Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La crise des migrants dans les médias pendant l’été 2017 : toujours plus !

29 décembre 2017

Temps de lecture : 14 minutes
Accueil | Pascal Houzelot | La crise des migrants dans les médias pendant l’été 2017 : toujours plus !

La crise des migrants dans les médias pendant l’été 2017 : toujours plus !

[Red­if­fu­sion – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 04/09/2017]

DOSSIER. Durant cet été 2017, la crise migratoire a continué d’être un fil rouge dans les médias. Nombre d’entre eux auront été des vecteurs d’informations à ce sujet, voire des promoteurs d’une vision engagée de l’accueil des migrants économiques et politiques. En voici une revue de presse chronologique et commentée.

Juin : Andante

16 juin : Une let­tre ouverte au Prési­dent de la République signée par des intel­lectuels, des per­son­nal­ités poli­tiques et des artistes assor­tie d’une péti­tion deman­dant « l’arrêt des vio­lences dans la « jun­gle » de Calais » est mise en ligne sur le Bondy blog. Cette let­tre est abon­dam­ment reprise par de nom­breux médias (radios, sites inter­net, édi­tions papi­er).

Le même jour, Le Monde pub­lie un appel au gou­verne­ment de Daniel Cohn-Ben­dit et de Romain Goupil dans le même sens, avec « comme pre­mière mesure d’ur­gence, à met­tre en place à Calais comme à La Roya des bus qui con­duiront les exilés vers des lieux où ils pour­ront être hébergés et deman­der l’asile ». Cette demande de remise en cause du « règle­ment Dublin » (qui prévoit que la demande d’asile est faite dans le pre­mier pays européen d’entrée) se con­cré­tise le 17 juil­let avec l’arrivée à Nice de 130 clan­des­tins venant d’Italie dirigés par des mil­i­tants no bor­ders vers la Pré­fec­ture pour y dépos­er une demande d’asile, selon Nice Matin.

20 juin : Comme en écho à ces appels large­ment médi­atisés venant de cer­cles somme toute restreints, le min­istre de l’intérieur, G. Col­lomb, annonce un prochain « plan migrants » selon Le Monde. Le même jour, Le Monde nous informe qu’« un chauf­feur (a été) tué dans un acci­dent provo­qué par un bar­rage instal­lé par des migrants dans le Pas-de-Calais ».

22 juin : L’agence Reuters informe de l’ordre don­né par le Prési­dent Macron aux Préfets afin « qu’ils mon­trent plus d’humanité envers les clan­des­tins ».

23 juin : France Info donne la parole à un chercheur « spé­cial­iste des migra­tions ». Celui-ci indique que le mes­sage de fer­meté du Min­istre de l’intérieur est en « con­tra­dic­tion totale » avec les pro­pos du Prési­dent de la République sur le sujet des migrants. La pres­sion con­tin­ue avec Mar­i­anne. Dans un arti­cle paru dans son édi­tion du 30 juin con­sacré à « l’apocalypse à la Chapelle », le jour­nal inter­viewe le fon­da­teur de l’association Utopia 56. Celui-ci fait mine de nous inter­roger pour étay­er sa démon­stra­tion con­cer­nant l’accueil de migrants : « nous en avons accueil­li com­bi­en ? 30 000 ». Et le jour­nal­iste de con­clure : « ceux qui n’auront pas obtenu le statut de réfugié devront retourn­er dans le pays où ils ont débar­qué, en ver­tu des accords de Dublin ».

Même cou­plet moral­isa­teur dans l’édition de juil­let-août d’Alter­na­tives économiques : « Emmanuel Macron ne peut pas être le Prési­dent des beaux dis­cours à Brux­elles et en même temps de la chas­se aux réfugiés ». D’autres édi­to­ri­al­istes main­tien­dront la pres­sion, comme Europe 1 le 27 juil­let : « la France peut faire plus ! ». Audrey Pul­var s’interroge sur Cnews le 24 juin : des relents de colo­nial­isme ne seraient-ils pas la cause de la réti­cence française à accueil­lir des migrants ? Jean-Mar­cel Bouguereau dans La République des Pyrénées s’interroge : « que fait la France ? ». Le chiffre de 30 000 migrants accueil­lis par la France revient en boucle dans les médias, alors qu’il s’agit du nom­bre de deman­deurs d’asile « relo­cal­isés » que le Prési­dent Hol­lande s’était engagé en 2015 à accueil­lir en France jusqu’en 2017. Cette con­fu­sion amène l’écrivain et essay­iste Pas­cal Bruck­n­er, d’habitude plus pru­dent, à repren­dre ces chiffres dans une inter­view au Figaro comme étant le nom­bre de « réfugiés » accueil­lis par le France.

Pour­tant, le nom­bre des deman­deurs d’asile en France ne cesse de pro­gress­er et a atteint 100 000 pour la seule année 2016 selon Le Figaro, et les déboutés ne sont qua­si­ment jamais expul­sés, dix­it le JDD à par­tir d’informations gou­verne­men­tales et de la Cour des comptes. Cela ne sem­ble pour­tant pas suff­isant pour de nom­breux édi­to­ri­al­istes…

Juillet : Allegro

2 juil­let : Libéra­tion reprend une dépêche de l’AFP selon laque­lle, con­cer­nant les « migrants : un « code de con­duite » pour les Organ­i­sa­tions Non Gou­verne­men­tales (est) en pré­pa­ra­tion ». « L’idée est que les ONG doivent certes répon­dre à leur voca­tion de sauve­tage en mer, mais ne pas ali­menter elles-mêmes ce flux inces­sant, explique-t-on dans l’entourage du min­istre français ».
On ne pour­ra pas dire cette fois qu’il s’agit d’une intox de la réin­fos­phère qui dénonçait cer­taines pra­tiques dou­teuses. Chal­lenges nous informera le 1er août que 5 ONG refusent de sign­er la charte pro­posée par le gou­verne­ment ital­ien.

4 juil­let : Sept respon­s­ables d’associations de sou­tien aux migrants lance un « appel d’urgence « à E. Macron, récla­mant notam­ment « des mesures et des moyens nou­veaux pour une poli­tique migra­toire d’hospitalité », nous infor­ment L’Obs et Les Inrocks.

6 juil­let : Libéra­tion entend peut-être renou­vel­er l’effet causé en sep­tem­bre 2015 par la pho­to d’un enfant échoué sur une plage grecque en pub­liant en cou­ver­ture du jour­nal une pho­to d’une femme noyée en mer méditer­ranée.

Dans une édi­tion large­ment reprise dans les revues de presse de radios nationales (Europe 1, France 24) et de chaines de télé (France 24), le jour­nal donne la parole à une anci­enne com­mis­saire européenne, Emma Boni­no : « en 2016, l’Italie a accueil­li 181 000 migrants », « nous ne sommes pas face à une inva­sion ». « Non seule­ment les arrivées ne représen­tent qu’une goutte d’eau par rap­port aux 500 mil­lions d’Européens (moins de 0,04 %) mais que la pénin­sule, qui a per­du près de 90 000 habi­tants l’an passé en rai­son de sa crise démo­graphique, serait bien avisée de les accueil­lir ». Cette mise en per­spec­tive fait le silence sur l’évolution depuis les dernières années ain­si que sur le nom­bre cumulé de clan­des­tins sur le sol ital­ien. Des infor­ma­tions pas for­cé­ment impor­tantes quand il s’agit de min­imiser un phénomène qui alarme pour­tant les autorités ital­i­ennes selon RFI.

7 juil­let : Le Pre­mier Min­istre ital­ien Mat­teo Ren­zi évoque un numerus clausus de migrants, annonce France Soir. « Nous ne devons pas nous sen­tir coupables si nous ne pou­vons pas accueil­lir tout le monde ».

En France, l’adjoint de la Maire de Paris affir­mait à Téléra­ma le 4 juin 2016 avant la créa­tion du cen­tre de la Chapelle : « le fameux risque d’ap­pel d’air, nous (n’y) croyons pas du tout ». Pour­tant, le 7 juil­let 2017, l’évacuation de 2 800 clan­des­tins, la 34e depuis juin 2015 selon Les Échos, n’empêchera pas la recon­sti­tu­tion immé­di­ate de la jun­gle de la Chapelle. Le Parisien nous informe en effet qu’une semaine plus tard, « la jun­gle de la Chapelle se rem­plit à nou­veau. Il y a tout juste une semaine, près de 2 800 réfugiés étaient évac­ués. Quelques jours plus tard, près de 400 nou­velles per­son­nes sont arrivées et vivent dans des con­di­tions tou­jours aus­si insup­port­a­bles ». Aucun de ces jour­naux n’aura l’outrecuidance de rap­pel­er les pro­pos tenus par l’adjoint de la Maire de Paris au jour­nal Téléra­ma un an plus tôt.

Jamais à court d’idées, la Maire de Paris déclare au Parisien qu’« il faut quadriller toute la France de cen­tres d’accueil décents », via un pro­jet de loi et que soient instal­lés des «cen­tres de pre­mier accueil » tout au long des grands « par­cours migra­toires ». « Charge à ces cen­tres de tran­sit, ensuite, de répar­tir les deman­deurs d’asile dans des héberge­ments pérennes sur tout le ter­ri­toire, tout en lançant les procé­dures admin­is­tra­tives adéquates ». L’intervieweur ne lui rap­pelle pas les 450 nou­veaux cen­tres d’accueil et d’orientation mis en place depuis octo­bre 2015 et les 62 hôtels For­mule 1 achetés en 2017 par l’État, dédiés au loge­ment des migrants selon Sud Ouest. Un oubli sans doute…

Un refrain est répété et relayé dans les médias « main­stream » : mal­gré l’augmentation con­tin­ue des capac­ités d’accueil, ce ne sont pas les migrants qui sont trop nom­breux, ce sont les places d’accueil et d’hébergement qui sont en nom­bre insuff­isant.

12 juil­let : France Info dévoile le Plan migrants du gou­verne­ment et relaie l’annonce du Pre­mier Min­istre de « moyens sup­plé­men­taires pour l’accueil des migrants » : « Un total de 12 500 places d’héberge­ment pour les deman­deurs d’asile et les réfugiés vont être créées d’i­ci à 2019. Dans le même temps, ceux qui ont été déboutés de cette demande fer­ont “sys­té­ma­tique­ment” l’ob­jet d’une mesure de recon­duite à la fron­tière ».

13 juil­let : Com­men­tant ce plan, Le Figaro indique qu’« Édouard Philippe était fier d’annoncer que la France con­trôlerait sys­té­ma­tique­ment sa fron­tière avec l’Italie jusqu’en novem­bre. La vraie ques­tion est pour­tant de savoir ce qu’elle fera après ce mois fatidique où elle aura épuisé son droit à tout fil­tr­er. Puisque après le 11 novem­bre, l’Europe va le lui inter­dire… ». Une infor­ma­tion qua­si­ment passée inaperçue mais essen­tielle, compte tenu de la sit­u­a­tion à la fron­tière fran­co ital­i­enne — Vin­timille se trans­for­mant en Calais bis selon France Info.

Le même jour, dans un dossier con­sacré à l’immigration en France, Valeurs actuelles pub­lie un arti­cle con­sacré au « maquis judi­ci­aire impéné­tra­ble » qui aboutit à ce que « 5 % des déboutés (du droit d’asile) quit­tent effec­tive­ment le ter­ri­toire français ». Un maquis heureuse­ment éclair­ci par le site inter­net infomigrants.net, piloté notam­ment par France Médias Monde (France 24, RFI, MCD), qui présente les pos­si­bil­ités de recours des déboutés du droit d’asile. Infomigrants.net s’affirme depuis quelques mois comme le com­plé­ment du site juridique infomigrants.org, « les infor­ma­tions en droit des étrangers », financé par le gou­verne­ment. La Bel­gique a pris une autre option en 2015, en dif­fu­sant notam­ment sur Face­book des mes­sages visant à dis­suad­er les migrants de venir dans le pays.

17 juil­let : Nice-Matin nous informe qu’« env­i­ron 130 deman­deurs d’asile sont arrivés lun­di matin en gare de Nice ». « Dès leur arrivée, ils ont été escortés par la police sur le tra­jet qui les mène à la Plate­forme d’aide aux deman­deurs d’asile (Pada), boule­vard Fran­cois-Grosso, afin de dépos­er un dossier. D’après David Nakache, le prési­dent de l’as­so­ci­a­tion “Tous citoyens”, une ving­taine de deman­deurs d’asile arrivent chaque jour dans la pro­priété de Cédric Her­rou ».

L’article se veut factuel et non juridique. Pas un mot donc dans le jour­nal sur le règle­ment Dublin sur les deman­des d’asile et la loi rép­ri­mant l’aide au séjour de clan­des­tins. Le mil­i­tant Cédric Her­rou a des solu­tions clefs en main pour régler l’afflux que con­nait la fron­tière fran­co-ital­i­enne. Il s’en explique large­ment dans les tri­bunes que lui don­nent notam­ment France 3 et France Info.
L’actualité du jour en méditer­ranée est pour France 2 et Le Figaro l’afflux… de touristes dans cer­tains lieux de vil­lé­gia­tures. Bonnes vacances à vous…

Le même jour, Le Monde rap­porte qu’en Alle­magne, lors du week-end du 16 juil­let, des « échauf­fourées et agres­sions sex­uelles impli­quant des migrants près de Stuttgart » ont été con­statés.

18 juil­let : Le jour­nal Sud Ouest informe qu’« un élu proche du FN réclame la dis­so­lu­tion de “Roya Citoyenne” ». « Il accuse en par­ti­c­uli­er Cédric Her­rou, fig­ure emblé­ma­tique de Roya Citoyenne, d’être « le dernier mail­lon d’une mafia de passeurs  ».

Le même jour, le jour­nal ital­ien La Stam­pa nous informe que « sur 8 000 com­munes (ital­i­ennes), seules 2 500 ont décidé de con­tin­uer à leur ouvrir les portes », une infor­ma­tion seule­ment reprise en France par le site Media Presse info.

22 juil­let : Une étude uni­ver­si­taire alle­mande épin­gle le par­ti pris des médias con­cer­nant la crise des migrants, nous informe le site RT. « Des chercheurs de la Ham­burg Media School et de l’U­ni­ver­sité de Leipzig ont con­staté que les prin­ci­pales pub­li­ca­tions alle­man­des n’avaient pas cou­vert de manière objec­tive la crise des migrants ». Toute simil­i­tude avec les radios publiques français­es …n’est pas à écarter !

24 juil­let : Le jour­nal Nice-Matin annonce que « plus de 200 migrants sont arrivés à Nice pour deman­der l’asile », accom­pa­g­nés par Cédric Her­rou et José Bové. Le député européen d’EELV dément une activ­ité de « passeurs de clan­des­tins ».

Il ne faut pas compter sur L’Obs et Le Parisien pour rap­pel­er ce qu’affirmait le mil­i­tant no bor­der au Monde en jan­vi­er 2017 con­cer­nant le pas­sage de 200 migrants à la fron­tière fran­co ital­i­enne qu’il a organ­isé.

Sur Arte, l’émission 28 Min­utes est con­sacrée à la crise des migrants. Les invités sont Mary­line Bau­mard jour­nal­iste au Monde, Alexan­dre Devec­chio, jour­nal­iste au Figaro et François Gemenne, chercheur à Sci­ences Po. Deux invités favor­ables à l’ouverture des fron­tières et un inter­venant favor­able à des mesures restric­tives, la plu­ral­ité ver­sion Arte est respec­tée.

France 3 nous informe de la con­struc­tion d’un mur par des habi­tants d’un vil­lage des Hautes-Pyrénées « pour empêch­er la venue des migrants » au For­mule 1 de Séméac qui doit être trans­for­mé en cen­tre d’ac­cueil. Le « mur de la honte » selon La République des Pyrénées sera détru­it 2 jours plus tard.

Le même jour, La Voix du Nord nous informe que « face aux bar­rages de migrants, de nou­veaux pan­neaux à mes­sages à Calais sur l’Autoroute A16, à hau­teur de Guemps » sont instal­lés. Il s’agit « d’informer les usagers de toutes dif­fi­cultés de cir­cu­la­tion (notam­ment en cas d’installation de bar­rages de migrants) sur le réseau pour qu’ils y cir­cu­lent en toute sécu­rité  ». Le quo­ti­di­en nordiste nous informe que les bar­rages posés par des migrants sur la rocade engen­drent de très nom­breuses per­tur­ba­tions sur l’A16 et la rocade por­tu­aire en 2015, 2016 et à par­tir de mai 2017.

25 juil­let : Selon Libéra­tion, « la police a procédé lun­di à l’in­ter­pel­la­tion de 156 migrants en gare de Cannes ain­si qu’à celle de l’a­gricul­teur mil­i­tant Cédric Her­rou qui les accom­pa­g­nait pour se ren­dre à Nice puis à Mar­seille pour dépos­er une demande d’asile ». Selon la radio de ser­vice pub­lic France Info qui dif­fuse en ligne une vidéo de M. Her­rou des­tinée à l’association « Roya citoyenne », C. Her­rou a été arrêté « pour avoir dénon­cé la sit­u­a­tion des migrants ». On ne pour­ra pas reprocher à France Info l’ambiguïté de sa ligne édi­to­ri­ale…

26 juil­let : L’initiative de mil­i­tants iden­ti­taires qui ont affrété un bateau pour « lut­ter con­tre l’immigration clan­des­tine au large de la Libye » selon Nice Provence Info ou « con­tr­er l’action des ONG d’aide aux migrants » selon Le Temps fait l’objet d’une guerre de l’information : « décon­fi­ture » selon L’Obs. « L’action con­tin­ue » selon le site Fdes­ouche le 26 juil­let.

Le même jour, Boule­vard Voltaire nous indique que suite à une mobil­i­sa­tion d’habitants, « les 54 immi­grants prévus » ne vien­dront pas au vil­lage de Dom­rémy-la-Pucelle (Vos­ges). Ces rares actions font dire à un con­tribu­teur du site : « les gauchistes agis­sent quand les élus FN et LR s’offusquent ! ».

27 juil­let : 15 jours après l’annonce du plan annon­cé par le pre­mier Min­istre, Le Figaro nous informe que le Prési­dent Macron a annon­cé à Orléans « l’initiative de la créa­tion « dès cet été » de cen­tres d’ex­a­m­en pour deman­deurs d’asile en Libye », « avec ou sans l’Eu­rope ». Il ne doit y avoir « plus per­son­ne (com­pren­dre : de migrants, NDR) dans les rues, partout des héberge­ments d’ur­gence ». Selon Le Monde, il s’agit pour le Prési­dent de « redress­er le cap » alors que « de nom­breuses voix s’étaient élevées » face à cette volon­taire omis­sion (du plan du pre­mier Min­istre) sur le volet human­i­taire. La créa­tion de camps de tran­sit ou la mobil­i­sa­tion de loge­ments vides sur le ter­ri­toire seraient envis­agées selon le quo­ti­di­en du soir. Le Figaro men­tionne dans l’édition de ce jour les pro­pos d’un con­seiller de l’Élysée rap­pelant la promesse en son temps de F. Hol­lande de loger tous les SDF.

28 juil­let : Les com­men­taires de quo­ti­di­ens nationaux sur ce plan sont mit­igés. Le Figaro s’interroge con­cer­nant les recon­duites des déboutés du droit d’asile : « Par quel mir­a­cle le gou­verne­ment obtien­dra-t-il des pays sources les lais­sez-pass­er con­sulaires sans lesquels aucun retour n’est pos­si­ble ? ». Libéra­tion estime que « créer des cen­tres de tris des migrants en Libye est un mirage ». Le Parisien indique con­cer­nant la promesse d’hébergement pour tous…les migrants : « Et une promesse de plus à l’agenda prési­den­tiel ! Et non des moin­dres… ». Les cri­tiques sont rares sur les sites inter­net des prin­ci­paux organes de presse con­cer­nant la vision mes­sian­ique du rôle de la France voulue par le Prési­dent Macron. En par­ti­c­uli­er la volon­té de créer seul en Libye – où atten­dent de 800 000 à 1 mil­lion de migrants, selon E. Macron, 6,6 mil­lions dans les pays méditer­ranéens selon le Dai­ly Tele­graph — des cen­tres d’études des deman­des d’asile.

29 juil­let : Un débouté du droit d’asile orig­i­naire des Émi­rats arabes unis tue au couteau 1 per­son­ne et en blesse 6 autres à Ham­bourg, nous informe L’Obs. Le jour­nal reprend la posi­tion des autorités de Ham­bourg : « Les moti­va­tions de l’as­sail­lant ne sont pas encore con­nues, assurent les autorités de Ham­bourg ». Ceci bien qu’il ait crié « “Allah Akbar !” avant de pass­er à l’at­taque ».

31 juil­let : La Voix du Nord nous informe que le Con­seil d’État a rejeté les appels de la Ville de Calais et du min­istre de l’Intérieur, val­i­dant ain­si l’installation de douch­es pour migrants ordon­née par le tri­bunal admin­is­tratif de Lille. La maire de Calais annonce qu’elle refuse de « se pli­er à la déci­sion du Con­seil d’État ». Le quo­ti­di­en donne ensuite la parole à trois représen­tants d’association d’aide aux migrants, qui se félici­tent de cette déci­sion.

L’argument de l’avocat de la ville de Calais lors de l’audience repris par Le Monde le 31 juil­let selon lequel « la com­mune a tout essayé : cen­tres ouverts, campe­ments, bâti­ments mod­u­la­bles, lieux de dis­tri­b­u­tion de repas, mais rien n’a fonc­tion­né », sem­ble laiss­er de mar­bre l’éditorialiste du Monde dans l’édition du 1er août : la déci­sion de jus­tice est « une injonc­tion salu­taire ».

La radio RTL rap­pelle dans son jour­nal de 8h du 1er août au sujet de cette déci­sion les nom­breux bar­rages routiers, les rix­es entre com­mu­nautés ain­si que les 30 000 ten­ta­tives de pas­sage clan­des­tin à Calais depuis le début de l’année.

Août : Furioso

2 août : Une dépêche de l’AFP reprise par plusieurs sites d’information annonce que « l’I­tal­ie passe à l’ac­tion pour lim­iter les arrivées » de migrants. Cette action passe par la saisie du bateau d’une ONG alle­mande, engagée dans le sauve­tage de migrants en Méditer­ranée et le feu vert à l’en­voi de navires mil­i­taires à prox­im­ité de la Libye. Pour com­menter ces mesures, Le Monde ne donne la parole qu’à des ONG, dont Amnesty Inter­na­tion­al, pour qui il s’agit d’une « stratégie hon­teuse ».

5 août : Le site d’information RT.com reprend des infor­ma­tions du quo­ti­di­en ital­ien Cor­riere del­la Sera selon lesquelles un polici­er infil­tré à bord d’un bateau d’une ONG aurait accu­mulé les preuves des rap­ports entretenus par les bénév­oles et les passeurs. Con­tin­uera-t-on de par­ler de rumeurs, à l’image de la revue de presse de jour­naux ital­iens faite par Cour­ri­er inter­na­tion­al ou d’une ten­ta­tive de « sabor­dage de l’action des ONG », comme l’indiquait L’Express en mai ?

7 août : Le bateau « anti migrants » con­tin­ue de faire par­ler de lui. Pour Le Monde, « ce bateau, financé par des mil­i­tants d’extrême droite suit à la trace des navires d’ONG affrétés pour sec­ourir les embar­ca­tions de migrants ». France Inter donne lors du jour­nal de 18h la parole à un chercheur belge qui se dit scan­dal­isé qu’on laisse cir­culer ce navire et s’étonne du code de con­duite que le gou­verne­ment ital­ien veut impos­er aux ONG. Pas un mot sur le rôle de sup­plétif de passeurs d’ONG (« sea taxis ») dénon­cé notam­ment par un par­ti poli­tique ital­ien dans Fox News et l’accusation par le gou­verne­ment ital­ien de favoris­er un appel d’air d’immigration comme l’indique le quo­ti­di­en bri­tan­nique Finan­cial Times dans un arti­cle très doc­u­men­té.

Près de Grav­e­lines, dans le nord, La Voix du Nord nous informe que « de nou­velles échauf­fourées ont éclaté entre des Petit-Fort-Philip­pois et des migrants mineurs ». Le sujet de la vio­lence de jeunes migrants récem­ment arrivés en France est traité isolé­ment dans les pages locales de Mét­ro­pol­i­tain à Mont­pel­li­er, de 20 Min­utes à Rennes et dans un arti­cle du Monde con­cer­nant la sit­u­a­tion à Paris.

8 août : Le juge­ment en appel du mil­i­tant no bor­der C. Her­rou est annon­cé par France Inter, qui au sujet de ce procès ne donne la parole au jour­nal de 7h qu’à l’intéressé. La radio invite une nou­velle fois le mil­i­tant à une émis­sion le 9 août au « débat de midi », lui per­me­t­tant de com­menter sa con­damna­tion à 4 mois de prison avec sur­sis et d’être qual­i­fié de « héros » par le jour­nal­iste de la radio publique. Comme le fait remar­quer un audi­teur à l’antenne, tous les invités de l’émission ont la même opin­ion sur le sujet. À l’image du Monde, de nom­breux organes de presse par­lent de « délit de sol­i­dar­ité ».

9 août : Les arti­cles défa­vor­ables à l’action du mil­i­tant no bor­der C. Her­rou sont rares dans les médias. Le Figaro pub­lie une tri­bune d’un con­seiller munic­i­pal niçois qui indique notam­ment que « la moti­va­tion véri­ta­ble de ces asso­ci­a­tions n’est pas tant dans le sort des migrants que dans la dénon­ci­a­tion de la fron­tière, jugée coupable de tous les maux ». Valeurs actuelles pub­lie des extraits d’une let­tre du Min­istre de l’intérieur datée du 28 juil­let évo­quant « dif­férents col­lec­tifs de la val­lée de la Roya ani­més par la volon­té d’oc­cu­per l’e­space pub­lic et médi­a­tique ».

10 août : Le Parisien nous informe que des dizaines de clan­des­tins sont arrivés la veille sur des plages espag­noles. Cette infor­ma­tion inso­lite met en lumière le fait que « l’Espagne est en voie de rat­trap­er la Grèce » en nom­bre d’arrivées, selon des infor­ma­tions recueil­lies par Le Monde.

12 août : Le jour­nal de l’Outre-mer sur France Inter évoque l’afflux de deman­des d’asile en Guyane, qui est passé depuis 2014 de 1 000 à 20 000 par an et la demande d’un séna­teur de mesures « pour endiguer cette explo­sion de deman­des d’asile ». Endiguer, un mot tabou sur les ondes publiques… Le même jour, Le Figaro nous informe que suite aux mesures pris­es par l’Italie (charte pour les ONG, con­trôle au large des côtes libyennes), « les arrivées en Ital­ie ont com­mencé à dimin­uer ». Une Ital­ie « aban­don­née par l’Union européenne » selon France Cul­ture lors d’une émis­sion au cours de laque­lle la dis­tinc­tion entre réfugiés poli­tiques et migrants économiques est con­testée tant par un inter­venant que par l’animateur.

13 août : Le Monde nous informe que « plusieurs ONG sus­pendent le sauve­tage de migrants en Méditer­ranée ». « Des déci­sions pris­es après les nou­velles mesures de la marine libyenne, notam­ment con­tre les navires étrangers ». Pour Libéra­tion, la con­séquence des mesures est « des migrants assas­s­inés et des ONG entravées ». Le jour­nal ital­ien La Rep­pub­li­ca estime qu’avec ces mesures « Le sens moral s’est inver­sé ». L’Obs rap­pelle que « l’I­tal­ie a vu débar­quer plus de 600 000 migrants depuis 2014, essen­tielle­ment passés par la Libye ».

14 août : Une dépêche de l’AFP reprise par Yahoo Actu­al­ités indique qu’à bord de « l’Aquar­ius, seul navire d’ONG resté au large de la Libye, on s’in­quiète surtout de ne plus voir arriv­er de migrants ». Aucun organe de presse ne s’interroge sur la soudaineté de l’arrêt des sauve­tages en mer dû au sim­ple respect des eaux ter­ri­to­ri­ales libyennes et sur rôle des ONG avant cette mesure. Il faut lire des com­men­taires en réac­tion à l’article ain­si que ceux sur le site du Monde pour voir le sujet évo­qué.

18 août : Nation­al­ités : RTL annonce l’évacuation de 3 500 migrants Porte de la Chapelle. Ils sont selon France Info « des Afghans, des Soudanais, des Éry­thréens pour la plu­part » (pays en guerre NDR). Les « jeunes migrants », béné­fi­ci­aires de l’aide sociale à l’enfance qui ne tient pas compte de la nation­al­ité et qui man­i­fes­tent à Cas­sel (Nord) vien­nent « de Guinée, Séné­gal, Camer­oun, Côte d’Ivoire, Mali ». Selon l’UNHCR, les prin­ci­paux pays d’origine des migrants qui tra­versent la Méditer­ranée sont le Nige­ria, la Guinée, et la Côte d’Ivoire.

Que ressort-il de la couverture médiatique de la crise des migrants durant cet été 2017 ?

Les approx­i­ma­tions et con­fu­sions entretenues au sujet du nom­bre de migrants (économiques et deman­deurs d’asile) accueil­lis en France sont nom­breuses dans de nom­breux médias et con­ver­gent dans le même sens : il faut faire plus, mal­gré l’accroissement des capac­ités d’accueil depuis 2015 et le nom­bre gran­dis­sant de migrants arrivant en France.

Les mesures pris­es par l’Italie depuis l’été 2017 pour endiguer le flux de migrants par­tant des côtes ital­i­ennes ont braqué le pro­jecteur sur une infor­ma­tion présen­tée fin 2016 comme émanant de la « réin­fos­phère » : des ONG jouent un rôle de fait dans le pas­sage de mil­liers de clan­des­tins des côtes libyennes vers l’Italie.

À de rares excep­tions près, quand un organe de presse, une radio ou un site inter­net général­iste inter­roge un « spé­cial­iste » sur le sujet, il s’agit d’une ONG, d’une asso­ci­a­tion ou d’un expert paten­té, dont le point com­mun est d’être favor­able à un plus large accueil de migrants.

Quinze jours après l’annonce du plan Migrants par le pre­mier Min­istre, l’intense cam­pagne de pres­sion du lob­by artis­ti­co-médi­a­tique a été suiv­ie par la présen­ta­tion le 27 juil­let par le Prési­dent Macron (dix­it Le Monde) de mesures rad­i­cales : plus de migrants dans les rues, l’installation en Libye de bureaux pour aller y chercher les deman­deurs d’asile, etc…

Le déphasage entre une pop­u­la­tion majori­taire­ment opposée à l’accueil de migrants (cf. sondage IFOP Atlanti­co, Le Monde) et la majorité des médias ne fait que se con­firmer…

Nous lais­serons la con­clu­sion à Christophe Bar­bi­er, édi­to­ri­al­iste à L’Express. Celui-ci esti­mait dans un édi­to­r­i­al pub­lié en 2015 au sujet des migrants qu’« ils ne nous deman­dent pas notre avis, ils con­tin­ueront à pren­dre des embar­ca­tions de for­tune ». « Si on peut les gér­er bien, on pour­ra en accueil­lir plus ». Et de nous expli­quer en avril 2017 dans le JDD la con­cep­tion de son rôle :

« L’éditorialiste est un tuteur sur lequel le peu­ple, comme du lierre ram­pant, peut s’élever ».

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision