Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Poisson de mai ! Libération… à l’avant-garde de la lutte contre les fake news

28 mai 2018

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | not_global | Poisson de mai ! Libération… à l’avant-garde de la lutte contre les fake news

Poisson de mai ! Libération… à l’avant-garde de la lutte contre les fake news

Le 17 mai 2018 le quotidien Libération l’annonce : il a gagné le Prix International du factchecking. Libération serait donc le meilleur d’entre tous. Poisson d’avril à retardement ?

L’annonce

Libéra­tion vue par Libéra­tion : Notre site Check­News lau­réat du prix inter­na­tion­al du fact-check­ing

Récom­pense. « Un peu d’au­to­con­grat­u­la­tion de temps en temps, ça ne fait jamais de mal : notre plate­forme Check­News, lancée il y a à peine plus d’un an et qui per­met aux lecteurs et inter­nautes de pos­er des ques­tions directe­ment à la rédac­tion de Libéra­tion, vient de rem­porter le prix inter­na­tion­al de l’in­no­va­tion dans le fact-check­ing. L’IFCN (Inter­na­tion­al Fact Check­ing Net­work) a en effet choisi le pro­jet de Libé par­mi 50 pro­jets venant de 44 pays. Ce prix récom­pense l’in­no­va­tion dans les for­mats, le mod­èle économique, ou l’in­no­va­tion tech­nologique. »

Le pre­mier grand titre pub­lié par le quo­ti­di­en et repris ci-dessus n’est pas une « fake news ». Pour­tant, tel que dif­fusé ce même jour par tous les moyens, ce titre paraît un peu sol­lic­ité : « Le Prix inter­na­tion­al du « fact-check­ing » pour Libé » est-il écrit partout par ce même Libé. Présen­tée ou résumée ain­si, l’information n’est pas entière­ment fausse, elle n’est pour­tant pas véri­ta­ble­ment exacte non plus. Il aurait été plus exact d’écrire : « Le Prix inter­na­tion­al (de l’innovation) du « fact-check­ing » pour Libé ». La dif­férence n’est pas que de for­mule. C’est toute la dif­férence qu’il y a entre le César du meilleur film et le César du meilleur pre­mier film. Cette manière de major­er un prix, par le choix des mots et de la for­mule est révéla­teur de la pra­tique habituelle de la presse française dom­i­nante : l’information n’y est pas fausse, elle n’est pas (ou pas tou­jours) com­posée de faits inter­prétés à sens unique… mais la manière de la for­muler est faite de telle sorte qu’elle déforme l’information afin de la faire entr­er dans un cadre voulu, de cen­tre gauche ou droit, libéral lib­er­taire. Il est cocasse que « l’innovation » dans le domaine de la recherche des fauss­es infor­ma­tions soit remar­quée pour un quo­ti­di­en dont l’imprécision fréquente et le tout idéologique le font flirter en per­ma­nence avec un traite­ment des faits plus que dis­cutable. Tout comme la déon­tolo­gie de son prin­ci­pal ani­ma­teur, Lau­rent Jof­frin.

Libération, vu par L’OJIM

L’OJIM lit régulière­ment Libéra­tion. Assez pour démon­tr­er que le quo­ti­di­en pra­tique régulière­ment l’information « vraie », juste suff­isam­ment ori­en­tée pour devenir dis­cutable. Une infor­ma­tion idéologique qui, sou­vent, devient une absence d’information, quand le quo­ti­di­en fait silence sur ce qui ne cor­re­spond pas à sa con­cep­tion du monde. La « méth­ode » Libéra­tion peut aisé­ment se con­stater à par­tir de ces exem­ples récents analysés par l’OJIM :

Pour ne citer que les plus récentes obser­va­tions.

Checknews ?

Donc Libéra­tion innove en ter­mes de factcheck­ing, à tra­vers sa plate-forme Check­news qui a répon­du, au moment où ces lignes sont écrites, à 1459 ques­tions. Le fonc­tion­nement ? C’est Libéra­tion et son Check­news qui en par­lent le mieux :

« Bon­jour,

Le ser­vice Check­News est issu du ser­vice Dés­in­tox de Libéra­tion, crée en 2008. La rubrique Dés­in­tox, qui fut la pre­mière rubrique de factcheck­ing de la presse française, visait à cor­riger les affir­ma­tions erronées ou men­songères du débat pub­lic, qu’elles éma­nent du per­son­nel poli­tique ou des réseaux soci­aux. Nous avons décidé de mod­i­fi­er notre manière de tra­vailler en sep­tem­bre 2017, en créant Check­News, pre­mier ser­vice de « factcheck­ing à la demande ». Désor­mais, ce sont les lecteurs qui ont pris les com­man­des édi­to­ri­ales, en posant des ques­tions, via la plate­forme Checknews.fr, aux­quelles l’équipe répond…Nous nous assignons des règles pré­cis­es dont la pre­mière est : ne répon­dre que sur des aspects factuels. Laiss­er de côté les ques­tions qui appel­lent des répons­es sub­jec­tives. Le débat poli­tique, idéologique, mil­i­tant, est essen­tiel. Nous le lais­sons vivre ailleurs, en s’at­tachant seule­ment à ce qui lui tient lieu de base : les faits…

Vos ques­tions, plus nom­breuses chaque jour depuis le lance­ment de la plate­forme, témoignent d’un besoin de véri­fi­ca­tion et d’in­for­ma­tion rigoureuse, alors que les réseaux soci­aux char­ri­ent tou­jours davan­tage d’in­tox et que le débat poli­tique, plus polar­isé que jamais, exige par­fois un arbi­trage neu­tre pour s’y retrouver…Voilà une des raisons de la trans­for­ma­tion de Dés­in­tox en Check­News : don­ner aux inter­nautes le choix du sujet, est un moyen de répon­dre à cette défi­ance. Nous véri­fions ce que vous nous deman­dez de véri­fi­er. Le site Check­News est le vôtre. Le site Check­News est à tout le monde…Depuis le lance­ment du site, en sep­tem­bre, nous espérons avoir fait la preuve de notre impar­tial­ité dans nos répons­es. Nous y tenons absol­u­ment, parce que la crédi­bil­ité d’un tel site en dépend. Nous sommes compt­a­bles de nos répons­es. Et nous en avons déjà amendées cer­taines après des com­men­taires de lecteurs nous indi­quant des erreurs ou impré­ci­sions…

A ce jour, Check­News est com­posé de sept per­son­nes. »

Ce long développe­ment ne dit pas seule­ment ce qu’est l’outil de Libéra­tion mais surtout ce qu’est la lutte con­tre les fake news : la recherche de « fauss­es nou­velles » au sens de faits ou d’interprétation des faits qui vont à l’encontre de la per­cep­tion des médias offi­ciels. Une fake news, au fond, c’est une manière de lire un fait qui ne con­vient pas à Libéra­tion et à ses proches (sur le plan des idées) col­lègues. Cela se con­state aisé­ment au sujet du dés­in­tox, évo­qué dans la présen­ta­tion ci-dessus, ou avec l’existence de l’œil sur le Front.

Le choix des mots n’est pas anodin. Ain­si :

→ « cor­riger les affir­ma­tions erronées ou men­songères du débat pub­lic, qu’elles éma­nent du per­son­nel poli­tique ou des réseaux soci­aux. » S’il s’agit de cor­riger ce qui est erroné, alors le fact check­ing devrait se pencher sur les médias offi­ciels et les agences de presse, à com­mencer en pri­or­ité par l’AFP.

« ce sont les lecteurs qui ont pris les com­man­des édi­to­ri­ales. » La très habituelle dém­a­gogie pseu­do démoc­rate du monde libéral lib­er­taire, un peu comme quand Libéra­tion pub­li­ait une pho­togra­phie de ses rédac­teurs et jour­nal­istes en Une, cou­ver­ture dans laque­lle la fameuse diver­sité que le quo­ti­di­en défend… était absente, la rédac­tion étant alors majori­taire­ment blanche et mas­cu­line.

« Le débat poli­tique, idéologique, mil­i­tant, est essen­tiel. Nous le lais­sons vivre ailleurs, en s’at­tachant seule­ment à ce qui lui tient lieu de base : les faits. » Au moment du lance­ment du site, un rédac­teur de l’OJIM avait posé une ques­tion, non con­servée par­mi celles actuelle­ment pro­posées aux lecteurs : « Peut-on con­sid­ér­er le FN comme un par­ti fas­ciste ». Le site avait répon­du que formelle­ment « non » mais que cer­taines pris­es de posi­tions de ses dirigeants et de sa prési­dente pou­vaient con­duire les obser­va­teurs à con­sid­ér­er ce par­ti comme fas­ciste. La mar­que de fab­rique des manip­u­la­tions de Libéra­tion : faire du mil­i­tan­tisme et de l’idéologie tout en pré­ten­dant le con­traire. Reprenons la cita­tion :

« Mais elles témoignent aus­si du besoin d’être enten­du. Les médias ont per­du une part de la con­fi­ance des citoyens. Un des reproches qui leur est adressé est celui-ci : les jour­nal­istes regarderaient tou­jours du même côté. La presse trav­e­s­ti­rait la réal­ité, non pas en trav­es­tis­sant les faits qu’elle relate, mais en déci­dant de ne traiter que cer­tains d’entre eux. Le factcheck­ing n’échappe pas à cette cri­tique. Il la polarise, même : sous cou­vert de pré­ten­dre dire la vérité, le factcheck­ing imposerait une vision. » Les jour­nal­istes, con­scients des tra­vers de dés­in­tox, pré­ten­dent con­fi­er le ques­tion­nement aux inter­nautes, enfin à cer­tains d’entre eux.

Le Prix ?

Libéra­tion en par­le ain­si le 17 mai 2018 :

« Le pro­jet de Libéra­tion a rem­porté, par­mi 50 pro­jets venant de 44 pays, le «Fact For­ward». Ce fond d’in­no­va­tion est décerné par l’IFCN, le réseau inter­na­tion­al de factcheck­ing. »

« Il y a plus d’un an, Libé expéri­men­tait pen­dant la cam­pagne prési­den­tielle Check­News, une plate­forme per­me­t­tant aux lecteurs et inter­nautes de pos­er des ques­tions directe­ment à la rédac­tion de Libéra­tion. Un an plus tard, Check­News, qui est dev­enue une rubrique pérenne de Libe.fr et du jour­nal papi­er, vient de rem­porter le prix inter­na­tion­al de l’innovation dans le fact-check­ing. L’IFCN (Inter­na­tion­al Fact Check­ing Net­work) a choisi le pro­jet de Libé par­mi 50 pro­jets venant de 44 pays… 

Le 18 mai, devant l’importance sup­posée de cet événe­ment (Libéra­tion primé par un prix dont, avouons-le, per­son­ne n’avait jusque-là enten­du par­ler), le directeur de la pub­li­ca­tion se fend d’un arti­cle dans le quo­ti­di­en. Un arti­cle ? Le mot est peut-être exces­sif :

« Les médias mentent, les médias sont manip­ulés, les médias manip­u­lent, les médias sont con­trôlés et tut­ti quan­ti. L’antienne a fait florès. La récu­sa­tion de la presse, de la radio et de la télévi­sion est dev­enue le pont-aux-ânes des faux esprits forts. Une fois l’information plu­ral­iste et le tra­vail des jour­nal­istes dis­crédité, le plus sou­vent par les extrêmes, qui n’aiment pas les faits avérés et leur préfèrent les sci­es de leur pro­pa­gande, la con­séquence ne s’est pas fait atten­dre… La mon­tée du pop­ulisme a démul­ti­plié cette fausse mon­naie infor­ma­tive qui a ten­du, comme tou­jours, à chas­s­er la bonne, sur fond de pro­liféra­tion de la dém­a­gogie (…) Depuis quelques années, les fake news sont dev­enues un sujet de préoc­cu­pa­tion mon­di­al et une inquié­tude pour tous les démoc­rates attachés à la ratio­nal­ité dans le débat pub­lic. Pio­nnier dans le factcheck­ing, Libéra­tion con­tin­uera avec des moyens ren­for­cés de con­tribuer à cette œuvre de salubrité civique. Ce n’est qu’un début… »

Une forme de jour­nal­isme proche de l’auto-sanctification.

Le réseau ?

Le prix est remis par l’IFCN, organe du « Poyn­ter Insti­tute ». Le site se con­sulte ici et met le Check­news de Libéra­tion très en avant. Le « code de principe » mérite d’être regardé, ain­si que la liste des médias asso­ciés (dont l’AFP). Un réseau mon­di­al de médias offi­ciels dont le rôle tout aus­si offi­ciel est de main­tenir une forme de jour­nal­isme. Aucun média sérieux alter­natif (car les médias alter­nat­ifs ne sont pas néces­saire­ment pro­duc­teurs de fake news) ne sem­ble avoir été con­tac­té… pour inté­gr­er ce « réseau mon­di­al de factcheck­ing », dont Jof­frin écrit claire­ment qu’il s’agit de lut­ter con­tre ce qu’il nomme des « pop­ulismes ».

Le jury de l’IFCN est présidé par Bill Adair, fon­da­teur de Poli­ti­fact. Ce dernier organe ne cache pas son obses­sion anti Trump.

Check­news a été créé en parte­nar­i­at avec l’agence J. Wal­ter Thomp­son qui a une antenne à Paris. L’agence a aus­si Le Monde comme client.

Libéra­tion se tar­gue de recevoir un prix qui est in fine une source de finance­ment entre struc­tures ayant des intérêts idéologiques com­muns, struc­tures attachées à con­serv­er la main­mise sur ce qui peut être ou non con­sid­éré comme un fait ou une infor­ma­tion. Là encore, ce n’est pas anodin. Créée par Poyn­ter (Floride, États-Unis) , la 1ère Inter­na­tionale des Vérifi­ca­teurs asso­cie près de 70 struc­tures de factcheck­ing et a tout d’une sorte d’internationale de tout ce qui pense comme il con­vient de penser. Nous sommes devant une struc­tura­tion inter­na­tionale du con­trôle et de la sur­veil­lance de ce qui serait ou non une infor­ma­tion entre les mains de per­son­nes ayant con­cep­tion com­mune du monde et s’auto attribuant la légitim­ité jour­nal­is­tique. Ce phénomène fait penser à la façon dont une agence mon­di­ale réécrit le réel dans le roman tru­cu­lent et glaçant de Bel­lo, Les fal­sifi­ca­teurs. À côté de ce qui se met douce­ment en place, 1984 ressem­ble à un roman de jeunes filles.

Notons qu’aucun autre média français n’indique que Libéra­tion est le lau­réat de ce prix. Peut-être craig­nent-ils que ce soit une fake news ?

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision