Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Libé : le journal blanc de la République
Libé : le journal blanc de la République

21 décembre 2015

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Libé : le journal blanc de la République

Libé : le journal blanc de la République

Libé : le journal blanc de la République

Libération déménage. À cette occasion, le journal a offert à ses lecteurs la dernière photo de famille dans ses locaux historiques : l’ancien garage du 11 rue Béranger, dans le 3e arrondissement de Paris.

On y voit la rédac­tion et les salariés du jour­nal, posant sur la fameuse ter­rasse du bâti­ment, souri­ants et… le poing levé, façon révo­lu­tion­naire ! Pour un jour­nal qui est passé des mains d’un ban­quier à celles d’un mil­liar­daire, le geste est cocasse.

Mais il y a mieux. Sur cette pho­to en effet, la « diver­sité », la « France métis­sée» et les « Français issus de l’im­mi­gra­tion » tant loués par le quo­ti­di­en sont totale­ment absent à tel point que l’on dirait une pho­to des années cinquante…

Le 30 mai 2012, la même rédac­tion fustigeait pour­tant à la une les « cab­i­nets blancs de la république » et louait la diver­sité du nou­veau gou­verne­ment : « la pho­to était belle, sur le per­ron de Matignon. Pour la pre­mière fois, un gou­verne­ment ressem­blait à la France. Avec (…) quelques vis­ages rap­pelant que le pays n’est pas exclu­sive­ment blanc de peau »

Mais comme le soulig­nait la jour­nal­iste Alice Géraud à l’époque, « il existe (…) un pro­fond décalage entre la volon­té et les pra­tiques poli­tiques ». Vis­i­ble­ment, c’est val­able aus­si pour Libéra­tion, le jour­nal blanc de la République.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.

Stéphane Simon

Le pro­duc­teur de Thier­ry Ardis­son n’est pas à une con­tra­dic­tion près : s’at­ti­rant les foudres de la droite sou­verain­iste lors de l’ère trans­gres­sive et imper­ti­nente des années 90, il s’arrange pour qu’elle lui mange dans la main trente ans plus tard.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.