Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Face à la “Convention de la droite”, certains médias tentent de s’unir pour un boycott

27 septembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Face à la “Convention de la droite”, certains médias tentent de s’unir pour un boycott

Face à la “Convention de la droite”, certains médias tentent de s’unir pour un boycott

Le 28 septembre 2019 est organisée à Paris une grande “Convention de la droite” par des organisations proches de Marion Maréchal comme Racines d’Avenir ou L’Incorrect. L’idée : réunir de nombreux acteurs de la droite dite « hors les murs » dans le but de réfléchir à l’avenir de cette dernière.

Cepen­dant, les organ­isa­teurs ont décidé de ne pas accréditer tous les jour­nal­istes souhai­tant s’y ren­dre, et c’est là tout le problème…

Un banal refus de journalistes

Cer­tains jour­nal­istes de Libéra­tion, L’Opinion et L’Express, se sont vus refuser leur accrédi­ta­tion par l’organisation. Aux motifs, d’après Jacques de Guille­bon, organ­isa­teur et rédac­teur en chef de L’Incorrect, que ceux-ci “ont été sys­té­ma­tique­ment agres­sifs et dén­i­grants à notre sujet, pour cer­tains en trahissant leur parole par­fois. Nous avons donc jugé inop­por­tun de les inviter pour qu’une fois encore ils nous mal­trait­ent comme à l’habitude.” Il a d’ailleurs pré­cisé l’absence d’accréditations “pour des raisons de per­son­nes, n’ayant rien à voir avec leurs médias respec­tifs”. Même Medi­a­part a reçu son accrédi­ta­tion, l’existence de prob­lèmes est donc lim­itée unique­ment à quelques jour­nal­istes jugés mal­hon­nêtes de manière (un peu trop) systématique.

Ce refus des accrédi­ta­tions dans cer­tains con­textes n’a rien de nou­veau, Jean-Luc Mélen­chon venait d’ailleurs d’annoncer son refus d’ac­cepter Quo­ti­di­en à ses événe­ments, un for­mat jugé trop axé sur le “diver­tisse­ment” (et ajou­tons, sur la mau­vaise foi, voir le por­trait de Yann Barthès). Pour la “Con­ven­tion de la droite”, c’est à une lev­ée de boucliers du monde médi­a­tique que les organ­isa­teurs ont dû faire face.

Des médias solidaires pour le boycott

Plusieurs médias, Le Monde, Le Figaro (le “grand jour­nal de la droite”), L’Obs et Les Inrocks, con­viés à l’événement ont annon­cé leur boy­cott si tous les autres jour­nal­istes ne rece­vaient pas une accréditation.

Raphaël Enthoven, invité à la Con­ven­tion pour y men­er la con­tra­dic­tion, a aus­si annon­cé con­di­tion­ner sa par­tic­i­pa­tion au rétropé­dalage des organ­isa­teurs. Quant au député LaRem, Aurélien Taché, il a défini­tive­ment annulé sa venue.

On reste donc loin de la “large part de ses inter­venants” (sic) ain­si que de “l’ensemble de la presse” (sic) men­tion­nés par Le Figaro. In fine, face à cette “polémique qui n’a pas lieu d’être”, tous les médias ont finis par être autorisés par les organ­isa­teurs. Un exem­ple de cor­po­ratisme médiatique ?

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.