Accueil | Actualités | Médias | Quand les correspondants du Figaro à l’étranger ont le même regard que Le Monde : Maya Adamowicz en Pologne
Pub­lié le 19 janvier 2019 | Éti­quettes : , ,

Quand les correspondants du Figaro à l’étranger ont le même regard que Le Monde : Maya Adamowicz en Pologne

Parmi les reproches des gilets jaunes, revient le thème de la connivence : quelque soit votre média votre regard est le même, vous avez la même formation, les mêmes origines, les mêmes intérêts moraux et matériels, la même vision du monde. Un point de vue sans doute excessif, mais qui peut pourtant se vérifier au jour le jour dans le quotidien réputé conservateur Le Figaro dont les correspondants à l’étranger, permanents ou occasionnels, ont les mêmes angles, les mêmes déformations que ceux du Monde, voire pire. Un exemple polonais avec Maya Szymanowska.

La Pologne a mauvaise presse dans les médias de grand chemin

Les marches patriotiques qui se tiennent chaque année en fin d’année à Varsovie sont systématiquement déformées par la majorité des médias comme le montre notre article de novembre 2017. Le documentaire d’Arte sur la Pologne diffusé en décembre 2017 vhttps://www.ojim.fr/documentaire-darte-pologne-aujourdhui-beaucoup-de-propagande-quelques-fake-news/ est un tissu de mensonges et de propagande. Il en est de même sur les fausses informations apportées par certains médias français sur la réforme de l’enseignement en Pologne. Certains seront surpris (d’autres non) d’apprendre que les États-Unis favorisent les médias libéraux libertaires en Pologne. On pourrait multiplier les exemples. Mais pourquoi une déformation aussi massive ?

Maya l’abeille et sa ruche

La réponse est assez simple, les journaux de l’Europe de l’ouest se reposent sur une poignée de correspondants eux-mêmes liés à l’opposition au gouvernement conservateur du Pis au pouvoir depuis 2016. Ces correspondants sont proches du principal journal d’opposition Gazeta Wyborcza (financé entre autres par George Soros), qui défend farouchement les intérêts de Bruxelles, prône l’immigration tous azimuts et l’idéologie du genre. Nous y avons consacré un article en mars 2017. Nul ne sera surpris par le profil idéologique des correspondants du Monde et de Libération. Le bourgeois rassis qui lit son Figaro ne sait pas que la correspondante de son journal à Varsovie est du même format. Nous citons notre article :

« … Plus surprenantes sont les sources du Figaro qui se veut un journal de droite. En effet quand il ne reproduit pas les informations de l’AFP réputée de gauche, Le Figaro a recours aux services d’une certaine Maya Szymanowska (« Maja » pour les Polonais) qui est aussi la correspondante de Radio France et de France 24, même si Radio France parle aussi de la Pologne par la voix et la plume de Piotr Moszynski qui est en même temps le correspondant en France de... Gazeta Wyborcza. Mme Szymanowska … affirmait dans une interview pour le site Café Babel avant même la victoire du PiS aux élections législatives de 2015 : « C’est vrai qu’il ne faut pas oublier la montée inquiétante du conservatisme. Jaroslaw Kaczynski vient de faire une sortie affreuse en disant que les réfugiés allaient emmener des maladies avec eux. Par ailleurs, il existe aussi une frange de la population qui a peur, qui n’a pas profité de la manne européenne et qui est très mobilisée. Ce sont des gens qui vont à l’église, qui sont très disciplinés et qui deviennent en quelque sorte le bras armé des conservateurs. » Cette hostilité vis-à-vis des conservateurs se traduit chez Maya Szymanowska par une très grande partialité et parfois par de vulgaires mensonges, ainsi lorsqu’elle expliquait par exemple le 17 décembre dernier pour France 24 les projets de la majorité conservatrice vis-à-vis de l’accès des médias au Parlement (des projets expliqués ici). »

Maya l’abeille, sous-chef propagandiste

Après l’assassinat par un déséquilibré de Pawel Adamowicz, maire d’opposition de Gdansk le dimanche 13 janvier 2019, Maya sort son dard dans le Figaro du 16 janvier. Le coupable ? C’est le gouvernement conservateur au pouvoir ! Sous un titre neutre « La Pologne pleure le maire de Gdansk », elle fait une psychanalyse hâtive dans le sous-titre « Le pays fait son examen de conscience ». Et de citer… Gazeta Wyborcza « quotidien indépendant » (sic) et son rédacteur en chef Jaroslaw Kurski. Le meurtrier est un repris de justice sortant de prison. En prison on peut regarder la télévision d’Etat hostile à Adamowicz. Adamowicz était attaqué par les médias conservateurs et nationalistes « Et cette propagande grossière a fonctionné ». Conclusion la télévision d’Etat est responsable du meurtre. Donc le Pis a assassiné indirectement le maire de Gdansk. CQFD. On reste confondu devant un tel raccourci, de l’anti journalisme à étudier comme contre exemple dans les écoles.

L’abeille a gardé son venin pour la fin : un combat entre deux forces est engagé « d’un côté la Pologne proeuropéenne (comprendre pro Bruxelles Note de la rédaction), tolérante et libérale…de l’autre une Pologne des laissés pour compte, apeurés par le changement et la globalisation ». La ruche de Maya ne doit pas comporter de sans dents ni de gilets jaunes. L’entre soi libéral libertaire se vérifie sans voiles. Décernons à l’abeille le titre de sous-chef de propagande, sous-chef seulement, au-dessus Gazeta Wyborcza, un cran encore au-dessus George Soros. Amen.

PS : Pour illustrer notre propos, Sylvie Kaufmann reprend les mêmes termes sur le même sujet dans Le Monde du 17 janvier 2019. Citant Adam Michnik de… Gazeta Wyborcza et… George Soros. La boucle est bouclée.
PPS : Les lecteurs habituels du Figaro devraient aussi y regarder à deux fois pour les articles sur l’Italie de Richard Heuzé correspondant à Rome du journal, deux exemples ici et .

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux