Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Apolline de Malherbe

17 octobre 2019

Temps de lecture : 10 minutes
Accueil | Portraits | Apolline de Malherbe

Apolline de Malherbe

Chevènementiste et « pétillante »

Apolline de Malherbe est une journaliste française de télévision qui officie sur BFMTV. Elle est née à Paris le 2 juin 1980, d’un père peintre, Guy de Malherbe, et d’une mère galeriste, Marie-Hélène de La Forest Divonne. Elle est mère de quatre enfants et s’affirme catholique pratiquante. Ses parents sont propriétaires du château de Poncé-sur-le-Loir, son grand-père était maire de Marçon, en Sarthe également. Issue de la noblesse, elle revient régulièrement se mettre au vert dans le département.

Son grand-père est Armand de Mal­herbe, il sert dans l’OSS et l’ar­mée améri­caine pen­dant la sec­onde guerre mon­di­ale. Après la guerre, il est PDG de Ted Bates France, fil­iale du grand groupe de pub­lic­ité améri­cain éponyme, vice-prési­dent du con­seil général de la Sarthe que François Fil­lon lui-même décore de la Légion d’Hon­neur. Il fait par­tie de plusieurs instances inter­na­tionales, dont l’ICE (Inter­na­tion­al Com­mu­ni­ca­tions Forum), fil­iale médias de Caux – Ini­tia­tive of Change, fon­da­tion et ONG financée, entre autres, par Soros.

Apolline de Mal­herbe est divor­cée d’Alex­is Morel, énar­que et ancien con­seiller diplo­ma­tique « stratégie et sécu­rité » de Sarkozy en 2011–2012. Né en 1978 à Paris, il a fait l’é­cole nor­male supérieure, l’IEP et l’E­NA. En 2008–2009, il a été détaché au départe­ment d’État des États-Unis, au sein du bureau respon­s­able pour l’Asie cen­trale et mérid­ionale. De 2009 à 2011 il tra­vail­lait comme con­seiller au sein de l’am­bas­sade française. En 2013 il rejoint Thalès ; il devient par la suite directeur de Thales Under­wa­ter Sys­tems, qui joue un rôle clé dans le con­trat entre la France et l’Aus­tralie. Il fait par­tie de la French-Amer­i­can Foun­da­tion. En 2014, alors qu’il est directeur de la stratégie de Thalès, il par­ticipe au pro­gramme Young Lead­ers, qui vise à ren­forcer la coopéra­tion fran­co-améri­caine, et a édu­quer une généra­tion de décideurs français fidèles aux intérêts améri­cains. Il est le père de ses deux pre­miers enfants, deux garçons nés en 2007 et 2010.

La jour­nal­iste est pac­sée depuis 2017 avec un ancien con­seiller à la com­mu­ni­ca­tion de Manuel Valls. C’est avec lui qu’Apolline de Mal­herbe a son troisième enfant, une fille, en 2017. En 2018, c’est lors d’une inter­view par Yann Barthès que sa 4e grossesse devient publique.

Formation

Apolline de Mal­herbe a une licence de let­tres mod­ernes, un DEA de soci­olo­gie poli­tique passé à Sci­ences-Po, ain­si qu’un mas­ter en ser­vice pub­lic. Elle a con­sacré son mémoire de DEA à l’analyse des hommes poli­tiques dans les émis­sions de Marc-Olivi­er Fogiel et Thier­ry Ardis­son.

Parcours professionnel

Durant ses études, Apolline de Mal­herbe effectue plusieurs stages qui con­firmeront son goût pour le jour­nal­isme. Le pre­mier s’est effec­tué à Ouest-France, à la rédac­tion du Mans.

Elle a égale­ment passé deux étés con­sé­cu­tifs au jour­nal Le Figaro, notam­ment au ser­vice poli­tique. En 2001, elle assiste en direct aux atten­tats du World Trade Cen­ter dans les locaux du ser­vice étranger du Figaro.

Un autre stage effec­tué à la chaine de télévi­sion LCI lui per­met de tra­vailler avec Christophe Bar­bi­er. Elle intè­gre alors l’équipe chargée de pré­par­er ses inter­views poli­tiques du matin.

2007

Apolline de Mal­herbe pub­lie son pre­mier essai Poli­tiques cherchent Audi­mat, dés­espéré­ment (édi­tions Albin Michel) et obtient le prix du livre poli­tique Edgar Fau­re. Dans cet ouvrage, elle revient sur le jeu d’acteur des hommes poli­tiques sur les plateaux de télévi­sions et leur prox­im­ité avec les milieux du show-biz. Un ouvrage qui arrive au moment des élec­tions prési­den­tielles de 2007 durant lesquelles de nom­breuses célébrités du ciné­ma ou de la chan­son se sont posi­tion­nées en faveur des can­di­dats.

Cette même année, Apolline de Mal­herbe rejoint le groupe « Next Radio TV » où elle sera alors pro­duc­trice pour Hed­wige Chevril­lon et son émis­sion sur BFM Radio.

Apolline de Mal­herbe par­ticipe ensuite à la créa­tion de l’émission poli­tique du dimanche soir « La Tri­bune BFM Dai­ly­mo­tion » pour BFMTV où elle devient vite chef d’édition. Elle s’entoure notam­ment d’Olivier Maze­rolle, de Ruth Elkrief et d’Hedwige Chevril­lon.

2008/2011

Apolline de Mal­herbe est envoyée à Wash­ing­ton, aux États-Unis, pour devenir la cor­re­spon­dante de la chaine BFMTV (« C’était une aven­ture que j’avais envie de ten­ter. J’ai tou­jours été attirée par les États-Unis », Téle­sphère, juin 2011). La chaine d’informations en con­tinu ne dis­pose pas encore de cor­re­spon­dant per­ma­nent à Wash­ing­ton et Apolline de Mal­herbe s’occupe d’ouvrir le pre­mier stu­dio sur place. En 2011, elle se fait con­naître du grand pub­lic en cou­vrant le scan­dale de l’affaire DSK pour BFMTV, mais égale­ment pour plusieurs médias anglo-sax­ons (CNN, NBC, ABC).

2012

Apolline de Mal­herbe revient en France et passe sur Canal+.

2013

Elle revient sur BFMTV pour devenir inter­vieweuse et édi­to­ri­al­iste poli­tique. Elle com­mence égale­ment à enseign­er le jour­nal­isme poli­tique à Sci­ences-Po. Depuis sep­tem­bre 2013 elle présente BFM Poli­tique chaque dimanche à 18 heures.

2015

Apolline de Mal­herbe est l’invitée de l’émission « C à vous ». Durant celle-ci, elle revient sur les pro­pos du prési­dent de la République François Hol­lande, par­lant de « Français de souche » pour désign­er les auteurs d’actes de van­dal­isme dans un cimetière de Sarre-Union. La jour­nal­iste estime que le prési­dent a com­mis une faute en employ­ant une expres­sion « d’extrême droite ». Patrick Cohen égale­ment présent sur le plateau, la reprend pour lui expli­quer, sous un ton moral­isa­teur, que l’expression ne vient pas de l’extrême droite mais de la Guerre d’Algérie. Une leçon en direct que la jour­nal­iste de BFMTV, bril­lante mais orgueilleuse, ne sem­ble guère appréci­er.

2016

Sur BFMTV, Apolline de Mal­herbe se fait remar­quer par divers­es bévues. Par exem­ple le 1er mai, elle oublie d’an­non­cer vers 21 heures le flash info avant son ren­dez-vous poli­tique de la soirée. Et lâche alors un juron fleuri « Et merde, fal­lait annon­cer l’ac­tu­al­ité, va te faire foutre », qui passe en direct. En juil­let 2016, elle s’emmêlait les pinceaux entre Benoist Apparu et Benoit Hamon, tou­jours en direct.

Un peu plus tôt, en avril, elle a une passe d’armes en direct avec Najat Val­laud-Belka­cem qui s’en prend à la cri­tique sys­té­ma­tique par les médias de l’ac­tion du gou­verne­ment. Elle finit par hauss­er le ton et inter­peller la min­istre : « soyez hon­nêtes », pour rétablir l’or­dre.

À la ren­trée 2016, Christophe Bar­bi­er, qui a été jusque début octo­bre 2016 directeur de L’Ex­press, la rem­place comme chroniqueur poli­tique aux mati­nales de 7h50 du lun­di au jeu­di sur BFMTV. Apolline de Mal­herbe passe sur le ter­rain : « Je vais vivre les petits et grands événe­ments de la cam­pagne prési­den­tielle sur le ter­rain, à gauche comme à droite, et j’in­ter­viendrai depuis un plateau dans les édi­tions », explique-t-elle à Téléloisirs. Le BFM Poli­tique gagne deux heures le dimanche, avec une pre­mière tranche de 12 à 14 heures.

2017

Apolline de Mal­herbe devient en 2017 respon­s­able d’une sec­onde émis­sion poli­tique sur BFM TV, « Et en même temps », dif­fusée le dimanche entre 18 et 20h. Le titre de l’émission de débat poli­tique fait référence à la for­mule d’Emmanuel Macron beau­coup util­isée durant sa cam­pagne aux prési­den­tielles.

2018

La jour­nal­iste s’absente quelques mois de l’antenne de BFMTV en rai­son de l’arrivée de son 4e enfant. Elle est durant cette péri­ode rem­placée par Thier­ry Arnaud pour son émis­sion « BFM Poli­tique », et par Bruce Tou­s­saint pour « Et en même temps ».

Début jan­vi­er 2019 Apolline de Mal­herbe décide de faire entr­er dans son équipe une des fig­ures du mou­ve­ment des Gilets Jaunes : Ingrid Lev­avasseur. Elle jus­ti­fie ce choix par ce con­stat « C’est la néces­sité d’ou­vrir le champ des édi­to­ri­al­istes ou des chroniqueurs à des per­son­nal­ités divers­es, issues de la société civile, du monde rur­al, de dif­férents milieux, de dif­férents mon­des pro­fes­sion­nels, de dif­férents champs poli­tiques. Pour que toutes les voix puis­sent s’ex­primer ». Les pres­sions venues du mou­ve­ment des Gilets Jaunes rel­a­tives à la trahi­son sup­posée d’Ingrid Lev­avasseur fer­ont rapi­de­ment avorter le pro­jet.

Le 20 jan­vi­er 2019, alors qu’elle reçoit l’écrivain Yann Moix (voir son por­trait, Yann Moix, pro­fes­sion de mau­vaise foi), un échange mus­clé a lieu entre ce dernier et Apolline de Mal­herbe au sujet de pro­pos désignés comme « sex­istes et jeu­nistes ». L’écrivain, que l’on peut dif­fi­cile­ment qual­i­fi­er de con­tes­tataire, s’était laiss­er aller à des réflex­ions qu’Apolline de Mal­herbe en tant que jour­nal­iste et fémin­iste n’avait pas pu laiss­er pass­er.

Publications

Poli­tiques cherchent Audi­mat, dés­espéré­ment, Albin Michel, 2007 (prix du livre poli­tique Edgar Fau­re).

Ce qu’elle gagne

Non ren­seigné

Parcours militant

En 2002, Apolline de Malherbe, âgée de 22 ans, s’engage politiquement en soutenant officiellement la candidature de Jean-Pierre Chevènement pour l’élection présidentielle

En 2002, Apolline de Mal­herbe, âgée de 22 ans, s’engage poli­tique­ment en sou­tenant offi­cielle­ment la can­di­da­ture de Jean-Pierre Chevène­ment pour l’élection prési­den­tielle.

En 2002, Apolline de Mal­herbe, âgée de 22 ans, s’engage poli­tique­ment en sou­tenant offi­cielle­ment la can­di­da­ture de Jean-Pierre Chevène­ment pour l’élection prési­den­tielle.

Durant cette cam­pagne, Apolline de Mal­herbe est mem­bre du « pôle répub­li­cain », lieu de rassem­ble­ment où se retrou­vent des per­son­nal­ités issues de for­ma­tions poli­tiques et de sen­si­bil­ités divers­es qui sou­ti­en­nent la can­di­da­ture de Jean-Pierre Chevène­ment. Un pôle présidé par l’écrivain Max Gal­lo, dans lequel on trou­ve notam­ment Nat­acha Polony (qui est alors mem­bre du secré­tari­at nation­al du MDC et déléguée au droit des femmes), Karim Zéribi, Prési­dent d’A­gir pour la Citoyen­neté (APC), Paul-Marie Couteaux, qui présidera plus tard le SIEL, un micro-par­ti du Rassem­ble­ment Bleu Marine, Élis­a­beth Lévy, jour­nal­iste, future fon­da­trice de Causeur, Rémy Auchedé, ancien député, vice-prési­dent du con­seil général du Pas-de-Calais, mem­bre du Par­ti Com­mu­niste Français (PCF), délégué de cam­pagne à l’emploi ou Bertrand Renou­vin, de la Nou­velle Action Roy­al­iste (NAR)…

Pour une liste exhaus­tive : archives-chevenement2002.net

Dans un reportage dif­fusé par France 3, on peut voir la jeune Apolline de Mal­herbe lors d’un meet­ing de Jean-Pierre Chevène­ment, s’emparer du micro pour défendre son can­di­dat.

Collaborations

En 2015 Apolline de Mal­herbe est la mar­raine de la 6e délé­ga­tion des descen­dants de Justes organ­isée par la Fon­da­tion France-Israël. Elle est l’ar­rière-petite-fille de Maria-Dolorès de Mal­herbe, recon­nue Juste par­mi les nations pour avoir caché à Marçon un enfant juif pen­dant l’Occupation.

Elle a dit

« J’ai su que je voulais devenir jour­nal­iste dès l’âge de 17 ans, mais j’avais envie de faire des études lit­téraires et poli­tiques pour nour­rir mon regard sur le monde, plutôt qu’une école de jour­nal­isme », Télésphère, 2011.

« Je suis jeune et j’ai la cul­ture du résul­tat. J’at­tends des poli­tiques plus d’au­dace dans les solu­tions qu’ils pro­posent », Le Parisien, 2013.

« Face aux poli­tiques, je n’ai jamais le trac ! », Télé Pre­mière, 2013.

« Je ne suis pas sur un ring de boxe, cela ressem­ble plutôt à une danse dans laque­lle j’entraîne mon invité. Mon objec­tif : le met­tre face à ses con­tra­dic­tions », Télé Pre­mière, 2013.

« Votre bilan c’est beau­coup de bla-bla, peu de résul­tats », lancé fin sep­tem­bre au min­istre de l’In­térieur, Manuel Valls, sur le plateau de BFMTV, 2013.

« Je ne veux pas m’en­fer­mer dans un vocab­u­laire savant et poli­tique. J’ose être pétil­lante, assume-t-elle. Pour moi, la poli­tique n’est pas une arène fer­mée. On doit pou­voir en par­ler comme on par­le dans la vie », Le Parisien, 2013.

« Vous êtes un schtroumpf grognon », en s’adressant à Marine Le Pen sur le plateau de BFMTV, 2013.

« On peut obtenir quelque chose de quelqu’un dans un con­texte chaleureux et sans avoir à jouer les roquets, plaide la jolie brune, diplômée en sci­ences poli­tiques et tit­u­laire d’un DEA de soci­olo­gie poli­tique. Mais c’est impor­tant d’os­er un peu d’humeur », Le Parisien, 2013.

« Ils ne me bluffent pas, et je suis déçue par leur manque de respon­s­abil­ité. Je pense que la poli­tique peut chang­er le monde. Je trou­ve ça dom­mage que, sou­vent, j’y crois plus que les hommes poli­tiques eux-mêmes », à pro­pos des hommes poli­tiques français, Le Monde, 2014.

« Français de souche c’est une expres­sion d’extrême droite », sur le plateau de France 5 en direct dans l’émission « C à vous », 2015.

« Je ressens beau­coup d’émotion et une curiosité par­ti­c­ulière envers le peu­ple juif et son his­toire. Pour moi, être jour­nal­iste aujourd’hui est ma façon de rem­plir le mieux pos­si­ble mon devoir de trans­mis­sion », Le Ptit Heb­do, 2015.

« Israël est un pays à la croisée de tous les chemins, de toutes les reli­gions. Je suis catholique pra­ti­quante et ce voy­age est pour moi sig­ni­fi­catif aus­si sur ce plan. J’ai l’impression en me prom­enant qu’en Israël il n’y a pas de fron­tières entre les uns et les autres », Le Ptit Heb­do, 2015.

« Je passe mes journées à don­ner des coups de fil, à me ren­dre aux con­férences de presse, à déje­uner avec des per­son­nal­ités poli­tiques, explique-t-elle. J’en ai besoin pour nour­rir mes édi­tos et mon émis­sion du dimanche. Je vis à 100 à l’heure, oui, mais j’aime ça ! Ma plus grande angoisse serait d’être une édi­to­ri­al­iste « hors sol ». », Ouest-France, 4 mai 2015.

« Toutes les idées m’in­téressent. La ques­tion que je me pose tou­jours c’est : Est-ce que ça peut marcher ? Est-ce que ça peut réelle­ment apporter quelque chose ? « If it works »… », ibid.

« Par­don, mais ça ne peut pas être que la faute des médias. Lorsqu’on voit que François Hol­lande n’a que 14% d’opin­ion favor­able dans les sondages, il y a quand même un prob­lème… Je vous demande une sec­ond d’at­ten­tion et d’hon­nêteté. Vous êtes sur mon plateau et je vous ai invitée pour que l’on par­le de ses ques­tions-là. Soyez hon­nête », à Najat Val­laud-Belka­cem sur le plateau de BFM Poli­tique, 17 avril 2016.

« Penser qu’un jour­nal­iste doit tou­jours être vio­lent pour bien faire son boulot est un fan­tasme très français. Cogn­er sans cesse est une erreur. Il faut au con­traire savoir vari­er les tons et les reg­istres. Esquiver. S’é­mou­voir. Se désol­er. S’én­erv­er. Pour moi, l’in­ter­view poli­tique relève davan­tage de la cor­ri­da que du match de boxe. On danse, puis, subite­ment, on plante ses ban­der­illes », TéléObs, 5 novem­bre 2016.

« Quand on m’a pro­posé d’être édi­to­ri­al­iste, j’ai tout de suite eu une angoisse : la peur de devenir ce que j’ap­pelle une “édi­to­ri­al­iste hors sol”. Cer­tains le font très bien, ce n’est pas le prob­lème. Mais, moi, je fais avant tout ce méti­er parce que j’aime ren­con­tr­er les gens. Au fil des saisons, j’ai un peu per­du ce con­tact avec le ter­rain : avec les élus, les mil­i­tants », ibid.

« La puis­sance de Marine Le Pen est aujour­d’hui large­ment sous-estimée. Beau­coup d’hommes poli­tiques se sont mis en tête qu’elle ne pour­rait jamais gag­n­er. Elle est pour­tant aujour­d’hui la seule per­son­nal­ité à être capa­ble, dès le pre­mier tour de la prési­den­tielle, de faire un score au-delà de 30 %. Pour tous les autres can­di­dats, le tick­et d’en­trée est beau­coup plus bas. Je fais aujour­d’hui par­tie de ceux qui esti­ment que Marine Le Pen peut gag­n­er. Et les audi­ences qu’elle réalise lors de ses pas­sages télé sont un indice à pren­dre en compte. », ibid.

Le 2 mars 2018 Apolline de Mal­herbe reçoit Jean-Marie Le Pen sur le plateau de Bour­din Direct à l’occasion de la sor­tie de la pre­mière par­tie des mémoires de l’ancien prési­dent du Front Nation­al. Alors que Jean-Marie Le Pen évoque la ques­tion de la sub­mer­sion migra­toire et le fait que les français devi­en­nent minori­taires, elle aura cette réplique « En quoi c’est un prob­lème ? »

À pro­pos d’Emmanuel Macron : « Et puis il a eu cette phrase provo­ca­trice, comme s’il ne pou­vait jamais s’en empêch­er, à un moment ou à un autre de provo­quer, de piquer, de faire un peu le kéké, franche­ment je n’ai pas d’autre phrase. » Gala, 16 jan­vi­er 2019.

Ils ont dit

« Apolline de Mal­herbe, la cadette pétil­lante », Le Parisien, 2013.

« Eh bien déjà, per­me­t­tez-moi de vous dire que je ne partage pas l’analyse poli­tique d’Apolline de La Merde, de Mal­herbe par­don », Benoist Apparu député UMP en direct sur BFMTV, 2014.

Lors d’une inter­view de Marine Le Pen en 2014 sur le plateau de BFMTV, la chef de file du Front Nation­al et la jour­nal­iste se livreront à un vif échange à pro­pos des poli­tiques et jour­nal­istes issues des grandes écoles. Durant cet échange Marine Le Pen sera la pre­mière à revenir sur le passé chevène­men­tiste de la jour­nal­iste :

Marine Le Pen « En 2002, vous étiez chevène­men­tiste. Vous avez fait sa cam­pagne. Vous avez donc changé d’avis ».

Apolline de Mal­herbe « Je ne suis absol­u­ment pas compt­able de ma jeunesse chère Marine Le Pen ».

Marine Le Pen « Ne vous excusez pas d’avoir été chevène­men­tiste, d’autres, très bien, l’ont été ».

Apolline de Mal­herbe « Est-ce que je me suis excusée ? On va quit­ter ce ter­rain per­son­nel, Marine Le Pen ».

Marine Le Pen « Moi, j’ai lu vos tweets et excusez-moi, vous prenez posi­tion poli­tique­ment bien sou­vent ».

Apolline de Mal­herbe « Vous êtes en train de point­er du doigt Thier­ry Arnaud. Tout à l’heure c’é­tait moi, soit dis­ant mon passé, mes études… Qu’est-ce que cela veut dire ? C’est une stratégie ? C’est rodé chez vous ? »

« Les journées d’Apolline com­men­cent tôt et se déroulent à 100 à l’heure. Debout à 5 h du mat’, elle inter­vient plusieurs fois dans la mat­inée et doit pré­par­er son grand ren­dez-vous poli­tique domini­cal, en direct, à 18 h. », Ouest-France, 4 mai 2015.

« Ça a l’air de vous faire plaisir de bien lire tout ça (…) Vous n’êtes pas juge, pas pro­cureur, pas entre Brice Hort­e­feux et moi ! », Rachi­da Dati à Apolline de Mal­herbe, qui bal­ance en direct un SMS très insul­tant de Rachi­da Dati envers Hort­e­feux, BFMTV, 6 novem­bre 2016.

Un audi­teur fera une déc­la­ra­tion enfiévrée à la chroniqueuse en direct « Je voulais en prof­iter pour faire l’apologie d’Apolline. […] Je voulais par­ler à Apolline pour lui dire qu’elle est belle, qu’elle est très belle et comme on dit chez nous [Mar­seille NDLR] c’est une bombe atom­ique, un avion de chas­se et un mis­sile » RMC, 27 avril 2018.

Sa nébuleuse

Hed­wige Chevril­lon, Olivi­er Maze­rolle, Ruth Elkrief, Rachid M’Barki, Christophe Hon­de­lat­te.

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).