Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Prix Renaudot à Aude Lancelin : FOG et Besson à la manœuvre

14 novembre 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Prix Renaudot à Aude Lancelin : FOG et Besson à la manœuvre

Prix Renaudot à Aude Lancelin : FOG et Besson à la manœuvre

Dans le monde concurrentiel de la presse papier en déclin, tous les moyens sont bons pour achever un rival à l’agonie.

Jeu­di 3 novem­bre 2016, Aude Lancelin, ex-direc­trice adjointe de la rédac­tion de L’Obs, licen­ciée en mai, rece­vait le prix Renau­dot de l’es­sai pour son livre Le Monde libre, une charge con­tre son ancien employeur. Une récom­pense qui pour­rait paraître banale si elle n’avait pas été fomen­tée en coulisse par Franz-Olivi­er Gies­bert et Patrick Besson, respec­tive­ment ex-directeur (devenu con­seiller) et chroniqueur du Point, le con­cur­rent de L’Obs.

Car dans son livre, Aude Lancelin assas­sine son ancien jour­nal, dénonçant sa mol­lesse poli­tique, ses con­nivences, comme l’in­flu­ence des action­naires sur la ligne édi­to­ri­ale. Faire à nou­veau par­ler de ce livre via la remise d’un prix (qui oblig­erait en out­re L’Obs à traiter l’in­for­ma­tion) était donc une véri­ta­ble aubaine pour Le Point, rap­porte Libéra­tion. Qui plus est, le jury du prix Renau­dot compte égale­ment dans ses rangs Jérôme Garcin, patron du ser­vice cul­ture de L’Obs, bien embêté d’avoir ain­si à assis­ter au sacre d’un livre qui démolit son pro­pre jour­nal.

Il fal­lait donc met­tre le paquet, en coulisse comme sur le papi­er. Dans un arti­cle récem­ment pub­lié sur le site du Point, Besson a donc chan­té les louanges de Lancelin et de son livre, un « texte brûlant et scin­til­lant que doivent acquérir d’urgence tous les gens ayant ou ayant eu la pas­sion du jour­nal­isme ». La manœu­vre n’a pas raté. En interne, à L’Obs, on admet que ce livre, et ce prix, ont fait beau­coup de mal. « C’est rageant de voir Aude aller défendre son livre dans les colonnes du Jour­nal du dimanche, donc chez Lagardère, ou chez Bour­din sur RMC, donc chez Drahi. Tous ces gens sont ravis de nous chi­er dans les bottes et Aude le sait très bien. Je com­prends qu’elle soit en colère, mais elle a encore des amis dans le jour­nal, qui vivent grâce à lui. Dans son livre, elle n’a aucune phrase pour saluer le tra­vail des gens de la rédac­tion. Elle a décidé de brûler la baraque », peste un jour­nal­iste cité par Libé.

Dans les couloirs de l’heb­do­madaire, tout le monde a lu le livre. Tous se le passent, le com­mentent. D’après Libéra­tion, « la plu­part des salariés à qui nous avons par­lé trou­vent que la vie du jour­nal y est racon­tée avec tal­ent, mais esti­ment que le texte, à charge, est trop dur », notam­ment le traite­ment réservé à Jean Daniel, cofon­da­teur du titre, ou encore au directeur de la rédac­tion, Matthieu Crois­sandeau. « Matthieu est rejeté parce que tout le monde le voit comme inféodé aux action­naires, pense qu’il a raté les développe­ments et ne fait que des sac­ri­fices financiers. Il est vu comme un patron, et un patron qui a échoué. Mais diriger un heb­do général­iste n’est pas facile aujourd’hui. Les rédac­teurs fer­ment les yeux sur les dif­fi­cultés de la presse. Ce n’est pas seule­ment Crois­sandeau qui est en cause, c’est aus­si le marché. On vit une crise économique », com­mente ain­si un cadre du jour­nal.

Car la sit­u­a­tion économique du mag­a­zine est loin d’être reluisante. Entre juil­let 2015 et juin 2016, les ventes du titre ont plongé de 15 % sur un an, chutant de 450 000 à 382 000 exem­plaires en moyenne par semaine. En interne, « l’am­biance est cat­a­strophique. Plom­bée, plom­bée, plom­bée ». Dernière­ment, la direc­tion a dû lancer un plan social prévoy­ant le départ volon­taire de 42 per­son­nes dont 38 jour­nal­istes d’i­ci décem­bre. Depuis, deux motions de défi­ance ont été pronon­cées con­tre la direc­tion et l’on est passé à deux doigts de la grève, évitée grâce à quelques com­pro­mis.

L’af­faire du licen­ciement (qui était bien poli­tique) d’Aude Lancelin, gauchiste revendiquée, en mai dernier est donc tou­jours bien présente dans les esprits. Pour Le Point, faire couron­ner l’ou­vrage de la jour­nal­iste et le propulser à nou­veau sous le feu des pro­jecteurs était donc l’oc­ca­sion rêvée de porter le coup de grâce à un con­cur­rent direct.

Voir aussi

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision