Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Obs : l’éviction d’Aude Lancelin était bien politique

3 juin 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’Obs : l’éviction d’Aude Lancelin était bien politique

L’Obs : l’éviction d’Aude Lancelin était bien politique

Comme le révèle Le Figaro après avoir eu accès à un SMS envoyé par Claude Perdriel, l’éviction d’Aude Lancelin de L’Obs revêt bien une dimension politique.

Jusqu’à présent, la direc­tion de l’heb­do­madaire met­tait en avant des raisons man­agéri­ales. Mais ce SMS de Claude Per­driel, action­naire à 34 % du mag­a­zine qu’il a fondé, vient offi­cialis­er ce que tout le monde savait déjà. Le 14 mai à 18h26, il envoit à Lancelin : « Chère Aude. Vous avez toute ma sym­pa­thie mais la déci­sion du dernier con­seil (de sur­veil­lance, NDLR) est évidem­ment irrévo­ca­ble. Votre tal­ent est indis­cutable. Vous êtes jeune, vous n’au­rez pas de prob­lème pour trou­ver du tra­vail, nom­breux sont ceux qui vous sou­ti­en­nent. Morale­ment, c’est impor­tant. Je respecte vos opin­ions mais je pense qu’elles ont influ­encé votre tra­vail. Cela n’empêche pas le tal­ent. Ami­cale­ment. »

Lors de ce con­seil de sur­veil­lance, qui s’é­tait tenu trois jours aupar­a­vant, les action­naires avaient estimé que les pages Débats, ani­mées par Aude Lancelin, étaient en con­tra­dic­tion avec la ligne « sociale-démoc­rate » de l’heb­do­madaire. Con­tac­té par Le Figaro, Claude Per­driel a préféré expli­quer ce qui était reproché à la numéro 2 du jour­nal. « Quand on respecte son lecteur, on ne lui impose pas une idée. Aude Lancelin donne la parole à Nuit debout! Cela la regarde mais ce n’est pas la ligne du jour­nal », a‑t-il lancé.

En effet, au sein des pages Débats du mag­a­zine, Aude Lancelin don­nait la parole au mou­ve­ment de protes­ta­tion. Pour ne pas arranger son cas, elle est depuis un an et demi en cou­ple avec Frédéric Lor­don, écon­o­miste, soci­o­logue, con­tribu­teur du Monde Diplo­ma­tique et… par­tic­i­pant fréquent à Nuit Debout. « Avec Lor­don, Aude a ajouté à sa dimen­sion poli­tique d’ex­trême gauche une pen­sée économique abra­sive: l’é­conomie telle que l’on nous l’en­seigne est remise en ques­tion par les écon­o­mistes dits atter­rés. Ils remet­tent en cause les principes comme l’au­torégu­la­tion des marchés. Don­ner une place à ces penseurs devient sub­ver­sif », a com­men­té une jour­nal­iste de L’Obs. Pour elle, c’est évi­dent, « on s’est séparé de Madame Lor­don ».

Pour François Ruf­fin, rédac­teur en chef de Fakir, auteur du doc­u­men­taire « Mer­ci Patron ! » et proche de Frédéric Lor­don, il s’ag­it d’une « élim­i­na­tion poli­tique, de l’or­dre de l’as­sainisse­ment ». Mais selon lui, l’Élysée n’a même pas eu besoin d’in­ter­venir tant les action­naires savent « très bien ce que l’on attend d’eux ». Un sen­ti­ment con­fir­mé par un proche du Prési­dent de la République : « Hol­lande n’a même pas besoin de le deman­der. Cette presse cri­tique le prési­dent mais c’est pour la forme. Au final, elle se rabat­tra sur lui et le sou­tien­dra. »

De son côté, Frédéric Lor­don a jugé que le fait que sa rela­tion avec Aude Lancelin soit « l’une des raisons de cette vio­lence insti­tu­tion­nelle qui lui est faite est très per­tur­bante per­son­nelle­ment et poli­tique­ment ». « Nous sommes revenus à un principe de respon­s­abil­ité par tiers inter­posé. Lui faire porter des faits et gestes dont je suis l’au­teur est scan­daleux », a‑t-il con­clu. Enfin, l’Élysée a égale­ment com­mu­niqué sur l’af­faire, assur­ant au Figaro que les infor­ma­tions par­lant d’un limo­geage poli­tique sont « absol­u­ment fauss­es, absur­des et diffam­a­toires ».

En réal­ité, les raisons de cette évic­tion pour­raient être à la fois poli­tique et « man­agéri­ales ». Dans les couloirs de l’heb­do­madaire, on évoque en effet le côté « insup­port­able » d’Aude Lancelin. D’après un jour­nal­iste, celle-ci avait « du mal à com­mu­ni­quer avec les autres » et « n’a pas démon­tré ses capac­ités à ani­mer une rédac­tion ».

Voir notre por­tait de Claude Per­driel

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).