Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Libération ou la presse idéologique

7 mai 2018

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Dossiers | Libération ou la presse idéologique

Libération ou la presse idéologique

Idéologique, Libération ? Personne n’en doute plus depuis longtemps. De là à n’être plus assimilable à un organe de presse mais plutôt à un bulletin militant, il y avait un pas… que Libération a franchi ce printemps 2018.

Que le quo­ti­di­en Libéra­tion soit idéologique­ment de gauche libérale lib­er­taire n’est en rien une nou­veauté. Com­par­er ses Unes du 28 avril et du 3 mai 2018, ain­si que l’orientation des arti­cles relat­ifs à ces cou­ver­tures, fait vol­er en éclats le peu de jour­nal­isme qui restait à Libéra­tion. Un quo­ti­di­en binaire qui regarde le monde en noir et blanc ?

Le 28 avril, les méchants c’est « l’extrême droite »

Le 28 avril, les méchants c’est « l’extrême droite » Après l’action menée par Généra­tion Iden­ti­taire dans les Alpes, dont l’Ojim a ren­du compte en plusieurs analy­sesLibéra­tion sem­ble penser, à en croire cette cou­ver­ture, qu’un dan­ger d’extrême droite pèserait sur la France. Pour­tant, l’opération des Iden­ti­taires, et d’autres médias l’ont noté, a été réal­isée dans le strict respect de la loi. Mais pour Libéra­tion, Généra­tion Iden­ti­taire est un élé­ment d’un spec­tre plus large et ce spec­tre serait la men­ace numéro 1 pesant sur la France. Une men­ace plus inquié­tante que celles de l’extrême gauche ou de l’islamisme rad­i­cal ?

Le ton de la Une : Cheveux courts, tenues brunes, poing ou bras levé, voilà « l’ultra droite » en cou­ver­ture de Libéra­tion. Une « ultra droite » qui « inquiète les ser­vices secrets ». Pourquoi ? La Une est très claire : « La vague d’attentats jihadistes en France a régénéré les groupes nation­al­istes rad­i­caux ». Sans doute est-il en effet pos­si­ble de décrire le GUD ou L’Action Française comme étant des « groupes nation­al­istes », quoi que roy­al­iste paraisse plus per­ti­nent pour L’Action Française ; par con­tre, une telle car­ac­téri­sa­tion au sujet de Généra­tion Iden­ti­taire est au mieux un aveu d’ignorance, au pire un acte de pure mal­hon­nêteté intel­lectuelle. Sans compter que l’observateur peut se deman­der en quoi le nation­al­isme serait d’ultra droite…

Les mots du dossier : « Ultra droite, les fachos chauf­fés à blanc » : c’est le titre de présen­ta­tion du dossier dans les pages intérieures, un titre telle­ment ori­en­té qu’il se passe de com­men­taires. Reste que l’utilisation récur­rente du terme « facho » au sujet de per­son­nes ayant des opin­ions dites de droite rad­i­cale (et ce genre d’opinion com­mence dès Fil­lon ou Wauquiez pour le quo­ti­di­en) suf­fit à faire sor­tir Libéra­tion du champ intel­lectuel et de la Rai­son.

‣ En son édi­to­r­i­al, Jof­frin enjoint son lecteur à ne pas pani­quer, con­sid­érant que face à la vague d’attentats « la société française » a su faire preuve de « résilience », et garder son « sang-froid ». Elle est pour­tant men­acée cette pop­u­la­tion, ain­si que la paix civile. Par quoi ? Par le vrai piège qui se trame der­rière les atten­tats (pas la volon­té islamiste de met­tre en place un monde total­i­taire, non) : les « actions armées » de l’ultra droite qui pour­raient venir en réac­tion au ter­ror­isme, une vio­lence que les ter­ror­istes souhait­eraient selon Jof­frin. À l’appui de cette thèse… l’Histoire (des années 30) : les dis­cours « vio­lents » seraient de nou­veau la matrice d’actions vio­lentes à venir. Les coupables par avance : Finkielkraut, Zem­mour, Renaud Camus dont « les vati­c­i­na­tions pani­quardes accrédi­tent l’idée d’une Europe assiégée par l’islam ou encore minée de l’intérieur ». Lau­rent Jof­frin ne voit pas de men­ace islamiste en Europe ni d’islamisation de la société. De son point de vue, ni islami­sa­tion, ni islam, ni ter­ror­isme, ni ultra gauche ne font peser de dan­ger, non ; le dan­ger, c’est Zem­mour, Finkielkraut, Renaud Camus… Il l’écrit : « Là est le dan­ger ».

‣ Le dossier vise à accréditer cette sur­prenante thèse, prenant appui sur des descrip­tifs de quelques mou­ve­ments poli­tiques, dont les car­ac­téris­tiques sem­blent tout droit issues des pages Wikipé­dia. Il prend aus­si appui sur le cas de Logan Nis­san, post ado­les­cent aco­quiné à deux ou trois ado­les­cents qui auraient visé l’une ou l’autre per­son­nal­ité poli­tique. L’enquête a surtout mon­tré un esprit pour le moins con­fus. Un grou­pus­cule informel dont toutes les enquêtes ont mon­tré le peu de sérieux et de dan­ger réel, ain­si que le peu de liens (ou son absence de liens) avec les mou­ve­ments poli­tiques jugés ici menaçants.

Un dossier de qua­tre pages, pous­sif, peinant à démon­tr­er cette thèse d’une atmo­sphère que Libéra­tion voudrait dan­gereuse. Au fond, le quo­ti­di­en ne relève pas le trait fon­da­men­tal : ce qui est remar­quable est juste­ment le sang-froid des mou­vances dites d’ultra droite, devant la sit­u­a­tion de chaos dans laque­lle se trou­ve la France, une sit­u­a­tion extra­or­di­naire qui si elle échappe à Libéra­tion n’échappe pas à la presse inter­na­tionale.

Le 3 mai, les gentils c’est « l’extrême gauche »

Le 3 mai, les gentils c’est « l’extrême gauche » Libéra­tion voit venir une hypothé­tique vio­lence de l’ultra droite mais ne con­va­inc pas. Pourquoi ? Sim­ple­ment, car la vio­lence grou­pus­cu­laire con­crète est ailleurs, et celle-ci Libéra­tion ne la con­sid­ère pas réelle­ment comme de la vio­lence. Du moins, le quo­ti­di­en con­sid­ère qu’elle peut « s’expliquer ». Pour Libéra­tion, il est plutôt de bon ton jour­nal­is­tique de com­pren­dre les raisons des vio­lences d’une ultra gauche (que le quo­ti­di­en ne nomme pas ain­si en Une) : les blacks blocks, à l’origine des débor­de­ments vio­lents du 1er mai, et dont nom­bre de mil­i­tants sem­blent aus­si act­ifs à NDDL ou dans le blocage des uni­ver­sités par une petite minorité de per­son­nes, dont une plus petite minorité encore paraît être étu­di­ante.

Le ton de la Une : Un jeune homme vêtu de noir marche dans une ambiance de fumigènes, il sem­ble tran­quille. Il est seul. Pas de horde, pas de charge, pas de gestes vio­lents. En gros car­ac­tère : « Un black bloc s’explique ». De quoi s’agit-il ? « Libéra­tion dresse le por­trait du mou­ve­ment via notam­ment le témoignage de l’un des siens ». Pas de dan­ger, pas de notes des ser­vices secrets con­sultées, pas de bras lev­és, pas de gestes de haine, pas de casse…

Les mots du dossier : Jof­frin pou­vait écrire « casseurs ». Il ne le fait pas. L’éditorialiste choisit le mot « briseur ». Comme pour la Une, ce choix mon­tre de l’affection, de l’empathie. L’ultra gauche a fait un sacré coup ! Début de l’éditorial : « Suprême intel­li­gence poli­tique de l’ultra gauche ». Plus loin, ces « ant­i­cap­i­tal­istes », « héroïques briseurs de vit­rines se récla­ment de Mai 68 ». Bien sûr, Jof­frin n’accrédite pas l’action des blacks blocs qui, écrit-il, « ne ser­vent qu’à jus­ti­fi­er les actions de la police, à ren­forcer la droite et à gên­er le mou­ve­ment syn­di­cal ». Reste que ce sont là « actions poli­tiques ».

Les mots sur la police peu­vent laiss­er rêveur.

‣ Le dossier fait trois pages et débute par un titre sen­sa­tion­nal­iste : « Mar­di j’ai par­ticipé au black bloc parisien ». Bien sûr, Libéra­tion ne donne pas l’identité de ce mil­i­tant. Peut-être est-ce l’un des enfants de l’un des mem­bres de la rédac­tion ? Au vu de l’identité des casseurs en noir arrêtés par la police, chercheurs au CNRS et autres, ce ne serait pas impos­si­ble. La parole est don­née avec com­plai­sance, sur deux pages, à un témoin qui se plaint de l’image mon­trée par les médias au sujet de son mou­ve­ment. L’accent ain­si mis sur la vio­lence serait, de son point de vue, con­ster­nant. Le mou­ve­ment n’est pas vio­lent, il est « ant­i­cap­i­tal­iste ». On com­prend mieux la sym­pa­thie de Jof­frin, lequel se remé­more sans doute sa jeunesse pré-caviar. Le but ? Que l’État « mon­tre son vrai vis­age », autrement dit « répres­sif ». Il est pour­tant dif­fi­cile d’imaginer un chercheur du CNRS émargeant à 4200 euros par mois, ce qui est le cas d’une des per­son­nes inter­pel­lées, dans la peau d’un fonc­tion­naire tra­vail­lant pour un État répres­sif. Tout aus­si peu imag­in­able cette voca­tion « ant­i­cap­i­tal­iste ». Cela, Libéra­tion ne l’interroge pas. Au con­traire, le quo­ti­di­en légitime le témoignage en insis­tant sur les « raisons de la colère » : « De Macron au cap­i­tal­isme ». On regrette aus­si, dans l’un des arti­cles, que les blacks blocs soient ren­voyés de manière « sys­té­ma­tique » à un statut de « casseurs »… Sans doute la rai­son pour laque­lle Jof­frin a choisi le mot « briseurs » en titre de son édi­to­r­i­al.

Un dossier out­rageuse­ment empathique, mal­gré de fauss­es apparences, d’où suinte la volon­té de ne pas cho­quer les amis par­ents des mil­i­tants blacks blocs, lesquels sont d’évidence l’avant-garde jeune du boboïsme parisien. Jeunes dont nom­bre de pho­tos mon­trent le mode de vie élevé (vête­ments et chaus­sures avant qu’ils ne se changent), fils et filles de bonnes familles bour­geois­es dont les par­ents votent social­istes ou Mélen­chon au pre­mier tour, avant de vot­er con­tre la droite au deux­ième tour. Et ain­si d’être respon­s­able du pou­voir exer­cé par ce qu’ils pré­ten­dent com­bat­tre. Sur tout cela, pas un mot : Libéra­tion est un vieux papa qui con­serve de l’affection pour ses reje­tons, dont cer­tains, qui sait ?, seront peut-être bien­tôt des cadres de sa rédac­tion ou de rédac­tions amies. Au hasard, Le Monde, L’Obs..

La présen­ta­tion des récents événe­ments mil­i­tants par Libéra­tion, événe­ments attribués d’un côté à l’ultra droite, de l’autre à des ant­i­cap­i­tal­istes, ain­si que le ton des deux Unes, mon­trent de façon presque car­i­cat­u­rale l’état dans lequel se trou­ve la presse offi­cielle française, comme malade de son idéolo­gie libérale lib­er­taire au point de ne plus voir la vio­lence de ses pro­pres enfants.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.