Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Migrants et médias, Macron tient ses promesses, approbation discrète
Publié le 

31 décembre 2017

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Migrants et médias, Macron tient ses promesses, approbation discrète

Migrants et médias, Macron tient ses promesses, approbation discrète

[Red­if­fu­sion – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 18/10/2017]

Promesses tenues ! Avec discrétion. Une nouvelle sobre tombe sur les prompteurs des salles de rédaction le 9 octobre 2017 peu avant minuit. Le Figaro et Le Point sont les premiers à réagir en ligne : « La France va accueillir 10 000 réfugiés » d’ici 2019. Comment cette nouvelle est-elle relayée dans les médias entre le 9 et le 12 octobre ?

Le sujet est évidemment très sensible

La ques­tion se pose ou devrait se pos­er tant le sujet des migrants est sen­si­ble depuis deux ans. Cha­cun ayant pris con­science des omis­sions volon­taires rel­a­tives à l’origine de la majorité des migrants. Omis­sions au niveau de l’Union Européenne et des États, large­ment relayées par une presse sous influ­ence. Tous l’affirmaient comme un seul homme : les migrants seraient tous des « réfugiés ». Des per­son­nes oblig­ées de fuir des pays en guerre que nous auri­ons le devoir d’accueillir. Il s’agissait pour­tant et avant tout d’hommes jeunes, migrant pour des raisons économiques. L’Europe aurait un tel besoin de bras jeunes, mas­culins et corvéables, qu’un petit men­songe… La donne a un peu changé : un effet des récentes élec­tions, en France comme en Alle­magne. Nom­bre d’observateurs le notent, par exem­ple en France : la trans­for­ma­tion du paysage eth­nique des villes ne va pas sans pos­er de prob­lèmes. Alors, com­ment main­tenir la fable ?

Les faits ? La France va ouvrir 10 000 places

L’information tombée le 9 octo­bre au soir et relayé ensuite jusqu’au 12 octo­bre ? Le Figaro a dégainé le pre­mier, suivi de peu par Le Point : « La France va démar­rer “dans les prochaines semaines” des mis­sions au Niger et au Tchad pour iden­ti­fi­er des per­son­nes pou­vant béné­fici­er du droit d’asile, sur des listes pro­posées par le Haut Com­mis­sari­at de l’ONU pour les Réfugiés (HCR), a annon­cé Emmanuel Macron lun­di. Ces mis­sions menées par l’Of­pra (Office français de pro­tec­tion des réfugiés et apa­trides) visent aus­si à “mieux prévenir la sit­u­a­tion depuis le Niger et le Tchad pour prévenir un afflux de migrants économiques” non éli­gi­bles au droit d’asile, a expliqué le prési­dent, après avoir reçu à l’Élysée le prési­dent du HCR, Fil­ip­po Gran­di. Au total, la France “ouvri­ra sur les deux prochaines années 10.000 places” pour ces réfugiés “réin­stal­lés” depuis le Niger, le Tchad, mais aus­si de Turquie, du Liban et de Jor­danie, a annon­cé le prési­dent ». C’est à peu de dif­férences près ce que l’ensemble des médias relaient dans les jours suiv­ants. Peu de choses, mais des nuances de taille.

Un seul mot vous manque et tout est…

Dès le 10 octo­bre, le mot « réfugiés » appa­raît sur les sites de la plu­part des médias. Il est par­fois, mais rarement, rem­placé par l’expression « migrants réin­stal­lés ». BFMTV réper­cute l’information telle que fournie par la prési­dence de la République, intro­duisant cepen­dant une pre­mière nuance de taille. D’après la chaîne d’informations en con­tin­ue, ce sont tou­jours des « réfugiés » et non des migrants – mais ce sont aus­si des « réfugiés sup­plé­men­taires ». Ce que l’immense majorité des autres médias passe sous silence. Par con­tre, à l’instar de l’ensemble des jour­naux, la chaîne réper­cute aus­si l’élément de lan­gage voulu par l’Élysée, sans esprit cri­tique : il s’agit de « prévenir l’afflux de migrants économiques ». Cet élé­ment de lan­gage est présent dans tous les médias : de Fran­ce­in­fo au Monde en pas­sant par La Croix ou RFI. L’information est rarement dans les pages papi­er des quo­ti­di­ens, jamais en Une. Sur les sites inter­net surtout. Une infor­ma­tion de peu d’importance en somme. Résumons-nous : La France s’engage à accueil­lir 10 000 « réfugiés », autrement dit des per­son­nes men­acées pour cause de guerre, en plus de ceux déjà prévus – mais cela on ne le dit pas. Et ces « réfugiés » sont accueil­lis dans le but de restrein­dre l’arrivée de migrants économiques sur le ter­ri­toire français. La pen­sée du prési­dent sem­ble en effet bien com­plexe.

Complexe ? Comme une entourloupe ?

Ain­si, tout sem­ble fait pour ne pas inquiéter une pop­u­la­tion française qui mon­tre des signes d’agacement devant les flux migra­toires. Ce n’est pas la réal­ité de l’inquiétude ou du risque accru de ten­sions que les médias relaient. Plutôt la sim­ple parole offi­cielle du prési­dent et de son gou­verne­ment. Ain­si, en pro­longe­ment de l’annonce d’Emmanuel Macron, le min­istre de l’Intérieur Gérard Col­lomb a indiqué dans un com­mu­niqué que 3000 de ces migrants seront « issus des mis­sions avancées de Ofpra au Niger et au Tchad ». Autrement dit : un tiers des « réfugiés » sont des réfugiés. 70 % seront des migrants ne venant pas d’espaces sous ten­sions. Le 10 octo­bre, lors des mati­nales de France Inter ou d’Europe 1, ce sont les mêmes élé­ments de lan­gage. L’information dis­paraît ensuite des médias, et n’est du reste pas relayée par les prin­ci­paux heb­do­madaires en fin de semaine – ni dans L’Obs ni dans L’Express par exem­ple. Seuls les ver­sions inter­net des heb­do­madaires et quo­ti­di­ens papi­er s’en sont fait l’écho. Une infor­ma­tion reléguée au sec­ond plan pour cause de Cat­a­logne et de mou­ve­ments soci­aux ?

Conclusion ?

L’État français va accueil­lir plus de migrants que prévu et con­tin­uer d’imprimer dans l’opinion publique cette idée que la majorité d’entre eux sont des « réfugiés ». Avec l’aide de médias qui ne s’interrogent ni sur les élé­ments de lan­gage four­nis par le pou­voir poli­tique ni sur la réal­ité du ter­rain, autrement dit sur ce qui est vécu par les pop­u­la­tions amenées à con­crète­ment accueil­lir ces migrants. Tout se passe comme si pou­voirs poli­tiques et médi­a­tiques avaient entériné ce fait que les migra­tions seraient dev­enues la norme. Une pré­ten­due norme jamais ques­tion­née par les médias. Par con­tre, le 12 octo­bre L’Obs se pose d’autres ques­tions urgentes : « Pourquoi les nation­al­ismes pro­gressent ? » ou « Qui veut la peau d’Anne Hidal­go ? ». Drôle d’époque pour une presse qui ne paraît plus à même de faire de liens entre dif­férents faits, ni de hiérar­chis­er les infor­ma­tions par rap­port au Pays réel. À moins que ce ne soit délibéré ?

Crédit pho­to : Ville de Nev­ers via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision