Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Premier colloque du comité Orwell

11 janvier 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Premier colloque du comité Orwell

Premier colloque du comité Orwell

Sur le thème « Terrorisme, Europe et immigration, les médias sont ils à la hauteur des enjeux ? », le comité Orwell a tenu son premier colloque à Paris le 9 janvier dernier dans les locaux de l’école de commerce IPAG devant 200 personnes attentives. L’Ojim était au rendez-vous.

Crée à l’occasion de la com­mé­mora­tion des dix ans du non au traité con­sti­tu­tion­nel européen (2005) à l’initiative de Nat­acha Polony et d’Alexandre Devec­chio, respon­s­able du site FigaroVox, le comité Orwell a pour ambi­tion de faire vivre le débat d’idées. Il est selon la présen­ta­tion qu’en a faite Nat­acha Polony « un regroupe­ment de jour­nal­istes qui ont décidé de s’interroger col­lec­tive­ment sur leur méti­er. La ques­tion est sim­ple : pourquoi les jour­nal­istes, la pro­fes­sion est-elle détestée ? C’est même pire que les hommes poli­tiques. Pourquoi cer­tains sujets ne sont jamais traités dans les médias ? Pourquoi quand ils sont traités le sont-ils d’une façon qui ne per­met pas au citoyen de se faire une idée sur les prob­lèmes ? »

Sous le signe du plu­ral­isme, le comité Orwell avait invité un pan­el diver­si­fié : Lau­rent Jof­frin qui s’était courageuse­ment déplacé et qui fut par­fois chahuté par une salle hos­tile ; Jean-Michel Qua­tre­point, anci­enne grande fig­ure du Monde, Élis­a­beth Levy de Causeur, Geof­froy Leje­une de Valeurs Actuelles, Brice Cou­turi­er de France Cul­ture et Thomas Guenolé, fraiche­ment exclu de RMC.

S’il est dif­fi­cile de résumer trois rich­es heures d’échanges, quelques points forts se déga­gent. Celui de la lib­erté d’expression en pre­mier lieu. Alors que la pro­fes­sion se pré­carise, Eliz­a­beth Levy remar­quait que les médias étaient devenus le moteur de la cen­sure. Elle soulig­nait (en regret­tant son absence) qu’Eric Zem­mour dans ses ennuis avec la jus­tice n’avait jamais été soutenu par ses con­frères et que ces derniers, pour la plu­part, l’avaient tou­jours con­traire enfon­cé. Brice Cou­turi­er soulig­nait la règle du dou­ble stan­dard, celui d’une cer­taine gauche morale ne prenant posi­tion qu’en fonc­tion, non pas du réel, mais de ce qui devrait exis­ter. Les compte ren­dus gênés et tardifs de la presse alle­mande comme de la presse française sur les agres­sions de femmes alle­man­des de Cologne par des migrants en font foi.

Jean-Michel Qua­tre­point con­statait la dis­pari­tion des spé­cial­istes dans la presse, rem­placés par les général­istes sou­vent pressés et peu au fait de leur sujet. Le traite­ment de l’économie par des non experts entraîne selon lui une uni­for­mité de ton. Plus grave, cer­tains sujets comme le traité transat­lan­tique sont pra­tique­ment passés sous silence.

Thomas Guenolé, auréolé de sa scan­daleuse mise à l’écart de RMC sur injonc­tion du min­istère de l’intérieur, s’est inter­rogé sur la notion de pen­sée unique, terme qu’il récuse, préférant celui de pen­sée dom­i­nante. La coupure droite/gauche lui paraît obsolète et il voit plutôt une dou­ble coupure : un axe où les valeurs Progressisme/Individualisme seraient opposées à celles liées à la Tra­di­tion et un axe en économie poli­tique où le Mon­di­al­isme s’opposerait au Protectionniste.

Sur les inter­ro­ga­tions con­cer­nant la con­cen­tra­tion de la presse nationale française entre les mains de quelques mil­liar­daires, Lau­rent Jof­frin défendait l’indépendance de Libéra­tion vis à vis de Patrick Drahi qu’il dit n’avoir ren­con­tré que deux fois et qui n’intervient jamais dans la rédac­tion. À quoi Qua­tre­point a répon­du que les indus­triels n’investissaient pas dans la presse pour gag­n­er de l’argent mais bel et bien pour avoir de l’influence, celle ci ne se lim­i­tant pas à une grossière ingérence dans l’éditorial mais prenant des formes plus subtiles.

À une ques­tion de l’Ojim sur la « pen­sée unique dans les écoles de jour­nal­isme », Brice Cou­turi­er répondait en faisant appel à sa pro­pre expéri­ence après une tournée dans la majorité de ces écoles : sur des sim­u­la­tions de votes à bul­letin secret, 80 à 85% des élèves (et des pro­fesseurs, ndlr) se situent à gauche ou à l’extrême gauche tan­dis que les autres se taisent ou rasent les murs. Geof­froy Leje­une appor­tait son témoignage de jeune diplômé (2011) où dans sa pro­mo­tion ils étaient qua­tre ou cinq à avoir une pen­sée « non con­forme ». Il dit être le seul de cette petite poignée à pou­voir écrire dans un jour­nal où il peut s’exprimer librement.

Bien d’autres sujets furent abor­dés : l’objectivité du jour­nal­isme, les instances de déon­tolo­gie et les pos­si­bles sanc­tions, le mépris du peu­ple, le « bunker France Inter », les aides habile­ment mod­ulées à la presse, les nich­es fis­cales des jour­nal­istes, inter­net et d’autres encore.

Quelques tweets extérieurs s’interrogeaient sur la place du comité Orwell : hors sys­tème ? Dans le sys­tème ? Entre les deux ? Les pris­es de posi­tion courageuses de ce col­loque indiquent que le comité pose de nom­breuses ques­tions que partage l’Ojim. Soulignons que les organ­isa­teurs ont lais­sé du temps pour les inter­ven­tions de la salle ce qui n’est pas si courant. L’Ojim suiv­ra donc avec sym­pa­thie les actions du comité Orwell et nous aurons l’occasion de vous en informer sur notre site.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.