Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La crise des migrants dans les médias pendant l’été 2017 : toujours plus !

29 décembre 2017

Temps de lecture : 14 minutes

Accueil | Pascal Houzelot | La crise des migrants dans les médias pendant l’été 2017 : toujours plus !

La crise des migrants dans les médias pendant l’été 2017 : toujours plus !

Accueil | Pascal Houzelot | La crise des migrants dans les médias pendant l’été 2017 : toujours plus !

La crise des migrants dans les médias pendant l’été 2017 : toujours plus !

29 décembre 2017

[Red­if­fu­sion – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 04/09/2017]

DOSSIER. Durant cet été 2017, la crise migratoire a continué d’être un fil rouge dans les médias. Nombre d’entre eux auront été des vecteurs d’informations à ce sujet, voire des promoteurs d’une vision engagée de l’accueil des migrants économiques et politiques. En voici une revue de presse chronologique et commentée.

Juin : Andante

16 juin : Une let­tre ouverte au Prési­dent de la République signée par des intel­lectuels, des per­son­nal­ités poli­tiques et des artistes assor­tie d’une péti­tion deman­dant « l’arrêt des vio­lences dans la « jun­gle » de Calais » est mise en ligne sur le Bondy blog. Cette let­tre est abon­dam­ment reprise par de nom­breux médias (radios, sites inter­net, édi­tions papier).

Le même jour, Le Monde pub­lie un appel au gou­verne­ment de Daniel Cohn-Ben­dit et de Romain Goupil dans le même sens, avec « comme pre­mière mesure d’ur­gence, à met­tre en place à Calais comme à La Roya des bus qui con­duiront les exilés vers des lieux où ils pour­ront être hébergés et deman­der l’asile ». Cette demande de remise en cause du « règle­ment Dublin » (qui prévoit que la demande d’asile est faite dans le pre­mier pays européen d’entrée) se con­cré­tise le 17 juil­let avec l’arrivée à Nice de 130 clan­des­tins venant d’Italie dirigés par des mil­i­tants no bor­ders vers la Pré­fec­ture pour y dépos­er une demande d’asile, selon Nice Matin.

20 juin : Comme en écho à ces appels large­ment médi­atisés venant de cer­cles somme toute restreints, le min­istre de l’intérieur, G. Col­lomb, annonce un prochain « plan migrants » selon Le Monde. Le même jour, Le Monde nous informe qu’« un chauf­feur (a été) tué dans un acci­dent provo­qué par un bar­rage instal­lé par des migrants dans le Pas-de-Calais ».

22 juin : L’agence Reuters informe de l’ordre don­né par le Prési­dent Macron aux Préfets afin « qu’ils mon­trent plus d’humanité envers les clan­des­tins ».

23 juin : France Info donne la parole à un chercheur « spé­cial­iste des migra­tions ». Celui-ci indique que le mes­sage de fer­meté du Min­istre de l’intérieur est en « con­tra­dic­tion totale » avec les pro­pos du Prési­dent de la République sur le sujet des migrants. La pres­sion con­tin­ue avec Mar­i­anne. Dans un arti­cle paru dans son édi­tion du 30 juin con­sacré à « l’apocalypse à la Chapelle », le jour­nal inter­viewe le fon­da­teur de l’association Utopia 56. Celui-ci fait mine de nous inter­roger pour étay­er sa démon­stra­tion con­cer­nant l’accueil de migrants : « nous en avons accueil­li com­bi­en ? 30 000 ». Et le jour­nal­iste de con­clure : « ceux qui n’auront pas obtenu le statut de réfugié devront retourn­er dans le pays où ils ont débar­qué, en ver­tu des accords de Dublin ».

Même cou­plet moral­isa­teur dans l’édition de juil­let-août d’Alter­na­tives économiques : « Emmanuel Macron ne peut pas être le Prési­dent des beaux dis­cours à Brux­elles et en même temps de la chas­se aux réfugiés ». D’autres édi­to­ri­al­istes main­tien­dront la pres­sion, comme Europe 1 le 27 juil­let : « la France peut faire plus ! ». Audrey Pul­var s’interroge sur Cnews le 24 juin : des relents de colo­nial­isme ne seraient-ils pas la cause de la réti­cence française à accueil­lir des migrants ? Jean-Mar­cel Bouguereau dans La République des Pyrénées s’interroge : « que fait la France ? ». Le chiffre de 30 000 migrants accueil­lis par la France revient en boucle dans les médias, alors qu’il s’agit du nom­bre de deman­deurs d’asile « relo­cal­isés » que le Prési­dent Hol­lande s’était engagé en 2015 à accueil­lir en France jusqu’en 2017. Cette con­fu­sion amène l’écrivain et essay­iste Pas­cal Bruck­n­er, d’habitude plus pru­dent, à repren­dre ces chiffres dans une inter­view au Figaro comme étant le nom­bre de « réfugiés » accueil­lis par le France.

Pour­tant, le nom­bre des deman­deurs d’asile en France ne cesse de pro­gress­er et a atteint 100 000 pour la seule année 2016 selon Le Figaro, et les déboutés ne sont qua­si­ment jamais expul­sés, dix­it le JDD à par­tir d’informations gou­verne­men­tales et de la Cour des comptes. Cela ne sem­ble pour­tant pas suff­isant pour de nom­breux éditorialistes…

Juillet : Allegro

2 juil­let : Libéra­tion reprend une dépêche de l’AFP selon laque­lle, con­cer­nant les « migrants : un « code de con­duite » pour les Organ­i­sa­tions Non Gou­verne­men­tales (est) en pré­pa­ra­tion ». « L’idée est que les ONG doivent certes répon­dre à leur voca­tion de sauve­tage en mer, mais ne pas ali­menter elles-mêmes ce flux inces­sant, explique-t-on dans l’entourage du min­istre français ».
On ne pour­ra pas dire cette fois qu’il s’agit d’une intox de la réin­fos­phère qui dénonçait cer­taines pra­tiques dou­teuses. Chal­lenges nous informera le 1er août que 5 ONG refusent de sign­er la charte pro­posée par le gou­verne­ment italien.

4 juil­let : Sept respon­s­ables d’associations de sou­tien aux migrants lance un « appel d’urgence « à E. Macron, récla­mant notam­ment « des mesures et des moyens nou­veaux pour une poli­tique migra­toire d’hospitalité », nous infor­ment L’Obs et Les Inrocks.

6 juil­let : Libéra­tion entend peut-être renou­vel­er l’effet causé en sep­tem­bre 2015 par la pho­to d’un enfant échoué sur une plage grecque en pub­liant en cou­ver­ture du jour­nal une pho­to d’une femme noyée en mer méditerranée.

Dans une édi­tion large­ment reprise dans les revues de presse de radios nationales (Europe 1, France 24) et de chaines de télé (France 24), le jour­nal donne la parole à une anci­enne com­mis­saire européenne, Emma Boni­no : « en 2016, l’Italie a accueil­li 181 000 migrants », « nous ne sommes pas face à une inva­sion ». « Non seule­ment les arrivées ne représen­tent qu’une goutte d’eau par rap­port aux 500 mil­lions d’Européens (moins de 0,04 %) mais que la pénin­sule, qui a per­du près de 90 000 habi­tants l’an passé en rai­son de sa crise démo­graphique, serait bien avisée de les accueil­lir ». Cette mise en per­spec­tive fait le silence sur l’évolution depuis les dernières années ain­si que sur le nom­bre cumulé de clan­des­tins sur le sol ital­ien. Des infor­ma­tions pas for­cé­ment impor­tantes quand il s’agit de min­imiser un phénomène qui alarme pour­tant les autorités ital­i­ennes selon RFI.

7 juil­let : Le Pre­mier Min­istre ital­ien Mat­teo Ren­zi évoque un numerus clausus de migrants, annonce France Soir. « Nous ne devons pas nous sen­tir coupables si nous ne pou­vons pas accueil­lir tout le monde ».

