Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Obs : l’éviction d’Aude Lancelin était bien politique

3 juin 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’Obs : l’éviction d’Aude Lancelin était bien politique

L’Obs : l’éviction d’Aude Lancelin était bien politique

Comme le révèle Le Figaro après avoir eu accès à un SMS envoyé par Claude Perdriel, l’éviction d’Aude Lancelin de L’Obs revêt bien une dimension politique.

Jusqu’à présent, la direc­tion de l’heb­do­madaire met­tait en avant des raisons man­agéri­ales. Mais ce SMS de Claude Per­driel, action­naire à 34 % du mag­a­zine qu’il a fondé, vient offi­cialis­er ce que tout le monde savait déjà. Le 14 mai à 18h26, il envoit à Lancelin : « Chère Aude. Vous avez toute ma sym­pa­thie mais la déci­sion du dernier con­seil (de sur­veil­lance, NDLR) est évidem­ment irrévo­ca­ble. Votre tal­ent est indis­cutable. Vous êtes jeune, vous n’au­rez pas de prob­lème pour trou­ver du tra­vail, nom­breux sont ceux qui vous sou­ti­en­nent. Morale­ment, c’est impor­tant. Je respecte vos opin­ions mais je pense qu’elles ont influ­encé votre tra­vail. Cela n’empêche pas le tal­ent. Ami­cale­ment. »

Lors de ce con­seil de sur­veil­lance, qui s’é­tait tenu trois jours aupar­a­vant, les action­naires avaient estimé que les pages Débats, ani­mées par Aude Lancelin, étaient en con­tra­dic­tion avec la ligne « sociale-démoc­rate » de l’heb­do­madaire. Con­tac­té par Le Figaro, Claude Per­driel a préféré expli­quer ce qui était reproché à la numéro 2 du jour­nal. « Quand on respecte son lecteur, on ne lui impose pas une idée. Aude Lancelin donne la parole à Nuit debout! Cela la regarde mais ce n’est pas la ligne du jour­nal », a‑t-il lancé.

En effet, au sein des pages Débats du mag­a­zine, Aude Lancelin don­nait la parole au mou­ve­ment de protes­ta­tion. Pour ne pas arranger son cas, elle est depuis un an et demi en cou­ple avec Frédéric Lor­don, écon­o­miste, soci­o­logue, con­tribu­teur du Monde Diplo­ma­tique et… par­tic­i­pant fréquent à Nuit Debout. « Avec Lor­don, Aude a ajouté à sa dimen­sion poli­tique d’ex­trême gauche une pen­sée économique abra­sive: l’é­conomie telle que l’on nous l’en­seigne est remise en ques­tion par les écon­o­mistes dits atter­rés. Ils remet­tent en cause les principes comme l’au­torégu­la­tion des marchés. Don­ner une place à ces penseurs devient sub­ver­sif », a com­men­té une jour­nal­iste de L’Obs. Pour elle, c’est évi­dent, « on s’est séparé de Madame Lor­don ».

Pour François Ruf­fin, rédac­teur en chef de Fakir, auteur du doc­u­men­taire « Mer­ci Patron ! » et proche de Frédéric Lor­don, il s’ag­it d’une « élim­i­na­tion poli­tique, de l’or­dre de l’as­sainisse­ment ». Mais selon lui, l’Élysée n’a même pas eu besoin d’in­ter­venir tant les action­naires savent « très bien ce que l’on attend d’eux ». Un sen­ti­ment con­fir­mé par un proche du Prési­dent de la République : « Hol­lande n’a même pas besoin de le deman­der. Cette presse cri­tique le prési­dent mais c’est pour la forme. Au final, elle se rabat­tra sur lui et le sou­tien­dra. »

De son côté, Frédéric Lor­don a jugé que le fait que sa rela­tion avec Aude Lancelin soit « l’une des raisons de cette vio­lence insti­tu­tion­nelle qui lui est faite est très per­tur­bante per­son­nelle­ment et poli­tique­ment ». « Nous sommes revenus à un principe de respon­s­abil­ité par tiers inter­posé. Lui faire porter des faits et gestes dont je suis l’au­teur est scan­daleux », a‑t-il con­clu. Enfin, l’Élysée a égale­ment com­mu­niqué sur l’af­faire, assur­ant au Figaro que les infor­ma­tions par­lant d’un limo­geage poli­tique sont « absol­u­ment fauss­es, absur­des et diffam­a­toires ».

En réal­ité, les raisons de cette évic­tion pour­raient être à la fois poli­tique et « man­agéri­ales ». Dans les couloirs de l’heb­do­madaire, on évoque en effet le côté « insup­port­able » d’Aude Lancelin. D’après un jour­nal­iste, celle-ci avait « du mal à com­mu­ni­quer avec les autres » et « n’a pas démon­tré ses capac­ités à ani­mer une rédac­tion ».

Voir notre por­tait de Claude Per­driel

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision