Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Manifestations contre la politique migratoire en Allemagne : une couverture médiatique a minima en France et en Angleterre

26 juillet 2018

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Manifestations contre la politique migratoire en Allemagne : une couverture médiatique a minima en France et en Angleterre

Manifestations contre la politique migratoire en Allemagne : une couverture médiatique a minima en France et en Angleterre

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 16 avril 2018

Depuis le début de l’année, plusieurs manifestations contre la politique migratoire de la chancelière Merkel et l’insécurité ont eu lieu en Allemagne. Leur couverture médiatique a été très discrète en France. Le traitement par les médias a‑t-il été le même en Grande Bretagne ? Nous avons mené l’enquête.

À par­tir de 2014, les man­i­fes­ta­tions organ­isées par le mou­ve­ment Pegi­da con­tre l’arrivée mas­sive de migrants avaient fait l’objet d’une assez large cou­ver­ture tant dans le presse française que sur les chaînes de la télévi­sion. Il en va autrement en ce début d’année, où des agres­sions com­mis­es par des migrants ont déclenché des réac­tions d’une par­tie de la pop­u­la­tion alle­mande.

Les faits

Par­mi les man­i­fes­ta­tions anti immi­gra­tion organ­isées en Alle­magne en ce pre­mier trimestre 2018, on peut citer celle du 3 févri­er 2018 à Cot­tbus. Le site DW.com (Deutsch Welle) nous informe que 2 000 man­i­fes­tants ont défilé dans la ville après deux attaques au couteau com­mis­es par des ado­les­cents syriens. Une man­i­fes­ta­tion pro-migrants a quant à elle réu­ni le même jour env­i­ron 600 per­son­nes.

Le 17 mars, Online.De fait état d’une autre man­i­fes­ta­tion anti migrants à Cot­tbus rassem­blant 2 000 man­i­fes­tants pour pro­test­er une nou­velle fois con­tre la poli­tique d’immigration de la chancelière Merkel.

Le 24 mars, le site Epochtime.de relate une man­i­fes­ta­tion réu­nis­sant 2 500 per­son­nes à Kan­del suite au meurtre d’une ado­les­cente de 15 ans par un Afghan. La con­tre-man­i­fes­ta­tion organ­isée par la gauche est créditée de 600 man­i­fes­tants.

Le même jour, une man­i­fes­ta­tion con­tre la poli­tique migra­toire du gou­verne­ment est organ­isée à Zwick­au. Radiozwick­au annonce le chiffre de 800 man­i­fes­tants revendiqués par les organ­isa­teurs.

La couverture française

La man­i­fes­ta­tion à Cot­tbus du 3 févri­er béné­fi­cie d’une très faible cou­ver­ture médi­a­tique en France :

Euronews présente les deux cortèges : la con­tre-man­i­fes­ta­tion est mise en avant (3 para­graphes sur 5). Une con­tre man­i­fes­tante par­le d’ « hys­térie » de la part des man­i­fes­tants con­tre l’insécurité et l’immigration. La con­clu­sion de l’article est con­sacrée à l’arrestation de « six mem­bres d’un grou­pus­cule d’ex­trême-droite, qui avaient dis­tribué des gaz lacry­mogènes aux habi­tants de la ville de Cot­tbus ».

Arte par­le de « grou­pus­cules xéno­phobes con­tre des migrants ». Avec un tel titre, le camp légitime ne fait plus de doutes. Un soci­o­logue inter­rogé par la chaine par­le d’une manip­u­la­tion visant à eth­ni­cis­er la vio­lence. Le jour­nal­iste indique cepen­dant que la ville a annon­cé sus­pendre les nou­velles arrivées de migrants.

Le Monde titre sur « En Alle­magne, Cot­tbus s’échauffe sur les réfugiés ». Le développe­ment est le plus fourni par rap­port à l’article et au reportage précé­dents : « Ces dernières semaines, le cli­mat s’y est forte­ment dégradé. Le 1er jan­vi­er, des mil­i­tants d’extrême droite armés de poings améri­cains ont attaqué trois Afghans devant un foy­er de réfugiés. Onze jours plus tard, un cou­ple d’Allemands a été agressé au couteau par trois Syriens à l’entrée d’un cen­tre com­mer­cial ». « Depuis, plusieurs cen­taines de per­son­nes sont descen­dues dans la rue, les unes pour réclamer « la fer­me­ture des fron­tières » et dénon­cer « l’islamisation de l’Allemagne », les autres pour défendre « une société de toutes les couleurs » et appel­er à « vivre sans céder à la haine ».

La couverture en Grande Bretagne

Même con­stat en Grande Bre­tagne sur la faible cou­ver­ture de la man­i­fes­ta­tion du 3 févri­er à Cot­tbus, comme des autres qui suiv­ront dans cette ville comme ailleurs.

Yahoo! News reprend la dépêche de l’agence Reuters : « Des réfugiés arabes ont marché con­tre la haine dans un ville alle­mande en proie à des ten­sions crois­santes ». « Des réfugiés arabes et des alle­mands pro migrants ont défilé à Cot­tbus same­di pour dénon­cer ce qu’ils appel­lent des ten­ta­tives de groupes d’extrême droite pour attis­er les ten­sions après deux attaques au couteau par des ado­les­cents syriens ». La man­i­fes­ta­tion con­tre la poli­tique migra­toire du gou­verne­ment et l’insécurité n’est évo­quée que dans la sec­onde par­tie de l’article.

Sput­niknews UK titre son arti­cle sur « L’Allemagne mon­tre une “grand poten­tiel de vio­lence” con­tre les réfugiés ». « Une man­i­fes­ta­tion con­tre les migrants a eu lieu dans la ville alle­mande de Cot­tbus suite à deux agres­sions con­tre des habi­tants, celles-ci ayant prob­a­ble­ment pour auteurs des réfugiés syriens. Sput­nik s’est entretenu avec des élus locaux (d’où le titre de l’article) ».

Press TV résume les événe­ments : « Des groupes d’extrême droite et des man­i­fes­tants favor­ables aux réfugiés ont man­i­festé dans la petite ville alle­mande. Une ville où le sen­ti­ment anti réfugié a beau­coup aug­men­té et où une man­i­fes­ta­tion et une con­tre-man­i­fes­ta­tion ont eu lieu pour témoign­er sou­tien et oppo­si­tion à la poli­tique migra­toire du gou­verne­ment ».

Le site Bre­it­bart titre « Env­i­ron 2 000 alle­mands man­i­fes­tent con­tre l’immigration de masse dans une ville qui fait face à une vague d’agressions de la part de migrants ». « La man­i­fes­ta­tion a réu­ni 2 000 par­tic­i­pants (…) selon Deutsche Welle. Par­mi les man­i­fes­tants, Mon­sieur tout le monde, des jeunes et des vieux, ain­si que des mil­i­tants de droite. »

Exhaustivité

La palme de l’exhaustivité dans la cou­ver­ture des man­i­fes­ta­tions revient à…Fdes­ouche. L’agrégateur de con­tenu a en effet pub­lié des arti­cles des médias alle­mands (DW.com, Online.De, Epochtime.de ) au sujet des man­i­fes­ta­tions, quand par­fois aucun média français et anglais ne relatait les événe­ments. Alors que le black-out est total dans de nom­breux médias français et anglais, Le Monde a con­sacré deux arti­cles assez four­nis aux man­i­fes­ta­tions à Cot­tbus et à Kan­del. Glob­ale­ment, on est loin de la cou­ver­ture des man­i­fes­ta­tions du mou­ve­ment Pegi­da des années précé­dentes.

Légitim­ité / dis­qual­i­fi­ca­tion

Pour la grande majorité des médias qui ont cou­vert ces man­i­fes­ta­tions, la prox­im­ité spa­tiale (dans les man­i­fes­ta­tions) ou tem­porelle des « grou­pus­cules d’extrême droite » aux man­i­fes­tants est un élé­ment clef. Elle sem­ble être util­isée comme une machine à dis­qual­i­fi­er les motifs à man­i­fester. La dis­tri­b­u­tion de gaz lacry­mogènes par des mil­i­tants d’extrême droite, l’agression de migrants dans un foy­er à Cot­tbus sont par­fois asso­ciés à la rela­tion des man­i­fes­ta­tions à Cot­tbus. La palme revient à Arte dont le reportage vise à min­imiser des prob­lèmes de délin­quance liés aux migrants.

Contextualisation

Le Monde donne bien un élé­ment de con­texte : « L’attaque de mil­i­tants d’extrême droite armés de poings améri­cains de trois Afghans devant un foy­er de réfugiés ». Euronews évoque la dis­tri­b­u­tion par « un grou­pus­cule d’ex­trême-droite (de) gaz lacry­mogènes aux habi­tants de la ville de Cot­tbus ». Il en résulte que l’on ne sait plus très bien quel est l’élément déclencheur des man­i­fes­ta­tions : l’activisme de grou­pus­cules ou la vio­lence d’étrangers.

Plus glob­ale­ment, en avril 2017, le jour­nal alle­mand Die Zeit attribuait l’augmentation de la crim­i­nal­ité vio­lente en Alle­magne essen­tielle­ment aux dél­its com­mis par les migrants. Une étude cor­roborée par une étude d’ex­perts com­mandée par le min­istère alle­mand de la Famille présen­tée en jan­vi­er 2018 par le site Atlanti­co. La récente loi alle­mande sur les médias ne devrait pas inciter les jour­nal­istes alle­mands à rap­pel­er cet élé­ment de con­texte à pren­dre en compte dans la com­préhen­sion des man­i­fes­ta­tions…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.