En France, l’adjoint de la Maire de Paris affir­mait à Téléra­ma le 4 juin 2016 avant la créa­tion du cen­tre de la Chapelle : « le fameux risque d’ap­pel d’air, nous (n’y) croyons pas du tout ». Pour­tant, le 7 juil­let 2017, l’évacuation de 2 800 clan­des­tins, la 34e depuis juin 2015 selon Les Échos, n’empêchera pas la recon­sti­tu­tion immé­di­ate de la jun­gle de la Chapelle. Le Parisien nous informe en effet qu’une semaine plus tard, « la jun­gle de la Chapelle se rem­plit à nou­veau. Il y a tout juste une semaine, près de 2 800 réfugiés étaient évac­ués. Quelques jours plus tard, près de 400 nou­velles per­son­nes sont arrivées et vivent dans des con­di­tions tou­jours aus­si insup­port­a­bles ». Aucun de ces jour­naux n’aura l’outrecuidance de rap­pel­er les pro­pos tenus par l’adjoint de la Maire de Paris au jour­nal Téléra­ma un an plus tôt.

Jamais à court d’idées, la Maire de Paris déclare au Parisien qu’« il faut quadriller toute la France de cen­tres d’accueil décents », via un pro­jet de loi et que soient instal­lés des «cen­tres de pre­mier accueil » tout au long des grands « par­cours migra­toires ». « Charge à ces cen­tres de tran­sit, ensuite, de répar­tir les deman­deurs d’asile dans des héberge­ments pérennes sur tout le ter­ri­toire, tout en lançant les procé­dures admin­is­tra­tives adéquates ». L’intervieweur ne lui rap­pelle pas les 450 nou­veaux cen­tres d’accueil et d’orientation mis en place depuis octo­bre 2015 et les 62 hôtels For­mule 1 achetés en 2017 par l’État, dédiés au loge­ment des migrants selon Sud Ouest. Un oubli sans doute…

Un refrain est répété et relayé dans les médias « main­stream » : mal­gré l’augmentation con­tin­ue des capac­ités d’accueil, ce ne sont pas les migrants qui sont trop nom­breux, ce sont les places d’accueil et d’hébergement qui sont en nom­bre insuffisant.

12 juil­let : France Info dévoile le Plan migrants du gou­verne­ment et relaie l’annonce du Pre­mier Min­istre de « moyens sup­plé­men­taires pour l’accueil des migrants » : « Un total de 12 500 places d’héberge­ment pour les deman­deurs d’asile et les réfugiés vont être créées d’i­ci à 2019. Dans le même temps, ceux qui ont été déboutés de cette demande fer­ont “sys­té­ma­tique­ment” l’ob­jet d’une mesure de recon­duite à la fron­tière ».

13 juil­let : Com­men­tant ce plan, Le Figaro indique qu’« Édouard Philippe était fier d’annoncer que la France con­trôlerait sys­té­ma­tique­ment sa fron­tière avec l’Italie jusqu’en novem­bre. La vraie ques­tion est pour­tant de savoir ce qu’elle fera après ce mois fatidique où elle aura épuisé son droit à tout fil­tr­er. Puisque après le 11 novem­bre, l’Europe va le lui inter­dire… ». Une infor­ma­tion qua­si­ment passée inaperçue mais essen­tielle, compte tenu de la sit­u­a­tion à la fron­tière fran­co ital­i­enne — Vin­timille se trans­for­mant en Calais bis selon France Info.

Le même jour, dans un dossier con­sacré à l’immigration en France, Valeurs actuelles pub­lie un arti­cle con­sacré au « maquis judi­ci­aire impéné­tra­ble » qui aboutit à ce que « 5 % des déboutés (du droit d’asile) quit­tent effec­tive­ment le ter­ri­toire français ». Un maquis heureuse­ment éclair­ci par le site inter­net infomigrants.net, piloté notam­ment par France Médias Monde (France 24, RFI, MCD), qui présente les pos­si­bil­ités de recours des déboutés du droit d’asile. Infomigrants.net s’affirme depuis quelques mois comme le com­plé­ment du site juridique infomigrants.org, « les infor­ma­tions en droit des étrangers », financé par le gou­verne­ment. La Bel­gique a pris une autre option en 2015, en dif­fu­sant notam­ment sur Face­book des mes­sages visant à dis­suad­er les migrants de venir dans le pays.

17 juil­let : Nice-Matin nous informe qu’« env­i­ron 130 deman­deurs d’asile sont arrivés lun­di matin en gare de Nice ». « Dès leur arrivée, ils ont été escortés par la police sur le tra­jet qui les mène à la Plate­forme d’aide aux deman­deurs d’asile (Pada), boule­vard Fran­cois-Grosso, afin de dépos­er un dossier. D’après David Nakache, le prési­dent de l’as­so­ci­a­tion “Tous citoyens”, une ving­taine de deman­deurs d’asile arrivent chaque jour dans la pro­priété de Cédric Her­rou ».

L’article se veut factuel et non juridique. Pas un mot donc dans le jour­nal sur le règle­ment Dublin sur les deman­des d’asile et la loi rép­ri­mant l’aide au séjour de clan­des­tins. Le mil­i­tant Cédric Her­rou a des solu­tions clefs en main pour régler l’afflux que con­nait la fron­tière fran­co-ital­i­enne. Il s’en explique large­ment dans les tri­bunes que lui don­nent notam­ment France 3 et France Info.
L’actualité du jour en méditer­ranée est pour France 2 et Le Figaro l’afflux… de touristes dans cer­tains lieux de vil­lé­gia­tures. Bonnes vacances à vous…

Le même jour, Le Monde rap­porte qu’en Alle­magne, lors du week-end du 16 juil­let, des « échauf­fourées et agres­sions sex­uelles impli­quant des migrants près de Stuttgart » ont été constatés.

18 juil­let : Le jour­nal Sud Ouest informe qu’« un élu proche du FN réclame la dis­so­lu­tion de “Roya Citoyenne” ». « Il accuse en par­ti­c­uli­er Cédric Her­rou, fig­ure emblé­ma­tique de Roya Citoyenne, d’être « le dernier mail­lon d’une mafia de passeurs  ».

Le même jour, le jour­nal ital­ien La Stam­pa nous informe que « sur 8 000 com­munes (ital­i­ennes), seules 2 500 ont décidé de con­tin­uer à leur ouvrir les portes », une infor­ma­tion seule­ment reprise en France par le site Media Presse info.

22 juil­let : Une étude uni­ver­si­taire alle­mande épin­gle le par­ti pris des médias con­cer­nant la crise des migrants, nous informe le site RT. « Des chercheurs de la Ham­burg Media School et de l’U­ni­ver­sité de Leipzig ont con­staté que les prin­ci­pales pub­li­ca­tions alle­man­des n’avaient pas cou­vert de manière objec­tive la crise des migrants ». Toute simil­i­tude avec les radios publiques français­es …n’est pas à écarter !

24 juil­let : Le jour­nal Nice-Matin annonce que « plus de 200 migrants sont arrivés à Nice pour deman­der l’asile », accom­pa­g­nés par Cédric Her­rou et José Bové. Le député européen d’EELV dément une activ­ité de « passeurs de clan­des­tins ».

Il ne faut pas compter sur L’Obs et Le Parisien pour rap­pel­er ce qu’affirmait le mil­i­tant no bor­der au Monde en jan­vi­er 2017 con­cer­nant le pas­sage de 200 migrants à la fron­tière fran­co ital­i­enne qu’il a organisé.

Sur Arte, l’émission 28 Min­utes est con­sacrée à la crise des migrants. Les invités sont Mary­line Bau­mard jour­nal­iste au Monde, Alexan­dre Devec­chio, jour­nal­iste au Figaro et François Gemenne, chercheur à Sci­ences Po. Deux invités favor­ables à l’ouverture des fron­tières et un inter­venant favor­able à des mesures restric­tives, la plu­ral­ité ver­sion Arte est respectée.

France 3 nous informe de la con­struc­tion d’un mur par des habi­tants d’un vil­lage des Hautes-Pyrénées « pour empêch­er la venue des migrants » au For­mule 1 de Séméac qui doit être trans­for­mé en cen­tre d’ac­cueil. Le « mur de la honte » selon La République des Pyrénées sera détru­it 2 jours plus tard.

Le même jour, La Voix du Nord nous informe que « face aux bar­rages de migrants, de nou­veaux pan­neaux à mes­sages à Calais sur l’Autoroute A16, à hau­teur de Guemps » sont instal­lés. Il s’agit « d’informer les usagers de toutes dif­fi­cultés de cir­cu­la­tion (notam­ment en cas d’installation de bar­rages de migrants) sur le réseau pour qu’ils y cir­cu­lent en toute sécu­rité  ». Le quo­ti­di­en nordiste nous informe que les bar­rages posés par des migrants sur la rocade engen­drent de très nom­breuses per­tur­ba­tions sur l’A16 et la rocade por­tu­aire en 2015, 2016 et à par­tir de mai 2017.

25 juil­let : Selon Libéra­tion, « la police a procédé lun­di à l’in­ter­pel­la­tion de 156 migrants en gare de Cannes ain­si qu’à celle de l’a­gricul­teur mil­i­tant Cédric Her­rou qui les accom­pa­g­nait pour se ren­dre à Nice puis à Mar­seille pour dépos­er une demande d’asile ». Selon la radio de ser­vice pub­lic France Info qui dif­fuse en ligne une vidéo de M. Her­rou des­tinée à l’association « Roya citoyenne », C. Her­rou a été arrêté « pour avoir dénon­cé la sit­u­a­tion des migrants ». On ne pour­ra pas reprocher à France Info l’ambiguïté de sa ligne éditoriale…

26 juil­let : L’initiative de mil­i­tants iden­ti­taires qui ont affrété un bateau pour « lut­ter con­tre l’immigration clan­des­tine au large de la Libye » selon Nice Provence Info ou « con­tr­er l’action des ONG d’aide aux migrants » selon Le Temps fait l’objet d’une guerre de l’information : « décon­fi­ture » selon L’Obs. « L’action con­tin­ue » selon le site Fdes­ouche le 26 juillet.

Le même jour, Boule­vard Voltaire nous indique que suite à une mobil­i­sa­tion d’habitants, « les 54 immi­grants prévus » ne vien­dront pas au vil­lage de Dom­rémy-la-Pucelle (Vos­ges). Ces rares actions font dire à un con­tribu­teur du site : « les gauchistes agis­sent quand les élus FN et LR s’offusquent ! ».

27 juil­let : 15 jours après l’annonce du plan annon­cé par le pre­mier Min­istre, Le Figaro nous informe que le Prési­dent Macron a annon­cé à Orléans « l’initiative de la créa­tion « dès cet été » de cen­tres d’ex­a­m­en pour deman­deurs d’asile en Libye », « avec ou sans l’Eu­rope ». Il ne doit y avoir « plus per­son­ne (com­pren­dre : de migrants, NDR) dans les rues, partout des héberge­ments d’ur­gence ». Selon Le Monde, il s’agit pour le Prési­dent de « redress­er le cap » alors que « de nom­breuses voix s’étaient élevées » face à cette volon­taire omis­sion (du plan du pre­mier Min­istre) sur le volet human­i­taire. La créa­tion de camps de tran­sit ou la mobil­i­sa­tion de loge­ments vides sur le ter­ri­toire seraient envis­agées selon le quo­ti­di­en du soir. Le Figaro men­tionne dans l’édition de ce jour les pro­pos d’un con­seiller de l’Élysée rap­pelant la promesse en son temps de F. Hol­lande de loger tous les SDF.

28 juil­let : Les com­men­taires de quo­ti­di­ens nationaux sur ce plan sont mit­igés. Le Figaro s’interroge con­cer­nant les recon­duites des déboutés du droit d’asile : « Par quel mir­a­cle le gou­verne­ment obtien­dra-t-il des pays sources les lais­sez-pass­er con­sulaires sans lesquels aucun retour n’est pos­si­ble ? ». Libéra­tion estime que « créer des cen­tres de tris des migrants en Libye est un mirage ». Le Parisien indique con­cer­nant la promesse d’hébergement pour tous…les migrants : « Et une promesse de plus à l’agenda prési­den­tiel ! Et non des moin­dres… ». Les cri­tiques sont rares sur les sites inter­net des prin­ci­paux organes de presse con­cer­nant la vision mes­sian­ique du rôle de la France voulue par le Prési­dent Macron. En par­ti­c­uli­er la volon­té de créer seul en Libye – où atten­dent de 800 000 à 1 mil­lion de migrants, selon E. Macron, 6,6 mil­lions dans les pays méditer­ranéens selon le Dai­ly Tele­graph — des cen­tres d’études des deman­des d’asile.

29 juil­let : Un débouté du droit d’asile orig­i­naire des Émi­rats arabes unis tue au couteau 1 per­son­ne et en blesse 6 autres à Ham­bourg, nous informe L’Obs. Le jour­nal reprend la posi­tion des autorités de Ham­bourg : « Les moti­va­tions de l’as­sail­lant ne sont pas encore con­nues, assurent les autorités de Ham­bourg ». Ceci bien qu’il ait crié « “Allah Akbar !” avant de pass­er à l’at­taque ».

31 juil­let : La Voix du Nord nous informe que le Con­seil d’État a rejeté les appels de la Ville de Calais et du min­istre de l’Intérieur, val­i­dant ain­si l’installation de douch­es pour migrants ordon­née par le tri­bunal admin­is­tratif de Lille. La maire de Calais annonce qu’elle refuse de « se pli­er à la déci­sion du Con­seil d’État ». Le quo­ti­di­en donne ensuite la parole à trois représen­tants d’association d’aide aux migrants, qui se félici­tent de cette décision.

L’argument de l’avocat de la ville de Calais lors de l’audience repris par Le Monde le 31 juil­let selon lequel « la com­mune a tout essayé : cen­tres ouverts, campe­ments, bâti­ments mod­u­la­bles, lieux de dis­tri­b­u­tion de repas, mais rien n’a fonc­tion­né », sem­ble laiss­er de mar­bre l’éditorialiste du Monde dans l’édition du 1er août : la déci­sion de jus­tice est « une injonc­tion salu­taire ».

La radio RTL rap­pelle dans son jour­nal de 8h du 1er août au sujet de cette déci­sion les nom­breux bar­rages routiers, les rix­es entre com­mu­nautés ain­si que les 30 000 ten­ta­tives de pas­sage clan­des­tin à Calais depuis le début de l’année.

Août : Furioso

2 août : Une dépêche de l’AFP reprise par plusieurs sites d’information annonce que « l’I­tal­ie passe à l’ac­tion pour lim­iter les arrivées » de migrants. Cette action passe par la saisie du bateau d’une ONG alle­mande, engagée dans le sauve­tage de migrants en Méditer­ranée et le feu vert à l’en­voi de navires mil­i­taires à prox­im­ité de la Libye. Pour com­menter ces mesures, Le Monde ne donne la parole qu’à des ONG, dont Amnesty Inter­na­tion­al, pour qui il s’agit d’une « stratégie hon­teuse ».

5 août : Le site d’information RT.com reprend des infor­ma­tions du quo­ti­di­en ital­ien Cor­riere del­la Sera selon lesquelles un polici­er infil­tré à bord d’un bateau d’une ONG aurait accu­mulé les preuves des rap­ports entretenus par les bénév­oles et les passeurs. Con­tin­uera-t-on de par­ler de rumeurs, à l’image de la revue de presse de jour­naux ital­iens faite par Cour­ri­er inter­na­tion­al ou d’une ten­ta­tive de « sabor­dage de l’action des ONG », comme l’indiquait L’Express en mai ?

7 août : Le bateau « anti migrants » con­tin­ue de faire par­ler de lui. Pour Le Monde, « ce bateau, financé par des mil­i­tants d’extrême droite suit à la trace des navires d’ONG affrétés pour sec­ourir les embar­ca­tions de migrants ». France Inter donne lors du jour­nal de 18h la parole à un chercheur belge qui se dit scan­dal­isé qu’on laisse cir­culer ce navire et s’étonne du code de con­duite que le gou­verne­ment ital­ien veut impos­er aux ONG. Pas un mot sur le rôle de sup­plétif de passeurs d’ONG (« sea taxis ») dénon­cé notam­ment par un par­ti poli­tique ital­ien dans Fox News et l’accusation par le gou­verne­ment ital­ien de favoris­er un appel d’air d’immigration comme l’indique le quo­ti­di­en bri­tan­nique Finan­cial Times dans un arti­cle très doc­u­men­té.

Près de Grav­e­lines, dans le nord, La Voix du Nord nous informe que « de nou­velles échauf­fourées ont éclaté entre des Petit-Fort-Philip­pois et des migrants mineurs ». Le sujet de la vio­lence de jeunes migrants récem­ment arrivés en France est traité isolé­ment dans les pages locales de Mét­ro­pol­i­tain à Mont­pel­li­er, de 20 Min­utes à Rennes et dans un arti­cle du Monde con­cer­nant la sit­u­a­tion à Paris.

8 août : Le juge­ment en appel du mil­i­tant no bor­der C. Her­rou est annon­cé par France Inter, qui au sujet de ce procès ne donne la parole au jour­nal de 7h qu’à l’intéressé. La radio invite une nou­velle fois le mil­i­tant à une émis­sion le 9 août au « débat de midi », lui per­me­t­tant de com­menter sa con­damna­tion à 4 mois de prison avec sur­sis et d’être qual­i­fié de « héros » par le jour­nal­iste de la radio publique. Comme le fait remar­quer un audi­teur à l’antenne, tous les invités de l’émission ont la même opin­ion sur le sujet. À l’image du Monde, de nom­breux organes de presse par­lent de « délit de solidarité ».

9 août : Les arti­cles défa­vor­ables à l’action du mil­i­tant no bor­der C. Her­rou sont rares dans les médias. Le Figaro pub­lie une tri­bune d’un con­seiller munic­i­pal niçois qui indique notam­ment que « la moti­va­tion véri­ta­ble de ces asso­ci­a­tions n’est pas tant dans le sort des migrants que dans la dénon­ci­a­tion de la fron­tière, jugée coupable de tous les maux ». Valeurs actuelles pub­lie des extraits d’une let­tre du Min­istre de l’intérieur datée du 28 juil­let évo­quant « dif­férents col­lec­tifs de la val­lée de la Roya ani­més par la volon­té d’oc­cu­per l’e­space pub­lic et médi­a­tique ».

10 août : Le Parisien nous informe que des dizaines de clan­des­tins sont arrivés la veille sur des plages espag­noles. Cette infor­ma­tion inso­lite met en lumière le fait que « l’Espagne est en voie de rat­trap­er la Grèce » en nom­bre d’arrivées, selon des infor­ma­tions recueil­lies par Le Monde.

12 août : Le jour­nal de l’Outre-mer sur France Inter évoque l’afflux de deman­des d’asile en Guyane, qui est passé depuis 2014 de 1 000 à 20 000 par an et la demande d’un séna­teur de mesures « pour endiguer cette explo­sion de deman­des d’asile ». Endiguer, un mot tabou sur les ondes publiques… Le même jour, Le Figaro nous informe que suite aux mesures pris­es par l’Italie (charte pour les ONG, con­trôle au large des côtes libyennes), « les arrivées en Ital­ie ont com­mencé à dimin­uer ». Une Ital­ie « aban­don­née par l’Union européenne » selon France Cul­ture lors d’une émis­sion au cours de laque­lle la dis­tinc­tion entre réfugiés poli­tiques et migrants économiques est con­testée tant par un inter­venant que par l’animateur.

13 août : Le Monde nous informe que « plusieurs ONG sus­pendent le sauve­tage de migrants en Méditer­ranée ». « Des déci­sions pris­es après les nou­velles mesures de la marine libyenne, notam­ment con­tre les navires étrangers ». Pour Libéra­tion, la con­séquence des mesures est « des migrants assas­s­inés et des ONG entravées ». Le jour­nal ital­ien La Rep­pub­li­ca estime qu’avec ces mesures « Le sens moral s’est inver­sé ». L’Obs rap­pelle que « l’I­tal­ie a vu débar­quer plus de 600 000 migrants depuis 2014, essen­tielle­ment passés par la Libye ».

14 août : Une dépêche de l’AFP reprise par Yahoo Actu­al­ités indique qu’à bord de « l’Aquar­ius, seul navire d’ONG resté au large de la Libye, on s’in­quiète surtout de ne plus voir arriv­er de migrants ». Aucun organe de presse ne s’interroge sur la soudaineté de l’arrêt des sauve­tages en mer dû au sim­ple respect des eaux ter­ri­to­ri­ales libyennes et sur rôle des ONG avant cette mesure. Il faut lire des com­men­taires en réac­tion à l’article ain­si que ceux sur le site du Monde pour voir le sujet évoqué.

18 août : Nation­al­ités : RTL annonce l’évacuation de 3 500 migrants Porte de la Chapelle. Ils sont selon France Info « des Afghans, des Soudanais, des Éry­thréens pour la plu­part » (pays en guerre NDR). Les « jeunes migrants », béné­fi­ci­aires de l’aide sociale à l’enfance qui ne tient pas compte de la nation­al­ité et qui man­i­fes­tent à Cas­sel (Nord) vien­nent « de Guinée, Séné­gal, Camer­oun, Côte d’Ivoire, Mali ». Selon l’UNHCR, les prin­ci­paux pays d’origine des migrants qui tra­versent la Méditer­ranée sont le Nige­ria, la Guinée, et la Côte d’Ivoire.

Que ressort-il de la couverture médiatique de la crise des migrants durant cet été 2017 ?

Les approx­i­ma­tions et con­fu­sions entretenues au sujet du nom­bre de migrants (économiques et deman­deurs d’asile) accueil­lis en France sont nom­breuses dans de nom­breux médias et con­ver­gent dans le même sens : il faut faire plus, mal­gré l’accroissement des capac­ités d’accueil depuis 2015 et le nom­bre gran­dis­sant de migrants arrivant en France.

Les mesures pris­es par l’Italie depuis l’été 2017 pour endiguer le flux de migrants par­tant des côtes ital­i­ennes ont braqué le pro­jecteur sur une infor­ma­tion présen­tée fin 2016 comme émanant de la « réin­fos­phère » : des ONG jouent un rôle de fait dans le pas­sage de mil­liers de clan­des­tins des côtes libyennes vers l’Italie.

À de rares excep­tions près, quand un organe de presse, une radio ou un site inter­net général­iste inter­roge un « spé­cial­iste » sur le sujet, il s’agit d’une ONG, d’une asso­ci­a­tion ou d’un expert paten­té, dont le point com­mun est d’être favor­able à un plus large accueil de migrants.

Quinze jours après l’annonce du plan Migrants par le pre­mier Min­istre, l’intense cam­pagne de pres­sion du lob­by artis­ti­co-médi­a­tique a été suiv­ie par la présen­ta­tion le 27 juil­let par le Prési­dent Macron (dix­it Le Monde) de mesures rad­i­cales : plus de migrants dans les rues, l’installation en Libye de bureaux pour aller y chercher les deman­deurs d’asile, etc…

Le déphasage entre une pop­u­la­tion majori­taire­ment opposée à l’accueil de migrants (cf. sondage IFOP Atlanti­co, Le Monde) et la majorité des médias ne fait que se confirmer…

Nous lais­serons la con­clu­sion à Christophe Bar­bi­er, édi­to­ri­al­iste à L’Express. Celui-ci esti­mait dans un édi­to­r­i­al pub­lié en 2015 au sujet des migrants qu’« ils ne nous deman­dent pas notre avis, ils con­tin­ueront à pren­dre des embar­ca­tions de for­tune ». « Si on peut les gér­er bien, on pour­ra en accueil­lir plus ». Et de nous expli­quer en avril 2017 dans le JDD la con­cep­tion de son rôle :

« L’éditorialiste est un tuteur sur lequel le peu­ple, comme du lierre ram­pant, peut s’élever ».

Mots-clefs : ,

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés