­tion en pub­liant son baromètre com­mandé à Kan­tar (ex-TNS Sofres) le 15 jan­vi­er 2019. Selon le jour­nal, c’est « l’intérêt des Français pour l’information » qui est au plus bas et non pas l’intérêt des Français pour une infor­ma­tion ori­en­tée et dif­fusée par des médias offi­ciels, ayant a très peu d’éléments près les mêmes avis sur toutes les ques­tions et don­nant chaque jour qui­tus aux dépêch­es de l’AFP. Inter­ro­geant la rela­tion des Français aux médias, ces derniers oublient une chose essen­tielle à chaque fois : se remet­tre en cause.

La méthodologie du 33e Baromètre de confiance dans les médias

Dates de ter­rain : l’enquête a été réal­isée par Kan­tar pour La Croix entre le 2 et le 6 jan­vi­er 2020.

Méth­ode : la méth­ode util­isée est celle des quo­tas, auprès d’un échan­til­lon de 1 007 per­son­nes, représen­tatif de l’ensemble de la pop­u­la­tion française âgée de 18 ans et plus.

Mode de recueil : les entre­tiens ont été réal­isés en face à face.

Un désintérêt des Français pour l’information ?

Il est vrai que cer­tains des chiffres pub­liés par La Croix sont ver­tig­ineux. Ain­si, « un an après l’émergence des gilets jaunes, 71 % des Français n’ont pas le sen­ti­ment que les médias ren­dent mieux et davan­tage compte de leurs préoc­cu­pa­tions ». Le mou­ve­ment des gilets jaunes étant le fait majeur de l’année écoulée, sur le plan social et poli­tique en France, il est nor­mal que le baromètre s’interroge à ce pro­pos. Cepen­dant, il y a bien longtemps que les Français ont per­du (presque) toute con­fi­ance dans des médias qui ne reflè­tent pas le moins du monde la diver­sité des opin­ions en vigueur dans le pays, affichant même des obses­sions aux­quels ne croient plus que ceux qui y ont un intérêt immé­di­at : d’un côté les grands méchants loups, comme le RN, les courants de la droite hors les murs, Pou­tine, Boris Jonhson, Trump, les per­son­nal­ités français­es con­ser­va­tri­ces ou pop­ulistes ; de l’autre, les gen­tils qui vont sauver le monde, de Macron à Gre­ta Thun­berg en pas­sant par France Inter.

Plus encore : qua­tre Français sur dix se détour­nent de l’information (offi­cielle, La Croix ne le pré­cise jamais). La perte de vitesse de l’intérêt est même mas­sive depuis cinq ans selon le même baromètre. Qui s’intéresserait le moins à l’information (offi­cielle) ? « Les jeunes (50 %), les femmes (53 %), les moins diplômés (54 %), les per­son­nes engagées poli­tique­ment (48 %), mais aus­si les ouvri­ers (53 %) ou les com­merçants et arti­sans (53 %) siso­lent le plus de linfor­ma­tion. » Un tel baromètre ne peut mesur­er un fait que chaque obser­va­teur con­cerné con­state autour de lui : si les moins diplômés fig­urent dans la caté­gorie des per­son­nes ayant décidé de ne plus s’intéresser à l’information, c’est en grande par­tie dans le cadre d’une demande implicite d’information moins uni­forme.

Les Français ne croient plus trop en la parole médiatique

De fait, le baromètre le recon­naît : les médias tra­di­tion­nels ne font plus référence — à com­mencer par la télévi­sion. Ain­si, 75 % des jeunes s’informent pri­or­i­taire­ment par inter­net et par les réseaux soci­aux, même si les sup­ports numériques de la presse ne sont pas en reste (30 %). Cela traduit une défi­ance vis-à-vis de l’indépendance des médias et des jour­nal­istes : 68 % des per­son­nes inter­rogées pensent que les jour­nal­istes ne résis­tent pas aux pres­sions des par­tis poli­tiques au pou­voir et 61 % aux pres­sions de l’argent. Dans ce dernier cas, il est dif­fi­cile de don­ner tort au résul­tat de ce sondage, au vu de l’extrême con­cen­tra­tion finan­cière des médias en peu de mains, con­cen­tra­tion qui pose en France de vraies ques­tions quant à la démoc­ra­tie et à la lib­erté d’expression. Voir nos info­gra­phies sur ce sujet.

Les médias sont jugés peu ou mod­éré­ment crédi­bles : la radio (50%), les jour­naux (46%), la télévi­sion (40%) et inter­net (23%). Le résul­tat con­cer­nant inter­net est typ­ique des méth­odes d’analyse offi­cielles : « inter­net » peut-il être con­sid­éré comme un seul type de média, et donc les sondés être inter­rogés à son pro­pos de la même manière que pour la presse ? Kan­tar ne devrait-il pas dis­tinguer les formes de con­tenus d’internet, puisqu’ il existe par exem­ple de très nom­breuses chaînes de télévi­sion, en par­ti­c­uli­er celles util­isées par les jeunes, qui ne peu­vent évidem­ment pas être assim­ilées à Twit­ter…

La cri­tique sans doute la plus frap­pante : les Français sondés con­sid­èrent que l’information est biaisée par le « sys­tème médi­a­tique », fait de manque de diver­sité d’opinion et de « parisian­isme », les deux étant évidem­ment liés, c’est une ques­tion idéologique. Pour­tant, les médias offi­ciels con­tin­u­ent de se présen­ter comme la seule cham­bre d’écho offi­cielle des affaires du monde, ne parais­sant pas s’émouvoir, peut-être même ne pas se ren­dre réelle­ment compte de l’entre-soi qui domine, un entre-soi qui plus est asso­cié aux milieux poli­tiques et cul­turels dom­i­nants. Il y a un monde, minori­taire, qui dit ce que « doit » être l’information (Pou­tine et Trump sont méchants, le Brex­it c’est mal) et le reste du pays, le décalage ne peut que se creuser.

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).