Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Express surveille l’Instagram d’Erik Tegnér pour s’occuper

26 octobre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’Express surveille l’Instagram d’Erik Tegnér pour s’occuper

L’Express surveille l’Instagram d’Erik Tegnér pour s’occuper

Erik Tegnér, ardent défenseur de l’alliance des droites et à l’origine – avec quelques autres — de la Convention de la droite de septembre 2019, est sorti en soirée (comme le font une grande partie des jeunes) dans la nuit du 16 au 17 octobre. Il a par la suite publié des “stories” sur son compte Instagram de cette dernière, sans doute un peu trop rapides (là aussi, comme le font une grande partie des jeunes). Mais Camille Vigogne Le Coat, de L’Express, n’ayant sans doute que peu de choses à écrire, a trouvé le moyen d’en faire tout un article.

Attention lors de vos soirées, L’Express veille !

A l’origine de cet arti­cle, deux pho­tos pub­liées par Teg­nér. L’une d’elles mon­tre deux per­son­nes faisant sem­blant d’être voilées avec la légende “Hal­lal” et la sec­onde mon­tre des gens faisant la fête avec la légende “Alcool, fête, femmes… L’is­lam poli­tique, pas mon truc”.

L’Express s’est donc empressé de récupér­er des cap­tures d’écran de ces deux pho­tos pour en faire tout un arti­cle inter­ro­gatif sur le pos­si­ble “déra­page islam­o­phobe” (sic) du mil­i­tant “en plein débat sur le voile”. Allant jusqu’à deman­der des expli­ca­tions à ce dernier qui leur a répon­du “C’est de la provoc pour mes potes, mais ce n’est pas non plus choquant. Je fais ce que je veux en soirée : faire la fête, boire, s’a­muser sans prise de tête. C’est aus­si ça être Français. J’ai pas envie d’être pru­dent et de me met­tre au Coca, de devenir cinglé du con­trôle. A moins qu’on ne soit déjà dans une société de vig­i­lance et de déla­tion ?

Mais L’Express, pen­sant tenir un vrai sujet, souligne la sup­pres­sion de ces deux pho­tos par Teg­nér et con­clut par un “Trop tard”, son­nant comme un glas. La jour­nal­iste, pas­sant pour­tant du temps sur Insta­gram, ignore sans doute qu’une “sto­ry” Insta­gram ne dure que 24h après quoi elle s’ef­face automa­tique­ment…

Cette fois, la sauce ne prend pas

Libéra­tion aurait aus­si repris cette “infor­ma­tion” comme le con­fie Teg­nér à Valeurs Actuelles, mais le jour­nal a prob­a­ble­ment fait demi-tour devant le ridicule de cette non-infor­ma­tion, car aucune trace d’un quel­conque arti­cle n’est trou­vable. Au final, n’en déplaise aux « grands reporters » de L’Express, la presse se fiche de ce non-événe­ment.

Lors de l’émission “Le Grand Jury RTL — Le Figaro — LCI”, Marine Le Pen a tout de même été inter­rogée sur cette pseu­do-polémique mais elle a coupé court au sujet, rap­pelant le ridicule de com­menter deux pho­tos Insta­gram. Et flop. Les jour­nal­istes ne sem­blent d’ailleurs pas l’avoir con­tred­ite ni pour­suivi sur le sujet.

Pas facile tous les jours de sor­tir des arti­cles vrai­ment intéres­sants quand on est jour­nal­iste d’un média de grand chemin. A moins que l’Express en train de per­dre la moitié de ses effec­tifs et une grande par­tie de ses lecteurs, n’en soit à racol­er les pho­tos Insta­gram de la moitié de la France… Plus dure sera la chute ?

PS : Il sem­ble que le « jour­nal­isme de dénon­ci­a­tion » soit l’apanage de cer­tains (pas de tous, bien enten­du) jour­nal­istes de l’hebdomadaire. Fin 2018, Jérôme Dupuis appelait tran­quille­ment au saccage de la Nou­velle Libraire (con­sid­érée droitiste) à peine ouverte au Quarti­er Latin. Un appel suivi d’effet puisque la librairie – au milieu d’un remar­quable silence médi­a­tique – a été plusieurs fois vic­time d’attaques et de dépré­da­tions par la suite. Un esprit caus­tique (ou cynique) pour­rait dire qu’au moins cette fois un arti­cle de l’hebdomadaire a été lu et que sa con­clu­sion a été mise en appli­ca­tion pra­tique et rapi­de.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.