Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Grève à Sud Ouest, sur fond de crise permanente

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

27 juin 2023

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Grève à Sud Ouest, sur fond de crise permanente

Grève à Sud Ouest, sur fond de crise permanente

Temps de lecture : 2 minutes

Le solstice d’été du 21 juin 2023 n’a pas été favorable aux propriétaires du quotidien régional Sud Ouest, dont les journalistes se sont mis en grève pour répondre à des mesures de restrictions budgétaires.

Un groupe puissant localement

Le grand quo­ti­di­en de Bor­deaux règne sur une mul­ti­tude de titres : L’Éclair, L’indépendant, Le Jour­nal de Mil­lau, La Dor­dogne libre, La Char­ente Libre etc. Tou­jours détenu majori­taire­ment par la famille Lemoine, la nou­velle direc­tion veut impos­er sa mar­que vers plus de numérique tout en faisant des économies. Avec quelques difficultés.

Voir aus­si : Floirac : Sud-Ouest à la rescousse des élus qui votent une sub­ven­tion à SOS Méditerranée

Les prix s’envolent, l’équipe rétrécit

Sud Ouest — au même titre que ses con­frères — n’échappe pas à l’inflation qui frappe les secteurs du papi­er et de l’énergie. La direc­tion prévoit plus de 3M€ de déficit en 2023.

Pour pal­li­er au moins par­tielle­ment cette perte, le directeur général du groupe Nico­las Ster­ckx a présen­té un cer­tain nom­bre de mesures d’économies : gel des embauch­es, moin­dre recours aux CDD (une dizaine de postes). Au même moment, le prix du jour­nal passe de 1, 40€ à 1,50€… avec un peu moins de pages.

Sud Ouest emploie 250 jour­nal­istes, revendique 100.000 abon­nés papi­er (en baisse), 40.000 abon­nés numériques (en hausse). La dif­fu­sion totale du titre est la deux­ième de la PQR (presse quo­ti­di­enne régionale) der­rière Ouest France avec 200000 exemplaires.

Voir aus­si : Rifi­fis dans la presse quo­ti­di­enne régionale du sud-ouest : l’aller retour rapi­de d’Anna Cabana, alias « miss Ibiza », à Sud Ouest